La piscine des Macron à Brégançon ne fait grincer que l’opposition, selon le HuffPost

Et ça continue : « Après la polémique sur la vaisselle de l’Elysée, le prétexte était trop tentant, » estime le site socialiste…

Résultat de recherche d'images pour

« Le souhait caprice du couple présidentiel de faire installer une piscine hors-sol dans les jardins du fort de Brégançon, où ils passeront cette année leurs vacances d’été, a sans surprise été accueilli par des commentaires grinçants de la part de l’opposition. D’autant que cette initiative, encore à l’étude selon l’Elysée, intervient après une série de polémiques touchant à la politique sociale d’Emmanuel Macron et au train de vie du président de la République.

Déjà désigné comme le « président des ‘très) riches » par ses détracteurs [dont n’est pas le HuffPost], le chef de l’Etat a récemment défrayé la chronique scandalisé en qualifiant le s’attaquant au montant des aides sociales [le qualifiant] de « pognon de dingue« . Dans le même temps, le gouvernement a été contraint de se justifier sur [sa décision d’] une baisse mécanique de la valeur des aides au logement (APL), qui ne sont plus indexées sur l’inflation.

Dans ce contexte chargé, [la majorité présidentielle reste impavide]

L’installation d’une piscine a immédiatement suscité des critiques, à gauche comme à droite. Sur l’antenne de Sud Radio, le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, a évoqué des « symboles cruels« . Emmanuel Macron « rabote encore les APL et, en même temps, se fait construire une piscine au fort de Brégançon. Sa piscine sera hors-sol comme sa politique« , a-t-il attaqué, reprenant une critique récurrente sur la déconnexion présumée entre l’action de la majorité et les attentes sociales du pays.

Et ceci est Brégançon, vu de haut, toujours .... et sous VGE, en 1979.Dans un communiqué, la section socialiste du Var, département qui accueille le fort de Brégançon, a invité Emmanuel Macron à « aller à la rencontre de tous les Varois qui attendent un logement ». « Le Var a besoin qu’Emmanuel Macron sorte de son château de Brégançon pour découvrir la réalité de notre territoire, pas qu’il réfléchisse à la couleur du Lino de la future piscine présidentielle. »

Côté Les Républicains, c’est la porte-parole du parti, Lydia Guirous qui s’est chargée de porter l’estocade [coup d’épée, dans la mise à mort du taureau…] en rappelant la succession de polémiques qui ont visé le train de vie du président de la République ces dernières semaines. « Le comportement dispendieux du Président choque au moment où il demande toujours plus d’efforts au Français« , s’indigne Lydia Guirous en citant tour à tour la commande d’un nouveau service de vaisselle auprès de la Manufacture de Sèvres pour le palais de l’Elysée ou le recours à un avion Falcon présidentiel pour effectuer le court trajet de 110 kilomètres.

Une piscine, « c’est parce que le Président Coty ne l’avait pas fait? », a ironisé le député France insoumise Bastien Lachaud, en citant un argument brandi par le gouvernement pour justifier le rachat du nouveau service de vaisselle de l’Elysée.

 

Le coût d’une piscine hors-sol de grande taille se situe entre 10.000 et 15.000 euros. [A L’Express, une rédactrice en chef peut en avoir une à 5.000 euros… ] Ce coût, si tant est que le projet voie le jour, devrait être intégré dans l’enveloppe annuelle de 150.000 euros dédiée à l’entretien et la rénovation du fort de Brégançon, résidence de la République. [Car la piscine est un ‘must’ incontournable pour accueillir la famille de madame -enfants et petits-enfants – aux frais de la princesse. En acceptant de louer l’Elysée à Macron, les Français réalisent-ils une promesse du candidat de leur faire prendre en famille les rejetons de Brigitte ?]

Le plus choquant reste le silence complice des ‘godillots’ de la majorité présidentielle

Jupiter est au-dessus des mesquineries de la populace.

Pour l’anecdote, la conseillère presse de Nicolas Sarkozy, Véronique Waché, a souhaité bon courage aux communicants d’Emmanuel Macron, en rappelant qu’en son temps, elle avait dû affronter les foudres de la presse et de l’opposition après l’installation… de deux fours d’un montant de 75.000 euros dans l’avion présidentiel, rebaptisé « Air Sarko One », et devenu le symbole du caractère « bling-bling » du président.

Les parlementaires LREM sont prêts à avaler toutes les couleuvres.
Sont-ils élus pour ça ?

L’envoyé spécial de BFMTV Matthieu Coache raconte ce jeudi 21 juin sur la chaîne télé macronienne : « Alors oui, c’est confirmé, mais dans l’entourage du président, on ne parle pas de « piscine », mais de l’intégration d’un bassin hors-sol ». Il se livre ensuite à un savant « décryptage » : il s’agit « sûrement (d’) une façon de rendre cette piscine le moins glamour possible. »

Le couple Macron en Une de Paris Match, le 11 août 2016
Ils s’étaient exhibés à la faveur de Photoshop, mais ils exigent désormais de l’intimité

Au-delà de la question de l’usage, ou non, du terme « piscine », le journaliste diffuse les autres éléments de langage proposés par l’Elysée pour justifier la construction de la piscine. Sur le fond, il s’agit, explique l’entourage d’Emmanuel Macron, de permettre aux petits enfants de Brigitte Macron de se baigner cet été en toute intimité et sécurité : « La raison principale évoquée, c’est de préserver l’intimité de la famille, en particulier des petits enfants du couple Macron, une famille qui devrait investir ce fort de Brégançon dans les tous premiers jours du mois d’août, pour les vacances », raconte encore l’envoyé spécial de BFM.

Autre bobard : le coût sera limité et sera pris en charge sur le budget de fonctionnement du fort de Brégançon [une résidence d’Etat est pourtant entretenue sur des crédits issus de l’impôt…] ; et si cela ne suffisait pas, « la future boutique souvenirs de l’Elysée pourra(it) servir à financer cette piscine », raconte encore l’entourage d’Emmanuel Macron cité par l’envoyé spécial de BFM.

Et les élu(e)s LREM ne trouvent rien à redire !

 

Marlène Schiappa provoque la colère des communistes

Karl Marx est la propriété privée du Parti communiste français

Résultat de recherche d'images pour Ils ne le partagent pas avec la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes. L’improbable sous-ministre s’est faite taclée à la suite de l’un de ses tweets.

Marlène Schiappa a réagi à la polémique provoquée, mercredi 13 juin, par l’ex-banquier Rothschild Emmanuel Macron, qui estime que la France dépense « un pognon fou » en aides sociales. 

Résultat de recherche d'images pour "Macron  pauvre"

La zélée Marlène Schiappa a fait une mise au point sur le fond des propos du chef de l’État via Twitter. « Toucher 550€ de RSA/mois ne permet pas de sortir de la pauvreté s’il n’y a pas d’accompagnement efficace vers le travail. Un vrai travail, un vrai salaire : voilà le projet du gouvernement », a-t-elle glosé. 

Le PCF et LREM se disputent les restes de Marx

Mais, pour valider la pensée complexe du président, elle a appelé Marx à la rescousse, en le citant : « L’émancipation des travailleurs sera l’oeuvre des travailleurs eux-mêmes ». 


Dès le lendemain matin, le Parti communiste français se livra
, via le réseau social, à une attaque frontale de la pédante :

« Quand Marx parle de l’émancipation des travailleurs, c’est justement pour se débarrasser des gens comme vous qui défendez ‘les intérêts conservateurs, dont [vous êtes] l’humble valet’. Le Capital, livre 1″.
Certes, les services de Schiappa ont tenté d’empiéter sur la chasse gardée du PCF, en usurper la pensée du maître à penser communiste, mais c’était sans méchanceté. Le PCF a le sens de la propriété…

Résultat de recherche d'images pour
« La c
ulture, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale » (Françoise Sagan).
<br>Marlène Schiappa partage l’arrogance de son maître et n’a pas lâché le morceau ministres et députés de la majorité sont des fats, et elle a remis le couvert en porcelaine de la Manufacture royale de Sévres sur le fait que le parti n’a pas le monopole de Marx.

Le PCF s’est senti harcelé et …exploité, quand la poseuse a cité un compagnon de lutte du penseur-philosophe, en l’occurrence Friedrich Engels. Une citation longue et savante, dont s’est moqué le PCF, ironisant au passage sur les difficultés rencontrées par les bacheliers sur la plateforme Parcoursup.

Bref, les macroniens sont en mal de grands penseurs.
De même qu’ils tentent de brouiller la donne en lançant une OPA politique sur les sympathisants de Philippe de Villiers, de même cherchent-ils à se revêtir des oripeaux du marxisme.
LREM est un vide-greniers.

 

Aides sociales : Macron se lâche sur le « pognon », sans rien lâcher…

« Un président ne devrait pas dire ça », dénonce LREM. « Non, j’rigole ! »

blog -grippe-sou-film Ca« La meuf, elle est dead » : c’est ainsi qu’on s’exprime en présence du chef de l’Etat, on le sait. A l’instar de Sibeth Ndiaye, une conseillère en communication de Macron, à propos de la disparition de Simone Veil, respectée de tous, hormis la franco-sénégalaise : Sibébeth ne compte pas l’académicien Léopold Senghor au nombre de ses lectures. <br>Mais, comme si l’opposition n’avait pas ses propres schizophrènes, bobos intellos dérapant populos l’instant d’après, surfant sur le langage châtié pour glisser dans la vulgarité d’une minute à l’autre, quand s’éteignent micros et caméras et que tombe le masque,  a critiqué mercredi les propos d’Emmanuel Macron sur les aides sociales, tenus dans une vidéo diffusée mardi, estimant qu' »un président ne devrait pas dire ça », allusion  à la somme d’inepties publiées par son tremplin, François Hollande.

Outre cette référence à l’ouvrage qui avait marqué la fin du quinquennat de François Hollande, la cheffe de file des députés PS, Valérie Rabault, a jugé sur RFI « les propos et le ton pas adaptés à un président de la République française« .

Macron n’aime pas les pauvres

Macron veut « responsabiliser » les pauvres…<br>Dans une vidéo publiée mardi sur Twitter par sa directrice de la communication et relayée sur le compte du chef de l’Etat, Macron regrette qu' »on met(te) un pognon de dingue dans les minima sociaux » et que « les gens pauvres restent pauvres ». « On doit avoir un truc qui permet aux gens de s’en sortir », rêve le premier de cordée sans expérience de la pauvreté, ni prise sur le mur des réalités. Non motivé ou « fainéant »…

<center><blockquote class= »twitter-tweet » data-lang= »fr »><p lang= »fr » dir= »ltr »>Le Président ? Toujours exigeant. Pas encore satisfait du discours qu’il prononcera demain au congrès de la Mutualité, il nous précise donc le brief ! Au boulot ! <a href= »https://t.co/2mjy1JmOVv »>pic.twitter.com/2mjy1JmOVv</a></p>&mdash; Sibeth Ndiaye (@SibNdiaye) <a href= »https://twitter.com/SibNdiaye/status/1006664614619308033?ref_src=twsrc%5Etfw »>12 juin 2018</a></blockquote>
https://platform.twitter.com/widgets.js</center>

« Macron flatte les égoïsmes et surfe sur les clichés (…) afin de promouvoir une politique libérale qui ne fera qu’accroître la détresse et pauvreté », a également dénoncé le Premier secrétaire du PS, Olivier Faure.

Dans un « langage parlé, de sincérité », selon la ministre du Travail, Muriel Pénicaudle président dit « quelque chose d’essentiel, qu’il vaut mieux prévenir que guérir », a-t-elle tant bien que mal glosé, sur franceinfo.

« Le président a un problème avec les pauvres et cela commence à se voir de plus en plus », juge de son côté la maire PS de Lille Martine Aubry. « Sous le mépris glaçant de ses propos: ce qu’il souhaite, c’est défaire méthodiquement tous les acquis obtenus depuis la Libération et le Conseil national de la Résistance », a-t-elle dénoncé dans un communiqué.

L’extrême gauche populiste s’en fait des gargarises. « Monsieur Macron, ce qui coûte un +pognon de dingue’, c’est vous et vos cadeaux aux ultra-riches. Il y a une solution simple pour en finir avec la pauvreté. Elle s’appelle le partage des richesses », a fustigé sur Twitter le chef de file des députés LFI, Jean-Luc Mélenchon.

« Le CICE et les exonérations de cotisations sociales ‘coûtent un pognon de dingue’ sans jamais sortir le pays du chômage. Mais ça, ça n’émeut pas Emmanuel Macron ! », a également protesté le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent.

Emmanuel Macron « fait, comme tous les ultralibéraux, porter la responsabilité de la pauvreté, du chômage, sur les chômeurs et les pauvres », a lancé sur BFMTV et RMC Marine Le Pen (RN, ex-FN).

« La solidarité, ça n’est pas l’aumône. En France les riches -jusqu’ici- payent pour les pauvres et les Français en bonne santé payent pour ceux qui sont malades. Voilà le modèle français – ô combien perfectible – mais dont les principes restent modernes et JUSTES », a dénoncé Benoît Hamon (Génération.s) également sur Twitter.

 » ‘On met trop de pognon’, selon Macron. Par contre, pour les copains du Cac 40, on n’en met jamais assez… Stop au cynisme« , a renchéri Florian Philippot (Les Patriotes).

Plusieurs dirigeants Les Républicains ont critiqué les propos de Macron. 

blog -peur_pauvrete
Gardez votre pognon : c’est de changement dont j’ai besoin…

« On est dans la continuité du ‘sans-dents’ de François Hollande avec la théâtralisation en plus », a jugé la porte-parole LRLaurence Sailliet, sur BFMTV. « Un président ne peut pas dire ça », sauf à être « cynique ».

« C’est une mise en scène« , pour le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau. « On a effectivement énormément d’aides sociales et elles ne sont pas suffisamment réorientées vers la reprise de l’emploi », a-t-il estimé, sur Public Sénat, distinguant au passage « les mots » du Président, des « actes qui sont posés ».

« C’est un homme qui aime bavarder, provoquer, parfois de manière grossière et vulgaire« , a fustigé sur LCP Guillaume Peltier, numéro 3 du parti.

Même dans les rangs de la majorité, les propos présidentiels ont parfois causé le trouble.

La députée LREM franco-tunisienne de la Manche, Sonia Krimi – naturalisée en 2012 – s’est ainsi dite « très, très mal à l’aise » et a jugé qu’en tant que président de la République, Emmanuel Macron devait faire « très, très attention » à ses déclarations. ‘La République en marche’ avait choisi d’investir Blaise Mistler, issu des comités de soutien d’Alain Juppé pour les élections législatives… 

En revanche,  la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, y voit un « langage parlé, de sincérité » : le président dit « quelque chose d’essentiel, qu’il vaut mieux prévenir que guérir », a-t-elle tant bien que mal glosé, sur franceinfo. <br>Pénicaud se soigne ? Mais est-elle  tellement pauvre qu’elle soit dans « le curatif »…