Mélina Boughedir condamnée : la gauche conteste la justice irakienne et sa décision

L’épouse de djihadiste français condamnée à vingt ans de prison pour appartenance à l’EI

La justice a rendu son verdict à l’issue d’une audience de plus d’une heure. La Française Mélina Boughedir, 27 ans – entrée illégalement en Irak pour combattre le régime légitime du côté des rebelles islamistes – a été condamnée dimanche à Bagdad à une peine de vingt ans de prison «pour son appartenance à l’Etat islamique».

Partie en 2015 avec son mari, Maximilien Thibaut, et leurs premiers enfants, Mélina Boughedir a été arrêtée le 8 juillet 2017 à Mossoul, après avoir échappé aux forces militaires légitimistes, en se terrant plusieurs semaines avec ses jeunes enfants dans la cave d’une maison éventrée.

Depuis, la Française nie avoir participé aux activités de l’Etat islamique, notamment au sein des brigades de la police des femmes, la Hisba. En février, l’Irak l’avait condamnée à sept mois de prison pour entrée «illégale» sur son territoire, mais la Cour de cassation a réexaminé le dossier et estimé qu’elle devait être rejugée selon la loi antiterroriste.

De ce fait, l’audience du dimanche 3 juin revêtait un tout autre enjeu. Après s’être entretenus avec leur cliente, les trois avocats français ont participé aux débats sous la forme de questions. Une faveur qu’ils jugent toutefois insuffisante pour garantir, selon eux, les droits de la défense : «Nous n’avons pas eu accès au dossier du président du tribunal; nos observations étaient traduites directement par ses soins [ils ont accepté d’assurer une défense dans un pays étranger dont ils ne parlent pas la langue], et il n’a jamais été expliqué à Mélina le fonctionnement de la justice locale», regrette Vincent Brengarth, l’un des conseils de la Française, comme si ce n’était pas aussi le rôle de la défense.

Le trio d’avocats dénonce les deux condamnations de Mélina Boughedir – celle de février et celle de ce dimanche, ont été prononcées par le même magistrat, celui qui, pourtant, connaît le mieux le dossier…

Un recours va être prochainement déposé devant la Cour suprême irakienne, ouvrant la voie à un possible procès en appel. Une affaire qui se conclura par un compromis diplomatique et sur une base « humanitaire » : l’humanisme reste une valeur sûre en période de terroriste intérieur, en dépit des attentats et des morts innocents.

En attendant que l’eau ait coulé sous les ponts, le secrétaire d’Etat en charge des Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, a déclaré : «La justice irakienne est légitime à juger, elle a pris sa décision.»
Vendredi, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, avait déjà respecté la justice d’un pays souverain : «Quand on va à Mossoul en 2016, c’est pour combattre. Mme Boughedir sera donc jugée sur les lieux de ses exactions. C’est la logique normale. Elle a combattu contre les unités irakiennes, elle est jugée en Irak

Quand la France déclarait démocratique la justice irakienne

Les trois avocats de la Française, présents à Bagdad, dénoncent l’organisation d’un procès inéquitable. Sur le perron de la cour pénale irakienne, ses avocats français, Mes Bourdon, Brengarth et Pradel, ont dénoncé l’inéquité du procès, tout en se disant «soulagés» que leur cliente ait évité la peine capitale.

La triade et la presse militante s’en prennent à l’Europe.

Dès 2003, l’Union européenne s’est fortement impliquée pour soutenir les efforts de reconstruction de l’Irak en engageant plus d’un milliard d’euros dans les secteurs de l’éducation, de la santé, des services publics et du soutien aux processus électoraux.

L’Union européenne dispose depuis 2005 d’une délégation à Bagdad. La mission de PSDC EUJUST Lex-Irak, dont le mandat s’est achevé le 31 décembre 2013, avait pour but de renforcer l’Etat de droit et de promouvoir le respect des droits de l’Homme en Irak en menant des actions de formation auprès de fonctionnaires irakiens des forces de police, de la justice ou de l’administration pénitentiaire.

L’UE et l’Irak ont signé le 11 mai 2012 un accord de partenariat et de coopération (APC), ratifié par la France le 8 octobre 2014. Cet accord institue un dialogue politique structuré et régulier, prévoit une coopération pour promouvoir et protéger effectivement les droits de l’Homme en Irak et ouvrir la voie vers un approfondissement des relations dans des domaines spécifiques.

Arrière-petit-fils de l’industriel Edouard Michelin, fondateur du groupe Michelin, les pneumatiques, maître William Bourdon à étudié au lycée Janson-de-Sailly (Paris XVIe), avant de se spécialiser dans le droit pénal des affaires et celui de la …communication.

Secrétaire général de la Fédération internationale des droits de l’homme à la fin des années 90, octobre 2001, il fonda l’association Sherpa, dont l’objet est de « défendre les victimes de crimes commis par des opérateurs économiques ». Sherpa est installée dans les locaux de France Libertés ; William Bourdon est membre du Conseil d’administration de France Libertés et fut avocat de Danielle Mitterrand, épouse du président Mitterrand et groupie du dictateur Fidel Castro.

Il est proche d’associations d’aide aux étrangers en situation irrégulière, notamment la Cimade et spécialisé dans la défense des droits de l’homme (SOS Racisme, opposants chinois, génocide rwandais, Augusto Pinochet et aussi de contestataires, de partisans de la « lutte sociale», ou de militants de l’ultra gauche.

Maurice Szafran juge Michel Onfray : il « sombre dans le conspirationnisme »

Le journaliste bobo appelle à l’ostracisation du philosophe !

« Ses lecteurs, et nous en sommes » – ‘nous’, c’est Safran, en majesté ! – « se souviendront que Michel Onfray s’est longtemps défini comme «  libertaire de gauche « .

Puis il évolua, pourquoi pas… (première sentence), vers les thèses souverainistes, se rapprochant ainsi de Jean-Pierre Chevénement, ce qui est fort respectable (deuxième bon point). L’internationalisme en prenait certes un coup, mais le philosophe avait choisi -ce qui est son droit le plus strict (autre jugement) – de se replier sur  » le terroir  » et non pas exclusivement sur  » son terroir « , le bocage normand. » Le parisien (du XVIe) Szafran serait-il méprisant de la France profonde ?

« Mais il se trouve que Michel Onfray écrit – à toute vitesse – plusieurs livres par an et, dans la foulée, se dégote de nouvelles idoles, des références historiques, idéologiques et culturelles parfois inattendues. » Szafran est nettement plus laborieux et figé dans ses certitudes. « Ainsi Onfray s’est-il soudain pris de passion pour le… général de Gaulle. Un choix certes rituel puisque, selon la formule consacrée,  » tous les Français ont été, sont ou seront gaullistes « , mais un alignement qui aura tout de même exigé un sacré tour de cadran.

En réalité, il suffit de lire l’interview que Michel Onfray vient d’accorder à L’Express pour saisir que le néo-gaullisme de Michel Onfray est d’abord circonstanciel. Un outil de combat. Une arme de destruction politique. Ses cibles? Les deux  » monstres  » dont le seul objectif est de détruire la France! Cela n’exige guère d’efforts pour reconnaître… François Mitterrand… et son fils légitime… Emmanuel Macron… Là voilà donc, la thèse  » sérieusement  » défendue dans un journal  » de référence  » par un intellectuel influent ayant à l’accoutumée sa place réservée dans les colonnes du Point et du Figaro, à la table de Ruquier et d’Ardisson, mais qui se plaint volontiers d’être  » ostracisé « – la bonne blague. » Safran n’a pas les lèvres gercées!

Intellectuel-« communicant  » de premier ordre, Onfray sait faire ronfler et claquer les formules. On peut y déceler un artifice, car Safran est perspicace; ça ne manque toutefois pas d’efficacité, puisque Michel Onfray est désormais l’un des intellectuels organiques de la… droite identitaire et conservatrice! Une consécration disons inattendue pour un  » libertaire de gauche « .

« La haine du général »

Dernier exemple en date puisé dans L’Express:  » Macron a beau se réclamer du général de Gaulle, il est l’héritier en ligne directe de Mitterrand qui n’eut qu’une seule ligne claire dans sa vie: la haine du général (…). Mitterrand n’a connu qu’un seul idéal : sa petite personne. Ce en quoi le Macron égotiste (…) se montre une fois encore le digne héritier de Mitterrand qui, après avoir renoncé à la gauche, en 1983, s’est entiché d’une Europe dont il savait de façon cynique qu’elle détruirait définitivement la France gaullienne. Avec la vente de la nation au consortium maastrichtien, l’homme de la francisque pouvait triompher face à l’histoire [l’Histoire ?]: il a tué l’œuvre de l’homme du 18 juin.

Politiquement, Macron, c’est Mitterrand, la francisque en moins « . Bref, Mitterrand assassin [victime: la France], Macron complice!

Peut-être faudrait-il renoncer à discuter, à commenter, à critiquer non pas de ces inepties, mais ce système clos et en boucle, cette réflexion de nature conspirationniste visant à diaboliser la construction européenne, à en faire une hydre diabolique ayant pour seul et unique objectif, le malheur, l’asservissement et, enfin, la disparition des peuples et d’Europe. Rien à voir avec l’euro-scepticisme de Jean-Pierre Chevénement ou du défunt Philippe Séguin.

Les mots utilisés, le ton, la vindicte, la haine qui affleure sans cesse, oui cet Onfray là fait peur, son influence aussi car il est en réalité plus efficace, beaucoup plus, que le Front National et Marine Le Pen.

« La France est morte en 1992 »

Citations, à nouveau:

-« La France est morte en 1992, date du traité de Maastricht par lequel nous avons renoncé à notre souveraineté au profit d’une supranationalité libérale » – qu’elle ne soit pas socialiste n’est pas son moindre défaut- « gérée par un dispositif très autocratique qui dispose de l’argent, donc des médias  » – mais aussi Szafran fut employé de François Pinault – « , donc de l’opinion – ce que je nomme l’État maastrichtien ».

-« Le dispositif de l’Etat maastrichtien est de nature totalitaire ». Que répliquer, et comment, à ce slogan, creux comme toutes les formules passe-partout?

En rhétoricien habile, Michel Onfray s’empare du « peuple ». » Un travers communiste… Comme le Parti socialiste s’accapare du social et de l’humanisme ! « Il parle au nom du « peuple »; le « peuple » lui appartient ; le « peuple », a-t-il décrété, est entré en résistance contre la «dictature maastrichtienne». » Et celui qui écrit ces mots est un journaliste membre d’une caste s’arrogeant le droit de parler au nom des Français, en fait, de leur laver le cerveau à la lessive gouvernementale !

« En France, rien ne l’indique, notamment pas les résultats des récentes élections. Mais Michel Onfray fait partie de ceux, à l’extrême-droite comme à la gauche de la gauche, qui remettent en cause la légitimité de l’élection présidentielle, qui ne reconnaissent pas la légitimité d’Emmanuel Macron « boy de l’oligarchie maastrichtienne ». Cette assertion disqualifiante interdit par définition tout débat ouvert et argumenté. On ne bataille pas avec le diable et Onfray passe son temps à diaboliser et à disqualifier tous ceux qui ne pensent pas comme lui. » Il fait donc du Szafran ! « Il va de soi que Macron [ne] peut pas être (intellectuellement) honnête puisqu’il a pour fonction de détruire la France et la République.

C’est comment le conspirationnisme, donc ?

blog -Nestlé-Maurice tu pousses le bouchon un peu loin.pngC’est comme ça. C’est comme Onfray. »
Ce serait comme Szafran que ce serait négligeable. Le microcosmique Szafran, c’est la soumission braillarde et la diffamation méchante.

Danemark: interdiction du voile intégral dans l’espace public

Le parlement danois a adopté jeudi une loi interdisant le port du voile intégral islamique (burqa ou niqab) dans l’espace public.

Le Danemark suit ainsi d’autres pays européens comme la France ou la Belgique. « Toute personne qui, dans des lieux publics, porte un vêtement qui lui cache le visage est passible d’amende« , dispose le texte adopté par 75 voix contre 30.

Le projet de loi, porté par le gouvernement de centre-droit, avait aussi les faveurs des deux premières forces politiques au Parlement: les sociaux-démocrates et le Parti populaire danois (populiste, anti-immigration).

A partir du 1er août, date d’entrée en vigueur de la nouvelle législation, toute infraction à l’interdiction sera passible d’une amende de 1.000 couronnes danoises (134 euros). Si les infractions sont répétées, l’amende pourra s’élever à 10.000 couronnes.

ONG illégitime, Amnesty International a fustigé la loi

Déconnectée du peuple mais animée par une idéologie internationaliste, Amnesty international est isolée au Danemark : l’adoption n’a pas – dans l’immédiat, prévient l’AFP – suscité de réprobation: « Si certaines restrictions spécifiques au port du voile intégral peuvent être légitimes pour des raisons de sécurité publique, cette interdiction n’est ni nécessaire ni proportionnée et viole les droits à la liberté d’expression et de religion« , estime l’ONG, organisation supranationale portant des jugements idéologiques sur les votes des parlements nationaux légitimes.

L’interdiction vise également d’autres accessoires qui dissimulent le visage, comme les cagoules ou les …fausses barbes.

« C’est ma vie » – Aucune statistique officielle sur le nombre de femmes portant le niqab ou la burqa au Danemark n’est disponible. « Je ne pense pas qu’il y en ait beaucoup (…). Mais si c’est le cas, vous devez être puni d’une amende », avait déclaré en février le ministre de la Justice Søren Pape Poulsen à des journalistes, rapporte l’agence de presse Ritzau, agence qui est la propriété de la presse danoise.

Selon les défenseurs de cette nouvelle loi, le voile est un outil idéologique d’oppression des femmes dans certaines cultures.

Installée au Danemark avec son mari depuis six ans, la Pakistanaise Ayesha Haleem a toujours porté le niqab. Interrogée par le quotidien DR, selon l’AFP (en fait, une chaîne de télévision publique danoise appartenant au groupe Danmarks Radio,DR). cette mère de famille raconte que « beaucoup croient que les hommes nous forcent à porter le niqab ou la burqa« . « C’est complètement faux. Si c’était le cas, je ne le porterais pas quand je ne suis pas avec mon mari », assure-t-elle. « C’est ma vie et j’en fais ce que je veux, tant qu’elle ne nuit pas à autrui, » oppose elle à la loi, preuve que la port du voile est un défi à la démocratie. « Pour moi, le Danemark c’était la liberté. Les femmes pouvaient faire ce qu’elles voulaient », déplore-t-elle, n’excluant pas de quitter le pays plutôt que d’abandonner le port du niqab.

« Certains utilisent (le voile) pour promouvoir une idéologie qui, s’ils réussissent, signifie que beaucoup d’autres perdent leurs droits à la liberté. C’est un équilibre », estime Martin Henriksen, porte-parole du Parti populaire danois.

Un usage limité ou interdit ailleurs en Europe

Le port du voile intégral islamique est interdit ou limité dans plusieurs pays européens. La France a été le premier pays d’Europe à interdire le voile intégral dans l’espace public, avec une loi « interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public » promulguée en octobre 2010 et appliquée depuis avril 2011. Validée par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) en 2014, elle prévoit pour les infractions jusqu’à 150 euros d’amende. En cinq ans, plus de 1.600 verbalisations ont eu lieu.

En juillet, la CEDH a validé son interdiction dans l’espace public en Belgique. Le port du voile islamique intégral est également banni en Autriche depuis octobre. Les députés allemands ont eux adopté le 27 avril 2017 une loi interdisant partiellement le port du voile intégral dans certains contextes, obligeant notamment les agents publics à avoir le visage totalement découvert dans le cadre de leurs fonctions et les personnes dont le visage est dissimulé à se découvrir en cas de vérification d’identité. Le Bundesrat, la chambre haute, a approuvé à son tour le texte le 12 mai.

Dette: l’ambiguïté de la France entre Grèce et Europe

L’hypocrisie, moteur deux-temps de la diplomatie selon Hollande

Le dialogue s’engage mal entre le nouveau gouvernement d’Alexis Tsipras, élu de l’extrême gauche anti-libérale et anti-européenne, et les grands argentiers européens qui ont proposé à la Grèce une aide pour son redressement.Croyant trouver une oreille attentive à ses arguments, le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, devait passer par la France lundi 2 février, alors que, le 31 janvier, Angela Merkel et son ministre des Finances Wolfgang Schaüble ont redonné un message de grande fermeté pour le remboursement de la dette grecque, laquelle représente 177% de son PIB.

En recevant, vendredi, le président de l’Eurogroupe, Yanis Varoufakis, a prévenu d’emblée son invité: le ministre grec des Finances refuse de dialoguer avec la troïka, BCE (Banque centrale européenne), l’U.E. (Union européenne et FMI (Fonds monétaire international) qui représente les trois principaux créanciers de la Grèce. «La Grèce veut bien dialoguer, mais pas avec le comité branlant de la troïka», a lancé Varoufakis (ci-dessous à droite, désinvolte, main dans la poche). «Ignorer les accords n’est pas le bon chemin à prendre», a rétorqué le ministre néerlandais des Finances, Jeroen Dijsselbloem (ci-contre à gauche).
Le Néerlandais a fait un rapport immédiat de son entretien avec son homologue grec à l’entourage de François Hollande et d’Angela Merkel, qui vont devoir trouver une ligne commune pour faire entendre raison au gouvernement grec, très braqué sur le fond et la forme, avant même que la discussion sur la dette n’ait réellement commencé.
Hier samedi, dans les colonnes du Hamburger Abendblat, la chancelière allemande a exclu un «nouvel effacement» de la dette de la Grèce. (…) Il y a déjà eu un renoncement volontaire des créanciers privés, les banques ont déjà renoncé à des milliards de créances sur la Grèce», rappelle-t-elle.

Yanis Varoufakis se rend donc à Paris dès aujourd’hui, alors qu’il était initialement prévu qu’il vienne ce lundi. Lors d’un entretien avec son homologue Michel Sapin vers 17 heures, il ouvrira la voie au premier ministre, Alexis Tspiras, qui se déplace mercredi. Le programme exact de sa visite dans la capitale française n’est pas encore connu, mais devrait porter sur les moyens d’aplanir les tensions créées par le nouveau pouvoir grec qui, pour donner des gages à son électorat, a d’entrée braqué l’U.E.
Mais la France n’est pas l’interlocuteur privilégié de la Grèce que décrit notre presse. Outre mon beau Sapin et également dimanche, Y. Varoufakis doit rencontrer le ministre français de l’Economie, Emmanuel Macron, avant de se rendre à Londres où il s’entretiendra lundi avec son homologue britannique George Osborne et des représentants des milieux d’affaires de la City.
C’est certes auprès du gouvernement socialiste français que le gouvernement grec croit deviner l’oreille la moins insensible à ses récriminations. «Une restructuration de la dette grecque est absolument nécessaire», a déclaré Matthieu Pigasse, dirigeant de la banque Lazard, laquelle a conseillé le gouvernement grec. «Je pense qu’il faut réduire de moitié la dette détenue par les institutions publiques en Grèce», a déclaré le banquier, classé à gauche, sur BFM. Soit une ardoise de 100 milliards d’euros à partager entre les contribuables de la zone euro.
Pigasse a été conseiller technique au cabinet du ministre Dominique Strauss-Kahn en 1998, puis directeur adjoint du cabinet du ministre Laurent Fabius, chargé des questions industrielles et financières, en 1998. Et comme le monde est petit et l’internationale socialiste efficace, ce « banquier de gauche » qui conseilla Ségolène Royal en 2007 avec le succès que l’on sait puisque Sarkozy la battit alors à plate couture, a pris le contrôle du quotidien « indépendant » Le Monde avec d’autres socialistes multi-milliardaires, Pierre Bergé (YSL et banquier de la candidate S. Royal à la présidence) et Xavier Niel (Free).

Le bras de fer entre les Européens et Syriza est suivi avec inquiétude par les marchés. Les plus pessimistes voient le scénario de «Grexit» – « exit la Grèce »: sortie précipitée de la Grèce de l’euro – revenir en force. Les investisseurs privés se débarrassent en hâte du peu de titres grecs – dettes ou actions – qu’il leur reste. Le taux d’emprunt de la Grèce à 10 ans a grimpé à 10,79 %. Plus inquiétant encore, le coût d’emprunt à 5 ans a bondi à plus de 15 % ce vendredi. Cela signifie qu’aux yeux des investisseurs, le risque de défaut de paiement grec augmente.

La Grèce, dont les banques se vident à vive allure, est artificiellement maintenue sous perfusion financière par la BCE qui lui a accordé une ligne de crédit d’urgence pour les alimenter. Cela permet aux Grecs d’aller retirer leurs économies en billets aux guichets ou aux distributeurs. Mais cette bouée de sauvetage ne tient qu’à la bonne volonté de la BCE, l’un des piliers de la troïka, qu’attaque le gouvernement Syriza en pensant adopter la meilleure défense, mais dont il ne pourra se passer très longtemps. Sauf à précipiter une crise bancaire, et une sortie de l’euro.
Michou Sapin se présentera-t-il col ouvert, en débraillé à la grecque, pour faire plus populaire -et démago- que jamais ?

Les nouveaux dirigeants grecs semblent bien décidés à s’affranchir de la tutelle de la troïka

Ils l’ont dit et répété haut et fort et le nouveau premier ministre Alexis Tsipras a de nouveau promis la fin de l’austérité et réclamé une restructuration de la dette grecque. La gauche française se prend à rêver.

Bien que des Clémentine Autain (FdeG) soient capables d’affirmer, « les yeux dans les yeux » comme J.Cahuzac, que le gouvernement grec reçoit de l’Europe des fonds dont le peuple ne voit pas la couleur et que, pire, il doit mettre lui-même la main à la poche, c’est oublier que les Grecs ont participé à l’effondrement de l’économie de leur pays en fraudant le fisc pendant plusieurs générations, profitant du clientélisme et de la corruption grandissants du pouvoir, qu’il soit de droite ou de gauche. Aujourd’hui, de nombreux Grecs refusent d’accueillir en sauveurs ces experts représentant la troïka, et les considèrent comme l’incarnation d’une politique d’austérité dont ils ne veulent plus, estimant que cette austérité n’a fait qu’aggraver leurs conditions de vie. Le déni de leur responsabilité partagée a amené Tsipras au pouvoir, augmentant les risques de coulage de leur péninsule.

Négocier sans cette troïka, comment est-ce perçu ?
La question a été posée ce samedi à une sélection d’Athéniens. « S’il n’y a pas de plan B, dit Fotis Paraskavopoulos, alors, on peut nourrir quelques inquiétudes. Mais le fait de ne plus vouloir traiter avec la troïka, cela ne me pose aucun problème. Ce que j’espère quand même, c’est que le gouvernement a une solution de rechange ».

Fotis Paraskavopoulos
Fotis Paraskavopoulos

Il ajoute: « Je ne sais pas s’il faut être inquiet, ajoute pour sa part Sophia Simonek. Ce que je sais, c’est que les gens n’en peuvent plus. Et c’est pour cela qu’ils ont voté pour Syriza. J’espère que les choses vont s’arranger et que les dirigeants savent ce qu’ils font ». Ce témoin pris dans la foule anonyme est… professeur d’université: le hasard fait bien les choses… Olivier Péguy, journaliste à EuroNews, pouvait-il l’ignorer?

La Grèce pourra-t-elle passer outre les engagements de la Grèce envers ses créanciers ?
Non, a estimé ce vendredi le président de l’Eurogroupe. Pour le faire fléchir, le gouvernement grec a donc entamé ce samedi une tournée européenne pour faire valoir ses vues. Le ministre des Finances Yanis Varoufakis vient donc dès ce samedi chercher à Paris le soutien d’un gouvernement de gauche, avant une visite du Premier ministre, mercredi. Alexis Tsipras fera aussi escale à Rome, où le président du Conseil des ministres depuis le 22 février 2014, est Matteo Renzi, ex-secrétaire du Parti démocratique (PD), à la tête d’une coalition PD (centre gauche)-NCD (Nouveau Centre-droit)-SC (centriste et libéral) et PI (démocrate-chrétien). Surnommé « Le démolisseur », il a pour objectif de rechercher des soutiens susceptibles, selon lui, de faire infléchir la position allemande en matière d’orthodoxie budgétaire.

Le socialiste Hollande adopte pourtant la même intransigeance que Merkel

Tsipras ne peut ignorer que François hollande et la chancelière allemande Angela Merkel sont en convergence sur le dossier grec. C’est une déclaration de l’entourage du président français qui l’affirme. La chancelière et le président, principaux détenteurs de la dette grecque, ont dîné ensemble vendredi soir dans un restaurant strasbourgeois, une rencontre informelle destinée à harmoniser leurs points de vue sur les « questions d’actualité » et l’avenir de l’Europe, à l’issue de laquelle ils n’ont fait aucune déclaration. L’attitude commune à adopter face au nouveau gouvernement grec a donc été au coeur de leur discussion, suite à leur information par le président du Parlement européen, Martin Schulz, de la teneur de ses entretiens avec Alexis Tsipras à Athènes. Les deux dirigeants « ont convergé sur le fait qu’il est à la fois important de respecter les choix du peuple grec et de respecter les engagements » (de la Grèce envers ses créanciers), a assuré un proche du chef de l’Etat. « Il faut être dans une position de dialogue et d’échange pour bien comprendre les intentions du gouvernement grec », a-t-il insisté.
Quant à Martin Schulz, il a révélé au journal allemand Die Welt ses efforts pour lui faire policer ses propos: « Je lui ai recommandé [Tsipras] avec insistance de désarmer sur le plan verbal. Cela ne lui apporte rien », lui conseillant aussi de « cesser ses attaques contre Angela Merkel ».
Mais dans la partie de bras de fer engagé, le gouvernement grec sentira derrière lui la foule des manifestants du parti d’extrême gauche que, dans un souci de rassemblement, la presse française de gauche qualifie de « radicale », « Podemos« , l’équivalent espagnol de Syriza, qui étaient au moins 100.000 samedi dans les rues de Madrid pour dire leur volonté de changer les règles du jeu européen.

Alexis Tsipras se fera recevoir mercredi prochain par le rétropédaleur de l’Elysée. Le premier comptait sur le soutien de la « gauche molle » dans son intention affichée de renégocier la dette grecque mais le second misait sur une opération prestige en attirant à Paris le Grec qui défie l’Union européenne. Lundi 26 janvier, alors qu’on l’interrogeait sur la restructuration de la dette grecque, l’ambigu Hollande évoquait à la fois la « solidarité » et la « responsabilité ». Le président français a ensuite éclairci sa pensée lors d’une conférence de presse commune avec son homologue colombien Juan Manuel Santos, estimant que « des engagements ont été pris » par la Grèce à l’égard de ses créanciers et jugeant qu’ils devaient « être tenus ».Mais il embrouilla aussitôt les choses, affirmant que « la Grèce est dans la zone euro, la Grèce veut rester dans la zone euro et la Grèce restera dans la zone euro »… Tsipras a donc quelque raison de venir tirer au clair la question du positionnement de Hollande.

Et, à bien d’autres égards, Hollande n’est pas clair dans sa tête

Gouvernement de coalition en Grèce
A. Tsipras (Syriza, gauche socialiste) a recherché l’alliance avec Panos Kammenos (à gauche)
(AN.EL), droite souverainiste…

Tandis que l’extrême gauche française de Jean-Luc Mélenchon (PdeG) et de Pierre Laurent (PCF) exulte à l’annonce du chiffe de 100.000 manifestants « radicaux » samedi dans les rues de Madrid pour dire leur volonté de changer les règles du jeu européen, tous, PS inclus, occultent l’entente de gouvernement que Syriza et Tsipras ont passé avec la droite souverainiste grecque de Panos Kammenos. Si les divergences sont nombreuses entre ces derniers et Syriza, ils sont au moins d’accord sur une politique anti-européenne qu’ils souhaitent mettre en place contre l’austérité. Ils ont obtenu 17 sièges de députés quand la gauche extrême en a gagné 149. »Je veux annoncer qu’à partir de ce moment, la Grèce dispose d’un gouvernement, » a expliqué Panos Kammenos, après une rencontre avec Alexis Tsipras à Athènes. « Les ‘Grecs indépendants’ voteront la confiance au Premier ministre Alexis Tsipras. Il y a un accord de principe. »

Le PS grec est laminé, mais Hollande se montre ravi. 

Le parti d’extrême gauche, Syriza, mené par Alexis Tsipras, a raté de peu la majorité absolue des sièges aux législatives en Grèce du 25 janvier. Avec près de 36,5% des voix, il devance de près de neuf points le parti conservateur de la Nouvelle démocratie et du Premier ministre sortant, Antonis Samaras, mais le désaveu le plus cinglant est surtout adressé au Pasok, « parti de gauche« , comme le décrit le jeune journaliste, stagiaire jusque 2011 (20minutes et Slate), Vincent Matalon (Francetvinfo), avec une extrême discrétion.

Le PS grec en déroute

Imaginez une Assemblée nationale française avec seulement 28 députés PS sur 577 ! C’est à peu près ce qui est arrivé dimanche au Pasok, parti social-démocrate historique, membre du Parti socialiste européen et de l’Internationale socialiste. Avec 4,68% des suffrages exprimés, derrière le parti d’extrême droite Aube dorée. Le Parti socialiste grec est le grand perdant de ce scrutin: il n’obtient que 13 sièges à la Vouli.
Avec leur impudence coutumière, les analystes socialistes se livrent à des commentaires osés. Ainsi, selon le prometteur journaliste sus-nommé, le « PS » grec serait victime… Comme s’il avait été au pouvoir? « Pasok paie les pots cassés de la rigueur. » Ce qui est vrai, c’est que les socialistes, alors menés par Georges Papandréou, étaient en effet aux affaires lorsque la crise de la dette a éclaté en 2010 et président de l’Internationale socialiste (IS) depuis 2006. Son père, Andréas Papandréou est fondateur du Pasok et a été deux fois premier ministre, pendant dix ans. Il a aussi été mêlé en 1965 à l’affaire Aspida, une conspiration menée par de jeunes officiers de gauche qui provoqua la chute du gouvernement de Geórgios Papandréou, père d’Andréas et grand-père de Georges… Une commission d’enquête parlementaire se pencha sur les accusations de corruption et d’écoutes téléphoniques illégales portées en 1990 contre Andréas Papandréou, qui fut acquitté en 1992. C’est Georges Papandréou, né aux USA en 1952 et arrivé au pouvoir en 2009, qui, le premier, a dû mettre en œuvre les mesures d’austérité réclamées par la troïka en 2010 et qui ont largement pesé sur le niveau de vie moyen des Grecs. Il a ensuite gouverné au côté de la droite en poursuivant cette politique nécessitée par le clientélisme et la corruption endémiques du pouvoir dont profita un temps le peuple. Il a divisé son score par dix en six ans : il avait obtenu 44% des voix aux législatives de 2009.

Hollande félicite Tsipras, Mélenchon applaudit, tous veulent tirer partie de cette dynamique

Plusieurs responsables de gauche et d’extrême gauche, socialistes, écologistes et du Front de gauche (PdG et PCF), se sont réjouis de l’entente de la carpe et du lapin grecs, qui envoie, selon eux, un signal au reste de l’Europe.

François Hollande a ainsi fait part « de sa volonté de poursuivre l’étroite coopération entre nos deux pays, au service de la croissance et de la stabilité de la zone euro, dans l’esprit de progrès, de solidarité et de responsabilité qui est au cœur des valeurs européennes que nous partageons ». Beaucoup de mots pour peu de sincérité, mais la volonté politicienne de tirer argument de cette entente contre nature dans l’optique d’un rassemblement opportuniste de la gauche qui profiterait au PS dès les élections départementales de mars prochain.