Libertés publiques: restrictions sur le wifi en France, comme en Corée du Nord

Le wifi sera bientôt interdit dans les crèches, limité dans les écoles

Une période de psychose antiterroriste favorise-t-elle fatalement le totalitarisme ?

Le Parlement a définitivement voté jeudi une loi « encadrant » l’exposition aux ondes électromagnétiques.
Interdiction du wifi aux scolaires de moins de 11 ans. Bien que le doute subsiste sur la dangerosité des ondes électromagnétiques émises par tous nos appareils électroniques sans fil et sur l’origine réelle des maux que les électrosensibles leur attribuent, les députés ont néanmoins définitivement adopté jeudi plusieurs dispositions d’une loi encadrant l’exposition aux ondes électromagnétiques. Face à un risque encore mal défini, l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) avait été chargée de faire le tour de toutes les études scientifiques sur le sujet pour en faire une synthèse. Son rapport a été rendu public mardi et deux jours plus tard, les députés godillots ont cédé au principe de précaution.
Le wifi interdit en crèche. La loi soutenue par le gouvernement et portée par l’écologiste Laurence Abeille interdit le wifi dans les crèches. L’installation de boîtiers wifi dans les écoles maternelles est également bannie.
Et en primaire ? Dans les classes des écoles primaires, les boîtiers wifi installés après la publication de la loi sont désactivés lorsqu’ils ne sont pas utilisés pour des activités numériques pédagogiques. Enfin, toute nouvelle installation d’un réseau radioélectrique dans une école primaire fera l’objet d’une information préalable du conseil d’école.

Entre craintes sanitaires et besoin de technologies. Au-delà des seules crèches et écoles, le texte comporte plusieurs autres dispositions plus larges comme l’obligation, sous peine d’une amende maximale de 75.000 euros, de messages de recommandation sur l’utilisation du téléphone portable et sur les risques liés à leur utilisation.
La loi demande aussi à l’Agence nationale des fréquences (ANFR) de mettre, d’ici un an, à la disposition des communes de France une carte à l’échelle communale des antennes-relais existantes.

Limites et incohérences du zèle socialo-écolo


Le doute perdure. Alors que les technologies sans fil se déploient dans notre vie quotidienne, leurs conséquences sur le plan sanitaire restent incertaines, mais les écologistes archaïques sous le joug de théorie de la décroissance se croyant plus censés et responsables que la moyenne imposent leurs peurs irraisonnées. Ces antennes, relais wifi, télécommandes, etc. sont suspectes du seul fait qu’elles émettent des ondes invisibles donc effrayantes auxquelles depuis des années est attribuée une dangerosité de l’ordre du fantasme.

En 2009, l’Anses avait déjà rendu un rapport ambigu et mitigé : les radiofréquences n’étaient pas nocives à ses yeux, mais elle recommandait néanmoins de contrôler dès que possible l’exposition à ces ondes. Quatre ans plus tard, l’agence a donc été chargée de faire un nouveau point résumant toutes les études publiées sur la question. Et nos députés, comme les « experts », ont masqué leur paresse et leur incompétence en s’alignant, comme souvent, sur les législations étrangères qui leur conviennent.
Si la question de la dangerosité des ondes se posait déjà dans les années 2000, mais n’était pas démontrée, elle n’est pas davantage prouvée aujourd’hui, alors qu’elles se sont encore répandues. L’usage des smartphones et des tablettes s’est généralisé, sans oublier le déploiement en cours d’un réseau 4G pour l’internet sans fil. Une telle technologie va permettre d’avoir sur un smartphone ou une tablette mobile un débit internet équivalent à celui d’une ligne fixe.

Au final, ce sera jusqu’à 11 ans…

Savoir raison garder n’est pas écolo
L’ingestion accidentelle d’une cuillère à café d’huile essentielle de térébenthine peut entraîner la mort chez un jeune enfant. Il n’empêche qu’en février 2008, la politicienne de l’écologie radicale, Cécile Duflot, ex-secrétaire nationale des Verts (EELV) et ex-ministre, ministre de Hollande, aurait affublé son 4e enfant, une fille, du joli prénom « Térébenthine », un antiseptique pulmonaire et… urinaire. Le comique déjanté Michael Youn est l’heureux papa d’une petite… »Seven », comme le chiffre 7 en anglais, mais aussi comme le titre du film glauquissime avec Brad Pitt qui poursuit un psychopathe. L’inverse était concevable.

Logiquement, les enfants doivent quitter le domicile familial
Car la tolérance des « experts » envers la télévision, les fours à micro-ondes ou les alarmes anti-intrusion serait donc coupable. Devons-nous éloigner nos enfants du chauffage par induction ?

Faut-il priver les enfants de tout spectacle ?
Il est avéré que leur système auditif des enfants est fragile, mais les écologistes négligent les rapports d « experts » qui lancent des alertes contre le volume sonore de la publicité télévisée, des concerts et des films en salle. Qu’ils nous disent où isoler les enfants ? En Birmanie? En Corée du Nord ?

Publicités