Elysée : soupçon de corruption sur un proche de Macron

Anticor porte plainte contre Alexis Kohler

L’association Anticor accuse le secrétaire général de la présidence de la République, Alexis Kohler, de « mélange des genres« .
L’association anticorruption Anticor a déposé plainte pour prise illégale d’intérêts et soupçons de trafic d’influence contre le bras droit du président de la République, Alexis Kohler, le haut-fonctionnaire le plus puissant de l’entourage d’Emmanuel Macron. Le Parquet de Paris doit désormais décider s’il ouvre une enquête préliminaire ou ne retient pas la plainte.

Anticor reproche à Alexis Kohler un possible conflit d’intérêts entre sa fonction officielle et ses liens familiaux avec l’armateur italo-suisse MSC. Cette société impliquée dans de nombreux contrats d’Etat est présente sur les chantiers de Saint Nazaire. Le site Mediapart avait révélé les soupçons sur le dossier MSC début mai.

Alexis Kohler, un énarque de 44 ans, n’a officiellement plus aucune fonction chez l’armateur, et l’Elysée a toujours assuré que le secrétaire général respecte toutes les règles légales, pouvant l’impliquer dans toute question liée au dossier MSC.

Ce « premier de cordée » a-t-il respecté le délai légal entre la cessation de ses activités pour MSC et son entrée au service de l’Etat ?

Pour l’heure, le « vice-président » reste protégé par l’ombre portée de Macron, à la différence de deux exfiltrés du gouvernement, dès l’ouverture d’une enquête, Richard Ferrand et François Bayou. La moralisation de la vie publique connaît un raté de taille…

Convoqué par un juge, Mélenchon se réfugie derrière son immunité parlementaire…

Avant, le matamore était opposé au maintien de ce privilège…

blog -Melenchon-innocent-8-fevrier-2013.jpgJean-Luc Mélenchon a invoqué son immunité parlementaire pour refuser de répondre aux convocations de la justice, rapportent des policiers. Or, pendant la campagne, il avait pourtant fait signer une charte qui préconisait la suppression de l’immunité parlementaire. « Nous, quand on est convoqué, on n’a pas d’immunité ouvrière, on y va. » C’était la formule du candidat du NPA, Philippe Poutou, à l’adresse de Marine Le Pen, lors d’un débat télévisé durant la campagne présidentielle. Elle pourrait désormais s’appliquer à Jean-Luc Mélenchon.

En effet, le député de la France insoumise (LFI) refuse de se rendre aux convocations de la justice dans une affaire de diffamation l’opposant à un journaliste du Monde au Brésil Paulo Paranaguá, qu’il a qualifié de « terroriste repenti » sur son blog en 2012.

Jean-Luc Mélenchon a ainsi réussi à éviter trois convocations.

Dans les deux premiers cas, son avocate Raquel Garrido, épouse Alexis Corbière, a évoqué un problème d’agenda.La troisième fois, son conseil a évoqué son immunité parlementaire. « Me Raquel Garrido nous informe que son client ne répondra pas à la présente convocation, au regard de son statut de député, invoquant l’immunité parlementaire« , ont rapporté les policiers de la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). Par conséquent, l’avocat du journaliste du Monde Paulo Paranaguá, a demandé mardi 22 mai à la juge d’instruction Carine Rosso une levée de l’immunité parlementaire du député.

Le meneur de l’extrême gauche avait fait signer une charte qui préconise la suppression de l’immunité parlementaire

La posture de Jean-Luc Mélenchon semble assez paradoxale puisque durant la campagne présidentielle, il avait demandé à tous les candidats aux législatives de la France insoumise de signer la charte éthique de l’association Anticor qui préconisait la suppression de l’immunité parlementaire. « Supprimer l’inviolabilité dont bénéficient le Président de la République et les parlementaires (qui les empêche de faire l’objet de mesures privatives ou restrictives de liberté pendant la durée de leur mandat, même pour des actes étrangers à l’exercice de leurs fonctions)« , est-il écrit dans cette charte.

Visé par une procédure en diffamation de la Société générale, Jean-Luc Mélenchon avait renoncé en juin 2017 à invoquer son immunité parlementaire alors qu’il venait d’être élu député. « Le procès aura lieu. Ce que veut la banque, c’est faire peur. Mais moi je ne me tairai pas, ni cette fois-ci, ni aucune autre« , expliquait-il alors.

Mélenchon ne s’est pas davantage rendu aux convocations de la justice dans le contentieux l’opposant à Bernard Cazeneuve. L’ancien Premier ministre avait décidé de l’attaquer à la suite des agressions verbales du populiste Mélenchon qui l’avait décrit comme « le gars qui s’est occupé de l’assassinat de Rémi Fraisse« .