Maurice Szafran juge Michel Onfray : il « sombre dans le conspirationnisme »

Le journaliste bobo appelle à l’ostracisation du philosophe !

« Ses lecteurs, et nous en sommes » – ‘nous’, c’est Safran, en majesté ! – « se souviendront que Michel Onfray s’est longtemps défini comme «  libertaire de gauche « .

Puis il évolua, pourquoi pas… (première sentence), vers les thèses souverainistes, se rapprochant ainsi de Jean-Pierre Chevénement, ce qui est fort respectable (deuxième bon point). L’internationalisme en prenait certes un coup, mais le philosophe avait choisi -ce qui est son droit le plus strict (autre jugement) – de se replier sur  » le terroir  » et non pas exclusivement sur  » son terroir « , le bocage normand. » Le parisien (du XVIe) Szafran serait-il méprisant de la France profonde ?

« Mais il se trouve que Michel Onfray écrit – à toute vitesse – plusieurs livres par an et, dans la foulée, se dégote de nouvelles idoles, des références historiques, idéologiques et culturelles parfois inattendues. » Szafran est nettement plus laborieux et figé dans ses certitudes. « Ainsi Onfray s’est-il soudain pris de passion pour le… général de Gaulle. Un choix certes rituel puisque, selon la formule consacrée,  » tous les Français ont été, sont ou seront gaullistes « , mais un alignement qui aura tout de même exigé un sacré tour de cadran.

En réalité, il suffit de lire l’interview que Michel Onfray vient d’accorder à L’Express pour saisir que le néo-gaullisme de Michel Onfray est d’abord circonstanciel. Un outil de combat. Une arme de destruction politique. Ses cibles? Les deux  » monstres  » dont le seul objectif est de détruire la France! Cela n’exige guère d’efforts pour reconnaître… François Mitterrand… et son fils légitime… Emmanuel Macron… Là voilà donc, la thèse  » sérieusement  » défendue dans un journal  » de référence  » par un intellectuel influent ayant à l’accoutumée sa place réservée dans les colonnes du Point et du Figaro, à la table de Ruquier et d’Ardisson, mais qui se plaint volontiers d’être  » ostracisé « – la bonne blague. » Safran n’a pas les lèvres gercées!

Intellectuel-« communicant  » de premier ordre, Onfray sait faire ronfler et claquer les formules. On peut y déceler un artifice, car Safran est perspicace; ça ne manque toutefois pas d’efficacité, puisque Michel Onfray est désormais l’un des intellectuels organiques de la… droite identitaire et conservatrice! Une consécration disons inattendue pour un  » libertaire de gauche « .

« La haine du général »

Dernier exemple en date puisé dans L’Express:  » Macron a beau se réclamer du général de Gaulle, il est l’héritier en ligne directe de Mitterrand qui n’eut qu’une seule ligne claire dans sa vie: la haine du général (…). Mitterrand n’a connu qu’un seul idéal : sa petite personne. Ce en quoi le Macron égotiste (…) se montre une fois encore le digne héritier de Mitterrand qui, après avoir renoncé à la gauche, en 1983, s’est entiché d’une Europe dont il savait de façon cynique qu’elle détruirait définitivement la France gaullienne. Avec la vente de la nation au consortium maastrichtien, l’homme de la francisque pouvait triompher face à l’histoire [l’Histoire ?]: il a tué l’œuvre de l’homme du 18 juin.

Politiquement, Macron, c’est Mitterrand, la francisque en moins « . Bref, Mitterrand assassin [victime: la France], Macron complice!

Peut-être faudrait-il renoncer à discuter, à commenter, à critiquer non pas de ces inepties, mais ce système clos et en boucle, cette réflexion de nature conspirationniste visant à diaboliser la construction européenne, à en faire une hydre diabolique ayant pour seul et unique objectif, le malheur, l’asservissement et, enfin, la disparition des peuples et d’Europe. Rien à voir avec l’euro-scepticisme de Jean-Pierre Chevénement ou du défunt Philippe Séguin.

Les mots utilisés, le ton, la vindicte, la haine qui affleure sans cesse, oui cet Onfray là fait peur, son influence aussi car il est en réalité plus efficace, beaucoup plus, que le Front National et Marine Le Pen.

« La France est morte en 1992 »

Citations, à nouveau:

-« La France est morte en 1992, date du traité de Maastricht par lequel nous avons renoncé à notre souveraineté au profit d’une supranationalité libérale » – qu’elle ne soit pas socialiste n’est pas son moindre défaut- « gérée par un dispositif très autocratique qui dispose de l’argent, donc des médias  » – mais aussi Szafran fut employé de François Pinault – « , donc de l’opinion – ce que je nomme l’État maastrichtien ».

-« Le dispositif de l’Etat maastrichtien est de nature totalitaire ». Que répliquer, et comment, à ce slogan, creux comme toutes les formules passe-partout?

En rhétoricien habile, Michel Onfray s’empare du « peuple ». » Un travers communiste… Comme le Parti socialiste s’accapare du social et de l’humanisme ! « Il parle au nom du « peuple »; le « peuple » lui appartient ; le « peuple », a-t-il décrété, est entré en résistance contre la «dictature maastrichtienne». » Et celui qui écrit ces mots est un journaliste membre d’une caste s’arrogeant le droit de parler au nom des Français, en fait, de leur laver le cerveau à la lessive gouvernementale !

« En France, rien ne l’indique, notamment pas les résultats des récentes élections. Mais Michel Onfray fait partie de ceux, à l’extrême-droite comme à la gauche de la gauche, qui remettent en cause la légitimité de l’élection présidentielle, qui ne reconnaissent pas la légitimité d’Emmanuel Macron « boy de l’oligarchie maastrichtienne ». Cette assertion disqualifiante interdit par définition tout débat ouvert et argumenté. On ne bataille pas avec le diable et Onfray passe son temps à diaboliser et à disqualifier tous ceux qui ne pensent pas comme lui. » Il fait donc du Szafran ! « Il va de soi que Macron [ne] peut pas être (intellectuellement) honnête puisqu’il a pour fonction de détruire la France et la République.

C’est comment le conspirationnisme, donc ?

blog -Nestlé-Maurice tu pousses le bouchon un peu loin.pngC’est comme ça. C’est comme Onfray. »
Ce serait comme Szafran que ce serait négligeable. Le microcosmique Szafran, c’est la soumission braillarde et la diffamation méchante.

Publicités

Le regain de popularité de François Hollande: un feu de paille ?

Le professionnalisme des forces de l’ordre booste la cote du président Hollande

blog -monde de merde-bis-AurelLes éléments de langage proposés par l’Elysée à la presse ont fait mouche

Attribué au président de la République par les media militants après les attentats de djihadistes de France à Paris, le « sans-faute » doit beaucoup aux forces de police (Raid et GIGN) dont le professionnalisme n’est pas salué comme il se devrait par les thuriféraires du pouvoir. Comment leur rendre justice en effet sans dépouiller Hollande de sa peau d’âne ?

Le malaise vient aussi d’un rebond opéré sur un drame que ses services de renseignement n’ont pas su prévenir, en dépit des annonces à répétition de complots déjoués et du fait de négligences, puisque l’un des islamistes tueurs, Chérif Kouachi, sous contrôle judiciaire, avait interdiction de quitter le territoire français quand il s’est rendu au Yemen et avait bénéficié d’un non-lieu en 2013. Son aîné, Saïd Kouachi, était fiché aux Etats-Unis et interdit d’entrée sur le territoire américain après s’être entraîné au Yemen…

La cote de popularité de François Hollande bondit de 21 points -à chaud- dans la dernière enquête d’opinion Ifop-Fiducial.

blog -cote de popularite de Hollande bondit suite aux attentats djihadistes-Ifop-17jan2015
Plus dure sera la rechute

Ce regain de satisfaction vient d’abord saluer le travail du Raid et du GIGN, actifs et efficaces dans l’ombre, tandis que les politiciens occupaient le devant de la scène par des apparitions incessantes et redondantes. Ce détournement d’attention par les trois principaux leurres, Hollande, Cazeneuve et Valls, était probablement souhaitable, afin de faciliter la tâche des brigades anti-terroristes, mais la récupération qui est faite du travail de fond réel risque de ne pas s’inscrire dans la durée.
blog -sondage popularite de Hollande suite attentas--Ifop-Fiducial pour Match« Bond historique », selon 20minutes, « dépassant François Mitterrand qui avait bondi de 19 points entre janvier et mars 1991, lors de la guerre du Golfe« , s’esbaudissent les flagorneurs de la presse. Au final, l’opération Daguet fera dix morts et 33 autres militaires blessés. Le compte des morts de l’opération Serval au Mali est aussi lourd -en 18 mois (mars 2013-octobre 2014), mais ni les sondés, ni 20minutes ne l’a gardé en mémoire. Quant à la maladie du président, elle n’était pas encore publique. En politique, la guerre serait donc une bonne affaire pour les sondages ? Plus sûre que l’inversion de la courbe du chômage…

Après la compassion, le retour des passions, mais aussi la remontée de la pression des réalités.