La dictature des « bien-pensants » s’est abattue sur Dupont-Aignan

L’ « élite » parisienne auto-proclamée ne se prend pas pour une demi-queue de cerise

image

« Cette petite caste vous emmerde », s’est entendu répondre Nicolas Dupont-Aignan par ses hôtes aussi grossiers qu’inhospitaliers de l’émission du service public « On n’est pas couché ». Le président de ‘Debout la France’ n’était invité que pour être soumis à des sévices intellectuels prémédités du fait de la composition du plateau, mais il a fait face à un front inégalitaire de critiques à tous contre un, lors de l’émission coupe-gorge présentée par Laurent Ruquier, samedi soir.

« Vous êtes une petite caste qui prétendez accueillir des gens… » Avec cette petite phrase mettant en cause Laurent Ruquier et ses chroniqueurs bobos, Nicolas Dupont-Aignan a déclenché l’hystérie du présentateur, de Christine Angot et de Yann Moix, sur la même ligne, samedi 23 juin, sur le plateau d' »On n’est pas couché » (ONPC), émission de divertissement politique.

Le président de ‘Debout la France’ venait d’expliquer qu’en cas d’élection en 2017, il aurait proposé l’installation de camps de migrants dans les quartiers de socialos-bobos. A titre d’exemple, il cite le jardin du Luxembourg, affirmant que c’est le lieu de résidence de Christine Angot, s’attirant les foudres de cette dernière et de la claque animée par les chauffeurs de plateau.

Un guet-apens

« Vous croyez que je suis né où, moi ?, l’interrompt alors Laurent Ruquier, homme arrivé grassement payé qui se targue d’origines modestes. Au Havre, dans des HLM, je n’ai pas toujours gagné la vie que je gagne, s’est insurgé l’animateur. Arrêtez de nous balancer qu’on fait partie d’une caste ou je ne sais quoi… » Ruquier s’est introduit dans une caste par opportunisme.

L’intervention de Nicolas Dupont-Aignan a été particulièrement mal-reçue de la triade. Autour de lui, d’autres invités, comme l’acteur Jean Benguigui, bien connu pour ses prises de positions gauchistes, ou la chanteuse béninoise Angélique Kidjo, lui sont tombés dessus à six intolérants exemplaires contre un pour ses positions sur l’immigration.

« Tu me saoules », lui lance même Bernie Bonvoisin, un chanteur frustré, en fin d’intervention. Cette grande gueule a d’abord voté Ségolène Royal en 2007, puis 2008, avant de se radicaliser en soutenant … Mélenchon.

Publicités

Mamoudou Gassama refuse d’être un phénomène de foire pour Ruquier

Le héros refuse l’épreuve d’un passage à ‘On n’est pas couché’

Mamoudou Gassama se dérobe.

blog -Gassama Mamoudou assis ElyseeSon entourage craint que la performance du jeune Malien soit assombrie par plusieurs zones d’ombre sur les circonstances et le met à l’abri de la polémique sur une possible instrumentalisation politicienne de ses aptitudes physiques.

Consacré héros depuis son sauvetage d’un bébé qui se serait rattrapé dans sa chute à la rembarde du balcon de l’étage inférieur, restant suspendu à un balcon, pendant quatre minutes, il ne donne pas suite à l’invitation d’On n’est pas couché (ONPC).

Il a pourtant fait le tour des plateaux, de Quotidien à Touche pas à mon poste ! en passant par C à vous… mais il n’ira pas sur celui d’On n’est pas couché ! Plus dangereux que l’escalade d’une façade à mains nues.

Mamoudou Gassama, jeune Malien de 22 ans devenu en quelques heures un héros après avoir escaladé quatre étages d’un immeuble du 18e arrondissement de Paris par la façade et secourir le bébé, avec une sidérante aisance.

Le héros est fatigué : il évitera les réponses aux questions embarrassantes que les réseaux sociaux se posent.

Laurent Ruquier et ses chroniqueurs resteront sur leur faim. Mais surtout ceux qui soupçonnent un montage politicien à la veille du démantèlement du camp insalubre de migrants clansestins de La Villette.

Dans un portrait que consacre Libération au sauveteur comparé à Spiderman, on apprend que l’entourage de Mamoudou Gassama a effectivement fait barrage pour qu’il n’aille pas s’installer dans le fauteuil face à Christine Angot et Yann Moix. Certains auraient aimer savoir que ce n’est pas l’exécutif qui craint un aveu ou deux du jeune travailleur au noir.

Pour Djeneba Keita, adjointe au maire de Montreuil où réside Mamoudou Gassama, « il n’est pas prêt et il n’est pas là pour ça. On lui demande d’avoir des avis, de prendre position sur la politique d’immigration de Macron, mais ce n’est pas son rôle« .

Un refus qui aurait mis la productrice de l’émission dans une colère noire.

Catherine Barma, la productrice d’ONPC, ne comprend pas comment ce jeune Malien peut oser lui opposer une fin de non-recevoir.
Mamoudou Gassama s’est rendu sur tous les plateaux de télévision parisiens, sauf le sien. En effet, lundi, le jeune homme a connu une véritable journée marathon.

Emmanuel Macron a mis le grappin sur le jeune clandestin en situation de faiblesse, le matin. Il s’est rendu le soir sur les plateaux de C à vous, sur LCI, à Quotidien et TPMP. La guerre fût d’ailleurs rude entre les différents talk-shows et toutes les méthodes furent bonnes pour tenter de l’avoir en premier.

Selon Libération, les chauffeurs de moto taxis chargés de conduire Mamoudou Gassama se sont presque battus pour qu’il aille d’abord à Quotidien plutôt qu’à Touche pas à mon poste ! et vice-versa…

Une anecdote visant à détourner l’attention du fond du problème. Pourquoi un adulte dans la force de l’âge participe-t-il à la mise en scène depuis l’appartement voisin sans intervenir efficacement : rôle d’appoint laissant la vedette au migrant idéal.

L’imam Edwy Plenel roule pour Tariq Ramadan

Le ticket gagnant Ramadan-Plenel !
France 2 et Ruquier cautionnent avec une invitation à On n’est pas couché
Journal en ligne avec version papier, Causeur dénonçait cette connivence entre l’extrême gauche et l’islamiste, le 15 janvier 2015 
 
Digne des pages les plus improbables d’un scénario à la Houellebecq, une soirée  s’est déroulée dans l’Essonne (présidée par Jérôme Guedj, PS) à Brétigny-sur-Orge (alors PS), samedi 17 janvier 2015. L’association  » Actions pour un monde sans frontières » (APMSF, 2010), qui œuvre à l’insertion professionnelles des jeunes de zone urbaine sensible (ou ZUS, territoire infra-urbain ou quartiers) organisait une grande réunion sur les difficultés des musulmans de France et sur l’islamophobie, dans l’esprit « No Border ». Le clou de cet événement était la conférence donnée par les deux orateurs, Edwy Plenel, un trotskiste, et Tariq Ramadan, un Frère musulman, avec la bénédiction de l’Etat républicain et laic.
Fils de militant laïc anti-colonialiste, mais favorable à la colonisation de la France par l’islam, le patron de Mediapart et l’intellectuel islamiste ont prêché sur la base d’un problème qui serait spécifique de la communauté musulmane et pour le « droit à l’insertion pour tous« , et « les difficultés de la Jeunesse Musulmane en France« .
Sur son site, l’APMSF précisait à toutes fins utiles à l’attention de ceux pour qui l’argent est sale que, pour la promotion de l’événement, elle ne devait employer aucun fonds public. Outre la vente des billets, 50 euros par personne (13 l’entrée au Salon de l’Agriculture, dégustations comprises) la journée serait donc sponsorisée par diverses associations communautaires comme « Oumma work », qui pratique l’embauche au faciès en mettant en relation des musulmans et des entreprises acceptant le port des signes religieux, ou « France Manassik », agence de voyages qui organise des voyages à la Mecque. 
À l’issue de la conférence, les réjouissances se sont poursuivies avec un grand dîner gastronomique ponctué de sketchs du Jamel Comedy Club, produit par l’humoriste franco-marocain Jamel Debbouze, lequel nie avoir été membre des Indigènes de la République (MIR), accusé par Marianne de distiller un discours fondé sur « la rancœur et la haine », et converti en PIR, parti politique homophobe, pro-palestinien, altermondialiste, anti-impérialiste et… »anti-souchien », dont l’une des figures les plus contestables est Houria Bouteldja, militante franco-algérienne née à Constantine et employée par les « sous-chiens » de l »Institut du monde arabe, IMA).
Une loterie permettait de prélever des fonds sur la masse des plus défavorisés et d’offrir « un voyage pour deux personnes » à un petit chanceux. La destination n’était pas précisée sur le programme. Mais sur le site islaminfo.fr, les organisateurs étaient plus transparents: « En achetant une place pour l’événement de l’APMSF, vous avez la possibilité de gagner une Omra pour deux personnes avec France Manassik« , l’agence qui  sponsorise la rencontre du camarade trotskiste et du frère islamiste. Une Omra étant, pour les non-initiés un « petit pèlerinage » à la Mecque… Trop fort ! Tu veux gagner un voyage à La Mecque ? Viens écouter Plenel, l’anti-capitaliste qui donne des conférences en critiquant celles du libéral Sarkozy…

On pourrait néanmoins s’indigner de cette stigmatisation manifeste à laquelle se prête le pontif de Mediapart qu’on aimerait plus ferme dans ses convictions laïques. La Mecque étant interdite aux non-musulmans, cette loterie est clairement discriminante : que fera le juif ou le catholique, ou pire l’athée abonné à Charlie Hebdo venu pour se poiler aux sketches du Jamel Comedy Club, s’il se retrouve avec le ticket gagnant ? Heureusement, il paraît qu’une conversion, ça peut être expédié.
 

ONPC: Michel Onfray prend à contre-pied la classe politique formatée

Le binaire Aymeric Caron, animateur à fiches, désarmé par les nuances du philosophe Michel Onfray

Ruquier, hôte grossier, qui pointe ses invités du doigt...
Ruquier, hôte grossier, qui pointe ses invités du doigt…

Michel Onfray était l’invité d' »On n’est pas couché » du 17 janvier 2015, émission de France 2 animée par le divertisseur Laurent Ruquier, suite à la tribune du philosophe dans Le Point sur les tueries  -« nôtre » 11 septembre (dixit Ruquier, ci-contre, concentré de tous les travers du moment)- suscités par les provocations des dessinateurs de Charlie Hebdo, le 7 Janvier 2015 à Paris.
Le violent chroniqueur Aymeric Caron, qui mange végétarien pour ne pas s’user les dents sur la viande animale, mais plutôt humaine, et ne pas finir en prison ou en hôpital psychiatrique, ne s’est pas seulement montrer incapable de tolérance, mais aussi de la subtilité requise au débat qu’a tenté de mener Onfray avec son interlocuteur enkysté dans ses certitudes archaïques.

L’altermondialiste a laissé des plumes face à l’invité qui lui est pourtant proche, comme de Jean-Luc Mélenchon. Il s’est d’ailleurs platement situé, invitant Onfray à ne pas l’écorcher vif, lui rappelant qu’il « partage en commun » (sic) bien des idées avec « Michel »:

Le philosophe épingle les journalistes en sur-commentaires et jugements permanents, mais incapables de recul, de mise en perspective et de réflexion et qui préfèrent se vautrer dans le pathos;

« Les attentats ont à voir avec l’islam » et le Coran, estime Onfray à contre-courant de la pensée unique et citant à l’appui des sourates dérangeantes (misogynes, phallocrates, antisémites ou homophobes);

Pour apporter la contradiction, Léa Salamé, la chroniqueuse d’ONPC amalgame les Ancien et Nouveau Testaments de la Bible dans son ensemble pour ne se fonder que sur l’Ancien Testament et ignorer – après deux mille ans – l’avancée que constitue le Nouveau… Elle illustre précisément ce que Onfray condamne, les prélèvements sélectifs à des fins polémiques. Mais lui-même juge au besoin la Bible sur ce qu’en pensent ou font certains, comme Hitler… Le débat suggère ainsi que nos contemporains chrétiens seraient aussi des assassins…
qui sont les victimes, les dessinateurs inconséquents et morts ou les tueurs fanatiques (comme l’indique Hollande);

Caron prélève pourtant allègrement en suivant ses fiches, pour considérer en dépit des carnages à Paris ou en Afrique, que le Coran appelle à la miséricorde, mais c’est à la différence des islamistes;

Caron refuse de questionner le positionnement de l’Iran et le binaire accuse Onfray de faire le partage entre les bons et les mauvais musulmans, mais Onfray souligne d’une part que 85% des musulmans de la planète ne sont en capacité que de lire des traductions du Coran et que les musulmans français ne comprennent pas les prêches en arabe de leurs imams et d’autre part Charlie hebdo affiche son athéisme, ce que ses soutiens ne savent que rarement;
Onfray affirme que nous (les libéraux!) avons créé l’islamisme et Salamé insiste sur le problème de l’intégration des scolaires.

Radu Mihaileanu, bi-national français et roumain, reproche à Onfray de suggérer que les croyants musulmans seraient de « potentiels fascistes », mais ne parvient pas à surmonter son obsession du fascisme, de l’internationalisme et de la responsabilité des aînés;

Salamé aborde la question de la « théorie du complot » en laquelle croient les jeunes musulmans, prétexte, ou non, aux violences communautaires; esquisse d’un lien au dogme marxiste de la responsabilité du social, en excuse; allusion aussi aux violents affrontements internes entre Sunnites et Chiites;

évocation des positions d’Alain Finkielkraut sur l’éducation; enseigner le fait religieux, comment et par qui?; responsabiliser les jeunes scolaires;

Caron évoque la peur des communautés juive et musulmane et non pas celle de l’ensemble des Français face au risque de colonisation liée à la démographie galopante des musulmans polygames, pour, au final, lancer à Onfray son ultime accusation, avec l’intention de décrédibiliser son interlocuteur, amalgamant son »adoubement » de Michel Houellebecq, son soutien à la « théorie du grand remplacement » et sa prise de position en faveur de Zemmour… Et de l’antisémitisme;

L’aigre individu laiteux se retranchant derrière son rôle de questionneur, campe sur la position iréniste des « islamophiles béats », selon les termes du philosophe anti-libéral. Pour terminer, Caron confesse alors son incapacité à tout raisonnement qui ne serait pas ou blanc ou noir, simpliste, manichéen.