Obama fait le singe pour son Obamacare

Les Américains se seraient-ils fait bananer sur son petit bout… de réforme « historique » 

Le Guignol de l’Info US, Barack Obama, a plus d’impact que sa réformette
Obama, prix Nobel de la paix, pour son potentiel, ici au Kenya, en costume traditionnel ( lien PaSiDupes)

Le président américain n’est pas seulement l’amuseur de ses filles  en se mettant en scène pour promouvoir l’Obamacare.

Pas sûr que le buzz donne un coup de boost attendu à sa loi. Promulguée il y a déjà quatre ans, le 30 mars 2010, elle n’a toujours pas bouleversé la vie des Américains comme escompté. 

Elle constitue pourtant le principal volet de la réforme du système de protection sociale aux Etats-Unis.

Obama a conservé quelque chose du temps où il travaillé comme… top modèle

L’accord que le président démocrate a passé avec son opposition républicaine ne portait que jusqu’au 15 janvier 2014 pour le budget fédéral et jusqu’au 7 février pour l’autorisation donnée au Trésor pour son financement par l’emprunt sur les marchés capitalistes.
En décembre 2013, le président Obama rétro-pédala finalement sur sa réforme de la santé à cause de son impréparation (depuis Bill Clinton en 1993…) et de nombreux dysfonctionnements, repoussant d’un an l’obligation pour des millions d’Américains de souscrire à une police d’assurance maladie avec le… secteur privé.

En mars dernier, le président Barack Obama fit aussi une apparition controversée sur le Web talk-show de l’humoriste Zach Galifianakis « Entre Deux Plantes vertes (fougères) » pour encourager les jeunes à s’inscrire au Obamacare sur le site fédéral Healthcare.gov.

La communication politique de Barack Obama vole une nouvelle fois très très haut. 
Après l’entretien loufoque de Between Two Ferns où il promouvait déjà son Obamacare, le président des États-Unis a livré un long entretien au site Buzzfeed – cofondateur du Huffington Post – et Barack Hussein en a profité pour se mettre en scène dans une vidéo typique de l’agrégateur de liens, superficiel pour pré-pubères. 

Intitulée « Les choses que les gens font mais dont ils ne parlent pas », la séquence fait faire à l’homme le plus puissant du monde des selfies, répéter son texte devant le miroir ou encore du air basket dans son bureau. Apogée de l’instant politico-lol, le président reprend à son compte l’ironique « Thanks Obama », utilisé par les opposants à l’administration pour justifier tous les maux de la société. 

Et finit sur « Yolo man » (You Only Live Once: « on ne vit qu’une fois« ).

Pourvu que François Hollande ne s’y mette pas, suivant les conseils de Gaspard Gantzer, nouveau gourou de la com’.


Quant au narcissique secondaire Manu Valls, c’est trop tard: il est déjà amoureux de son image et des gels capillaires… Et il consacre à ses cheveux plus de matière que de shampoing.

SOS Médecins suspend toujours son activité

L’association SOS Médecins a rappelé lundi qu’elle poursuit jusqu’à lundi 20h00 son mouvement de « suspension d’activité ».

Le gouvernement fait le mort

 » En cause l’absence totale de proposition de la part du gouvernement si ce n’est une ‘épidémie’ de réquisitions tous azimuts envers nos médecins et nos structures », gronde l’association dans un communiqué.

SOS Médecins regroupe environ 1.100 praticiens dans 63 structures et avait suspendu dimanche ses activités pour 24h.
Hollande ne reconnaît chez personne d’autre que lui ce sens des responsabilités qu’il n’apprécie pas davantage des médecins français que des acteurs économiques du monde.

L’appel de l’association a été massivement suivi

Il a créé d’importantes perturbations malgré les réquisitions, ont indiqué dimanche ses responsables.
SOS Médecins se bat contre la suppression de la permanence des soins ambulatoires entre minuit et 08h00. Les patients n’auraient plus d’autre choix que d’aller encombrer un peu plus les Urgences des hôpitaux. Pour des questions de gestion comptable, les agences régionales du Nord Pas-de-Calais ont déjà décidé de supprimer les astreintes de médecins la nuit.
« Les prochaines semaines risquent d’être de plus en plus tendues. C’est pourquoi SOS Médecins a décidé d’engager une grande campagne d’information des patients, afin qu’ils puissent mesurer que les enjeux de ce combat les concernent au premier chef et qu’ils ont leur mot à dire », affirme l’association dans un communiqué.
« Nous en ferons part à la ministre de la santé, Madame Marisol Touraine, qui a fini par nous proposer un rendez-vous le 2 février 2015, en espérant qu’elle saura comprendre l’urgence d’engager un véritable dialogue pour construire avec les médecins libéraux et non contre eux le système de santé de demain », ajoute-t-elle.

L’enjeu est le risque d’asphyxie de la médecine libérale

L’ambition du pouvoir socialiste et de Marisol Touraine est d’étatiser la santé en étouffant la médecine libérale, contre l’intérêt des Français qui apprécient le pluralisme de l’offre et le libre choix de leur système du santé.