J.-F. Copé : « On tape beaucoup sur Donald Trump, mais il ne fait qu’appliquer son programme »…

Macron aussi ne fait qu’appliquer son programme… 

blog -trudeau-trump main tendueEmmanuel Macron ne parviendra pas à influencer Donald Trump « avec des tapes dans le dos », estime Jean-François Copé qui demande une diplomatie européenne forte.

L’issue du G7 en queue de poisson est terrible rappel à la réalité. Alors qu’il avait consenti à signer le communiqué commun du G7 samedi, Donald Trump a retiré le sceau américain à la dernière minute, vexé par des propos du Premier ministre canadien: après le départ de son invité, Justin Trudeau avait persisté à qualifier d' »insultants » les tarifs douaniers américains et le président américain avait répliqué en jugeant Justin Trudeau « très malhonnête et faible »

Un coup de pied de l’âne canadien qui doit alerter le jeune Macron, selon Jean-François Copé. « La diplomatie de la tape dans le dos, des embrassades devant les caméras et des invitations à dîner à la Tour Eiffel, c’est bien gentil mais ça ne marche pas« , a mis en garde le maire de Meaux, invité du Grand Rendez-Vous d’Europe 1 dimanche.

Trump, adepte de la « realpolitik »

blog -presidents et le sport-J Trudeau-boxing-patrick-brazeau.jpgL’échec du G7 doit pousser la France à reconsidérer sa façon de dialoguer avec les États-Unis, estime Jean-François Copé, « Tout ce qui compte en diplomatie, c’est l’alignement des intérêts. Or, nos intérêts et ceux de Donald Trump ne sont clairement pas les mêmes« , souligne Jean-François Copé, 54 ans. « En France, on tape sur Donald Trump à longueur de journée. Mais il fait simplement ce pour quoi il a été élu. Il avait un programme extrémiste et il le met en place. Il avait promis de torpiller 70 ans de libre-échange transatlantique et 25 ans de commerce nord-américain. Pour le même prix, il insulte Poutine avant de se réconcilier avec lui. Tout cela a un nom : c’est de la realpolitik« , explique l’ancien ministre à son cadet de 14 ans. 

59ef844b85151f1e008b4660-750-375

L’ancien président de l’UMP incite désormais Emmanuel Macron à se tourner vers ses partenaires européens et à cesser de faire cavalier seul. « Le message de ce fiasco, c’est que jamais on a autant eu besoin d’Europe. Nos intérêts sont alignés avec l’Allemagne, la zone euro, l’UE et même au-delà », martèle Jean-François Copé. « Emmanuel Macron a eu raison de mettre les pieds dans le plat sur l’Europe, maintenant il faut que les Allemands acceptent de bouger, notamment sur la création d’un vrai fonds d’investissement européen. Le deuxième grand sujet, c’est la défense. On ne peut pas rêver d’une grand diplomatie européenne si on n’a pas de politique de défense digne de ce nom. »

Justin Trudeau fait capoter le G7

Le G7 au Canada a tourné au fiasco samedi.

Les propos du Premier ministre canadien Justin Trudeau ont provoqué une réaction instantanée de Donald Trump qui, d’un tweet vengeur, a retiré son soutien au communiqué commun obtenu dans la douleur,  qualifiant la déclaration du Canadien de “très malhonnête”.

Le président américain a tweeté depuis Air Force One: En raison des fausses déclarations de Justin à sa conférence de presse, et du fait que le Canada impose des taxes massives sur nos agriculteurs, travailleurs et entreprises américains, j’ai demandé à nos représentants américains de retirer le soutien au communiqué, tandis que nous envisageons des tarifs sur les automobiles qui inondent le marché américain!”.

La réaction est spectaculaire. Déjà parti au moment de la publication de ce fameux communiqué, Donald Trump avait fait savoir à la presse voyageant avec lui à bord d’Air Force One qu’il y souscrivait, mais c’était avant d’avoir connaissance des propos de Trudeau.  Un haut responsable de la Maison Blanche a confirmé que le président était “en colère”.

Taxes “insultantes”

Lors de sa conférence de presse de clôture, après deux jours de débats laborieux à La Malbaie (Québec), le Canadien a continué à utiliser le terme d’“insultantes” pour qualifier les taxes tout juste imposées par les Etats-Unis sur l’acier et l’aluminium importés. Et il avait promis d’y répliquer “sans sourciller”.

Embarrassé, le cabinet du Premier ministre canadien s’est limité à une réponse minimale : “Nous nous concentrons sur tout ce que nous avons accompli ici au sommet G7. Le premier ministre n’a rien dit qu’il n’avait pas déjà dit auparavant, autant publiquement qu’en conversations privées” avec le président américain, mais c’était avant que ne soit trouvé un accord.

De son côté, le président français Emmanuel Macron a appris la nouvelle au décollage de son avion. Ses services n’ont pas voulu aggraver la situation dans l’immédiat.

A l’origine de la colère de Donald Trump, les propos de Justin Trudeau rendent de facto caduque la déclaration commune sur le commerce grâce à laquelle le “Groupe des sept” (Etats-Unis, Canada, Italie, Royaume-Uni, France, Allemagne, Japon) avait tenté de sauver la face. Ce texte critique le “protectionnisme”, qu’incarne le président américain, et s’engage à “moderniser” l’Organisation mondiale du commerce.

Coup pour coup

Les quelques lignes difficilement négociées ne pesaient pas lourd face à un Donald Trump déterminé à ne rien lâcher pour défendre les intérêts américains. Au prix d’une guerre commerciale ouverte avec ses partenaires, comme le montre sa volonté réitérée de taxer les importations de voitures étrangères à un taux plus équitable, entre partenaires.

Donald Trump dénonce en effet le protectionnisme de l’Union européenne sur les importations de voitures en provenance des pays hors UE. Les taxes européennes s’élèvent à 10%, quand les droits de douanes américains ne s’élèvent qu’à 2,5%.

“Nous sommes la tirelire que le monde entier pille. Cela va cesser”, avait déjà tempêté le président républicain, au cours du sommet.

Justin Trudeau n’est donc pas le seul à vouloir maintenir le statu quo en matière tarifaire. Le président français Emmanuel Macron a ainsi prévenu, lors de sa propre conférence de presse à La Malbaie, qu’il n’y a “pas de changement” en ce qui concerne les menaces de contre-mesures européennes annoncées sur le bourbon ou les motos américaine, en riposte aux taxes américaines sur l’acier et l’aluminium.

Malgré les sourires des dirigeants à la fin du sommet, le G7 a donc été dynamité par un hôte canadien qui préfère les longues négociations multilatérales en meute aux négociations bilatérales. Jusqu’à provoquer le fiasco final de la rencontre.

Le président américain était arrivé le dernier et reparti le premier, se faisant porter absent à une réunion sur le climat. Le président des États-Unis s’est envolé du Canada pour Singapour après le déjeuner de travail consacré à l’égalité des sexes. Donald Trump n’a jamais caché qu’il donne  la priorité à sa rencontre de mardi avec M. Kim. “C’est une occasion unique” d’arriver à un accord nucléaire avec Pyongyang qui “ne se représentera jamais”, a-t-il expliqué.