Des professeurs de Rennes 2 s’opposent à une présence de la police pour garantir le bon déroulement des examens

L’ordre républicain mis en question par l’Université gangrenée par la gauche radicale

Le chaos universitaire n’est pas le seul fait des étudiants. 

Les examens doivent débuter jeudi sur le campus Villejean de l’université Rennes 2, mais pourront-ils se tenir ?  Après l’évacuation des bâtiments occupés lundi matin, les étudiants opposés à la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE) ont fait savoir qu’ils se mobiliseront pour empêcher la tenue des partiels.

 

 (@UnefRennes2) 14 mai 2018

Interrogé, le président de l’université réplique qu’il mettra  « tout en oeuvre » pour que les examens se tiennent, promettant une sécurisation du campus et un filtrage.

Des personnels de Rennes2 animent la chienlit menée par l’UNEF.

blog -Rennes2-police evacue amphi 14mai2018
Rennes2, lundi 14 mai 2018

 Les mesures de la direction élue ne sont pas du goût d’une catégorie de personnels radicalisés. Dans un communiqué du 15 mai, le comité de mobilisation des personnels mobilisés (@PersonnelMobR2) a clamé son opposition frontale :  « Nous sommes attaché·e·s à la tenue des examens, selon le calendrier mis en place, dans des conditions sereines. Cependant, nous refuserons de surveiller des examens en présence de forces policières sur les campus. » Est notamment visé le Parcoursup qui ne concerne pas leurs étudiants actuels.

Des actions violentes de « frondeurs » (« casseurs »?) font annuler les examens  dans d’autres villes

blog -Rennes2-Vive la Commune sur fronton-mai2018
La Commune de Paris est un mouvement révolutionnaire et un gouvernement  insurrectionnel  qui durèrent un peu plus de deux mois, du 18 mars 1871 à la ‘Semaine sanglante’ du 21 au 28 mai 1871
La famille de Marlène Schiappa appartient à la ‘libre pensée’

Les partis, les syndicats, les associations révolutionnaires instrumentalisant la classe ouvrière se retrouvent chaque année au Mur des Fédérés, le 1er mai, pour rendre hommage aux communards  qui s’emparèrent du pouvoir par la force et la terreur et établirent la Commune de Paris, régime collectiviste, fédéraliste, laïc et internationalistedu 18 mars au 21 mai 1871. Slogan : « Ni dieu ni maître, à bas la calotte, vive la sociale ! »

Le 18 mars 2018, l’organe du Parti communiste  français (PCF), le journal l’Humanité, a commémoré le « 18 MARS 1871, la Commune de Paris à la République » en lançant cet appel:
« A l’initiative et l’appel à la population du Collectif des communes Vive_la_commune_vivent_les_communes dimanche 18 mars, les élus parisiens et maires communistes de banlieues installent un village éphémère, place de la République à Paris, pour célébrer le 18_mars_1871, date de naissance de la Commune de Paris. C’est l’occasion pour eux de défendre les communes menacées de disparition par la réforme territoriale, la baisse des dotations, la disparition de l’autonomie fiscale, la suppression des services publics et biens des pouvoirs qui leur sont propres. C’est aussi l’occasion de rappeler les idéaux de la Commune de Paris. » Désormais maquillé en « gauche de la gauche« , le PCF prétend avoir abandonné son objectif révolutionnaire…

Depuis le début de la semaine, plusieurs universités ont dû annuler leurs examens en raison de perturbations sur fond d’opposition à Parcoursup et à la loi ORE. C’était le cas à Lyon2 lundi, mais aussi Grenoble, par exemple.

blog -ENS-mort a democratie-mai2018

D’autres établissements ont opté pour les devoirs maison, en famille, entre copains, comme le réclament les étudiants bloqueurs de Rennes 2, tous favorables à la casse de l’université et de sa délivrance des examens. Des actions en faveur du contrôle continu, dégénèrent en note moyenne 10 pour tous, une revendication de Paris Tolbiac. Le contrôle continu sera ensuite généralisé et étendu au baccalauréat où la réforme Blanquer l’introduit déjà partiellement.
L’extrême gauche révolutionnaire fait peser une menace sur l’égalité des chances et l’état de droit..

Justice « indépendante », mais non-lieu pour le « mur des cons »

La justice fait du tort à la justice, monsieur Philippe Bilger ?

Le SM n’est pas plus synonyme de la justice que les musulmans de l’islamisme…

Le Syndicat de la Magistrature sert-il la justice ? s’interroge Philippe Bilger, magistrat honoraire et président de l’Institut de la parole, auteur de  » Contre la justice laxiste » (Éditions de l’Archipel, 2014). Alors que le Parquet de Paris a requis le 7 janvier un non-lieu de celui-ci dans l’affaire du «mur des cons», Philippe Bilger revient sur les effets délétères de ces insultes sur la magistrature française.

Au mois d’avril 2013, le site Atlantico a diffusé une vidéo d’un panneau installé dans les locaux du Syndicat de la magistrature [hébergé par le  ministère de la Justice].Ce panneau qualifié de «Mur des cons», mais qui à mon sens portait plutôt l’opprobre sur «les cons» responsables de ce Mur, portait à la connaissance des syndiqués et de tous ceux qui, étrangers au SM, venaient dans ce lieu, des propos injurieux visant principalement des personnalités de droite, par exemple Nicolas Sarkozy, Christian Jacob, Nadine Morano et Brice Hortefeux, mêlées à d’autres cibles comme Philippe Courroye, Alain Minc, Jacques Attali ou Alain Bauer…

J’avais l’honneur d’y être épinglé et cette distinction m’aurait ravi si je n’avais pas estimé mon compagnonnage avec certains, discutable.

Ce qui était présenté comme une pochade, une plaisanterie de magistrats retombés en enfance, prenait, au contraire, un autre sens quand on constatait aussi sur ce Mur la présence de personnes moquées pour leur action en faveur des victimes de crimes ou, pire, parce qu’elles avaient été elles-mêmes touchées par la disparition odieuse d’un enfant. On n’était plus dans le domaine de la dérision ou de l’esprit français, même peu élégant, mais dans celui de l’indécence, voire de l’indignité.

Taubira et ses magistrats indépendants
Taubira et ses magistrats indépendants

La comparaison qui pourrait être tentée -comme, sur LCI, la Secrétaire générale du Parti de Gauche l’a esquissée- entre le Mur des Cons et l’adhésion à «je suis Charlie», entre la vulgarité partiale de l’un et la dérision orientée de l’autre ne me semble pas fondée. Les dessinateurs massacrés, qu’on apprécie ou non leurs caricatures, étaient accordés, dans leur expression, à leur travail: le SM, au contraire, par ce panneau, projetait sur la fonction de magistrat, qui aurait dû demeurer à l’abri de cette aberration, une lumière accablante. Des magistrats, oubliant qu’ils l’étaient, démolissaient, peu ou prou, l’image d’un service public déplorant pourtant de n’être qu’une autorité mais ne cessant de justifier qu’il ne soit pas un pouvoir.

Ce Mur des cons a évidemment suscité un immense tollé et ses effets délétères, malheureusement, ont atteint toute la magistrature qui est, aux yeux du citoyen, gangrenée par cette entreprise qui pourtant n’a germé que dans la tête de quelques énergumènes d’extrême-gauche, aussi bêtes, irresponsables qu’indifférents à leur légitimité de magistrats.

Combien de fois, en 2013 et 2014, j’ai été conduit, alors que je défendais la validité, dans des affaires sensibles, de tel ou tel comportement procédural, à devoir répliquer à une accusation générale de politisation de la magistrature parce que ce Mur, par sa présence scandaleuse, avait instillé dans la conscience publique que tous les magistrats se valaient sur le plan de la partialité et de l’ineptie et qu’aucun n’était à sauver. Cette descente aux enfers n’est pas terminée et il n’y a que le SM, qui n’a rien appris et tout oublié, pour ne pas percevoir à quel point son initiative a entraîné, avec elle, le naufrage d’une justice pénale désireuse, dans sa majorité, d’être respectée et équilibrée [autant que le justiciable, si ce n’est davantage]. Et ce désastre est injuste qui ruine des pratiques globalement satisfaisantes menées par des personnalités estimables et compétentes à cause d’un délire à la fois syndical et idéologique.

La présidente du SM, François Martres, a été mise en examen du chef d’injures publiques et
des réquisitions de non-lieu ont été prises le 7 janvier.

François Martres a toujours soutenu que ce Mur avait été terminé au mois de mai 2012, ce qui, en raison de la courte prescription de 3 mois en matière de presse, était de nature à éteindre en effet l’action publique. On n’est pas obligé de croire sur parole la présidente du SM mais en revanche je ne doute pas du fait que le parquet de Paris, spécialisé dans cette matière délicate, a porté sur ce dossier un regard pertinent.

D’autant plus qu’il a écarté au contraire l’argumentation sur l’absence de publicité puisque des tiers sans lien avec l’objet syndical ont pénétré dans ces locaux.

Le magistrat instructeur pourra ne pas suivre les réquisitions du procureur mais même s’il les approuvait, nul doute que l’appel ou plus tard le pourvoi en cassation retarderont encore l’issue de cette lamentable affaire.

Douze parties civiles sont enregistrées dans ce dossier et Me Gilles-William Goldnadel, avocat de l’une d’elles, pointe la responsabilité de la garde des Sceaux qui aurait tout fait pour que le SM soit préservé. Je ne sais. Ce que je constate est que Christiane Taubira qui par ailleurs n’est pas «fan» de l’indignité nationale -elle ne l’est que d’elle-même- n’a rien accompli de décisif quand ce Mur des cons a été révélé. Elle s’est contentée de saisir le Conseil supérieur de la magistrature, ce qui était une méthode redoutablement efficace pour faire s’enliser ce qui aurait mérité, dans l’urgence, un avertissement salutaire.

L’ironie de l’état de droit, et sa grandeur, tient à ce qu’il bénéficie surtout à ceux qui l’ont dévoyé. Alors que le Mur des cons va poursuivre son chemin honteux dans les têtes, il est probable qu’au bout du compte, le SM en sorte indemne.

Un syndicat d’agités politiques pour une justice « sereine » !
Et « indépendante » de l’idéologie marxiste ?

Celui-ci pourra-t-il toujours éluder ces interrogations fondamentales? Qui dirige le SM et quel niveau ont ses responsables? Une politisation affichée, extrême est-elle compatible avec ce qu’impose l’œuvre de justice, l’idéologie avec l’équité et l’impartialité? Le SM sert-il la Justice ou s’en sert-il?

Faute de répondre clairement à ces questions bien plus que judiciaires, démocratiques au sens plein du terme, le SM sera parvenu avec ce Mur des cons à ce double résultat: la «connerie» n’est pas là où il l’a placée et l’institution judiciaire est encore plus discréditée.

Je tire de tout cela, qui est amer, que dès maintenant, et sans craindre le grief de populisme, le citoyen doit s’occuper de ce qui le regarde: de la justice et de ce que les juges en font.

Membre du Parti socialiste,  Sihem Souid, est responsable communication du club de réflexion interne au PS,  La Gauche Forte (2013), animé par les députés Yann Galut et Alexis Bachelay.

<br>