Obama fait le singe pour son Obamacare

Les Américains se seraient-ils fait bananer sur son petit bout… de réforme « historique » 

Le Guignol de l’Info US, Barack Obama, a plus d’impact que sa réformette
Obama, prix Nobel de la paix, pour son potentiel, ici au Kenya, en costume traditionnel ( lien PaSiDupes)

Le président américain n’est pas seulement l’amuseur de ses filles  en se mettant en scène pour promouvoir l’Obamacare.

Pas sûr que le buzz donne un coup de boost attendu à sa loi. Promulguée il y a déjà quatre ans, le 30 mars 2010, elle n’a toujours pas bouleversé la vie des Américains comme escompté. 

Elle constitue pourtant le principal volet de la réforme du système de protection sociale aux Etats-Unis.

Obama a conservé quelque chose du temps où il travaillé comme… top modèle

L’accord que le président démocrate a passé avec son opposition républicaine ne portait que jusqu’au 15 janvier 2014 pour le budget fédéral et jusqu’au 7 février pour l’autorisation donnée au Trésor pour son financement par l’emprunt sur les marchés capitalistes.
En décembre 2013, le président Obama rétro-pédala finalement sur sa réforme de la santé à cause de son impréparation (depuis Bill Clinton en 1993…) et de nombreux dysfonctionnements, repoussant d’un an l’obligation pour des millions d’Américains de souscrire à une police d’assurance maladie avec le… secteur privé.

En mars dernier, le président Barack Obama fit aussi une apparition controversée sur le Web talk-show de l’humoriste Zach Galifianakis « Entre Deux Plantes vertes (fougères) » pour encourager les jeunes à s’inscrire au Obamacare sur le site fédéral Healthcare.gov.

La communication politique de Barack Obama vole une nouvelle fois très très haut. 
Après l’entretien loufoque de Between Two Ferns où il promouvait déjà son Obamacare, le président des États-Unis a livré un long entretien au site Buzzfeed – cofondateur du Huffington Post – et Barack Hussein en a profité pour se mettre en scène dans une vidéo typique de l’agrégateur de liens, superficiel pour pré-pubères. 

Intitulée « Les choses que les gens font mais dont ils ne parlent pas », la séquence fait faire à l’homme le plus puissant du monde des selfies, répéter son texte devant le miroir ou encore du air basket dans son bureau. Apogée de l’instant politico-lol, le président reprend à son compte l’ironique « Thanks Obama », utilisé par les opposants à l’administration pour justifier tous les maux de la société. 

Et finit sur « Yolo man » (You Only Live Once: « on ne vit qu’une fois« ).

Pourvu que François Hollande ne s’y mette pas, suivant les conseils de Gaspard Gantzer, nouveau gourou de la com’.


Quant au narcissique secondaire Manu Valls, c’est trop tard: il est déjà amoureux de son image et des gels capillaires… Et il consacre à ses cheveux plus de matière que de shampoing.

Gaffe: Hollande annonce qu’il va aux obsèques du roi Abdallah, mort et… déjà enterré

Le président François Hollande a encore gaffé, à Davos, le 23 janvier 2015

Pour rebondir, il a bondi sur le dernier faire-part de décès, celui du roi d’Arabie Saoudite. Grand maître du temps et de la langue française, Flamby a fait une annoncé qui pour une fois n’était pas prématurée: elle était même dépassée, voire inconvenante. Se rendre aux obsèques d’un défunt enterré, c’est l’exploit qu’a voulu tenter le « bras cassé » de l’Elysée, depuis le sommet de Davos en Suisse. Depuis que les attentats djihadistes de Paris ont catapulté Hollande dans les sondages,  voilà que le chavire l’ivresse des cîmes helvètes…

Car aucune frontière, aucune montagne ne l’arrête…

Le Huffington Post continue de valoriser chacune des bourdes de Monsieur P’tite Blague et écrit que « la polémique provoquée par sa blague en Algérie n’a visiblement pas eu d’effet sur son sens de l’humour. » On pourrait s’en inquiéter, mais rien de ses faits, gestes et propos n’alarme la presse socialiste. Ainsi, le 30 décembre 2014, devant la citadelle de Masmak à Riyad, François Hollande s’était encore autorisé une blague. Alors qu’à l’occasion d’une danse folklorique on lui tendait un sabre, le chef de l’Etat, accompagné du président de l’Institut du monde Arabe, Jack Lang, lâcha: « j’en aurai besoin ». De l’auto-dérision pour les uns mais, selon les autres, la marque d’une paranoïa qui ne l’abandonne jamais.

blog -Sabre de Hollande a Riyad-Arabie saoudite 2014
Auto-érotisme de Hollande,sabre-phallus au poing

Le président n’a en fait jamais dépassé la phase du narcissisme primaire du nourrisson qui ne parvient pas à distinguer sa personne du monde extérieur, singulièrement celui de la mère. Ce temps dont il est resté prisonnier, correspond au temps de la construction de l’autoérotisme. Cette jouissance manifeste du petit François à brandir le sabre tendu manifeste le blocage de sa libido sur le phallus. Cette scène en dit beaucoup plus sur lui qu’il n’y paraît et dépasse le simple clin d’oeil à la situation politique difficile en France.<br>
Mais le HuffPost en rajoute. <br>Il positive grossièrement: « Fidèle à son habitude » et justifie: « c’est pour dédramatiser une situation un brin embarrassante que François Hollande a eu recours à son sens de l’humour », avant de s’en prendre à l’opposition qui a mieux à faire, mais que le site accuse « aujourd’hui de régulièrement le prendre pour cible ». Courtisant, mais bien peu psychologue, le HuffPost expose finalement la piètre sexualité du sujet: « visiblement mal à l’aise avec une arme [phallique] à la main, le chef de l’Etat s’est d’ailleurs empressé de s’en débarrasser. » Ce qu’il ne fallait pas démontrer !

Le président dont la presse assure qu’il maîtrise…

Vendredi 23, il a donc commis l’une de ses gaffes qui lui valent les applaudissements des media de gauche. Il a annoncé de Suisse qu’il se rendrait aux obsèques du roi saoudien Abdallah, pratiquement au moment même où il était inhumé à Riyad : « Il vient de mourir, je viendrai à ses obsèques pour qu’il y ait un renforcement des relations entre la France et l’Arabie saoudite« , a déclaré, gravement, le président. au cours du Forum économique mondial à Davos. Le roi Abdallah, âgé d’environ 90 ans, est mort vendredi matin et a été enterré dès la mi-journée en présence de plusieurs dirigeants de la région.


L’Élysée a rectifié les propos du président en re-traduisant la déclaration de François Hollande: il ira « présenter ses condoléances » en Arabie saoudite, a corrigé le Palais. Le roi Abdallah, âgé d’environ 90 ans, est mort vendredi matin et a été enterré dès la mi-journée en présence de plusieurs dirigeants de la région.

La promesse est par ailleurs dénoncée sur Europe 1 par Florian Philippot
Le vice-président du Front national a en effet réagi avant que Hollande ait présenté les… condoléances de la France: « Je trouve indigne que le chef de l’État en personne aille aux obsèques du roi de ce pays« , a estimé Florian Philippot, pour qui « la présence de notre ambassadeur aurait largement suffi« . « Le chef de l’État va dans un pays qui pratique la lapidation des femmes, où il n’y a aucune liberté d’expression. Je pense à ce blogueur qui a été condamné à mille coups de fouet. Est-ce que François Hollande aura au moins un mot pour ce blogueur ? Je ne le pense même pas, parce qu’il est complètement soumis à l’Arabie saoudite », a expliqué le numéro deux du FN.

Une séance de condoléances, un jerrycan à la main…« Il vient de mourir, je viendrai à ses obsèques pour qu’il y ait un renforcement des relations entre la France et l’Arabie Saoudite« ‘, a déclaré le président en marge du Forum économique mondial à Davos en Suisse.