Tours : deux femmes âgées meurent dans la salle d’attente des urgences

Après la mort de Naomi Musenga,

blog -Urgences-panneau entree.jpg
L’important est d’en sortir

dont l’appel et l’état de santé n’ont pas été évalués à leur juste valeur, déjà par le Samu, le décès de deux femmes de 90 ans, aux urgences, a un retentissement particulier.

Les deux vieilles dames, atteintes de pathologies graves et en fin de vie, sont mortes dans la salle d’attente des urgences de Tours, respectivement dans la nuit du 11 au 12 avril dernier et le 3 mai.

L’une des patientes est restée plus de six heures sur un brancard, quatre heures pour la deuxième malade.

En cause « des cas plus graves à gérer » ces jours-là, explique le professeur Pierre-François Dequin, responsable médical du pôle urgences du CHRU Trousseau qui précise tout de même que « c’est un phénomène exceptionnel« .

« C’est la saturation tous les jours » : le personnel à bout de souffle

Le professeur Dequin confie à France Bleu que « les équipes sont meurtries, choquées, blessées par ces décès indignes ». Une soignante du service des urgences témoigne aussi, anonymement, et explique que « ce qui a choqué le plus l’équipe, c’est que nous n’avons pas eu, en tant que soignants, la possibilité de les accompagner dans leur décès. Elles sont décédées dans une salle d’attente bondée, au milieu d’autres patients qui attendaient d’être vus. »  Peut-être des patients plus jeunes ont-ils été jugés plus dignes de l’attention des services.

Ce n’est pas la première fois que le personnel des urgences de Tours dénonce cet engorgement

« On a alerté à maintes et maintes reprises la direction sur le fait que cette salle d’attente n’était pas la solution. On a dénoncé les conditions d’accueil des patients qui se dégradaient. C’est la saturation dans les urgences tous les jours« , insiste une soignante. Le personnel s’était déjà mobilisé ces derniers mois dans les différents hôpitaux de France afin de dénoncer les conditions de travail et le manque de moyens.

Des améliorations en vue, mais pas avant …2020. Le responsable médical du pôle urgences Pierre-François Dequin, reconnaît que « l’engorgement est réel » : le nombre de passages aux urgences augmente d’environ 3% par an. De son côté, la direction de l’hôpital précise que des mesures ont été prises pour améliorer la situation, avec la création de vingt lits d’aval, dix-sept lits de gériatrie doivent par ailleurs être créés au urgences, mais pas avant 2020. N’est-ce pas une priorité ?

Afin de dénoncer les conditions d’accueil et de travail, trois organisations syndicales ont déposé un préavis de grève pour le jeudi 24 mai.

Publicités

Quand Marisol Touraine annonça que le trou de la Sécurité sociale serait bouché en 2017…

La ministre des Affaires sociales et de la Santé de Hollande annonça un miracle à la Sécurité sociale  

blog -Touraine- un trou de la SecuMarisol Touraine allait nous en boucher un coin en 2017 : elle allait réaliser 4 milliards d’économies sur l’assurance-maladie. La magicienne pouvait le faire, mais au prix de nouvelles taxes sur l’industrie du tabac et du même coup sur les fumeurs. Non seulement ils ne creuseraient plus leur trou, mais ils combleraient celui de la Sécu : la magie Marisol ! Déjà avec la participation de Les Echosle 22 septembre 2016, dans le contexte de la primaire à gauche

Vous aviez indiqué que le déficit de la Sécurité sociale serait moins élevé que prévu cette année. Qu’en sera-t-il en 2017 ?

En 2017, le « trou de la Sécu » aura disparu. Le régime général, qui affichait 17,4 milliards de déficit en 2011, sera à 400 millions de l’équilibre. Pour un budget de 500 milliards, c’est l’épaisseur du trait. L’histoire de ce quinquennat, c’est la fin des déficits sociaux, grâce à des réformes de structure pour mieux répondre aux besoins des Français, et ce sont des droits sociaux nouveaux. La droite avait multiplié les franchises et creusé le déficit. Nous aurons sauvé la Sécu. L’équilibre de la Sécurité sociale, ce n’est pas qu’une affaire comptable. C’est un gage de confiance dans l’avenir de la protection sociale face aux risques de la vie. C’est rassurant pour les Français.

Comment se décomposent les comptes ?

Dès 2016, l’amélioration est forte : 3,4 milliards de déficit, au lieu de 5,2 milliards annoncés en juin. En 2017, trois branches sur quatre seront à l’équilibre, l’assurance-vieillesse dégagera un excédent de 1,6 milliard. Et l’assurance-maladie est en très nette amélioration, avec un déficit qui passe de 4,1 à 2,6 milliards. Cela est dû à des réformes de structure, parfois difficiles, que j’assume, car elles ont permis d’améliorer les droits sociaux des Français. Je pense à la création du compte pénibilité, aux départs anticipés à la retraite, à l’augmentation jusqu’à 1.000 euros par an des prestations familiales pour les plus pauvres, à la généralisation du tiers payant, à la suppression des franchises médicales pour les plus modestes, à l’accès élargi à la CMU, à la hausse du RSA, à la prime d’activité. La droite, elle, annonce la couleur du retour en arrière. [Quelle est la troisième branche qui devait être en équilibre (branche maladie) ? Et surtout celle qui ne le serait pas (Fonds de solidarité Vieillesse, FSV) ?]

Vous visez les candidats à la primaire…

Oui, tous les candidats à la primaire annoncent des déremboursements, des franchises et même des amendes pour les malades qui vont aux urgences. Ils jouent sur les peurs, en niant les résultats. Pourquoi continuer à alimenter les inquiétudes sur l’avenir des retraites alors que l’équilibre est rétabli durablement ? Désormais, on ne peut plus brandir l’argument du déficit pour justifier des politiques de régression sociale. La droite, en fait, porte une vision de la société qui privilégie l’assurance privée plutôt que la solidarité. [La ministre en fonction était-elle en campagne ?]

Le Fonds de solidarité vieillesse reste néanmoins dans le rouge… N’est-ce pas erroné de parler d’équilibre ?

Le déficit du FSV sera stabilisé à 3,8 milliards d’euros en 2016 et en 2017, sachant qu’en période de sortie de crise [du fait du contexte économique européen favorable] les dépenses de solidarité pour les retraites sont plus élevées. Mais regardons le chemin parcouru : en 2011, le déficit du régime général était de 17,5 milliards, nous l’aurons réduit de 17 milliards sous ce quinquennat ! La dette sociale a commencé de diminuer depuis 2015 et elle sera plus faible fin 2017 que fin 2011. Et cela, j’insiste, grâce à des réformes structurelles : allongement de la durée de cotisation pour les retraites [le socialisme garantit-il le vieillissement des populations?], modulation des allocations familiales en fonction du revenu [politique familiale discriminant certains Français], réorganisation hospitalière sans précédent, via les groupements hospitaliers de territoire [mais les regroupements de secteurs au profit des GHT contribuent à la désertification des campagnes – à l’encontre de la nécessaire proximité et du respect de l’humain et des familles, pas seulement rurales – et à une gestion comptable accrue néfastes au système de santé], meilleure maîtrise du prix des médicaments [et accroissement du nombre de ceux qui ne sont pas remboursables]

Une grande partie de la gauche ne semble pas partager ce diagnostic et considère que François Hollande a mené une politique de droite…

Ce qu’annonce la droite [selon Touraine, ministre et militante] n’a rien à voir avec ce que nous avons fait. Ce procès n’a pas de sens. La période électorale qui s’ouvre va nous permettre de mettre en valeur ce bilan [les résultats sortis des urnes contredisent la socialiste : Hollande n’a pas pris le risque de se représenter et Benoît Hamon a obtenu 6%]. Le président de la République saura aussi évoquer les exigences qui sont les siennes pour l’avenir. Vu le grand bond en arrière que nous proposent les candidats de la droite – retraite à taux plein à 70 ans [grâce à Macron, ex-conseiller et ministre de Hollande, PSA peut, aujourd’hui, proposer à ses salariés de travailler plus – au-delà des 35 heures de Martine Aubry – pour gagner moins], suppression du tiers payant, disparition des hôpitaux de proximité [cf. le progrès proposé par les socialistes avec les GHT !] , etc. -, il n’y aura pas photo ! Les programmes qui sont proposés, c’est l’irresponsabilité budgétaire et la régression sociale.

Le retour à l’équilibre est conditionné à des hypothèses de croissance assez optimistes…

Le scénario économique est le même que celui que nous connaissons cette année. On me disait la même chose l’an dernier à la même époque, et nous avons fait mieux que prévu.

Il n’y aura donc selon vous aucun besoin de mener une nouvelle réforme des retraites ?

Aucune ne s’impose aujourd’hui pour des raisons financières. Et puis, la réforme des retraites que j’ai portée va continuer de s’appliquer : la durée de cotisation augmentera avec l’espérance de vie, tout en permettant à ceux qui ont travaillé jeunes et dans des conditions pénibles de partir plus tôt.

Michel Sapin a indiqué que 1,5 milliard d’euros d’économies supplémentaires devront être trouvées sur les régimes sociaux. Comment seront-elles réalisées ?

Il s’agira d’économies de gestion des caisses de Sécurité sociale, de mesures de lutte contre la fraude, de recettes nouvelles (notamment sur le tabac).

La Cour des comptes craint un dérapage des dépenses d’assurance-maladie en 2017…

Chaque année la Cour tire la sonnette d’alarme et chaque année nous faisons mieux que prévu. Les réformes structurelles, moi, je ne me contente pas d’en parler, je les fais.

Sur l’assurance-maladie, nous aurons réalisé 12 milliards d’économies en trois ans, avec 4 milliards d’économies nouvelles en 2017. Mais nous avons décidé de relever l’objectif de dépenses à +2,1 % l’année prochaine, car je veux pouvoir donner à la communauté des professionnels de santé une reconnaissance financière pour leurs efforts. Les médecins libéraux vont voir le prix de la consultation augmenter. Les revalorisations à l’hôpital sont engagées : elles passent par le point de la fonction publique et des hausses en fonction des carrières, de 250 à 500 euros par an pour un infirmier, jusqu’à 480 euros pour un aide-soignant. Par ailleurs, un plan d’investissement pour l’hôpital va être lancé, dont une première tranche de 250 millions sera débloquée l’année prochaine. [avant les élections ou après ?]

Vous prévoyez certes 4 milliards d’économies, mais celles-ci sont toujours difficiles à identifier…

Les efforts sont réels par rapport à la tendance naturelle de hausse des dépenses. Les économies attendues sur la mutualisation des achats hospitaliers, la promotion des génériques, le développement de la chirurgie ambulatoire, la maîtrise des prescriptions d’actes afin d’éviter la redondance… sont précisément chiffrées.

Comment ferez-vous face à l’arrivée des traitements innovants contre le cancer, après ceux contre l’hépatite C ?

L’innovation est une chance pour les Français, et une source de transformation majeure de notre système de santé. Nous généralisons la télémédecine dans tous les territoires [pour plus de proximité et de convivialité]. Pour financer dans la durée les traitements innovants, nous allons créer un fonds pour l’innovation médicale qui permettra de lisser les pics de dépense. Nous pourrons ainsi accompagner la montée en puissance des nouveaux traitements, dont le bénéfice est majeur, en particulier contre le cancer, l’hépatite C, etc. Ce fonds sera doté de 800 millions d’euros à sa création, dont 200 millions seront dépensés dès 2017 pour absorber le choc de l’arrivée des immunothérapies contre le cancer. Ce fonds devra se reconstituer au fil des ans.

Se substitue-t-il aux mécanismes législatifs de régulation des prix des médicaments ?

Non, nous allons reconduire les mécanismes de régulation existants en 2017.

La Cour des comptes pointe la dégradation de l’accès aux soins dentaires…

J’ai demandé à l’Assurance-maladie il y a plusieurs semaines de négocier de nouvelles règles avec les dentistes. Je lancerai l’année prochaine un plan national pour renforcer l’accessibilité des soins dentaires. Je veux plafonner le tarif des prothèses et revaloriser les soins conservateurs. J’espère que la négociation qui vient de s’ouvrir permettra d’aboutir, sinon j’assumerai mes responsabilités.

Le « geste fiscal » aurait pu passer par une baisse de la CSG des retraités modestes ou une hausse de la prime d’activité. Ces propositions pourraient-elles revenir au Parlement ?

Le président et le Premier ministre ont décidé de procéder à une réduction d’impôt sur le revenu qui bénéficiera à 5 millions de foyers [une partie : ils sont …37,4 millions] , ce qui est considérable. Je serai attentive aux propositions des parlementaires, mais si l’on décide de dépenses nouvelles, il faudra les financer.

Seuls 17 % des Britanniques fument, contre près d’un tiers des Français. Avez-vous été suffisamment loin dans la lutte contre le tabagisme ?

S’il y a bien un combat que j’ai porté, c’est la lutte contre le tabagisme. Le paquet neutre est là et sera vraiment visible le 1er janvier après la période de transition dans les bureaux de tabac. J’ai promu l’information et la prévention, j’ai triplé l’aide au sevrage tabagique pour certaines populations…

En novembre, nous lançons la campagne « mois sans tabac », inspirée des méthodes anglo-saxonnes, où chacun encourage son voisin pour arrêter de fumer. En 2017, nous allons  rapprocher la fiscalité du tabac à rouler de celle des cigarettes, ce qui augmentera le prix de 15 %.

Des députés de la majorité réclament une forte hausse du prix des cigarettes…

Ils m’ont dit leur satisfaction avec cette mesure sur le tabac à rouler. J’ajoute que nous allons créer une taxe sur le chiffre d’affaires des distributeurs. Elle rapportera 130 millions par an, qui iront au nouveau fonds de lutte contre le tabagisme.

VIDEO : Ce qu’il faut retenir de l’interview de Marisol Touraine en 1 minute

https://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01946947/zone/35/showtitle/1/src/uk0m0r

 Juillet 2017 : les comptes de la Sécurité sociale s’éloignent de l’équilibre

Le déficit se réduirait plus lentement que prévu en 2017, à 5,5 milliards, du fait des mécomptes de la branche maladie.

Les comptes sociaux sont, eux aussi, en train de déraper. Après l’audit de la Cour des comptes, la Commission des comptes de la Sécurité sociale remet les pendules à l’heure. Selon son rapport présenté ce jeudi [6j uillet 2017], le déficit du régime général de la Sécurité sociale en 2017 atteindra 5,5 milliards d’euros, Fonds de solidarité vieillesse (FSV) inclus. C’est 1,3 milliard de plus que la prévision inscrite dans le budget de la Sécurité sociale.

Alors que la ministre des Affaires sociales du gouvernement précédent, Marisol Touraine, se réjouissait d’avoir  » sauvé la Sécu «  avec un déficit du régime général ramené à 400 millions d’euros en 2017, hors FSV, celui-ci sera encore de 1,6 milliard. C’est certes bien mieux que l’année précédente (4,1 milliards), et surtout que la situation que la gauche avait trouvée à son arrivée en 2012 [aux sortirs de la crise économique et financière internationale de 2008], mais cela reste une mauvaise surprise. « Cet écart ne fait que renforcer l’exigence de maîtrise des comptes de la Sécurité sociale pour atteindre l’objectif de rétablissement de l’équilibre que s’est fixé le gouvernement à horizon 2020 », ont réagi les deux ministres concernés, Agnès Buzyn et Gérald Darmanin.

Résultat de recherche d'images pour "Touraine a sauvé la Sécu"Des économies ont été réalisées en matière de prestations ou de gestion administrative [en dépit de leur cortège de risques pour la santé publique]. Mais le solde prévisionnel de 2017 est plombé par un effet de base négatif de 700 millions d’euros, les recettes de fin 2016 ayant été plus faibles qu’attendu. « Le déficit de la branche maladie représente à lui seul plus que la totalité du déficit du régime général et son écart avec la prévision explique la totalité du dérapage du régime général », souligne la Commission des comptes. En effet, il atteindra 4,1 milliards, soit 1,5 milliard de plus que la prévision. En outre, si le déficit de cette branche devrait se réduire par rapport à l’année précédente, « cette réduction est largement artificielle », car elle est due au trompe-l’oeil d’une recette exceptionnelle de 900 millions d’euros, tirée du FSV, souligne la commission.

Les résultats de la branche retraite devraient aussi être inférieurs de 500 millions d’euros aux attentes, avec tout de même un excédent de 1,1 milliard. Mais, en parallèle, le déficit du FSV, qui finance des prestations de retraite solidaires (minimum vieillesse, etc.), se « creuserait » à 4 milliards d’euros. Cela confirme les besoins de financement persistants des régimes de retraite.

La branche famille retrouverait quant à elle l’équilibre pour la première fois en dix ans, du fait des réformes ayant réduit les prestations (mise sous condition des allocations familiales).

Retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien: Rohani menace d’enrichir plus d’uranium…

Nucléaire iranien  : les Européens veulent préserver et amplifier l'accord
Un camouflet pour Macron, ici à Washington, pour faire pression sur Trump, le 27 mai 2018 

Le président Trump a pris la décision de retirer les Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien et de réinstaurer des sanctions, preuve que « les Etats-Unis (…) ne respectent jamais leurs engagements« , signé par Obama à Vienne en juillet 2015, a jugé le président iranien, Hassan Rohani.

En conséquence, Hassan Rohani a dit mardi soir vouloir discuter avec les Européens, les Russes et les Chinois afin de voir si son pays a intérêt à rester dans l’accord sur le nucléaire iranien après l’annonce du retrait des Etats-Unis de ce pacte. <br>Le groupe des « 5+1 » (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) s’étaient mis d’accord avec l’Iran le jeudi 2 avril 2015 sur un accord-cadre « historique » portant sur le nucléaire iranien. Cet accord politique visait à réduire la production iranienne d’uranium enrichi. <br>VOIR et ENTENDRE l’état des négociations et de la situation, au début 2015. (cliquer sur le lien)

Mettant la pression sur les pays  qui ont dit vouloir sauver cet accord en dépit du retrait américain, H. Rohani a menacé de cessation de l’application par l’Iran des restrictions qu’il a consenties à ses activités d’enrichissement d’uranium, si ces négociations ne devaient pas donner les résultats escomptés.<br>A partir de cet instant, l’accord nucléaire est entre l’Iran et cinq pays », a déclaré Rohani à la télévision publique iranienne, peu après l’annonce du président américain Donald Trump du retrait de son pays de l’accord signé à Vienne en juillet 2015 entre l’Iran et les pays du groupe 5+1 .

« Nous devons attendre de voir ce que les cinq grands pays vont faire. J’ai ordonné au ministère des Affaires étrangères de mener pendant les quelques semaines à venir avec les pays européens et les deux autres grands pays, la Chine et la Russie, des négociations« , a-t-il dit.<br>Si celles-ci permettent que « les intérêts du peuple iranien soient assurés […] l’accord nucléaire restera et nous pourrons agir pour l’intérêt de la paix et de la sécurité de la région et du monde« , a ajouté Rohani, qui a accusé D. Trump de livrer une « guerre psychologique » contre l’Iran.

« J’ai ordonné à l’Organisation iranienne de l’énergie atomique de prendre les mesures nécessaires […] pour qu’en cas de nécessité nous reprenions l’enrichissement industriel sans limite« , a encore assuré Rohani, semblant lier une telle décision à l’éventualité d’un échec des négociations pour sauver l’accord de Vienne.

Par cet accord, l’Iran s’était engagé pour 15 ans à ne pas enrichir l’uranium à plus de 3,67% et à ne pas détenir plus de 300 kg d’uranium.

L’enrichissement industriel est destiné à faire du combustible pour les centrales nucléaires civiles. Mais hautement enrichi, et en quantité suffisante, l’uranium peut permettre la fabrication d’une bombe atomique. <br>VOIR et ENTENDRE  cette analyse du 9 mai (cliquer sur le lien)

Par l’accord de Vienne, l’Iran s’était solennellement engagé à ne jamais chercher à acquérir la bombe atomique.

Emanation de l’ONU, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a jusqu’ici certifié que l’Iran remplissait ses engagements pris à Vienne. Or, Israël a assuré détenir les preuves du contraire.

Avec l’échec de ses négociations en tête-à-tête avec Trump à Washington il y a quinze jours, Macron prend acte de la faiblesse de son influence dans le monde :<center><blockquote class= »twitter-tweet » data-lang= »fr »><p lang= »fr » dir= »ltr »>La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni regrettent la décision américaine de sortir de l’accord nucléaire iranien. Le régime international de lutte contre la prolifération nucléaire est en jeu.<a href= »https://t.co/fHuuUMUsCj »>https://t.co/fHuuUMUsCj</a></p>&mdash; Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) <a href= »https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/993921478998544384?ref_src=twsrc%5Etfw »>8 mai 2018</a></blockquote>
https://platform.twitter.com/widgets.js</center>

Obama fait le singe pour son Obamacare

Les Américains se seraient-ils fait bananer sur son petit bout… de réforme « historique » 

Le Guignol de l’Info US, Barack Obama, a plus d’impact que sa réformette
Obama, prix Nobel de la paix, pour son potentiel, ici au Kenya, en costume traditionnel ( lien PaSiDupes)

Le président américain n’est pas seulement l’amuseur de ses filles  en se mettant en scène pour promouvoir l’Obamacare.

Pas sûr que le buzz donne un coup de boost attendu à sa loi. Promulguée il y a déjà quatre ans, le 30 mars 2010, elle n’a toujours pas bouleversé la vie des Américains comme escompté. 

Elle constitue pourtant le principal volet de la réforme du système de protection sociale aux Etats-Unis.

Obama a conservé quelque chose du temps où il travaillé comme… top modèle

L’accord que le président démocrate a passé avec son opposition républicaine ne portait que jusqu’au 15 janvier 2014 pour le budget fédéral et jusqu’au 7 février pour l’autorisation donnée au Trésor pour son financement par l’emprunt sur les marchés capitalistes.
En décembre 2013, le président Obama rétro-pédala finalement sur sa réforme de la santé à cause de son impréparation (depuis Bill Clinton en 1993…) et de nombreux dysfonctionnements, repoussant d’un an l’obligation pour des millions d’Américains de souscrire à une police d’assurance maladie avec le… secteur privé.

En mars dernier, le président Barack Obama fit aussi une apparition controversée sur le Web talk-show de l’humoriste Zach Galifianakis « Entre Deux Plantes vertes (fougères) » pour encourager les jeunes à s’inscrire au Obamacare sur le site fédéral Healthcare.gov.

La communication politique de Barack Obama vole une nouvelle fois très très haut. 
Après l’entretien loufoque de Between Two Ferns où il promouvait déjà son Obamacare, le président des États-Unis a livré un long entretien au site Buzzfeed – cofondateur du Huffington Post – et Barack Hussein en a profité pour se mettre en scène dans une vidéo typique de l’agrégateur de liens, superficiel pour pré-pubères. 

Intitulée « Les choses que les gens font mais dont ils ne parlent pas », la séquence fait faire à l’homme le plus puissant du monde des selfies, répéter son texte devant le miroir ou encore du air basket dans son bureau. Apogée de l’instant politico-lol, le président reprend à son compte l’ironique « Thanks Obama », utilisé par les opposants à l’administration pour justifier tous les maux de la société. 

Et finit sur « Yolo man » (You Only Live Once: « on ne vit qu’une fois« ).

Pourvu que François Hollande ne s’y mette pas, suivant les conseils de Gaspard Gantzer, nouveau gourou de la com’.


Quant au narcissique secondaire Manu Valls, c’est trop tard: il est déjà amoureux de son image et des gels capillaires… Et il consacre à ses cheveux plus de matière que de shampoing.

Libertés publiques: restrictions sur le wifi en France, comme en Corée du Nord

Le wifi sera bientôt interdit dans les crèches, limité dans les écoles

Une période de psychose antiterroriste favorise-t-elle fatalement le totalitarisme ?

Le Parlement a définitivement voté jeudi une loi « encadrant » l’exposition aux ondes électromagnétiques.
Interdiction du wifi aux scolaires de moins de 11 ans. Bien que le doute subsiste sur la dangerosité des ondes électromagnétiques émises par tous nos appareils électroniques sans fil et sur l’origine réelle des maux que les électrosensibles leur attribuent, les députés ont néanmoins définitivement adopté jeudi plusieurs dispositions d’une loi encadrant l’exposition aux ondes électromagnétiques. Face à un risque encore mal défini, l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) avait été chargée de faire le tour de toutes les études scientifiques sur le sujet pour en faire une synthèse. Son rapport a été rendu public mardi et deux jours plus tard, les députés godillots ont cédé au principe de précaution.
Le wifi interdit en crèche. La loi soutenue par le gouvernement et portée par l’écologiste Laurence Abeille interdit le wifi dans les crèches. L’installation de boîtiers wifi dans les écoles maternelles est également bannie.
Et en primaire ? Dans les classes des écoles primaires, les boîtiers wifi installés après la publication de la loi sont désactivés lorsqu’ils ne sont pas utilisés pour des activités numériques pédagogiques. Enfin, toute nouvelle installation d’un réseau radioélectrique dans une école primaire fera l’objet d’une information préalable du conseil d’école.

Entre craintes sanitaires et besoin de technologies. Au-delà des seules crèches et écoles, le texte comporte plusieurs autres dispositions plus larges comme l’obligation, sous peine d’une amende maximale de 75.000 euros, de messages de recommandation sur l’utilisation du téléphone portable et sur les risques liés à leur utilisation.
La loi demande aussi à l’Agence nationale des fréquences (ANFR) de mettre, d’ici un an, à la disposition des communes de France une carte à l’échelle communale des antennes-relais existantes.

Limites et incohérences du zèle socialo-écolo


Le doute perdure. Alors que les technologies sans fil se déploient dans notre vie quotidienne, leurs conséquences sur le plan sanitaire restent incertaines, mais les écologistes archaïques sous le joug de théorie de la décroissance se croyant plus censés et responsables que la moyenne imposent leurs peurs irraisonnées. Ces antennes, relais wifi, télécommandes, etc. sont suspectes du seul fait qu’elles émettent des ondes invisibles donc effrayantes auxquelles depuis des années est attribuée une dangerosité de l’ordre du fantasme.

En 2009, l’Anses avait déjà rendu un rapport ambigu et mitigé : les radiofréquences n’étaient pas nocives à ses yeux, mais elle recommandait néanmoins de contrôler dès que possible l’exposition à ces ondes. Quatre ans plus tard, l’agence a donc été chargée de faire un nouveau point résumant toutes les études publiées sur la question. Et nos députés, comme les « experts », ont masqué leur paresse et leur incompétence en s’alignant, comme souvent, sur les législations étrangères qui leur conviennent.
Si la question de la dangerosité des ondes se posait déjà dans les années 2000, mais n’était pas démontrée, elle n’est pas davantage prouvée aujourd’hui, alors qu’elles se sont encore répandues. L’usage des smartphones et des tablettes s’est généralisé, sans oublier le déploiement en cours d’un réseau 4G pour l’internet sans fil. Une telle technologie va permettre d’avoir sur un smartphone ou une tablette mobile un débit internet équivalent à celui d’une ligne fixe.

Au final, ce sera jusqu’à 11 ans…

Savoir raison garder n’est pas écolo
L’ingestion accidentelle d’une cuillère à café d’huile essentielle de térébenthine peut entraîner la mort chez un jeune enfant. Il n’empêche qu’en février 2008, la politicienne de l’écologie radicale, Cécile Duflot, ex-secrétaire nationale des Verts (EELV) et ex-ministre, ministre de Hollande, aurait affublé son 4e enfant, une fille, du joli prénom « Térébenthine », un antiseptique pulmonaire et… urinaire. Le comique déjanté Michael Youn est l’heureux papa d’une petite… »Seven », comme le chiffre 7 en anglais, mais aussi comme le titre du film glauquissime avec Brad Pitt qui poursuit un psychopathe. L’inverse était concevable.

Logiquement, les enfants doivent quitter le domicile familial
Car la tolérance des « experts » envers la télévision, les fours à micro-ondes ou les alarmes anti-intrusion serait donc coupable. Devons-nous éloigner nos enfants du chauffage par induction ?

Faut-il priver les enfants de tout spectacle ?
Il est avéré que leur système auditif des enfants est fragile, mais les écologistes négligent les rapports d « experts » qui lancent des alertes contre le volume sonore de la publicité télévisée, des concerts et des films en salle. Qu’ils nous disent où isoler les enfants ? En Birmanie? En Corée du Nord ?