Gassama est-il le véritable héros, au coeur d’un montage politicien ?

La scène du sauvetage héroïque suscite des interrogations, pire des soupçons.

blog -Malien sauve enfant en escaladant facade immeuble Paris18-27mai2018
Le voisin a le haut du corps (l’épaule droite) engagé vers le balcon contigu 

Le vaillant Mamoudou Gassama a sauvé un enfant de quatre ans suspendu dans le vide, samedi 26 mai à Paris, inspirant une perplexité certaine parmi des internautes qui ont exprimé ce que certains n’osent verbaliser pour remettre en cause la crédibilité de cette intervention troublante. Ou simplement poser les bonnes questions.

Le Français moyen y voit plusieurs bizarreries.

« Les deux voisins auraient pu attraper l’enfant »

7793567187_immeuble-max-dormoy-a-paris-ou-un-enfant-s-est-supendu-dans-le-videSur Twitter, certains estiment que les voisins, des adultes présents sur le balcon contigu, auraient pu intervenir en tendant juste le bras pour agripper le petit garçon. « Ils auraient parfaitement pu attraper l’enfant eux-mêmes, écrit un Twitter moyen. En ce cas, ne s’agit-il pas d’une mise en scène ? Alerte vigilance aux fake !« 

La presse d’Etat s’efforce de prouver que leurs lecteurs n’ont aucun bon sens, ni vécu. 

Pire, ils voient partout des complots.

blog -Mamoudou Gassama sauveteur de Raphael-mai2018Le voisin n’est pas présent au début de la vidéo, souligne l’auteur du démontage de complots. Il n’arrive que tardivement et donne la main à l’enfant, qui se rapproche de lui au fur et à mesure de la vidéo. « Le voisin, je l’ai vu une première fois, explique Dany Arthur, qui a donné l’alerte, à La 1ère guadeloupéenne, et qui serait donc digne de foi. Il n’avait pas compris qu’il y avait le petit juste à côté, suspendu, en danger. Je l’ai vu une deuxième fois, il a compris, j’ai insisté sur mes gestes. Puis j’ai vu Mamoudou passer et monter sur le bâtiment pour attraper le petit. » Ce qui prouve quoi ? LIEN

« Je n’ai pas réalisé tout de suite, j’étais encore un peu dans les vapes », confirme l’intéressé au Parisien. Dans les vapes, mais fiable ? Mais ses efforts étaient limités, en raison de l’architecture de l’immeuble. « Vu la configuration du balcon [séparé du sien par une paroi], je ne pouvais pas le hisser », assure-t-il. Un enfant de quatre ans ne pèse pourtant qu’une quinzaine de kilos… « Certains ne comprennent pas pourquoi je n’ai pas enjambé la balustrade, a-t-il ajouté auprès de BFM TV. Mais si je faisais cela, c’était lui lâcher la main et prendre le risque du pire, » se défend-il, sans convaincre quiconque. Sauf les organes de presse connus pour leur proximité avec le pouvoir en place.

L’enfant était un « mannequin »

Un avis balayé par la raillerie : la théorie du complot a cet intérêt-là. Un Français suspecte que ce sauvetage a été monté de toutes pièces par « une association militant pour les sans-papiers » et c’est a priori intolérable. Pour partager ses doutes, @eliko note que la manière dont Mamoudou Gassama se saisit de l’enfant laisse penser qu’il ne pesait pas aussi lourd que suggeré par le voisin et qu’il pourrait s’agir d’un mannequin.

Commentaire d\'un internaute envoyé dans le live de franceinfo.fr.
Commentaire d’un internaute envoyé dans le live de franceinfo.fr

La radio de service public explique que le poids moyen d’un enfant de 4 ans est inférieur à 20 kilos, ce qui représente un poids « raisonnable » à soulever, même  pour un homme de la condition physique de Mamoudou Gassama. Ce qui n’apparaît pas le moins du monde dans la video. D’autant que le jeune migrant de 22 ans a reconnu au Parisien qu’il était sportif. « Je joue au ballon, je cours, je vais en salle de sport », explique le travailleur au noir dans le BTP, un emploi facile… <br>Il semble par ailleurs évident au journaliste anonyme de France Info que l’enfant de quatre ans est un cascadeur chevronné : il a la conviction que l’enfant présumé n’est pas un mannequin puisqu’on voit la forme plus ou moins loin du voisin spectateur, puis acteur sur la vidéo.

<center><blockquote class= »twitter-tweet » data-lang= »fr »><p lang= »fr » dir= »ltr »>Si quelqu’un peut m’expliquer comment un enfant suspendu au dessus du vide par un bras plié…. peut se déplacer d’un mètre en quelques secondes ?? merci <a href= »https://twitter.com/hashtag/MamoudouGassama?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw »>#MamoudouGassama</a&gt; <a href= »https://twitter.com/hashtag/balcon?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw »>#balcon</a&gt; <a href= »https://t.co/lC5eurJ8tY »>pic.twitter.com/lC5eurJ8tY</a></p>&mdash; sac à puces (@catlinaja) <a href= »https://twitter.com/catlinaja/status/1001084616047038465?ref_src=twsrc%5Etfw »>28 mai 2018</a></blockquote>
https://platform.twitter.com/widgets.js</center>

« Comment peut-il tenir aussi longtemps ? »

Le bon sens veut qu’on se demande comment le petit garçon a pu tenir aussi longtemps, suspendu par les bras. Cette question est soulevée dans les commentaires choisis par France Info.

Commentaire publié par un internaute sous un article de franceinfo sur Mamoudou Gasamma.
Commentaire publié par un internaute sous un article de franceinfo sur Mamoudou Gasamma. (FRANCEINFO)

La radio de service public s’attaque volontiers aux réseaux sociaux qui disent ce qu’il ne faut pas. France Info ne sait pourtant pas toujours tout – ou a des filtres – et admet que l’enquête n’a pas déterminé exactement combien de temps l’enfant est resté agrippé et suspendu à la rambarde. Chacun sait pourtant que la position entravant la respiration n’est pas facile à tenir. Trois ou quatre minutes, selon RTL, et c’est long. Il n’a pas fallu 30 seconde au sauveteur pour escalader les quatre étages.

En revanche, le balcon est grillagé, ce qui lui a permis de poser le bout de ses pieds, rapporte la radio. Or, le garçonnet avait l’orteil en sang après s’être arraché un ongle dans sa chute depuis l’étage supérieur. « Il a eu un courage extraordinaire, explique le voisin à BFMTV. Il s’est accroché à la vie comme personne. » Le véritable héros serait donc plutôt cet enfant qui tombe d’un étage, se blesse, mais se rattrape néanmoins à la rambarde du dessous. Un enfant du cirque ?

Sur cette capture d\'écran de la vidéo du sauvetage, on peut apercevoir le petit garçon s\'aider de ses pieds et du grillage pour se maintenir.
s le voisin.

<br>Quelle conclusion tirer de cette prise de position du service public, sinon qu’il conforte la thèse officielle et il discrédite les contradicteurs.

Intervention d’urgence de la presse à la botte, tendant à dénigrer et faire taire les enquêteurs de fortune trop perspicaces.

Le père de Raphaël est connu, mais son identité dissimulée, et il a été arrêté : il était parti faire des courses et avait tardé à rentrer car il jouait à Pokémon Go.

La mère de l’enfant, qui vit à La Réunion, a été interrogée par Antenne Réunion. C’est la police judiciaire qui l’a informée de la situation, avant qu’elle ne voie la vidéo sur les réseaux sociaux ! Merci à eux… Elle a reconnu immédiatement son enfant : « C’est l’endroit, c’est l’adresse, c’est les habits« .

Alain Marsaud (UMP) plaide pour une « laïcité coercitive » dans les lieux publics

Demande d’un ancien chef du Service central de lutte antiterroriste au Parquet de Paris

Une modification de la législation antiterroriste n’est pas nécessaire. Si le pouvoir met pleinement en oeuvre l’arsenal législatif existant, le député UMP Alain Marsaud conseille en outre, non seulement une « laïcité coercitive » dans les lieux publics, mais aussi « la révolution dans l’enseignement ».
A court terme, l’ex-magistrat a jugé qu’il n’était pas nécessaire de modifier la législation antiterroriste car « à chaque fois que ça va mal, on (la) change (…) Il y a tout dans la loi antiterroriste. On peut tout faire, si on a la volonté politique ».

« Il y a une révolution à faire dans la laïcité.

Il faut mettre en œuvre véritablement la loi de 1905, y compris la laïcité coercitive », a estimé l’ancien magistrat lors du Talk Orange-Le Figaro, car « il faut faire en sorte que la religiosité s’exprime dans les lieux de culte, à la maison, mais pas dans les lieux publics ».

Ce député UMP des Français de l’étranger a aussi appelé à faire « la révolution dans l’enseignement.

« Quel échec, cet enseignement! » Mais « il ne faut pas enseigner la religion » comme l’ont proposé d’autres membres de l’UMP, ce n’est « pas sérieux, (…) il faut enseigner la laïcité« , a-t-il souligné.

Pareillement, contrer la menace terroriste ne signifie pas, selon expert du sujet, bloquer les sites internet extrémistes. « On ne peut rien faire, tout le monde ira sur ces sites. Il m’arrive moi-même d’aller y jeter un œil, » a-t-il indiqué. « Pensez-vous que c’est ce qui aurait empêché M. Coulibaly et consorts de venir faire leurs tristes assassinats ? », a encore demandé A. Marsaud.
D’autant que si la police disposait des moyens nécessaires adpatés à son époque et à la menace djihadistes, les services de l’anti-terrorisme pourraient suivre ce qui se passe sur l’Internet et parer les coups.