Campagne présidentielle de Macron : ouverture d’une enquête pour « détournements de fonds publics »

Une enquête préliminaire a été ouverte après le dépôt d’une plainte par des élus de droite.

blog -Girier-Macron-Lyon.jpgPlusieurs fois pointé du doigt ces dernières semaines, le financement de la campagne d’Emmanuel Macron fera bien l’objet d’une enquête judiciaire, au moins pour sa partie lyonnaise. Vendredi 22 juin, le Parquet a ouvert une enquête préliminaire après une plainte contre X pour détournements de fonds publics, financement irrégulier de campagne électorale, abus de biens sociaux et recel.

Une plainte évidemment déposée par des élus d’opposition

La plainte a été déposée par des élus Les Républicains : le maire de Caluire, Philippe Cochet, président (venu de l’UDF) du groupe Les Républicains à la métropole de Lyon, et son homologue à la ville, Stéphane Guilland.<br>Qui étaient les invités de la grande réception organisée le 2 juin 2016 à l’hôtel de ville de Lyon en l’honneur d’Emmanuel Macron ? Etait-ce un accueil républicain ouvert à tout le monde ou seulement réservé aux soutiens d’Emmanuel Macron ? La réception a été financée par la métropole et la ville, cela pose donc un problème.« Au total, pour 950 invités, la facture s’élevait à un peu moins de 20.000 euros, en conformité avec les tarifs habituels », explique la métropole en fournissant les factures. <br>Résultat de recherche d'images pour "Jean-Marie Girier Collomb"La situation de Jean-Marie Girier, collaborateur de Gérard Collomb, engagé dans la campagne pour le candidat de La République en marche ? « Ses activités ont entraîné la modification de son contrat de travail, avec passage à temps non complet à hauteur de 70 % du temps réglementaire à compter du 17 octobre 2016, puis une rupture totale du contrat le 6 décembre 2017 », répond le nouveau président de la métropole, David Kimelfeld. <br>Les locaux de la métropole de Lyon à Paris ont-ils été utilisés par le candidat Macron ? « Depuis sa création, en 1991, la métropole de Lyon dispose, comme d’autres métropoles françaises, telles que Nice et Toulouse, d’une représentation au cœur de la capitale dont la vocation est double : permettre au président, aux vice-présidents, aux services de disposer d’un lieu de travail. Mais aussi mettre en œuvre une démarche d’information, et de valorisation et de promotion des réalisations et projets lyonnais », indique encore la collectivité. Les questions, posées en séance publique le 16 mars, ont reçu une réponse le 19. Ces réponses n’ont pas convaincu Philippe Cochet, maire LR de Caluire et président des élus LR à la métropole.

Des moyens de la ville de Lyon auraient été détournés ? Image associéeCes élus de Lyon révèlent que “des moyens publics (humains, matériels et financiers) sous le contrôle de la ville et de la métropole de Lyon” (alors dirigée par Gérard Collomb) ont été “indûment détournés et mis à disposition” d’Emmanuel Macron, alors candidat à la présidentielle. <br>Ils dénoncent notamment une importante réception organisée le 2 juin 2016 à l’Hôtel de Ville de Lyon. blog -Macron-Girier.jpgLa plainte concerne également l’ancien chef de cabinet de G. Collomb à la métropole de Lyon, et directeur de campagne d’Emmanuel Macron, Jean-Marie Girier (ci-contre, au côté de Macron), qui a joué un rôle actif dans la campagne d’E. Macron avant de rejoindre le ministère de l’Intérieur.

L’entourage de Gérard Collomb nie

blog -Girier JMarie.jpgL’entourage du ministre de l’Intérieur a déjà réagi, rejetant ces accusations : “il n’y a rien de nouveau dans ces informations dont le seul objet est de jeter le discrédit.

blog -Girier et Collomb cote a cote avion.jpg
Jean-Marie Girier, au centre, à la droite de G. Collomb, en route pour le Niger

La plainte des élus Les Républicains de Lyon reprend une polémique que l’opposition locale tente d’alimenter depuis plusieurs mois. La collectivité a eu l’occasion de leur répondre dans le détail à plusieurs reprises”, se défend tant bien que mal l’entourage de Collomb.

 

Plusieurs articles ont en outre déjà fait état de diverses ristournes dont aurait bénéficié Emmanuel Macron pendant sa campagne. L’équipe d’En Marche a toujours nié en bloc toute malversation.

La police judiciaire a été chargée de l’enquête et la Justice aura (peut-être) l’occasion de  faire la démonstration de son indépendance.

Le stratagème comique de Macron pour se hausser au-dessus de ses collaborateurs

Emmanuel Macron a une astuce pour avoir l’air moins petit.

 

image

Macron est-il assis sur deux annuaires téléphoniques ? Attention, la prochaine fois, le p’tit Manu aura les pieds dans le vide…

Macron tient à paraître plus grand qu’il n’est. Pour se grandir face à son collaborateur Benjamin Griveaux lors de la promulgation de la réforme SNCF mercredi 27 juin, Jupiter a eu recours à une supercherie si grossière qu’elle n’a trompé personne.

image

Macron ne renouvelle les moeurs politiques dans aucun domaine hormis l’âge de la maîtresse de maison Elysée. Il n’est pas le seul Président à avoir recours à des artifices pour s’élever au-dessus de la moyenne nationale : 174,4 cm.

image

La fonction présidentielle ne résout pas les complexes physiques de taille et de longueur de l’homme, même politique, au propre comme au figuré. A cet égard et à quarante ans, Emmanuel Macron ne semble pas libéré.

Mercredi 27 juin, lorsque Jupiter (ci-dessus) promulgua en grande pompe la réforme de la SNCF depuis l’Elysée, de nombreux internautes s’étonnèrent de voir qu’Emmanuel Macron, semblait plus grand que Benjamin Griveaux à sa droite quelque peu tassé pour ne pas encourir les foudres jupitériennes.

« Grâce à un ingénieux (sic) système de chaises basses, Emmanuel Ier put signer en ayant l’air plus grand que le baron de Grovaux, car la dignité royale ne souffrait pas qu’il puisse [pût] paraître petit« , a écrit le compte satirique Duc de Saint-Frippon sur Twitter, non sans ironie. Un message accompagné d’une vidéo montrant les coulisses de l’événement, repéré par le Huffington Post.

imageEgalement partagée par Benjamin Griveaux, la vidéo montre le président de la République entrer dans son bureau avec le porte-parole du gouvernement et la ministre des Transports, Elisabeth Borne. Lorsque les deux hommes politiques entrent, Benjamin Griveaux semble plus grand que son supérieur. Et plus grand aussi que Ndiaye… Lorsqu’ils s’assoient, c’est Emmanuel Macron qui le dépasse…

La mesquinerie de cette vanité présidentielle a fait le bonheur de C à vous, qui a aussi relayé la vidéo. « Emmanuel Macron fait 1m73, selon certaines sources, 1m77, selon d’autres », hesite-t-on, sans préciser quelle taille est la moins sujette à caution. « 
image

De toutes façons, il n’y a pas photo, Benjamin Griveaux fait au moins 1m87. » Une révélation pour les besoins de la cause, car cette information non confirmée n’intéressait personne jusqu’ici. Pourtant, ce n’est pas la taille qui compte.

Aquarius : SOS Méditerranée, des passeurs ‘vertueux’ de migrants

SOS Méditerranée, coupable de “traite humaine” pour le RN marseillais

blog -Aquarius SOS Mediterranee-Mucem-juin2018.jpg
Le navire Aquarius, de SOS Médietarranée, amarré face au Mucem, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille, le 29 juin 2018, est partout chez lui

L’AFP fait écho à l’ex-FN et L’Express ou Libération relaie l’accusation de « traite humaine ». <br>En assurant le « passage » “des clandestins” d’Afrique vers l’Union européenne, l’ONG association SOS Méditerranée se rend coupable de “traite humaine,” a dénoncé vendredi le Rassemblement national (RN, ex-FN) marseillais, lors d’une manifestation contre la présence de l’Aquarius dans le port de Marseille.

 

Dans un communiqué, le PS marseillais a en revanche demandé que Marseille devienne “le port d’attache symbolique” du navire amiral de l’association fondée en Allemagne, en réaction à l’arrêt de l’opération Mare Nostrum, opération militaro-humanitaire lancée suite au naufrage du 3 octobre 2013 à Lampedusa et qui consista, du  au  à prendre le relais des passeurs qui abandonnent en pleine mer les bateaux de migrants clandestins.

“Ils prétendent être une association caritative mais ils sont en lien avec les passeurs”, a souligné Stéphane Ravier, seul sénateur RN et seul candidat officiellement déclaré à la succession de Jean-Claude Gaudin (LR) à la mairie de Marseille: “Commençons par nous occuper de nos pauvres avant de ceux des autres, ce n’est pas à la France de supporter le malheur des autres”.

blog -RN ex FN contre Aquarius a Mrs-banderole-29juin2018.png
Photo que les moteurs de recherche et les media censurent

Près d’une centaine de personnes ont instantanément répondu, vendredi après-midi à l’appel à manifester du RN contre la présence de l’Aquarius amarré – par surprise –  seulement depuis le matin face au Mucem, haut-lieu de la culture et lieu idéal pour une opération médiatique de l’association supranationale et illégitime. Le RN riposta en  déployant une banderole et un slogan pour résumer leur position: “Transport de clandestins = traite humaine”.

 

<center><blockquote class= »twitter-tweet » data-lang= »fr »><p lang= »fr » dir= »ltr »>Hallucinant ! En conseil de la Métropole Aix-Marseille, <a href= »https://twitter.com/jcgaudin?ref_src=twsrc%5Etfw »>@jcgaudin</a&gt; reconnaît qu'il accueille, à <a href= »https://twitter.com/hashtag/Marseille?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw »>#Marseille</a&gt;, des <a href= »https://twitter.com/hashtag/migrants?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw »>#migrants</a&gt;, mais qu'il ne le dit pas pour ne pas &quot;faire le jeu&quot; du Front National/Rassemblement National ! <a href= »https://t.co/WnHvA9TkOR »>pic.twitter.com/WnHvA9TkOR</a></p>&mdash; Stéphane Ravier (@Stephane_Ravier) <a href= »https://twitter.com/Stephane_Ravier/status/1012381538141564928?ref_src=twsrc%5Etfw »>28 juin 2018</a></blockquote>
https://platform.twitter.com/widgets.js</center>

Ce navire de SOS Méditerranée devrait rester dans la cité phocéenne pour une escale technique de quatre jours, le temps de ravitailler et de changer d’équipage. Pour cette escale l’association s’était d’abord adressée à Malte, socialiste, sans succès. Et elle avait délibérément choisi d’éviter l’Italie, où “le climat (n’est) pas du tout favorable aux ONG”, selon son directeur des opérations Frédéric Penard.

SOS Méditerranée est un réseau international créé le 9 mai 2015 et composé de quatre associations nationales en Allemagne, France, Suisse et Italie. Cette association supranationale exploite le droit maritime ancien, les droits fondamentaux de la personne  et le principe d’assistance à personne en danger, sans se préoccuper de rechercher les responsables originels de ces flux migratoires. L’Aquarius appartient et est géré par la compagnie maritime allemande Jasmund Shipping. Le contrat d’affrètement a débuté en janvier 2016, en partenariat avec Médecins du monde, proche du Parti communiste. Ainsi, dans l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle de 2017 qui opposa Marine Le Pen et Emmanuel Macron, Médecins du monde appela dans une tribune avec soixante autres associations à faire barrage à la candidate FN. Médecins du monde demande un égal accès aux soins de tous les résidents sur le territoire européen, quel que soit leur statut administratif (donc les clandestins) et milite pour la non-expulsion des étrangers gravement malades.

L’Aquarius est arrivé en Union européenne par Valence, en Espagne, où il avait pu accoster le 17 juin, à la demande du gouvernement socialiste de Madrid, avec 630 migrants au total, répartis dans trois navires, après s’être vu refuser l’accès aux ports de Malte et d’Italie.

Si le RN marseillais ne veut pas de l’Aquarius dans la ville LR, le PS phocéen veut en revanche que le navire-passeur  puisse “battre pavillon marseillais”, selon les termes du président du groupe socialiste de la ville de Marseille, Benoît Payan, 30 ans, un diplômé de l’école Supérieure d’Art et Design Marseille Méditerranée, dans un communiqué appelant la ville à se montrer “complice” des sauveteurs, des passeurs, en l’occurrence“Entre l’Italie honteuse et l’Espagne glorieuse, il y a eu la France, silencieuse. Un silence coupable”, a dénoncé le leader du PS marseillais, selon qui, “en plus d’accueillir le siège social de SOS Méditerranée, Marseille doit devenir le port d’attache symbolique de l’Aquarius, son refuge, celui qui lui ouvrira toujours ses portes”…

Macron est sur la même ligne que l’ex-FN

L'ONG Lifeline a été accusée par Emmanuel Macron de "faire le jeu des passeurs".Macron  a accusé le navire « humanitaire » Lifeline  de « faire le jeu des passeurs » en Méditerranée. Les associations supranationales maintiennent qu’elles respectent le droit international qu’ils considèrent supérieur au droit national, à la façon des islamistes qui ne reconnaissent que le Coran.

En Hongrie, les responsables d’associations supranationales qui s’intitulent ONG n’ont désormais plus le droit de venir en aide aux migrants. Cette nouvelle loi adoptée par le Parlement de Budapest punit d’un an de prison les militants qui apportent leur assistance, notamment en mer. Ils pourront se voir notifier une interdiction de s’approcher à moins de huit kilomètres des frontières extérieures hongroises. Une législation qui s’inscrit dans un contexte général en Europe de condamnation des actions politiques de déstabilisation  des démocraties occidentales par le biais de migrants non désirés. 

Les déclarations d’Emmanuel Macron, le 26 juin, à propos du Lifeline, vont dans le sens de la Hongrie. Ce navire allemand cherchait un port où imposer ses 233 clandestins aux Européens. Selon le président français, les actions de cette ONG font le « jeu des passeurs (…) en réduisant le coût du passage ». « On ne peut accepter durablement cette situation car au nom de l’humanitaire cela veut dire qu’il n’y a plus aucun contrôle » estime-t-il. 

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a renchéri le lendemain en déclarant que « la France salue le travail des ONG (…) qui sauvent des vies », mais que « leur travail doit se faire dans le respect du droit international ». Il estime que les ONG associations peuvent parfois être les « complices involontaires » des passeurs. Bien qu’illégitimes, les organisations humanitaires ont vivement réagi et quatre d’entre elles ont demandé à être reçues à l’Elysée, se disant « consternées devant cette confusion de valeurs ».

 

Pensions de réversion : la déclaration de Macron ne met pas fin à la cacophonie

Le gouvernement a tout dit et son contraire

blog -pension de reversion sucree apres la CSG-dessinLes multiples déclarations contradictoires du gouvernement  sur la réforme à venir ont semé l’anxiété. Le débat, explosif, a émergé début juin dans un document destiné aux partenaires sociaux, avec cette question : « Doit-on maintenir les pensions de réversion ? Avec quels objectifs et sur quels critères ? » Il n’en fallait pas plus pour faire naître l’inquiétude sur les intentions de l’exécutif, soupçonné par la gauche de mener une politique résolument libérale, et de vouloir sabrer dans certains dispositifs sociaux pour faire des économies, sur un sujet particulièrement sensible, après celui très impopulaire sur les APL pour les jeunes et autres bénéficiaires d’aide au logement, puisque la pension de réversion est souvent décrite comme une « bouée de sauvetage » pour les veufs et les veuves qui disposent de peu de revenus.

Le gouvernement ne « touchera pas » aux pensions de réversion des 4,4 millions de retraités actuellement concernés, mais le pouvoir ne garantit rien pour les futurs retraités, a admis jeudi matin, sur LCI, le secrétaire d’État aux relations avec le Parlement, Christophe Castaner : pour lui, les pensions, qui permettent aux veufs de toucher une partie de la retraite de leur conjoint décédé, pourraient « baisser » pour certains et « augmenter » pour d’autres.

Très rapidement, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, a dû réaffirmer qu’il n’est pas question de les supprimer, sans qu’on sache clairement de quelle catégorie elle parlait mardi lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. Sa mission de déminagecréa encore plus d’incertitudes puisqu’elle évoqua une volonté « d’harmoniser » les conditions d’attribution et de calcul, au prétexte qu’elles créent des injustices, un langage qui ne trompe plus personne et laisse envisager le pire.

blog -pension reversion-formulaire demandeEt les craintes furent renforcées dimanche après l’intervention du ministre de l’Economie, Bruno Le Maire. Sur Europe 1, il a déclaré leur accorder « une importance majeure », tout en confirmant qu’elles devront être revues, au prétexte toujours aussi fallacieux qu’elles devront être « plus justes et plus efficaces ».

En tenant, mardi, les mêmes propos que sa ministre de la Santé, Edouard Philippe entretient le mal, en assurant que la question des pensions sera mise sur « la table », mais qu’il n’est pas question de les « amoindrir » ou de les « remettre en cause ».

Cette abondance de déclarations qui ne font pas progresser la question n’ont pas manqué de créer une psychose : à quelle sauce les futurs retraités seront-ils mangés ? Elles ont mis en lumière les flottements de l’exécutif sur ce dossier  qui pourrait parasiter plus profondément la prochaine réforme des retraites.

Macron ne clarifie rien

Résultat de recherche d'images pour "pensions de réversion"Le président a dû intervenir, mardi, depuis …Rome, alors que l’exécutif ne doit prendre sa décision que dans plusieurs mois et que ce dossier brûlant ne sera ficelé qu’en fin d’année. Or, Macron ne dissipe pas le flou qui entoure le projet et alors que grandit l’angoisse de la population depuis que les retraités sont sans cesse dans le viseur du nouveau locataire de l’Elysée.

« Aucun bénéficiaire actuel ne verra sa pension de réversion diminuer », a répété Macron.

Pour tenter d’éteindre le début d’incendie, le président des (très) riches a dû se mouiller en mettant son poids affaibli  dans la balance, avec plusieurs « mises au point » mardi, à l’occasion de son déplacement à Rome : « aucun bénéficiaire actuel ne verra sa pension de réversion diminuer, ne serait-ce que d’un centime », a t-il fait tweeter, avant de préciser – cette fois à l’attention des futurs retraités – qu’ils « bénéficieront des mêmes prestations pour chaque euro cotisé ».

L’Elysée n’est pas avare de tweets et le Palais s’est fendu d’un second :

Dans l’après-midi, le chef de l’Etat a pris à part quelques journalistes de sa suite pour dire son agacement jupitérien: « Je voulais qu’on arrête avec des ambiguïtés [issues de son propre entourage : une mise au point qui aurait donc dû intervenir auprès de ses collaborateurs]. C’est un sujet toujours très anxiogène pour les gens, a encore commenté le président, condescendant. On ne fait pas aujourd’hui une réforme sur les retraites existantes. Les pensions de réversion, pour beaucoup de nos concitoyens qui ont des retraites modestes, c’est un sujet terrible, parce que c’est vraiment un complément. » Des propos qui n’apportent rien de plus au débat, que de la compassion froide et inutile : ils ne font qu’alimenter le sentiment de menace sur les pensions.

Image associéeLe président craint visiblement que s’installe l’idée que les pensions des futurs retraités veufs seront revues à la baisse. « Si les gens se mettent à se dire : ils vont m’enlever ma pension de réversion, là c’est l’angoisse, pour des gens [qui ne sont rien !]  qui sont dans une situation par définition pas plaisante. » Un euphémisme qui en dit long sur sa position hors-sol de banquier nanti.

En même temps, à Rome, Macron a maintenu la nécessité de l’indispensable réforme « en profondeur » du mécanisme de ces pensions, « aujourd’hui très injuste », élément de langage qui ne prend plus.
Reste la question de la méthode : « Une chose est de dire aux actifs que les règles changeront vers un système unique et plus juste, et qu’ils auront dix années pour s’y habituer. Une autre est d’alarmer une petite dame ou un petit monsieur à la retraite qui se vont se dire que leur pension de réversion sera supprimée le mois prochain ! » a-t-il polémiqué, accusant on ne sait qui, puisque les déclarations intempestives sont gouvernementales.

« L’usine à gaz des pensions de réversion »

Image associéeAvec ce titre, Le Parisien se fait le porte-parole du pouvoir. Sur les quelque 17 millions de retraités en France, 4,4 millions bénéficient d’une pension de réversion. Elle permet aux veuves – et, dans une très moindre mesure, aux veufs, de toucher une partie de la retraite de leur conjoint décédé :  89 % des bénéficiaires des cotisations du conjoint sont des femmes. La pension de réversion (février 2016) représente un quart de la pension des femmes, avec un montant moyen de 642 euros par mois contre 304 euros pour les hommesLes nouvelles féministes ont encore quelques mois pour apprécier… 

Au fil des ans, ce dispositif social s’est transformé en usine à gaz, assure Le Parisien. Car les retraités ne sont pas entrés dans le système de protection en même temps et dans un contexte économique identique, mais ce que stigmatise Le Parisien, c’est une avancée par étapes, pour ne pas dire une critique des conquêtes syndicales. Ainsi, un fonctionnaire touche 50 % de la pension du défunt quand un salarié ou un artisan en perçoit 54 %. Et, selon les moments historiques, l’attribution n’est pas soumise aux mêmes conditions. Un ancien du privé ne peut y prétendre s’il touche plus de 20.550 euros brut par an, plafond qui n’existe pas pour un ex de la fonction publique: le  salaire médian du privé (1.797 euros nets) est moindre – avec des qualifications basses (manoeuvres, manutentionnaires, etc… dont les contrats précaires et les périodes de chômage sont compensés par la solidarité, notamment des fonctionnaires) – de celui du public (2.411 euros en 2015, avec un gel du point d’indice dans des professions à recrutement sur concours  à un niveau de diplôme exigé) et Le Parisien connaît-il de nombreux agents appartenant à cette catégorie ?

Résultat de recherche d'images pour "pensions de réversion"Un âge minimum est aussi parfois requis. Il faut très souvent avoir au moins 55 ans, mais les serviteurs de l’Etat ne sont pas concernés, selon Le Parisien qui omet (‘fake news’ !) d’indiquer que le taux est moindre pour les veufs et veuves d’un employé de la fonction publique (régime de base et complémentaire): il s’établit à 50%.
Chez les libéraux, le système est échelonné, en fonction des professions, jusqu’à 65 ans… sauf pour les avocats, où cette restriction n’existe pas ! La durée minimum de mariage requise n’est pas non plus la même dans le privé ou le public et les Pacsés en sont exclus…
Le Parisien devra nous préciser quel sont les conditions de réversion dans le secteur de la presse… Pour ça, peut-on compter sur 
Jannick Alimi, @JannickAlimi1 ?

?

Piscine de Brégançon : Macron a-t-il encore bénéficié d’une ristourne ?

34.000 euros, c’est le prix officiel du caprice de piscine des Macron

image

Pour quelques jours d’été, la piscine de Brégançon coûtera 34.000 euros

La nouvelle piscine qui sera construite au fort de Brégançon, le lieu de villégiature du couple Macron, coûtera 34.000 euros. L’Elysée assure qu’il s’agit d’une source d’économie.

La future piscine du fort de Brégançon sera démontable, profonde de 1,20 mètres, mesurera 10 mètres sur 4 et coûtera, selon l’Elysée, 34.000 euros.

Pour justifier ce coût, les services de la présidence assurent que cet aménagement permettra d’économiser 60.000 euros, « soit le coût de deux embarcations de la gendarmerie nationale, d’ordinaire dévolues au sauvetage en mer, et qui sont mobilisées l’été pour la protection du président« . L’idée étant pour le Président, après avoir fait la Une de Paris Match en maillot,  d’éviter de s’exposer aux papazazzis lors de ses baignades… La mini-plage du lieu de villégiature présidentiel n’est en effet pas « vraiment privée », selon l’Elysée. Le président a-t-il une difformité à cacher ?

Le couple présidentiel n’a plus l’âge pour le tennis

Aucune rénovation du terrain de tennis de la résidence de la Lanterne, dont Emmanuel Macron s’est régulièrement plaint de l’état, n’est au programme.
Vu la polémique sur la piscine de Brégançon, « là, je crois qu’on ne va pas y toucher« , lâche un ami anonyme du chef de l’Etat, tant le projet de la piscine de Brégançon a rapidement indigné,  dès son fuitage.

De nombreux responsables politiques ont jugé inutile une telle dépense, même si elle doit être intégrée au budget de 150.000 euros annuel prévu pour le financement de ce site, en baisse par rapport aux années précédentes (200.000 euros), mais pareillement à la charge des Français, même indirectement.

L’Elysée n’a pas de ressources propres autres que l’impôt
Avec l’arrivée à l’Elysée du couple Macron, qui s’est rendu pour la première fois à Brégançon début mai, c’est en effet la présidence qui a repris en main le Fort de la commune de Bormes-les-Mimosas. François Hollande, qui avait délaissé le site pour l’ouvrir au public, avait en effet confié sa gestion au Centre des monuments nationaux (CMN).

Migrants : l’italien Matteo Salvini dénonce l' »arrogance » de Macron

image

A 24 heures d’un mini-sommet européen sur les migrations qui s’annonce agité, Matteo Salvini, le ministre italien de l’Intérieur, ci-dessus à gauche, a vivement dénoncé l’« arrogance » du président français Emmanuel Macron, samedi.

Enumérant les chiffres d’arrivées des migrants en Italie et le coût que cela a représenté pour ce pays, Salvini, qui est aussi le patron de la Ligue, sorti vainqueur des élections, a dit s’étonner que cette situation ne soit pas considérée comme un problème pour « l’arrogant président français ».

« Nous l’invitons à arrêter les insultes et à démontrer sa générosité avec des faits en ouvrant les nombreux ports français et en arrêtant de refouler des femmes, des enfants et des hommes à Vintimille« , à la frontière entre la France et l’Italie, a déclaré Salvini, cité par sa porte-parole.

« Si l’arrogance française pense transformer l’Italie en camp de réfugiés pour toute l’Europe, peut-être en versant quelques euros de pourboire, elle se fourvoie complètement », a-t-il conclu.

La France et l’Espagne ont proposé la création de centres fermés en Europe pour gérer les migrants débarquant de Méditerranée.

Ce n’est pas la première fois que  Salvini dit son fait à Macron. Il avait dénoncé notamment l' »hypocrisie » du président français après son long silence et des leçons à son voisin italien pour son refus d’ouvrir ses ports récemment à l’Aquarius, un navire de SOS Méditerranée, affrêtée par une triade de passeurs organisée en association supranationale et sans légitimité.

Vendredi, il a de nouveau appelé le président français â plus de retenue après que celui-di eût dénoncé la « lèpre » nationaliste en Europe.

« Nous sommes peut-être des populistes lépreux, mais moi les leçons je les prends de qui ouvre ses ports. Accueillez les milliers de migrants et après on en reparlera« , a lancé vendredi M. Salvini à l’adresse du président qui se croit sorti de la cuisse de Jupiter.

Macron ne comprend pas « les gens qui sont rien » aussi bien que le milliardaire François Pinault

image

Le milliardaire François Pinault estime qu’Emmanuel Macron « ne comprend pas les petites gens »

« J’ai peur qu’il mène la France vers un système qui oublie les plus modestes« , explique l’homme d’affaires dans un portrait publié par le magazine « M ».
Fondatrice du groupe Kering, la famille Pinault se classe au septième rang des fortunes françaises, avec 19 milliards d’euros.

Dans un entretien à ce magazine paru vendredi 22 juin, le collectionneur milliardaire François Pinault, réputé très proche de l’ancien président Jacques Chirac, tout en apportant son soutien à l’ex-banquier, estime que l’actuel locataire de l’Elysée « ne comprend pas les petites gens ».

François Pinault se montre inquiet de la politique menée par le président de la République. « J’ai peur qu’il mène la France vers un système qui oublie les plus modestes« , poursuit l’homme d’affaires, qui figure parmi les plus grosses fortunes de France.

Le collectionneur envisage de s’implanter en Chine
Le Monde rappelle que François Pinault avait confié en 2012 avoir voté pour François Hollande, tout en soulignant son amitié ancienne avec Jacques Chirac. « Juste avant de partir à New York, il est passé voir Jacques Chirac rue de Tournon, dans l’ancien hôtel particulier qu’il a mis à disposition de l’ancien président et de son épouse », écrit le journal.

Emmanuel Macron se fait cataloguer comme « président des riches »… par un multimilliardaire…

Le parti du président monte au créneau

La petite phrase du milliardaire a été immédiatement condamnée par les macroniens. Sur Twitter, le patron du groupe LREM à l’Assemblée, Richard Ferrand, a raillé : « Le surréalisme involontaire recèle des ressorts comiques qu’il était temps d’explorer. Nul doute que seuls les milliardaires peuvent comprendre les autres , ironise l’ex-président des Mutuelles de Bretagne: la commisération procure un supplément d’âme qui ne s’achète pas. »

Le député d’Ille-et-Vilaine Florian Bachelier s’est également porté au secours de Jupiter: « La croyance que rien ne change provient soit d’une mauvaise vue, soit d’une mauvaise foi. La première se corrige, la seconde se combat » ? Hâte de rencontrer ce soir à Rennes Monsieur Pinault pour échanger sur la meilleure façon de lutter contre les conservatismes

La piscine des Macron à Brégançon ne fait grincer que l’opposition, selon le HuffPost

Et ça continue : « Après la polémique sur la vaisselle de l’Elysée, le prétexte était trop tentant, » estime le site socialiste…

Résultat de recherche d'images pour

« Le souhait caprice du couple présidentiel de faire installer une piscine hors-sol dans les jardins du fort de Brégançon, où ils passeront cette année leurs vacances d’été, a sans surprise été accueilli par des commentaires grinçants de la part de l’opposition. D’autant que cette initiative, encore à l’étude selon l’Elysée, intervient après une série de polémiques touchant à la politique sociale d’Emmanuel Macron et au train de vie du président de la République.

Déjà désigné comme le « président des ‘très) riches » par ses détracteurs [dont n’est pas le HuffPost], le chef de l’Etat a récemment défrayé la chronique scandalisé en qualifiant le s’attaquant au montant des aides sociales [le qualifiant] de « pognon de dingue« . Dans le même temps, le gouvernement a été contraint de se justifier sur [sa décision d’] une baisse mécanique de la valeur des aides au logement (APL), qui ne sont plus indexées sur l’inflation.

Dans ce contexte chargé, [la majorité présidentielle reste impavide]

L’installation d’une piscine a immédiatement suscité des critiques, à gauche comme à droite. Sur l’antenne de Sud Radio, le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a évoqué des « symboles cruels« . Emmanuel Macron « rabote encore les APL et, en même temps, se fait construire une piscine au fort de Brégançon. Sa piscine sera hors-sol comme sa politique« , a-t-il attaqué, reprenant une critique récurrente sur la déconnexion présumée entre l’action de la majorité et les attentes sociales du pays.

Et ceci est Brégançon, vu de haut, toujours .... et sous VGE, en 1979.Dans un communiqué, la section socialiste du Var, département qui accueille le fort de Brégançon, a invité Emmanuel Macron à « aller à la rencontre de tous les Varois qui attendent un logement ». « Le Var a besoin qu’Emmanuel Macron sorte de son château de Brégançon pour découvrir la réalité de notre territoire, pas qu’il réfléchisse à la couleur du Lino de la future piscine présidentielle. »

Côté Les Républicains, c’est la porte-parole du parti, Lydia Guirous qui s’est chargée de porter l’estocade [coup d’épée, dans la mise à mort du taureau…] en rappelant la succession de polémiques qui ont visé le train de vie du président de la République ces dernières semaines. « Le comportement dispendieux du Président choque au moment où il demande toujours plus d’efforts au Français« , s’indigne Lydia Guirous en citant tour à tour la commande d’un nouveau service de vaisselle auprès de la Manufacture de Sèvres pour le palais de l’Elysée ou le recours à un avion Falcon présidentiel pour effectuer le court trajet de 110 kilomètres.

Une piscine, « c’est parce que le Président Coty ne l’avait pas fait? », a ironisé le député France insoumise Bastien Lachaud, en citant un argument brandi par le gouvernement pour justifier le rachat du nouveau service de vaisselle de l’Elysée.

 

Le coût d’une piscine hors-sol de grande taille se situe entre 10.000 et 15.000 euros. [A L’Express, une rédactrice en chef peut en avoir une à 5.000 euros… ] Ce coût, si tant est que le projet voie le jour, devrait être intégré dans l’enveloppe annuelle de 150.000 euros dédiée à l’entretien et la rénovation du fort de Brégançon, résidence de la République. [Car la piscine est un ‘must’ incontournable pour accueillir la famille de madame -enfants et petits-enfants – aux frais de la princesse. En acceptant de louer l’Elysée à Macron, les Français réalisent-ils une promesse du candidat de leur faire prendre en famille les rejetons de Brigitte ?]

Le plus choquant reste le silence complice des ‘godillots’ de la majorité présidentielle

Jupiter est au-dessus des mesquineries de la populace.

Pour l’anecdote, la conseillère presse de Nicolas Sarkozy, Véronique Waché, a souhaité bon courage aux communicants d’Emmanuel Macron, en rappelant qu’en son temps, elle avait dû affronter les foudres de la presse et de l’opposition après l’installation… de deux fours d’un montant de 75.000 euros dans l’avion présidentiel, rebaptisé « Air Sarko One », et devenu le symbole du caractère « bling-bling » du président.

Les parlementaires LREM sont prêts à avaler toutes les couleuvres.
Sont-ils élus pour ça ?

L’envoyé spécial de BFMTV Matthieu Coache raconte ce jeudi 21 juin sur la chaîne télé macronienne : « Alors oui, c’est confirmé, mais dans l’entourage du président, on ne parle pas de « piscine », mais de l’intégration d’un bassin hors-sol ». Il se livre ensuite à un savant « décryptage » : il s’agit « sûrement (d’) une façon de rendre cette piscine le moins glamour possible. »

Le couple Macron en Une de Paris Match, le 11 août 2016
Ils s’étaient exhibés à la faveur de Photoshop, mais ils exigent désormais de l’intimité

Au-delà de la question de l’usage, ou non, du terme « piscine », le journaliste diffuse les autres éléments de langage proposés par l’Elysée pour justifier la construction de la piscine. Sur le fond, il s’agit, explique l’entourage d’Emmanuel Macron, de permettre aux petits enfants de Brigitte Macron de se baigner cet été en toute intimité et sécurité : « La raison principale évoquée, c’est de préserver l’intimité de la famille, en particulier des petits enfants du couple Macron, une famille qui devrait investir ce fort de Brégançon dans les tous premiers jours du mois d’août, pour les vacances », raconte encore l’envoyé spécial de BFM.

Autre bobard : le coût sera limité et sera pris en charge sur le budget de fonctionnement du fort de Brégançon [une résidence d’Etat est pourtant entretenue sur des crédits issus de l’impôt…] ; et si cela ne suffisait pas, « la future boutique souvenirs de l’Elysée pourra(it) servir à financer cette piscine », raconte encore l’entourage d’Emmanuel Macron cité par l’envoyé spécial de BFM.

Et les élu(e)s LREM ne trouvent rien à redire !

 

Macron s’acharne sur les fonctionnaires : il gèle leur salaire en 2019

Le gouvernement n’a annoncé aucune hausse du point d’indice : ne parlons donc même plus de rattrapage !…

image

La rencontre qui s’est tenue lundi, entre les neuf syndicats de fonctionnaires et le secrétaire d’Etat chargé de la Fonction publique: «c’est une catastrophe !», s’écrie Christian Grolier (FO) qui ne trouvait plus ses mots lundi après la sortie de ce «rendez-vous salarial» avec le secrétaire d’État chargé de la Fonction publique, Olivier Dussopt (photo). «Les annonces ne sont pas à la hauteur», abondait Mylène Jacquot (CFDT).

Cet abandon des serviteurs de l’Etat n’empêche pas le traitement des agents d’augmenter à la marge, assure le pouvoir, via des primes, l’ancienneté, etc., mais il est perçu comme du mépris par les syndicats qui tiennent à des hausses générales pour tous.

D’autant que de 2010 à 2019, en près de dix ans, le point d’indice n’a été relevé que de 0,6 % en 2016 et en 2017.

La reprise de l’application de l’accord sur les salaires (PPCR), après sa suspension en 2018, coûte assez cher, selon le gouvernement : 840 millions d’euros l’an prochain pour les finances publiques.
«Nous tenons nos engagements sur PPCR», se défend l’entourage de Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, un « élément de langage » éculé, tellement il a servi en seulement un an.
S’y ajoutent des mesures sur le remboursement des frais de mission, la compensation de la CSG et celle de l’inflation (Gipa), l’ouverture de discussions sur le logement et la complémentaire santé.

L’exécutif prend tout son temps pour repenser la rémunération des fonctionnaires, à leurs dépens, pour accroître la part au …mérite. Et cibler les hausses sur certaines professions, en l’occurrence dans la fonction publique hospitalière. Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, fera prochainement des annonces en ce sens.

Le gouvernement veut aussi améliorer la mobilité des 5,5 millions agents (la concertation s’ouvre ce mardi sur ce thème), recruter davantage de contractuels et simplifier les instances de représentation du personnel.

Ces réformes heurtent des syndicats déjà échaudés par les 120.000 suppressions de postes prévues d’ici à 2022 et le rétablissement du jour de carence. Ils se retrouveront en intersyndicale le 5 juillet. Mais il leur sera impossible de bâtir une riposte avant les congés d’été. Les militants fonctionnaires FO et CGT se contenteront de participer à la journée d’action du 28 juin, pilotée par leurs confédérations.

Migrants de l’Aquarius : Macron s’est laissé dicter sa conduite par des organisations supranationales et l’Espagne

La France traitera les demandes « au cas par cas, » concède Benjamin Griveaux…

Résultat de recherche d'images pour "Macron réfugiés"
« Où sont passées mes lingettes, » demande l’ex-banquier qui, pour une fois, se retient de tripoter son interlocuteur de la main gauche

La France accueillera les migrants de l’Aquarius « s’ils répondent aux critères que nous avons fixés dans la loi, » renâcle le porte-parole du gouvernement lors de l’émission ‘Dimanche en politique’ sur France 3.

Benjamin Griveaux a estimé qu’il est « impossible » de déterminer combien de migrants de l’Aquarius seraient accueillis par la France, qui va examiner les situations « au cas par cas« .

« La France a toujours dit que s’il (l’Aquarius) avait été à proximité des côtes françaises, le droit s’imposerait. L’Espagne a pris ses responsabilités, il n’est pas question de concours », a expliqué B. Griveaux dans l’émission de la chaîne de service public.

On se laisse imposer des vies humaines, on réfléchit après

« On va voir quelles sont les différentes situations »… De force plutôt que de gré, la France « souveraine » accueillera des migrants de l’Aquarius que le nouveau gouvernement de Madrid a attirés  dimanche à Valence (Espagne), sans concertation préalable avec ses partenaires européens. 

« Ils viennent d’accoster, ça prend du temps de savoir de quelle nationalité ils sont, à quel titre ils demandent l’asile…« , tergiverse Griveaux. « On va voir quelles sont les différentes situations, on est sur de l’humain« , a-t-il martelé. Les socialistes espagnols l’ont-ils réalisé ?

Il faut selon lui « d’abord (régler) la question du traitement médical, de l’accueil, de remettre ces gens d’aplomb et ensuite l’examen » des situations, a précisé le porte-parole.

« La France prendra sa part, » a promis ce membre du premier cercle de Macron

Tandis que le président Macron se tient en retrait, c’est l’Espagne qui parle pour lui : La France a proposé d’accueillir une partie des migrants de l’Aquarius, a ainsi annoncé samedi le gouvernement espagnol. Une offre saluée par le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez comme un signe de la « coopération » et de la « solidarité » européennes nécessaires face à la crise migratoire.

Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national (ex-FN), s’est dite dimanche « inquiète » que la France en accueille.

<br>Griveaux a par ailleurs répondu vertement aux députés LREM, dont Sonia Krimi, qui ont osé critiqué le silence de Macron dans l’affaire de l’Aquarius : « un responsable politique doit d’abord ne pas céder à l’émotion (…) J’entends beaucoup d’émotion, pas beaucoup de solutions et d’action« , a-t-il taclé. S. Krimi est l’arbre qui cache la forêt réelle macronienne, outrée par le cynisme de Macron : LIEN 

<br>Savoir si, avec le recul, Macron a cédé à l’émotion lorsqu’il a reproché à l’Italie son « attitude irresponsable » et « hypocrite »

Les mots de Laurent Wauquiez n’ont pas été aussi sévères envers Virginie Calmels, fauteuses de troubles juppéiste sur la place publique : le patron de Les Républicains a apporté une solution. On attend la ré-action de Macron face à l’émotion de Krimi.

PSA Vesoul vote contre les 35 heures imposées par Martine Aubry

Le site PSA de 3.000 salariés à Vesoul (Haute-Saône) a signé jeudi soir l’accord qui augmente son temps de travail à plus de 35 heures, avec une légère compensation salariale

870x489_000_nk0hlLes ordonnances Macron réformant le Code du travail permettent cette décision d’entreprise, l’un des premiers « accords de performance collective » voulu par le candidat d’En Marche! <br>Il augmente de près de 8% le temps de travail hebdomadaire, qui est porté à 37h45, moyennant une augmentation de salaire limitée à 3,1%. Chaque salarié devra travailler 33 minutes de plus par jour.

Image associée

L’accord a été signé par les syndicats FO, CFTC et CFE-CGC représentant près de 80% des salariés, pour une entrée en vigueur prévue en septembre, a indiqué une porte-parole de la direction. <br>Parmi les quatre syndicats représentatifs chez PSA Vesoul, seule la CGT a refusé de signer, dénonçant une « casse des 35 heures » et l’instauration du « travail gratuit » du fait du différentiel de près de 5% entre la hausse du temps travaillé et celle de la rémunération. 

Une « prime de performance » et des heures majorées

Résultat de recherche d'images pour "montebourg PSA"La signature constitue une « étape importante pour la compétitivité du site, soumis à une forte concurrence », a souligné la porte-parole de la direction. PSA la jugeait en effet indispensable pour garantir la pérennité de Vesoul, qui constitue son centre mondial de pièces détachées et évolue de ce fait dans le secteur de la logistique soumis à la concurrence d’opérateurs internationaux et des nouveaux acteurs de l’e-commerce.

Les nombreuses dispositions qui accompagnent l’accord et plusieurs avancées durant les trois semaines de sa négociation ont emporté l’adhésion des syndicats signataires, ont expliqué Thierry Pagot, délégué CFE-CGC du site et Jean-Paul Guy, son homologue pour la CFTC. Ainsi, PSA Vesoul s’engage à effectuer 80 embauches jusqu’en 2020, à investir 20 millions d’euros dans la modernisation et à ne pas sous-traiter ses nouveaux contrats.

Les salariés recevront une « prime de performance » de 100 euros en fin d’année prochaine et la rémunération de leurs éventuelles heures supplémentaires, au-delà de 37h45, seront majorées de 40% jusqu’à 43 heures et de 50% ensuite, ont relevé la CFE-CGC et la CFTC. <br>En outre, le salarié qui refuserait l’accord ne serait pas automatiquement licencié comme le prévoient les accords de performance collective, car il se verrait proposer une mutation sur un autre site PSA, a ajouté J.-P. Guy.

Macron ne voit aucune « ambiguïté » dans ses liens avec Philippe de Villiers

Philippe de Villiers « ne défend pas les mêmes valeurs » que lui, ancien ministre de Hollande, s’est défendu le président Macron, mercredi.

emmanuel-macron-a-propos-de-philippe-de-villiers-j-aime-beaucoup-ce-typeIls s’adorent : le Vendéen est « haut en couleur », assure Macron. L’ex-banquier s’encanaillerait-il avec un vicomte ?

Le 8 mai dernier, au Stade de France, le président et « l’agité du bocage » (surnom dû au Canard enchaîné) échangeaient en marge du match PSG-Les Herbiers : Emmanuel Macron et Philippe de Villiers se recherchent. Mercredi, ils se sont de nouveau croisés au cours d’une réunion organisée dans la soirée avec des entrepreneurs et des élus de Vendée. Mais le Président, qui s’est dit « très content » que le fondateur du Puy du Fou soit présent, a pris ses distances sur le fond : « Sur le plan des idées il est tout à fait d’une droite très conservatrice qui, comme ça ne vous a pas échappé, ne défend, ni les mêmes valeur,s ni les mêmes principes que moi. »

Emmanuel s’est pourtant attaché à Philippe Marie Jean Joseph Le Jolis de Villiers de Saintignon.<bblog -islamisation-Ph de Villiers-Les cloches sonneront-elles encore demain-bk cover.jpgr>De même qu’il s’inquiète souvent de ne pas voir Brigitte à son côté, à la mi-temps au Stade de France, le 8 mai, le quadra s’est enquis : « Où est Philippe? », Philippe de ­Villiers. Le Vendéen – que Macron a tenu à inviter dans la loge présidentielle – était en train de prendre un verre avec son frère Bertrand. « Le Président vous appelle… » Et Villiers de rejoindre les Macron dans un coin de la loge à cocktails. « On joue bien! » lui glisse le Président, toutes complicités dehors. Puis : « Super, ta déclaration sur le match allégorique entre le football couillu et le football friqué [dans Le Point]. Tu nous as bien fait rire, avec Brigitte ! » Villiers en profite : « T’as regardé ce que j’ai dit sur BFM? » Dans le documentaire Le Casse du siècle, il a, au sujet de sa relation avec Macron, ciselé une de ces petites phrases drôlement perfides qui lui valurent sa réputation, du temps où il attendait encore à temps plein en politique : « S’il avait une soirée à perdre, il préférerait la passer avec moi plutôt qu’avec Christophe ­Castaner. » Réponse de Macron : « Bien sûr ! » Brigitte plussoie : « Qu’est-ce qu’on a rigolé! »

On dirait que ces deux-là ont quelque chose à demander à de Villiers… blog -Non a Maastricht-campagne Seguin-Pasqua-Villers1992

Les municipales et les européennes, ça se prépare… Or, Villiers est un eurosceptique : aux côtés de Philippe Séguin et Charles Pasqua, il est l’un des principaux artisans du « non » au référendum de 1992 sur le traité de Maastricht. Lors des élections régionales de 1998, Villiers fit liste commune avec le RPR (devenu UMP, puis Les Républicains, premier parti de France au Parlement et dans les régions et mairies).
A l’invitation du président Nicolas Sarkozy, Philippe de Villiers et le MPF rejoignent, à l’approche des élections régionales de 2010, le comité de liaison de la majorité présidentielle, qui regroupe les partis alliés de l’UMP.
Soutien de La Manif pour tous, il interpelle François Hollande au Parlement européen à propos du mariage homosexuel lors de la visite de celui-ci à Strasbourg, le 

« C’est quelqu’un – je le connais depuis 2016 – et qui porte des convictions – certaines qui sont irréconciliables et d’autres qui permettent une confrontation utile« , a poursuivi le chef de l’Etat.

Leurs idées ne « sont pas alignées, » sont-ils convenus d’assurer…

Résultat de recherche d'images pour Se présentant comme « libre, totalement libre », Philippe de Villiers a pour sa part indiqué avoir « noué une amitié avec lui (Emmanuel) et son épouse« . Mais « il n’est pas aligné sur mes idées et je ne suis pas aligné sur les siennes« , a insisté l’ex-président du Conseil général de Vendée .
L’ancien secrétaire d’État auprès du ministre de la Culture et de la Communication, surnommé le « chouan de la culture » dans le second gouvernement Chirac, ne tarit toutefois pas d’éloges sur le chef de l’Etat. Pour au moins deux raisons : Emmanuel Macron « connaît ses dossiers et répond aux questions », alors qu’il se dit « habitué à des hommes politiques qui répondaient à côté« , et il « incarne la verticalité de la fonction » de Président, ce qui est important dans un pays qui est « une monarchie républicaine ».
LIEN video de Macron dans sa quête du père

Un peu plus tôt dans la journée, Emmanuel Macron s’était rendu dans le village natal de Georges Clemenceau  en Vendée. Le frère de Pierre de Villiers, général d’armée et ex-chef d’Etat-Major des armées de 2014 à 2017, qui a mis un point d’honneur (inédit et historique) à démissionner en juillet 2017 « m’inspire énormément dans cette capacité à ne rien accepter du défaitisme« , y a déclaré l’homme de spectacle de l’Elysée en rendant hommage au créateur du parc du Puy du Fourécompensé en 2012, 2014, 2015 et 2016 et mettant à disposition son savoir-faire en matière de spectacle, notamment aux Pays-Bas et au Royaume-Uni ou exportant en Russie de Poutine.

Aides sociales : Macron se lâche sur le « pognon », sans rien lâcher…

« Un président ne devrait pas dire ça », dénonce LREM. « Non, j’rigole ! »

blog -grippe-sou-film Ca« La meuf, elle est dead » : c’est ainsi qu’on s’exprime en présence du chef de l’Etat, on le sait. A l’instar de Sibeth Ndiaye, une conseillère en communication de Macron, à propos de la disparition de Simone Veil, respectée de tous, hormis la franco-sénégalaise : Sibébeth ne compte pas l’académicien Léopold Senghor au nombre de ses lectures. <br>Mais, comme si l’opposition n’avait pas ses propres schizophrènes, bobos intellos dérapant populos l’instant d’après, surfant sur le langage châtié pour glisser dans la vulgarité d’une minute à l’autre, quand s’éteignent micros et caméras et que tombe le masque,  a critiqué mercredi les propos d’Emmanuel Macron sur les aides sociales, tenus dans une vidéo diffusée mardi, estimant qu' »un président ne devrait pas dire ça », allusion  à la somme d’inepties publiées par son tremplin, François Hollande.

Outre cette référence à l’ouvrage qui avait marqué la fin du quinquennat de François Hollande, la cheffe de file des députés PS, Valérie Rabault, a jugé sur RFI « les propos et le ton pas adaptés à un président de la République française« .

Macron n’aime pas les pauvres

Macron veut « responsabiliser » les pauvres…<br>Dans une vidéo publiée mardi sur Twitter par sa directrice de la communication et relayée sur le compte du chef de l’Etat, Macron regrette qu' »on met(te) un pognon de dingue dans les minima sociaux » et que « les gens pauvres restent pauvres ». « On doit avoir un truc qui permet aux gens de s’en sortir », rêve le premier de cordée sans expérience de la pauvreté, ni prise sur le mur des réalités. Non motivé ou « fainéant »…

<center><blockquote class= »twitter-tweet » data-lang= »fr »><p lang= »fr » dir= »ltr »>Le Président ? Toujours exigeant. Pas encore satisfait du discours qu’il prononcera demain au congrès de la Mutualité, il nous précise donc le brief ! Au boulot ! <a href= »https://t.co/2mjy1JmOVv »>pic.twitter.com/2mjy1JmOVv</a></p>&mdash; Sibeth Ndiaye (@SibNdiaye) <a href= »https://twitter.com/SibNdiaye/status/1006664614619308033?ref_src=twsrc%5Etfw »>12 juin 2018</a></blockquote>
https://platform.twitter.com/widgets.js</center>

« Macron flatte les égoïsmes et surfe sur les clichés (…) afin de promouvoir une politique libérale qui ne fera qu’accroître la détresse et pauvreté », a également dénoncé le Premier secrétaire du PS, Olivier Faure.

Dans un « langage parlé, de sincérité », selon la ministre du Travail, Muriel Pénicaudle président dit « quelque chose d’essentiel, qu’il vaut mieux prévenir que guérir », a-t-elle tant bien que mal glosé, sur franceinfo.

« Le président a un problème avec les pauvres et cela commence à se voir de plus en plus », juge de son côté la maire PS de Lille Martine Aubry. « Sous le mépris glaçant de ses propos: ce qu’il souhaite, c’est défaire méthodiquement tous les acquis obtenus depuis la Libération et le Conseil national de la Résistance », a-t-elle dénoncé dans un communiqué.

L’extrême gauche populiste s’en fait des gargarises. « Monsieur Macron, ce qui coûte un +pognon de dingue’, c’est vous et vos cadeaux aux ultra-riches. Il y a une solution simple pour en finir avec la pauvreté. Elle s’appelle le partage des richesses », a fustigé sur Twitter le chef de file des députés LFI, Jean-Luc Mélenchon.

« Le CICE et les exonérations de cotisations sociales ‘coûtent un pognon de dingue’ sans jamais sortir le pays du chômage. Mais ça, ça n’émeut pas Emmanuel Macron ! », a également protesté le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent.

Emmanuel Macron « fait, comme tous les ultralibéraux, porter la responsabilité de la pauvreté, du chômage, sur les chômeurs et les pauvres », a lancé sur BFMTV et RMC Marine Le Pen (RN, ex-FN).

« La solidarité, ça n’est pas l’aumône. En France les riches -jusqu’ici- payent pour les pauvres et les Français en bonne santé payent pour ceux qui sont malades. Voilà le modèle français – ô combien perfectible – mais dont les principes restent modernes et JUSTES », a dénoncé Benoît Hamon (Génération.s) également sur Twitter.

 » ‘On met trop de pognon’, selon Macron. Par contre, pour les copains du Cac 40, on n’en met jamais assez… Stop au cynisme« , a renchéri Florian Philippot (Les Patriotes).

Plusieurs dirigeants Les Républicains ont critiqué les propos de Macron. 

blog -peur_pauvrete
Gardez votre pognon : c’est de changement dont j’ai besoin…

« On est dans la continuité du ‘sans-dents’ de François Hollande avec la théâtralisation en plus », a jugé la porte-parole LRLaurence Sailliet, sur BFMTV. « Un président ne peut pas dire ça », sauf à être « cynique ».

« C’est une mise en scène« , pour le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau. « On a effectivement énormément d’aides sociales et elles ne sont pas suffisamment réorientées vers la reprise de l’emploi », a-t-il estimé, sur Public Sénat, distinguant au passage « les mots » du Président, des « actes qui sont posés ».

« C’est un homme qui aime bavarder, provoquer, parfois de manière grossière et vulgaire« , a fustigé sur LCP Guillaume Peltier, numéro 3 du parti.

Même dans les rangs de la majorité, les propos présidentiels ont parfois causé le trouble.

La députée LREM franco-tunisienne de la Manche, Sonia Krimi – naturalisée en 2012 – s’est ainsi dite « très, très mal à l’aise » et a jugé qu’en tant que président de la République, Emmanuel Macron devait faire « très, très attention » à ses déclarations. ‘La République en marche’ avait choisi d’investir Blaise Mistler, issu des comités de soutien d’Alain Juppé pour les élections législatives… 

En revanche,  la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, y voit un « langage parlé, de sincérité » : le président dit « quelque chose d’essentiel, qu’il vaut mieux prévenir que guérir », a-t-elle tant bien que mal glosé, sur franceinfo. <br>Pénicaud se soigne ? Mais est-elle  tellement pauvre qu’elle soit dans « le curatif »…

Migrants sur l’Aquarius : le silence de l’Elysée « vaut complicité avec l’Italie et Malte » ?

Macron défend-il sa population ? Auquel cas, Trump aurait déteint sur lui…

Spain Europe MigrantsAlors que les 629 migrants à bord de l’Aquarius – navire précaire et illégitime d’association – ne savent toujours pas quel port va pouvoir les prendre en charge, l’opposition d'(extrême) gauche s’indigne aussitôt du silence de l’Elysée sur cette affaire, notamment Eric Coquerel, le député insoumis de la première circonscription de la Seine-Saint-Denis.

L’Aquarius, le navire affrété par l’association ‘SOS Méditerranée’, soutenue par des associations de trois pays européens, est allé au-devant de migrants clandestins au large des côtes libyennes. Mais on ne sait pas encore où il va pouvoir accoster, puisqu’ils posent problème à une Italie qui a élu une coalition de droite dont le programme n’est pas favorable à une surcharge de sa dette publique et Malte qui a simplement annoncé un ravitaillement du navire. Le problème reste entier, après les offres de gascons de la ville de Palerme ou celle de la Corse qui sait pertinemment qu’elle n’a pas la légitimité pour les recevoir.

Et l’Elysée, si bavard sur tous les sujets internationaux, reste muet.

Ni communiqué, ni tweet : y a-t-il quelqu’un aux manettes  ? Silence radio sur l’Aquarius au plus haut niveau de l’Etat, ce qui interpelle, puisqu’Emmanuel Macron se prend pour le sauveur du monde et qu’il se montre généralement hyper-réactif sur les sujets européens. Mais, 11 juin, aucune communication n’était encore venue de l’Elysée, du Quai d’Orsay ou du ministère de l’Intérieur, à la différence du gouvernement allemand qui, en demande de main d’oeuvre peu qualifiée, appelait depuis Berlin l’Italie et Malte à la « responsabilité humanitaire ». Edouard Philippe s’est fendu d’un  commentaire : pour lui, comme pour l’immense majorité des Français, l’immigration est un défi pour l’Europe…

L’opposition meuble bruyamment le silence jupitérien

La gauche et l’extrême gauche – qui se disent attentives aux plus défavorisés déjà établis en France – se sont portés sur le devant de la scène humanitaire. Le socialiste Boris Vallaud, porte-parole du PS et époux de la franco-algérienne Najat Vallaud-Belkacem, dénonce un « silence assourdissant« , phrase toute faite, l’Insoumis Eric Coquerel, LFI, s’est fendu d’un tacle assassin via Twitter. « Honte à la France [plutôt qu’à Macron?] dont le silence vaut complicité avec l’Italie et Malte« . Coquerel est-il en désaccord avec Mélenchon : celui-ci, en effet, n’est-il plus favorable au maintien des clandestins au pays ? Les cris d’orfraie du politicien Coquerel sentent fort du bec le populisme !

Il est vrai que les passagers de l’Aquarius n’entrent pas dans le cadre de l’immigration maîtrisée voulue par Macron et incarnée par Gérard Collomb, mais surtout votée avec la loi asile et immigration. 

Le ministre de l’Intérieur a d’ailleurs évoqué des régions « submergées par les flux de demandeurs d’asile ». Il avait aussi condamné le « benchmarking » et les migrants qui font leur marché parmi les pays européens les mieux-disant en matière d’aides sociales.

Des convictions en accord avec la majorité des Français, souligne un sondage Ifop : 59% d’entre eux sont contre la répartition en Europe des migrants qui débarquent en Grèce et en Italie, clandestinement, et à ce que la France en accueille.

Maurice Szafran juge Michel Onfray : il « sombre dans le conspirationnisme »

Le journaliste bobo appelle à l’ostracisation du philosophe !

« Ses lecteurs, et nous en sommes » – ‘nous’, c’est Safran, en majesté ! – « se souviendront que Michel Onfray s’est longtemps défini comme «  libertaire de gauche « .

Puis il évolua, pourquoi pas… (première sentence), vers les thèses souverainistes, se rapprochant ainsi de Jean-Pierre Chevénement, ce qui est fort respectable (deuxième bon point). L’internationalisme en prenait certes un coup, mais le philosophe avait choisi -ce qui est son droit le plus strict (autre jugement) – de se replier sur  » le terroir  » et non pas exclusivement sur  » son terroir « , le bocage normand. » Le parisien (du XVIe) Szafran serait-il méprisant de la France profonde ?

« Mais il se trouve que Michel Onfray écrit – à toute vitesse – plusieurs livres par an et, dans la foulée, se dégote de nouvelles idoles, des références historiques, idéologiques et culturelles parfois inattendues. » Szafran est nettement plus laborieux et figé dans ses certitudes. « Ainsi Onfray s’est-il soudain pris de passion pour le… général de Gaulle. Un choix certes rituel puisque, selon la formule consacrée,  » tous les Français ont été, sont ou seront gaullistes « , mais un alignement qui aura tout de même exigé un sacré tour de cadran.

En réalité, il suffit de lire l’interview que Michel Onfray vient d’accorder à L’Express pour saisir que le néo-gaullisme de Michel Onfray est d’abord circonstanciel. Un outil de combat. Une arme de destruction politique. Ses cibles? Les deux  » monstres  » dont le seul objectif est de détruire la France! Cela n’exige guère d’efforts pour reconnaître… François Mitterrand… et son fils légitime… Emmanuel Macron… Là voilà donc, la thèse  » sérieusement  » défendue dans un journal  » de référence  » par un intellectuel influent ayant à l’accoutumée sa place réservée dans les colonnes du Point et du Figaro, à la table de Ruquier et d’Ardisson, mais qui se plaint volontiers d’être  » ostracisé « – la bonne blague. » Safran n’a pas les lèvres gercées!

Intellectuel-« communicant  » de premier ordre, Onfray sait faire ronfler et claquer les formules. On peut y déceler un artifice, car Safran est perspicace; ça ne manque toutefois pas d’efficacité, puisque Michel Onfray est désormais l’un des intellectuels organiques de la… droite identitaire et conservatrice! Une consécration disons inattendue pour un  » libertaire de gauche « .

« La haine du général »

Dernier exemple en date puisé dans L’Express:  » Macron a beau se réclamer du général de Gaulle, il est l’héritier en ligne directe de Mitterrand qui n’eut qu’une seule ligne claire dans sa vie: la haine du général (…). Mitterrand n’a connu qu’un seul idéal : sa petite personne. Ce en quoi le Macron égotiste (…) se montre une fois encore le digne héritier de Mitterrand qui, après avoir renoncé à la gauche, en 1983, s’est entiché d’une Europe dont il savait de façon cynique qu’elle détruirait définitivement la France gaullienne. Avec la vente de la nation au consortium maastrichtien, l’homme de la francisque pouvait triompher face à l’histoire [l’Histoire ?]: il a tué l’œuvre de l’homme du 18 juin.

Politiquement, Macron, c’est Mitterrand, la francisque en moins « . Bref, Mitterrand assassin [victime: la France], Macron complice!

Peut-être faudrait-il renoncer à discuter, à commenter, à critiquer non pas de ces inepties, mais ce système clos et en boucle, cette réflexion de nature conspirationniste visant à diaboliser la construction européenne, à en faire une hydre diabolique ayant pour seul et unique objectif, le malheur, l’asservissement et, enfin, la disparition des peuples et d’Europe. Rien à voir avec l’euro-scepticisme de Jean-Pierre Chevénement ou du défunt Philippe Séguin.

Les mots utilisés, le ton, la vindicte, la haine qui affleure sans cesse, oui cet Onfray là fait peur, son influence aussi car il est en réalité plus efficace, beaucoup plus, que le Front National et Marine Le Pen.

« La France est morte en 1992 »

Citations, à nouveau:

-« La France est morte en 1992, date du traité de Maastricht par lequel nous avons renoncé à notre souveraineté au profit d’une supranationalité libérale » – qu’elle ne soit pas socialiste n’est pas son moindre défaut- « gérée par un dispositif très autocratique qui dispose de l’argent, donc des médias  » – mais aussi Szafran fut employé de François Pinault – « , donc de l’opinion – ce que je nomme l’État maastrichtien ».

-« Le dispositif de l’Etat maastrichtien est de nature totalitaire ». Que répliquer, et comment, à ce slogan, creux comme toutes les formules passe-partout?

En rhétoricien habile, Michel Onfray s’empare du « peuple ». » Un travers communiste… Comme le Parti socialiste s’accapare du social et de l’humanisme ! « Il parle au nom du « peuple »; le « peuple » lui appartient ; le « peuple », a-t-il décrété, est entré en résistance contre la «dictature maastrichtienne». » Et celui qui écrit ces mots est un journaliste membre d’une caste s’arrogeant le droit de parler au nom des Français, en fait, de leur laver le cerveau à la lessive gouvernementale !

« En France, rien ne l’indique, notamment pas les résultats des récentes élections. Mais Michel Onfray fait partie de ceux, à l’extrême-droite comme à la gauche de la gauche, qui remettent en cause la légitimité de l’élection présidentielle, qui ne reconnaissent pas la légitimité d’Emmanuel Macron « boy de l’oligarchie maastrichtienne ». Cette assertion disqualifiante interdit par définition tout débat ouvert et argumenté. On ne bataille pas avec le diable et Onfray passe son temps à diaboliser et à disqualifier tous ceux qui ne pensent pas comme lui. » Il fait donc du Szafran ! « Il va de soi que Macron [ne] peut pas être (intellectuellement) honnête puisqu’il a pour fonction de détruire la France et la République.

C’est comment le conspirationnisme, donc ?

blog -Nestlé-Maurice tu pousses le bouchon un peu loin.pngC’est comme ça. C’est comme Onfray. »
Ce serait comme Szafran que ce serait négligeable. Le microcosmique Szafran, c’est la soumission braillarde et la diffamation méchante.

On ne jette pas ses lingettes dans les toilettes

Pas plus que dans la nature : alors, faut-il les interdire ?

Les lingettes ne sont pas aussi biodégradables que dans la pub

C’est un produit tellement utile et pratique au quotidien qu’il peut paraître indispensable : multi-usages, il permet de nettoyer les surfaces, se démaquiller ou encore faire la toilette des bébés.

Pourtant, c’est une catastrophe pour l’environnement. Le groupe allemand KSB, qui assure notamment le pompage des eaux usées au Mont-Saint-Michel ou à la Philharmonie de Paris, tire la sonnette d’alarme. «Ce sont des lingettes qui sont vendues comme jetables dans les sanitaires, explique une responsable de l’entreprise. Elles sont présentées par les fabricants comme biodégradables au contact de l’eau, mais ce n’est pas du tout le cas Ainsi, les lingettes jetées dans la cuvette des toilettes se retrouvent dans les stations d’épuration de l’eau et créent un «encombrement».
«Ces stations sont conçues pour recevoir des matières organiques et pas des matières textiles», abonde Catherine Rolin de l’association France nature environnement.
Conséquence : un surplus de travail pour les employés de manutention et de maintenance dans ces stations, qui se répercute sur la facture d’eau des consommateurs.

Les lingettes sont chargées en produits chimiques

Plus grave encore est l’impact sur l’environnement. «Ces lingettes contiennent des produits chimiques qui se répandent dans les eaux propres ou usées», ajoute Catherine Rolin. Et même lorsque ces lingettes ne sont pas jetées dans les sanitaires mais à la poubelle (la majorité des cas), «comme il n’y a pas de filière de tri pour ces produits, ça va dans les ordures ménagères. Soit ils sont incinérés, soit ils vont au stockage donc à la décharge, soit on les utilise pour le compost, et donc les produits chimiques vont se répandre dans les champs et dans les sols». D’après l’organisation internationale WWF, les lingettes domestiques génèrent dans le monde 23 kilos de déchets par an et par personne, contre 1,2 kilo pour les nettoyants traditionnels, soit vingt fois plus. Elles seraient par ailleurs seize fois plus chères.

Microfibres et vinaigre blanc

Pour «mieux pouvoir contrôler l’impact de ces lingettes», France nature environnement a appelé en 2014 le gouvernement à intégrer les «textiles sanitaires», dont elles font partie, aux filières à responsabilité élargie du producteur (REP). Il s’agit d’un dispositif qui existe dans la loi française depuis 1975 et renvoie au producteur la responsabilité, y compris financière, de la gestion des déchets finaux.

Les piles ou encore les pneumatiques en font partie.

A ce jour, l’association n’est pas parvenue à étendre les filières REP aux lingettes. A l’échelle européenne, la Commission envisage toutefois de s’y atteler dans un projet de directive présenté lundi.

En attendant, des alternatives plus écologiques existent et sont connues depuis longtemps, notamment pour l’entretien ménager. «Ces lingettes jetables ne sont pas si vieilles que ça, avant on s’en passait, souligne Catherine Rolin. Dans les années après-guerre, le culte du marketing et de la consommation a changé nos habitudes, dans le mauvais sens. Il y a plein de choses que nos grands-mères utilisaient et que nos mères ont délaissées pour choisir des produits plus « modernes ».»
Ainsi, un chiffon en microfibres de bonne qualité couplé avec de l’eau, du vinaigre ou du bicarbonate de soude peut se révéler très efficace pour nettoyer les surfaces de sa cuisine.

Sensibiliser les usagers ne suffit pas. Encore faut-il contraindre les producteurs à retirer les produits qui ne respectent pas l’environnement.

VOIR et ENTENDRE la VIDEO d’Emmanuel Macron dans ses oeuvres : LIEN

Castaner dénonce sur Twitter un photo-montage de Macron en nazi

Un seul extrême offusque le secrétaire d’Etat lors de l’utilisation de cette affiche, samedi lors de la « marée populaire ». 

« Jusqu’où iront l’indécence, la haine et la bêtise la plus crasse », a éructé Christophe Castaner dimanche en assurant lui-même la diffusion de l’image brandie sur une pancarte, lors de la manifestation organisée par l’extrême gauche, samedi 26 mai, partout en France. 

Pour ceux qui ne l’ont pas vue, Emmanuel Macron apparaît vêtu d’un uniforme SS, avec une casquette siglée de dollars, un brassard Medef et une épaulette Vinci. L’auteur est à l’évidence anti-capitaliste…
Peu visible sur l’image, un symbole israélien est également collé sur le bras du président. Le gauchiste est pro-palestinien et antisioniste de surcroît.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, s’est dite « choquée de la violence »

Selon elle, invitée sur BFMTV,si « la contestation, l’opposition et le doute est normal (…), ce type d’image n’a pas lieu d’être dans une manifestation républicaine »

Selon le journaliste Jeremy Audouard, la « France insoumise » tente le même parallèle que les jeunes écologistes belges contre leur ministre de l’Intérieur ».
Le mouvement
Ecolo J avait publié une image de Theo Frenken vêtu d’un uniforme nazi, en septembre 2016. Ce rappel d’un précédent est-il de nature à apaiser la blessure de Macron ou à banaliser l’insulte ?

Emmanuel Macron n’en est pas à son premier photomontage en nazi

En novembre 2017, un syndicaliste et membre du bureau national du Parti socialiste, Gérard Filoche, avait tweeté une image du président avec un brassard nazi au bras, la croix gammée remplacée par un signe dollar, entouré de Patrick Drahi, Jacob Rothschild et Jacques Attali.  

La socialiste Juliette Méadel, qui dénonça un tweet à caractère antisémite et complotiste, est passée dans l’écurie Macron. Gérard Filoche avait été exclu du PS.

Macron accorde sa première grâce : bénéficiaire, une prostituée condamnée pour meurtre

Le régime de la réclusion à perpétuité était trop dur pour cette faible femme incarcérée depuis 30 ans

Résultat de recherche d'images pour Emmanuel Macron a accordé sa grâce présidentielle pour la première fois de son mandat, rapporte le Journal du Dimanche (JDD), dimanche 27 mai. La bénéficiaire, Marie-Claire F., est une ex-prostituée de 73 ans originaire de Guadeloupe, qui avait été condamnée à la réclusion criminelle à perpétuité en 1988 pour le meurtre d’un de ses clients.

Elle est incarcérée en milieu hospitalier à Rennes et serait « psychiatriquement très fragile« , selon une source proche du dossier, citée par le JDD. Or, le régime de la réclusion à perpétuité est particulièrement sévère. « La situation était insatisfaisante car elle n’avait droit à rien, même à de petites choses très simples, comme participer à des ateliers de préparation de repas« , selon cette même source. Son avocate, plusieurs députés et la contrôleure générale des lieux de privation de liberté – Adeline Hazan, 62 ans, ex-maire socialiste de Reims et ancienne présidente du Syndicat de la magistrature SM (1986-1989) – avaient ainsi demandé la grâce présidentielle, pour « raisons humanitaires« , afin d’alléger son régime de détention. 


Il s’agit donc d’une grâce partielle.

Au vu de la dangerosité évaluée de la détenue, sa peine est commuée en une peine de 20 ans de prison, applicable à partir de vendredi et la signature par le président du décret. « Cette décision prolonge ce qu’avait dit le président dans son discours d’Agen sur la nécessité d’une peine qui a un sens, indique l’Elysée.
Cette grâce présidentielle lui ouvre des droits qui assouplissent son régime de détention.

 

Yassine Belattar s’estime « plus français » que Manuel Valls

Nommer l’humoriste au ‘Conseil présidentiel des villes’ est une « faute » et une « faiblesse » de Macron, dénonce l’ancien premier ministre.

Marianne et Belattar : la fabrication d'un ennemi

Souvent controversé et parfois attaqué, l’humoriste Yassine Belattar est notamment considéré comme un infiltré par certains militants de la laïcité dénonçant sa proximité avec l’islam politique. En 2015, il accepta en effet d’animer le gala du CCIF, tout en prétendant venir « en tant que républicain et non en tant que musulman », bien que ce ‘Collectif contre l’islamophobie en France’ soit l’objet de critiques sur sa proximité avec des islamistes (dont les Frères musulmans) ou sur l’instauration d’une approche de concurrence victimaire. Au mois de mars dernier, Manuel Valls avait d’ailleurs réagi à la nomination de Yassine Belattar au Conseil présidentiel des villes par Emmanuel Macron.  

blog -Belattar Y

Dans son édition du 14 décembre, l’hebdomadaire Marianne a diffusé un article mettant en garde contre l’humoriste engagé, et ses semblables que le microcosme sort du néant pour servir d’alibi politique. Mais tel est pris qui croyait prendre, car le comique est plus retors que la moyenne des saltimbanques du rire. On commence à l’accuser d’attenter au modèle républicain et laïc. On ne l’avait pas pris au sérieux, mais Marianne ne s’est pas laissé tromper : son discours est chargé  en  « déni de l’islamisme », » discours sur «les Blancs» et les autres »… Présenté comme « shooté au néoracisme » (celui des « pétitions d’intellos fourvoyés » et des « ateliers pour ‘racisés’ « ), il est pour le magazine un « Houria Bouteldja en bouffonne »« le PIR [Parti des indigènes de la république (« anti-impérialiste et antisioniste »), dont Bouteldja est la porte-parole] en pitre. » 

Des accusations qui ont poussé dans un nouvel affrontement du Franco-marocain né dans les Yvelines avec l’ancien Premier ministre, les deux hommes s’invectivant régulièrement  lors d’apparitions médiatiques. Et c’est ainsi qu’à peine interrogé sur cette dispute par Thierry Ardisson sur le plateau de « Salut les Terriens! », Yassine Belattar a remis une pièce dans la boîte à claques.

View image on Twitter
 « Le plus français de nous deux c’est moi: je suis né à Conflans-Sainte-Honorine et je n’ai connu que la France, lui est arrivé en France à 18 ans et ne savait même pas conjuguer le verbe être », a lancé Yassine Belattar, déclenchant les rires de l’animateur et du plateau.

Quant à la formule sur la « faute » et le « signe de faiblesse », celui qui est aussi présentateur sur Radio Nova a là encore préféré verser dans la xénophobie, glissant avec malice: « C’est pas grave, les Espagnols sont comme ça… »

« Quand Valls veut m’emmener dans un mano a mano, c’est lui le toréador, moi je ne suis pas le taureau. Il est tout seul. »

Et de terminer avec une nouvelle blague de stand-up, dans le style de Jamel Debbouze, autre comique ambigu  : « Je voulais dire à Manuel Valls que je suis plus proche des frères Bogdanov que des frères musulmans.« 

L’intégralité du passage de Yassine Belattar dans SLT:

A voir également sur Le HuffPost

https://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01590560/zone/1/showtitle/1/src/vkuq58

VOIR et ENTENDRE aussi son échange avec David Pujadas sur le thème du terrorisme :<center>
</center>

La limitation à 80 km/h divise le gouvernement : Philippe recadre Collomb

Le gouvernement se fissure

Après le « joker » du ministre de l’Intérieur sur la limitation de la vitesse à 80 km/h, Edouard Philippe a rappelé son ministre d’Etat à l’ordre vendredi

blog -Philippe-Macron et Collomb
Philippe, Macron et Collomb

Edouard Philippe a redit  être « prêt à assumer » l' »impopularité » de la limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, soulignant que « l’ensemble du gouvernement est mobilisé » sur cette mesure et contre l’avis du ministre de l’Intérieur. Lors d’une réunion publique jeudi soir, Gérard Collomb, interpellé sur cette limitation, avait en effet répondu « je prends un joker sur la question », enchaînant avec la question suivante.

 

Le locataire de Matignon a fait la leçon au septuagénaire récalcitrant

« Quand on a l’honneur d’exercer des responsabilités publiques, il faut parfois choisir entre de mauvaises décisions qui rendent populaire et de bonnes décisions qui rendent impopulaire« , a estimé Philippe, lors d’un déplacement à Strasbourg. « Lorsque nous avons débattu de cette mesure au sein du gouvernement, nous avons évidemment identifié le fait que la prendre serait susceptible de poser dans la population française des questionnements, des interrogations, des critiques, peut-être même à certains égards des agacements, voire de la colère. Nous en étions parfaitement conscients« , a-t-il commenté.

blog -Philippe-Collomb-tensions« Avant même que la décision soit prise, lorsque j’ai évoqué la possibilité de prendre une telle décision, j’ai indiqué que je savais qu’elle susciterait une forme d’impopularité à laquelle je suis prêt. Je suis prêt à assumer cette impopularité, car je crois fondamentalement que réduire le nombre de morts et de blessés sur les routes françaises est un véritable objet, un véritable enjeu de politique publique », a-t-il ainsi longuement argumenté. Verdict fin juillet, mois le plus criminogène de l’année.

« Je sais évidemment pouvoir compter sur l’engagement du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur pour faire en sorte que cette décision du gouvernement soit mise en oeuvre dans d’excellentes conditions », au 1er juillet, a-t-il insisté, preuve de son doute, rappelant qu’il avait souligné ce point, « avec le ministre de l’Intérieur », mardi devant les préfets. « J’ai eu l’occasion de le lui dire à de nombreuses reprises et encore ce matin au cours d’une discussion téléphonique que nous avons et qui sont évidemment très nombreuses« , a-t-il précisé. Une insistance qui en dit long sur la résistance du ministre de l’Intérieur.

« Un joker, pas un couac », défend Castaner

Image associéeLe patron de La République en marche Christophe Castaner avait estimé un peu plus tôt sur franceinfo que la réponse de Gérard Collomb était « un joker, pas un couac ». « Mais chacun peut avoir ses réserves, plusieurs ministres les ont exprimées », a révélé le bavard.
Par exemple, Jacques Mézard, ministre de la …Cohésion des territoires, n’a pas caché son opposition à la limitation de la vitesse à 80 km/heure et en a fait part à l’occasion du Comité interministériel de sécurité routière, indiquait le JDD en janvier.

blog -Macron reconforte Collomb en larmes-investiture Elysee-mai2017.JPGLa limitation à 80 km/h est depuis plusieurs mois très critiquée à droite, parmi les automobilistes et dans les territoires ruraux.
Disant entendre les « coups de sang » et les « énervements« , Macron avait expliqué qu’au terme de deux ans d’expérimentation, la mesure serait abandonnée si elle n’avait « pas d’efficacité » reconnue.
Il a également dit que tout l’argent perçu par l’Etat en sanctionnant les contrevenants serait affecté aux « hôpitaux qui soignent les blessés de la route« .

La vignette devait financer les vieux…
Résultat de recherche d'images pour "vignette automobile vieux"En 1956, les finances publiques françaises étaient à sec, mais Guy Mollet trouva une nouvelle source de financement pour garantir un revenu minimum à toutes les personnes âgées de plus de 65 ans, via un nouveau ‘Fonds national de solidarité ».  L
e socialiste cibla donc l’automobile et les automobilistes, la voiture étant considérée comme un luxe réservé aux plus riches. Les impôts nouveaux de « solidarité » ne datent pas de Hollande et le montant de la vignette automobile  fut assis sur la « puissance fiscale » du véhicule.

retour-de-la-vignette-970adEn 1984, avec la décentralisation, l’Etat socialiste mitterrandien se mit à l’abri de la critique dénonçant l’affectation d’une recette à une politique particulière: il transféra la prise en charge sociale des « anciens » aux …départements  et leur concéda la recette de la vignette ainsi que la responsabilité d’en fixer le montant. Son prix devint donc très variable d’un département à l’autre, ce qui fournit un autre motif de critique de cette taxe, accusée de ne pas être équitable.

Résultat de recherche d'images pour "vignette des vieux"
Le substitut à la vignette qui pend au nez des ‘seniors’

En 2000, elle fut supprimée par le socialiste Laurent Fabius, ministre de l’Economie du gouvernement Jospin, pour tous les véhicules particuliers, l’Etat versant à la place une nouvelle dotation aux départements), mais continua d’exister pour les véhicules professionnels. Elle s’appela ensuite la ‘taxe différentielle sur les véhicules à moteur’...

Le produit de l’impôt (une taxe de « solidarité intergénérationnelle », dit-on en 2018) alla-t-il jamais aux « vieux », qu’ils soient étiquetés « anciens » ou « seniors » ?

Macron à un an : « Pour l’instant, il n’y a pas de résultats, » souligne Montebourg

Nono a quitté la politique il y a un peu plus d’un an, après la dernière élection présidentielle qui a promu à l’Elysée son successeur à Bercy, mais le revoilà !

blog -Montebourg-Macron-effusions.jpgMais l’ancien ministre de l’Economie garde toutefois un oeil critique braqué sur son ancien domaine d’activitéAlors qu’il s’apprête à lancer une école de hautes études …apicoles, en janvier 2019, il s’est fait inviter sur Europe 1 samedi, à l’occasion de l’inauguration mercredi dernier d’une rue (éphémère) du « Made in France » – thème dont il s’est fait médiatiser – à Paris, il conserve un regard revolver sur la première année du quinquennat d’Emmanuel Macron. « Les résultats ne sont pas là », observe-t-il.

« Il va falloir donner un coup de collier »

blog -Macron accepte une poule au salon-de-l-agriculture-samedi-24-fevrier-a-paris (1).jpg« Pour l’instant, il n’y pas de résultats. La croissance n’est pas au rendez-vous. On a toujours autant de chômage« , souligne Arnaud Montebourg. « L’industrie [Nono était ministre du « redressement productif, » rappelez-vous !] est complètement abandonnée. On a vendu Alstom et d’autres entreprises à des puissances économiques étrangères, moi ça me gêne. [Et le volailler breton Doux a été vendu à un Saoudien] On ne finance pas suffisamment le système productif. Il y a beaucoup de choses à faire qui ne sont pas faites. Il va falloir donner un coup de collier sur le plan économique. »

« es « conséquences perverses » de la suppression de l’ISF.

Résultat de recherche d'images pour "Montebourg Macron"Arnaud Montebourg évoque aussi des « conséquences perverses » après la suppression de l’ISF. « D’abord, c’est un impôt qui ne prélève pas beaucoup d’argent sur les fortunes. Ensuite, on pouvait le conserver tout en le faisant évoluer« , asssure-t-il. Résultat de recherche d'images pour "Montebourg Macron"« Surtout, il y avait un milliard de déductions fiscales qui s’investissaient dans les PME et les TPE parce que les gens voulaient payer moins d’impôts. Ils rendaient service à l’économie, à la société. Là, ça a disparu. C’est ça la conséquence », explique l’ancien ministre de l’Economie, qui conclut, plus globalement : « Je crois qu’il y a beaucoup à dire, en effet. »

 

Qualité de l’air : Macron n’est pas en position de faire la leçon à Trump

Bruxelles renvoie 6 pays – dont la France et l’Allemagne – devant la justice

blog -qualite de air 2017 ds monde.jpg
Vert = bon; jaune = modéré; ocre = à risques

Alors que la Suisse est sacrée meilleur pays du monde en 2018, la France est 9e derrière les Etats-Unis et la Commission européenne a décidé jeudi de renvoyer six Etats membres, dont la France et l’Allemagne, devant la Cour de justice de l’UE pour avoir manqué à leurs obligations en matière de qualité de l’air.

Bruxelles sanctionne ainsi les manquements répétés de la France, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, de l’Italie, de la Hongrie et de la Roumanie pour dépassement des valeurs limites de qualité de l’air fixées et manquement à l’obligation de prendre des mesures appropriées pour écourter le plus possible les périodes de dépassement”. 
Neuf pays au total étaient sous la menace d’être renvoyés devant la justice européenne. L’Espagne, la Slovaquie et la République tchèque ont échappé à la punition.

Résultat de recherche d'images pour "Macron Trump pollution"L’Allemagne, la France et le Royaume-Uni sont sanctionnées pour le non-respect des valeurs fixées pour le dioxyde d’azote issu des pots d’échappement, principalement dans les agglomérations

La Hongrie, l’Italie et la Roumanie sont mises en cause pour la concentration élevée et persistante de particules (PM10), ces matières (poussière, fumée, suie, pollen) présentes naturellement dans l’air mais dont la concentration est aggravée par la pollution.

Bruxelles avait accordé une “dernière chance” aux neuf Etats membres considérés comme les mauvais élèves de l’UE 

EPI
Environmental Performance Index selon l’Université de Yale

Selon l’Agence européenne de l’environnement, la pollution aux particules fines est responsable de près de 400.000 décès prématurés par an, dont 66.000 en Allemagne, 60.000 en Italie et 35.000 en France.
Pour le NO2, dioxyde d’azote produit par les moteurs à combustion interne et les centrales …thermiques, les morts prématurées sont estimées à 75.000 par an en Europe, dont 14.000 au Royaume-Uni, 12.800 en Allemagne et 9.300 en France.

Résultat de recherche d'images pour "Macron  pollution"La décision avait été annoncée dans un premier temps pour la mi-mars, mais la Commission aura finalement pris le temps de la réflexion. Elle avait accordé une “dernière chance” aux neuf États membres considérés comme les mauvais élèves de l’UE, dont les cinq premières économies de l’Union. Le Bureau européen de l’environnement (BEE), une ONG basée à Bruxelles, les avait surnommé le “bloc toxique”.

92b109fe959607e86b24135627dcb65b

L’exécutif européen exigeait d’eux “des mesures additionnelles crédibles, opportunes et efficaces”. Les neuf pays ciblés ont dû présenter un plan d’action. “Trop peu, trop tard”, selon l’avis du BEE. 
Le ministre français Nicolas Hulot avait estimé que la plan d’action présenté par Paris pour les 14 zones les plus polluées de France était “à la hauteur des enjeux”.

Ce n’est pas la première fois que la Commission prend ce type de décision. Deux États membres ont déjà été reconnus coupables d’avoir manqué à leurs obligations pour les émissions de particules fines: la Bulgarie et la Pologne. Toutefois, à ce stade, aucune sanction financière n’a été prise à leur encontre.

Le « plan banlieue » de Borloo est mort-né

 

 Un plan « ambitieux » selon l’Elysée, qui fait marche-arrière… 

Jean-Louis BorlooLa présentation par Emmanuel Macron du « Plan banlieue », inspiré par le rapport remis à l’exécutif par Jean-Louis Borloo, est reportée sine die.

Islamisme : Macron n’a pas la confiance des Français pour lutter contre le terrorisme

Les Français sont 56% à ne pas faire confiance à Emmanuel Macron pour lutter contre la menace terroriste en France 

2blog -Macron chechia4% ne lui accordent « pas du tout » de crédit. Ce sont les chiffres parus dans le dernier sondage « L’Opinion en direct » piloté par l’entreprise de sondages Elabe que nous publions ce mercredi. Cette étude a été réalisée ces mardi et mercredi, quelques jours, donc, après le meurtre de Ronan par un assaillant d’origine tchétchène à Paris samedi soir.

Ils sont 61% à faire part de la même réserve au sujet du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb.

La variable des électorats

blog -crise de confianceLes électeurs de Macron conservent pourtant largement leur confiance à ces deux figures de l’exécutif, à hauteur de 84% pour le président de la République et de 74% pour son ministre.

Les électeurs de Les Républicains sont 54% à accorder de la crédibilité à Macron et 46% à Gérard Collomb.

Les soutiens de l’ex-socialiste Benoît Hamon ne sont plus que 43% et 36% à les suivre sur ce terrain.

Les électeurs de l’extrême gauche (31% et 36%) et de l’extrême droite (21% et 16%) ne dissimulent guère leur défiance envers l’exécutif.

Macron fait la leçon à Merkel pour réformer l’Europe

Après Trump, Macron va-t-il insupporter Merkel un peu plus ?

Concertation au sommet entre sexagénaires 

« N’attendons pas. Agissons maintenant! »: Emmanuel Macron a tenté jeudi d’en imposer à la chancelière Angela Merkel pour qu’elle accepte des réformes ambitieuses en Europe et mette en veilleuse le « fétichisme » de son pays sur les excédents budgétaires.

Le président et la chancelière sont engagés depuis des semaines dans des tractations compliquées pour tenter de se mettre d’accord sur une série de projets de refondation de l’Europe post-Brexit, en vue d’un sommet des dirigeants européens fin juin.

Les discussions achoppent notamment sur les propositions françaises visant à doter la zone euro d’une budget d’investissement pour doper la croissance.

Et, profitant de la remise d’une récompense pour son engagement pro-européen, le Prix Charlemagne, décerné depuis 1950 par la ville d’Aix-la-Chapelle, sur les terres mêmes d’Angela Merkel en Allemagne, Emmanuel Macron n’a pas hésité à manifester son impatience grandissante.

« Ne soyons pas faibles et choisissons »

Les exhortations du nouveau venu sur la scène politique européenne ont le don d’agacer. Mais, dans un discours émaillé de formules volontaristes, il a encore essayé de se mettre en avant,  à Aix-la-Chapelle, seulement  un an après sa prise de fonction.

« Je crois à un budget européen beaucoup plus ambitieux (…) Je crois à une zone euro plus intégrée, avec un budget propre« , a insisté le chef de l’Etat français, malgré les fortes réserves du gouvernement allemand. Berlin craint par ce biais de devoir payer pour les pays du Sud de l’Europe à ses yeux trop dépensiers.

Les propos durs du chef de l’Etat français trahissent son inquiétude de la spirale de l’échec.

Elu sur un credo résolument pro-européen, mais une Europe différente, il a fait de ce dossier une grande priorité, s’en est pris à la timidité de l’Allemagne pour les dépenses et l’investissement.

« En Allemagne, il ne peut y avoir un fétichisme perpétuel pour les excédents budgétaires et commerciaux, car ils sont faits aux dépens des autres« , a-t-il lancé lors de la cérémonie à laquelle assistait Angela Merkel.

Le nouveau gouvernement allemand vient de confirmer le cap budgétaire très orthodoxe du pays: il n’y aura pas de déficit budgétaire pour les années à venir.

L’avenir de la zone euro est controversé avec la France, a reconnu la chancelière.

5ce99ebb54e4acd3095d5b83df2995d5c57e14f2« Oui, nous avons des discussions difficiles », a-t-elle glissé dans son éloge pour le prix (en chocolat) accordé à Emmanuel Macron, seul nouveau venu dans le paysage européen. « Nous avons des cultures politiques et des manières d’approcher les sujets européens différentes », a-t-elle diplomatiquement commenté, tout en se disant évidemment favorable à rendre la zone euro « plus résistante face aux crises« .

Les deux dirigeants se sont en revanche retrouvés sur les autres réformes en Europe, dans les domaines de la défense ou de la politique étrangère notamment, face aux chamboulements impliqués par l’isolationnisme croissant des Etats-Unis. « Le temps où l’on pouvait compter tout simplement sur les Etats-Unis pour nous protéger est révolu », a observé A. Merkel, et en conséquence « l’Europe doit prendre son destin elle-même en main« .

Emmanuel Macron lui a fait écho en plaidant pour « faire de l’Europe une puissance géopolitique » et « diplomatique », et en critiquant implicitement la volonté des Etats-Unis de vouloir dicter leur conduite aux Européens, comme sur le nucléaire iranien.<br> »Si nous acceptons que d’autres grandes puissances, y compris alliées, y compris amies dans les heures les plus dures de notre histoire, se mettent en situation de décider pour nous notre diplomatie, notre sécurité, parfois en nous faisant courir les pire risques, alors nous ne sommes plus souverains« , a-t-il affirmé.

Suite à l’annonce du retrait de son pays de l’accord sur le nucléaire iranien, le président américain Donald Trump a menacé de sanctions les entreprises européennes qui continueraient de faire des affaires avec Téhéran.

Les pays européens, au contraire, entendent maintenir l’accord, qui prévoit la levée de sanctions en échange d’un contrôle du programme nucléaire iranien, et ils demandent aux Etats-Unis de ne pas les en empêcher.

aix-la-chapelle-antinuke-180510
Le journal Libération ne les a pas vus ?

A Aix-la-Chapelle, plusieurs dizaines de militants écologistes l’ont accueilli. Ils ont déployé une banderole appelant à « construire une Europe sans nucléaire« .

Réforme des institutions : élus LFI et LR lancent l’alerte contre un « affaiblissement » du Parlement

A gauche comme à droite, l’opposition alerte l’opinion contre un « affaiblissement » à venir des pouvoirs du Parlement.

blog -Macron souverain sur trone
En marche vers le pouvoir personnel

Des élus de La France insoumise (LFI) et des Républicains (LR) ont une nouvelle fois alerté les Français mercredi, alors que le premier volet de la réforme des institutions voulue par Emmanuel Macron est à l’ordre du jour du Conseil des ministres. « Cette révision, elle va affaiblir le Parlement », a prévenu le chef de file des sénateurs LR, Bruno Retailleau, sur France 2.

« Le fait de contraindre le droit d’amendement, le fait que le gouvernement et l’exécutif reprennent la main sur l’ordre du jour, c’est incroyable ! Comme si le président de la République n’avait pas suffisamment de pouvoirs, il faut concentrer encore plus de pouvoir entre ses mains« , a-t-il fustigé.

« C’est la première fois dans l’Histoire de la Ve République que les droits du Parlement seront abaissés », a renchéri, sur BFMTV et RMC, le député LR de l’Ain Damien Abad.

« Cette baisse, conjuguée à la proportionnelle, va faire qu’un député aujourd’hui élu sur une circonscription de 100.000 à 120.000 habitants, demain sera sur 200/250.000 habitants« , a-t-il dénoncé. « On est en train de créer les conditions d’une République hors-sol ».

Du côté de LFI, le député du Nord Adrien Quatennens a critiqué sur Europe 1 la baisse du nombre de parlementaires : « quand vous allez devoir suivre 42 communes, parfois plus, dans votre circonscription, vous allez aussi tout simplement éloigner les élus des citoyens« , a-t-il déploré. « Il y a un véritable divorce entre la population et ses institutions (…); nous avons besoin que le peuple lui-même s’en mêle », a-t-il demandé.

Le « problème de la vie politique en France n’est pas « trop de Parlement ou trop d’amendements (…), c’est le fait que le pouvoir est excessivement dirigiste, personnalisé, du fait de la Ve République, aux mains d’un seul homme », a fustigé le député LFI de Seine-Saint-Denis Eric Coquerel sur Public Sénat.

« Emmanuel Macron considère que l’Assemblée nationale et le Parlement (sont) une chambre d’enregistrement : il a un modèle qui est celui de sa propre majorité. Il pense que c’est valable pour tout le Parlement; ça ne peut pas être comme ça« , a-t-il critiqué.

Autres dispositions du projet de loi constitutionnelle

Présenté mercredi prévoit l’accélération de certaines procédures parlementaires, la possibilité d’adopter certains textes ou parties de textes en commission à l’Assemblée, mais également la suppression de la Cour de justice de la République, et un statut particulier pour la Corse.

L’autre volet de la réforme, avec les mesures emblématiques de réduction du nombre de parlementaires, limitation des mandats dans le temps et dose de proportionnelle aux législatives, est attendu d’ici à la fin du mois.

Macron raille ceux et celles qui sont à 50 euros près

Le président des (très) riches s’en prend à « ceux qui pensent que le summum de la lutte, c’est les 50 euros d’APL »
blog -Macron moite-Nlle Caledonie-mai2018Pour avoir critiqué dans un documentaire « ceux qui pensent que le summum de la lutte c’est les 50 euros d’APL » Emmanuel Macron s’est attiré les foudres de l’opposition lundi : elle dénonce son mépris social en leur opposant les « valeurs » morales pour lesquelles le colonel Beltrame a donné sa vie lors des attentats islamistes de Trèbes.
« Le colonel Beltrame est mort parce que la France, ce sont des idées, des valeurs, quelque chose d’une guerre qui le dépasse« , explique le chef de l’Etat, dans un documentaire qui doit être diffusé lundi soir sur France 3.
Or, selon lui, « les gens qui pensent que la France, c’est une espèce de syndic de copropriété où il faudrait défendre un modèle social qui ne sale plus (sic =  trop fade !), une République dont on ne connaît plus l’odeur », et où l' »on invoque la tragédie dès qu’il faut réformer ceci ou cela, et qui pensent que le summum de la lutte, c’est les 50 euros d’APL… Ces gens-là ne savent pas ce que c’est que l’histoire de notre pays, » estime-t-il.

Pour définir cette histoire, le président énumère « une histoire d’absolu, (…) un amour de la liberté au-delà de tout, c’est une volonté de l’égalité réelle : c’est ça, la France », dit-il dans ce documentaire réalisé par Bertrand Delais, intitulé « Emmanuel Macron, la fin de l’innocence ».
« Nous sommes la France, et la France est un pays qui ne se réforme pas. On est un pays qui se cabre« , constate-t-il encore, avec le sentiment qu' »il y a en nous un goût romantique pour la lutte qui fait que, quand bien même ces statuts ne sont pas pour nous, on vit dans l’idée de pouvoir un jour les obtenir; on aime la lutte de celui qui les protège ». « Ça fait partie de la vie politique française, il faut le regarder avec respect et amour de notre histoire », estime-t-il.

« Petit », « misérable », selon  l’ex-banquier

Avant même sa diffusion, les propos que tient Macron dans le documentaire suscitent la polémique.
« Emmanuel Macron méprise les gens qui se sont indignés pour la baisse des APL. C’est petit et indigne de sa fonction« , a tweeté le député de La France insoumise, Alexis Corbière sur Twitter.

« Se servir de la magnifique figure du colonel Beltrame pour salir ceux qui luttent pour leurs droits est misérable« , a tweeté de son côté le PCF, tandis que le porte-parole du PS, Boris Vallaud, juge « petit d’opposer les héros des plus pauvres », estimant que « ceux qui sont à 20 euros près ne méritent pas ce mépris« .

Pour le président LR du Sénat Gérard Larcher, « on ne peut pas avoir des mots raccourcis. L’APL est un sujet important pour des millions de familles françaises et il faut qu’on le traite avec équité », a-t-il insisté sur LCI.
<br>Sur Radio Classique, la présidente du FN, Marine Le Pen, y voit une « indécence. Les préoccupations de ceux qui n’arrivent à pas à finir leurs fins de mois ne l’intéressent pas. Ce n’est pas son monde« .

« La petite phrase (…) montre sa haute considération pour les gens qui ont peu ou pas grand-chose », note Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, sur BFMTV, ce qui est « à l’image de sa première année. »

La baisse à l’automne dernier des aides personnalisées au logement (APL), de 5 euros mensuels pour 6,5 millions de ménages bénéficiaires, avait été vivement critiquée par les ONG – supranationales et illégitimes – de défense des mal-logés, les bailleurs sociaux et certains syndicats.

Dimanche, le secrétaire d’État à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, a reconnu que cette baisse a été une « mauvaise décision » et promis qu’il n’y « aurait plus aucun perdant » en matière d’APL.

blog -Schiappa Marlene rondeLe Premier ministre Edouard Philippe avait qualifié de « pas intelligent » ce coup de rabot, qui représente une économie mensuelle de 32,5 millions d’euros pour l’Etat. Il l’avait justifié par la nécessité de réaliser les économies prévues dans le budget 2017 par la majorité précédente, argument évidemment repris par Richard Ferrand, chef de file des députés de La République en marche (LREM), lundi, pour qui la mesure était « une connerie inévitable ».

Dans les propos fustigés lundi, Macron dénonce « les gens qui instrumentalisent cela politiquement », a synthétisé la secrétaire d’Etat à l’Egalité femmes-hommes (ci-contre) l’inculte Marlène Schiappa sur …France Culture.