Valérie Trierweiler: le luxe des nantis, aux Sources de Caudalie, ou rien

L’impudeur socialiste sur le « vif », aux obsèques du dessinateur Wolinski

blog -<strong>/strong><br><Trierweiler frequente les Sources de Caudalie-parapluieNos socialistes exemplaires nous arracheraient les larmes si nous ne les connaissions pas pour ce qu’ils sont réellement.

Ce n’est pas une rumeur: Valoche habite l’univers d’un 5 étoiles
Vaut-elle mieux que François Hollande?
Comme ex-journaliste Valérie Trierweiler est une conteuse: elle assure qu’elle travailla à faire découvrir la vraie vie au candidat Hollande. « Je veux qu’il connaisse la réalité quotidienne qu’affronte une partie des Français, ceux qui comptent chaque euro et ne savent jamais comment finir le mois. Lui qui préfère se passer d’un repas lorsque ce n’est pas du premier choix, ne mange pas mes fraises si elles ne sont pas des ‘garriguettes’, ne goûte pas aux pommes de terre si elles ne proviennent pas de ‘Noirmoutier’ et met directement à la poubelle la viande si elle est sous vide. Il connaît si peu le prix des choses. (…) Il n’est pas flambeur pour autant. Son apparence d’ailleurs lui importe peu. Il est capable d’acheter ses chemises et ses chaussures dans les hypermarchés. » L’horreur suprême chez ceux qui se gaussent de leurs collègues qui auraient manqué leur vie à une montre Rolex près, les  Strauss-KahnAyrault, Sapin, Touraine, Delaunay ou Montebourg qui, comme Fabius , se disent à gauche du Parti socialiste mais dépassent le seuil de l’ISF, sans compter les Outre-marins Lurel  et Pau-Langevin.

La pygmalion de Hollande sait-elle seulement de quoi elle parle ?

Quand l’ex-première concubine se rend aux obsèques du dessinateur Wolinski, elle se protège de la pluie sous un parapluie de la marque Caudalie. C’est la révélation que cette fan des dessinateurs anarcho-révolutionnaires de Charlie hebdo ne descend plus dans les Formule 1…

DAL pense-il réquisitionner cet hôtel pour les sans-abri ?

Les Sources de Caudalie à Bordeaux, ce sont « 40 chambres et 21 suites, promesses d’un voyage au cœur d’une région à forte personnalité. Elles sont réparties en 6 maisons, comme des variations régionales : La Bastide des Grands Crus, Le Comptoir des Indes, La Maison du Lièvre, La Grange au Bateau, Le Village des Pêcheurs ou encore L’Île aux Oiseaux. »

 

Digne des Bleus du football

Pas à moins de 296 € par nuit et jusqu’à 3168 € pour 2 pour la « Vie de château en amoureux »

320 € par nuit, en demi-pension
Ce forfait comprend l’hébergement, le petit-déjeuner, un repas par jour dans notre auberge La Table du Lavoir (hors boissons).

L’Ile aux oiseaux by Maxime Simöens
A partir de 990 € par nuit…. « Atmosphère avant-gardiste et inattendue de la suite mythique des Sources de Caudalie entièrement redécorée par le jeune créateur Maxime Simoëns. Cette offre comprend une nuit avec petit-déjeuner et un repas dans notre restaurant La Grand’Vigne hors boissons.
Offre également disponible avec un dîner à La Table du Lavoir les lundis et mardis (jours de fermeture de La Grand’Vigne). »

La « Vie de château en amoureux »?

Ce forfait comprend 3 nuits en Suite ou en Grande Suite avec petits-déjeuners, 1 repas à l’auberge champêtre La Table du Lavoir, 1 repas dans notre restaurant étoilé La Grand’Vigne (hors lundi et mardi), une bouteille de champagne, un bouquet de roses rouges, 2 demi-journées de soins auSpa Vinothérapie® Caudalie en Cure des Sources ainsi que la visite du Château Smith Haut Lafitte.

A 1,5 kilomètre des Sources de Caudalie, la chartreuse du Château Le Thil, demeure historique de 1737, révèle son décor aux amateurs de raffinement et d’authenticité.

Les résidences de vacances des syndicalistes de la CGT
n’ont rien à envier à La Chartreuse du Thil

L’ex-courtisane, qui a grandi dans une ZUP près d’Angers, est la fille d’un invalide et d’une caissière de patinoire qui ont eu cinq enfants.

Chartreuse du Thil

François Hollande, homme de gauche, qui très fier en privé de son trait d’humour » qualifiant les défavorisés de ‘sans-dents’, l’affublait aussi, raconte-t-elle, du surnom de « Cosette. »

François Hollande, raconte-t-elle, en plaisantait gentiment avec elle, l’affublant du surnom de « Cosette », jusqu’à la « gifle » d’une remarque au cours d’un repas de Noël, chez sa mère à Angers : »Elle n’est quand même pas jojo la famille Massoneau. »