Clandestins : 52 réfugiés du navire ‘Lifeline’ (illégitime, voire dans l’illégalité) sont entrés en France

Un titre de réfugié leur sera délivré à bref délai, clame le patron de l’Ofpra.

FRANCE-EUROPE-MIGRATION-ASYLUMLe bateau allemand ‘Lifeline’ impose 52 clandestins à Macron et aux Français.
Les cinquante-deux réfugiés sont arrivés par avion jeudi matin à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, un peu après 9 heures. Parce que Lifeline a refusé de ramener les 233 migrants à bord de son navire de secours aux gardes-côtes libyens. Et d’autres pris en charge cette fois par l’Aquarius sont également attendus prochainement. 

Les passeurs avaient cristallisé les tensions européennes en instrumentalisant les clandestins, en collaboration avec les « négriers » qui abandonnent les Africains en pleine mer après leur avoir ponctionné leurs économies. Il est donc reproché  aux associations  de faciliter et entretenir le trafic des passeurs. Tous avaient été identifiés dès leur arrivée à Malte par l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra) comme relevant d’un besoin de protection au titre de l’asile, selon un communiqué.

La «Mission Lifeline Search and Rescue» a été créée à Dresde (Allemagne) à la fin de l’année 2015. Cette association allemande s’était réparti la tâche avec l’Allemand ‘SOS Méditerranée’. En effet, à l’origine, elle n’intervenait pas en relais des passeurs au large de la Libye, mais sur la «route des Balkans»,  suivie par les clandestins qui pénètrent en Europe depuis la Turquie et qui rejoignent notamment l’Allemagne via la péninsule balkanique. Les activistes de cette organisation en communion d’esprit avec les ‘No border’ prenait la suite des « négriers »  dans les «hotspots» grecs, ces centres d’enregistrement créés par l’Union européenne pour repérer et identifier les personnes en situation irrégulières susceptibles de bénéficier du droit d’asile.

Rapidement, «Lifeline Search and Rescue» a diversifié son activité, d’une part dans les camps à terre et, d’autre part, en mer, à compter d’avril 2016. Le bateau, qui porte le même nom que l’organisation, est devenu opérationnel en septembre 2017. Selon le cahier des charges, le Lifeline doit pouvoir naviguer en haute mer et avoir «assez de places pour des centaines de personnes» sur ses 32m, selon l’organisation, qui précise que «leur mission est seulement possible grâce aux généreuses contributions de personnes physiques et de communautés». Sur son site, Lifeline déclare avoir perçu 41.675 euros sur les 48.000 euros qu’elle espère. 

Il y a quelques jours, Matteo Salvini a parlé sur Facebook de la cargaison de «chair humaine» que transporte le Lifeline. Et d’ajouter: «Rejoindre l’Italie, ils peuvent oublier. Je veux en finir avec le business du trafic et la mafia ». Macron continue… «Nous vous invitons cordialement à vous convaincre que ce sont des êtres humains que nous sauvons de la noyade. Venez voir, vous êtes le bienvenu !», lui ont répliqué dimanche les activistes allemands. 

L’ambiguïté de Lifeline ne concerne pas seulement son action en mer, mais également son pays de rattachement. L’Italie estime en effet que, outre qu’il a été construit en 1968, le bateau bat « illégalement, illégitimement pavillon néerlandais », a indiqué le mouvement Cinq étoiles, l’un des deux mouvements au pouvoir à Rome, avec la Ligue. Or, la représentation des Pays-Bas auprès de l’Union européenne a confirmé dans un tweet que le Lifeline ne navigue pas sous pavillon néerlandais. Avec un autre navire d’une ONG allemande, le Seefuchs, «ils n’apparaissent pas dans les registres navals des Pays-Bas», a-t-elle écrit. Deux sites internet de référence – l’entreprise de crowdsourcing Marine Traffic et la base de données Equasis – estiment quant à eux que le Lifeline est bien néerlandais.  Sans doute savent-ils mieux que le pays concerné au premier chef. La première entreprise a fourni des données diverses sur la crise migratoire méditerranéenne, les mouvements suspects de pétroliers dans le territoire contrôlé par l’Etat islamique, les oligarques russes avec les officiels américains, les allégations de sanctions et les mouvements des investissements maritimes du membre du cabinet américain. La seconde regroupe des informations concernant la sécurité des navires, mais l’Allemagne n’est pas au nombre de ses 10 pays contributeurs.

«Il n’y a pas de mensonge», certifie le porte-parole de l’association, qui précise: «Il existe différents registres dans lesquels on peut enregistrer un navire. Aux Pays-Bas, le Lifeline est enregistré dans le registre des embarcations de plaisance [sic] et non dans celui des navires néerlandais. Par conséquent, il n’a pas le droit d’utiliser les Pays-Bas comme Etat du pavillon, mais le seul drapeau, ça va», explique-t-il, froidement. Me Perrine Gaston, avocate au cabinet d’avocats Raison et associés (Marseille) spécialisé en droit maritime, juge simplement «le pavillon néerlandais … tout à fait recommandable», à la différence de «pavillons dits de complaisance», comme celui «du Panama ou des îles Marshall», polémique-t-elle. «Le pavillon des Pays-Bas est très libéral, » admet-elle toutefois (…) C’est un pays de grande tradition maritime, et les exigences légales sont très limitées», lâche quant à lui un site spécialisé.

Cette opération montre « la solidarité très concrète de la France envers ses voisins européens en première ligne pour les arrivées par voie maritime »s’est expliqué le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, en estimant que la France a été « l’un des premiers pays à s’engager pour cet accueil. »

A la différence de Madrid qui a autorisé le navire Aquarius à accoster à Valence en Espagne, l’Italie a fait opposition à l’accès du Lifeline aux ports italiens et à l’UE. Au terme d’un périple qui a mis sur la place publique les divergences européennes sur l’accueil forcé de clandestins, la France avait proposé, avec le soutien de la solidarité européenne, d’accueillir une partie d’entre eux. Environ 80 illégaux de l’Aquarius sont attendues prochainement.

La France, entre deux eaux

Parmi les 52 arrivants se trouvent « 42 Soudanais et 3 Erythréens », ainsi que (en nombre indéterminé) des ressortissants de Somalie, du Tchad, du Cameroun, du Togo et de Côte d’Ivoire, a précisé Pascal Brice, le directeur général de l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides), établissement public administratif dont le directeur (depuis 2012) vient d’être reconduit par Macron. Venu les accueillir à Roissy, « Monsieur Pascal », comme l’appellent les migrants, était déjà sur l’île grecque de Lesbos en 2015 pour mesurer par lui-même le dispositif d’entrée en Union européenne des illégaux.  « C’est un vrai militant de l’asile », qui chuchotait à l’oreille des migrants, comme à celle de Bernard Cazeneuve ou de Manuel Valls, avec un objectif : redorer le lustre de l’asile en France. On notera que tous les pays d’origine des 52 ne sont pas des dictatures… Mieux, la France réunit sur son territoire des citoyens du Tchad ami et d’autres de la province soudanaise en guerre du Darfour… En 2013, le Tchad a envoyé des troupes au nord du Mali pour participer à l’opération Serval.

Les arrivants devraient gagner dans la journée des centres d’accueil, l’un à Toulouse et l’autre en Ile de France, « où ils vont rester de dix à quinze jours ». Ils seront ensuite orientés vers des centres d’accueil plus pérennes, mais non précisés, a indiqué Raphaël Sodini, directeur de l’asile à la Direction générale des étrangers en France, précisant a priori qu’ils obtiendront « très rapidement » le statut de réfugié.

Ils bénéficieront également « d’une formation linguistique et aux valeurs de la République dans le cadre du contrat d’intégration républicaine », sous la houlette de l’Office français d’immigration et d’intégration (Ofii,  placé sous la tutelle du ministère de l’Intérieur), selon le communiqué. L’OFII propose des aides au retour et des aides à la réinsertion dans le pays d’origine. 

Macron a cédé dans une annonce du mardi 26 juin

« Le président de la République a eu des mots très durs à l’encontre de l’ONG propriétaire du Lifeline puisqu’il a dit que le bateau n’a respecté aucune règle, qu’il avait coupé ses radars pour ne pas être visibles des garde-côtes libyens, » rappelle à Rome, le journaliste François Beaudonnet. C’est là le cœur du problème. Jusqu’à présent, les sauvetages en Méditerranée étaient coordonnés par un centre qui se trouve à Rome. Dorénavant, ils seront coordonnés par la Libye.« 

Les ONG s’insurgent contre les décisions de l’Union européenne. Bien qu’elles soient illégitimes, ces ONG associations supranationales ripostent aux Etats souverains et à Macron. Elles portent plusieurs accusations, selon le journaliste : « D’abord, les garde-côtes ont souvent fait preuve de violence au cours des sauvetages. Ensuite, les réfugiés sont ramenés vers la Libye et retournent vers l’enfer qu’ils ont quitté. C’est en tout cas la nouvelle politique européenne, celle qui sera appliquée. »

Les passeurs d’un bateau d’ « Open Arms » introduisent 60 clandestins de plus dans l’UE, via Barcelone

Allemagne ou Espagne, des Etats membres de l’U.-E. assurent le passage de clandestins africains

Le bateau de l’ONG espagnole – plus précisément catalane – Proactiva Open Arms est arrivé mercredi en Espagne, dans le port de Barcelone, avec 60 migrants à bord, après avoir été abandonnés en pleine mer par des camarades « passeurs » au large de la Libye, et refusés par l’Italie.

Deux semaines et demie après l’arrivée de l’Aquarius et de ses 630 migrants débarqués à Valence le 17 juin, ce bateau est entré un peu avant 09h00 du matin dans le port de « la capitale catalane » [sic, l’AFP].

L’Open Arms a effectué le passage de 50 hommes adultes, 5 femmes et 5 mineurs dont 3 non accompagnés  de Libye en Union européenne sur quatre jours.
Il appartient désormais aux autorités catalanes de faire assurer leur examen sanitaire à bord, par l’entremise de trois équipes de la Croix-Rouge, a indiqué le porte-parole des services de l’Etat central en Catalogne.
Logo de l'organisationFormé du Comité international de la Croix-Rouge, créé en 1863, de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, créée en 1919, ainsi que des 190 Sociétés nationales de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge –  dont la Croix-Rouge française (CRf), une association – , le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge est le plus important regroupement d’organisations humanitaires au monde.

Résultat de recherche d'images pour "Proactiva Open Arms"Ils seront ensuite débarqués pour y être notamment identifiés par les autorités de la Généralité de Catalogne, présidée par une figure de l’indépendantisme, un élu de ‘Ensemble pour la Catalogne’ de Carles Puigdemont, le président déchu, avant d’être transférés dans des centres d’hébergement.

Ces clandestins imposés à l’U.-E. « vont bien étant donné les circonstances, il n’y a eu aucune urgence médicale « grave » et ils sont contents, car on leur a expliqué que le gouvernement voulait qu’ils viennent ici », a indiqué de son côté Anabel Montes, chef de mission de Proactiva Open Arms. 

Résultat de recherche d'images pour "Proactiva Open Arms"Grâce à des dons de militants internationalistes, sympathisants de ‘No Border’, récoltés sur un site de financement participatif, cette fondation humanitaire catalane privée (‘Bras ouverts‘) s’est fait connaître en , lors de sa première opération mise sur pied à Lesbos pour favoriser le passage sur l’île grecque de réfugiés politiques de Syrie, des opposants au régime légitime et potentiels fauteurs de troubles dans les démocraties européennes. Ces passeurs catalans déploient des embarcations entre la Libye, l’Egypte et l’Italie, ainsi que l’Espagne, désormais.

Après avoir accueilli l’Aquarius, « bateau citoyen » de l’ONG association allemande ‘SOS Méditerranée’, mi-juin, le nouveau gouvernement socialiste espagnol de Pedro Sanchez a accepté d’ouvrir le port de Barcelone aux migrants de l’Open Arms, eux aussi refusés par l’Italie et son ministre de l’Intérieur Matteo Salvini (Ligue, extrême droite).

La semaine dernière, le navire de l’ONG association également allemande ‘Lifeline’, cette fois, opérant quant à elle sur la «route des Balkans» (itinéraire suivi par les clandestins qui entrent illégalement en Europe depuis la Turquie, pour rejoindre notamment l’Allemagne, via la péninsule balkanique), avait lui accosté à Malte avec à son bord 234 clandestins. <br>Rome accuse cette organisation de provocation du gouvernement italien, profitant des divisions entre Etats européens et de l’impunité des passeurs, négriers des temps modernes. Le bateau de 32 mètres, construit en 1968, s’est imposé à Malte au soulagement du porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, sur RTL. «La France sera prête, comme elle l’a dit et comme elle l’a fait avec l’Espagne il y a une dizaine de jours, à envoyer une équipe sur place pour traiter les demandes de manière individuelle.»

Après des semaines de tensions, les dirigeants de l’Union européenne assurent être parvenus vendredi à un compromis qui propose la création de « plateformes de débarquements«  de clandestins en dehors de l’UE pour dissuader les traversées de la Méditerranée et encourager le maintien au bled.

Aquarius : SOS Méditerranée, des passeurs ‘vertueux’ de migrants

SOS Méditerranée, coupable de “traite humaine” pour le RN marseillais

blog -Aquarius SOS Mediterranee-Mucem-juin2018.jpg
Le navire Aquarius, de SOS Médietarranée, amarré face au Mucem, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille, le 29 juin 2018, est partout chez lui

L’AFP fait écho à l’ex-FN et L’Express ou Libération relaie l’accusation de « traite humaine ». <br>En assurant le « passage » “des clandestins” d’Afrique vers l’Union européenne, l’ONG association SOS Méditerranée se rend coupable de “traite humaine,” a dénoncé vendredi le Rassemblement national (RN, ex-FN) marseillais, lors d’une manifestation contre la présence de l’Aquarius dans le port de Marseille.

 

Dans un communiqué, le PS marseillais a en revanche demandé que Marseille devienne “le port d’attache symbolique” du navire amiral de l’association fondée en Allemagne, en réaction à l’arrêt de l’opération Mare Nostrum, opération militaro-humanitaire lancée suite au naufrage du 3 octobre 2013 à Lampedusa et qui consista, du  au  à prendre le relais des passeurs qui abandonnent en pleine mer les bateaux de migrants clandestins.

“Ils prétendent être une association caritative mais ils sont en lien avec les passeurs”, a souligné Stéphane Ravier, seul sénateur RN et seul candidat officiellement déclaré à la succession de Jean-Claude Gaudin (LR) à la mairie de Marseille: “Commençons par nous occuper de nos pauvres avant de ceux des autres, ce n’est pas à la France de supporter le malheur des autres”.

blog -RN ex FN contre Aquarius a Mrs-banderole-29juin2018.png
Photo que les moteurs de recherche et les media censurent

Près d’une centaine de personnes ont instantanément répondu, vendredi après-midi à l’appel à manifester du RN contre la présence de l’Aquarius amarré – par surprise –  seulement depuis le matin face au Mucem, haut-lieu de la culture et lieu idéal pour une opération médiatique de l’association supranationale et illégitime. Le RN riposta en  déployant une banderole et un slogan pour résumer leur position: “Transport de clandestins = traite humaine”.

 

<center><blockquote class= »twitter-tweet » data-lang= »fr »><p lang= »fr » dir= »ltr »>Hallucinant ! En conseil de la Métropole Aix-Marseille, <a href= »https://twitter.com/jcgaudin?ref_src=twsrc%5Etfw »>@jcgaudin</a&gt; reconnaît qu'il accueille, à <a href= »https://twitter.com/hashtag/Marseille?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw »>#Marseille</a&gt;, des <a href= »https://twitter.com/hashtag/migrants?src=hash&amp;ref_src=twsrc%5Etfw »>#migrants</a&gt;, mais qu'il ne le dit pas pour ne pas &quot;faire le jeu&quot; du Front National/Rassemblement National ! <a href= »https://t.co/WnHvA9TkOR »>pic.twitter.com/WnHvA9TkOR</a></p>&mdash; Stéphane Ravier (@Stephane_Ravier) <a href= »https://twitter.com/Stephane_Ravier/status/1012381538141564928?ref_src=twsrc%5Etfw »>28 juin 2018</a></blockquote>
https://platform.twitter.com/widgets.js</center>

Ce navire de SOS Méditerranée devrait rester dans la cité phocéenne pour une escale technique de quatre jours, le temps de ravitailler et de changer d’équipage. Pour cette escale l’association s’était d’abord adressée à Malte, socialiste, sans succès. Et elle avait délibérément choisi d’éviter l’Italie, où “le climat (n’est) pas du tout favorable aux ONG”, selon son directeur des opérations Frédéric Penard.

SOS Méditerranée est un réseau international créé le 9 mai 2015 et composé de quatre associations nationales en Allemagne, France, Suisse et Italie. Cette association supranationale exploite le droit maritime ancien, les droits fondamentaux de la personne  et le principe d’assistance à personne en danger, sans se préoccuper de rechercher les responsables originels de ces flux migratoires. L’Aquarius appartient et est géré par la compagnie maritime allemande Jasmund Shipping. Le contrat d’affrètement a débuté en janvier 2016, en partenariat avec Médecins du monde, proche du Parti communiste. Ainsi, dans l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle de 2017 qui opposa Marine Le Pen et Emmanuel Macron, Médecins du monde appela dans une tribune avec soixante autres associations à faire barrage à la candidate FN. Médecins du monde demande un égal accès aux soins de tous les résidents sur le territoire européen, quel que soit leur statut administratif (donc les clandestins) et milite pour la non-expulsion des étrangers gravement malades.

L’Aquarius est arrivé en Union européenne par Valence, en Espagne, où il avait pu accoster le 17 juin, à la demande du gouvernement socialiste de Madrid, avec 630 migrants au total, répartis dans trois navires, après s’être vu refuser l’accès aux ports de Malte et d’Italie.

Si le RN marseillais ne veut pas de l’Aquarius dans la ville LR, le PS phocéen veut en revanche que le navire-passeur  puisse “battre pavillon marseillais”, selon les termes du président du groupe socialiste de la ville de Marseille, Benoît Payan, 30 ans, un diplômé de l’école Supérieure d’Art et Design Marseille Méditerranée, dans un communiqué appelant la ville à se montrer “complice” des sauveteurs, des passeurs, en l’occurrence“Entre l’Italie honteuse et l’Espagne glorieuse, il y a eu la France, silencieuse. Un silence coupable”, a dénoncé le leader du PS marseillais, selon qui, “en plus d’accueillir le siège social de SOS Méditerranée, Marseille doit devenir le port d’attache symbolique de l’Aquarius, son refuge, celui qui lui ouvrira toujours ses portes”…

Macron est sur la même ligne que l’ex-FN

L'ONG Lifeline a été accusée par Emmanuel Macron de "faire le jeu des passeurs".Macron  a accusé le navire « humanitaire » Lifeline  de « faire le jeu des passeurs » en Méditerranée. Les associations supranationales maintiennent qu’elles respectent le droit international qu’ils considèrent supérieur au droit national, à la façon des islamistes qui ne reconnaissent que le Coran.

En Hongrie, les responsables d’associations supranationales qui s’intitulent ONG n’ont désormais plus le droit de venir en aide aux migrants. Cette nouvelle loi adoptée par le Parlement de Budapest punit d’un an de prison les militants qui apportent leur assistance, notamment en mer. Ils pourront se voir notifier une interdiction de s’approcher à moins de huit kilomètres des frontières extérieures hongroises. Une législation qui s’inscrit dans un contexte général en Europe de condamnation des actions politiques de déstabilisation  des démocraties occidentales par le biais de migrants non désirés. 

Les déclarations d’Emmanuel Macron, le 26 juin, à propos du Lifeline, vont dans le sens de la Hongrie. Ce navire allemand cherchait un port où imposer ses 233 clandestins aux Européens. Selon le président français, les actions de cette ONG font le « jeu des passeurs (…) en réduisant le coût du passage ». « On ne peut accepter durablement cette situation car au nom de l’humanitaire cela veut dire qu’il n’y a plus aucun contrôle » estime-t-il. 

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a renchéri le lendemain en déclarant que « la France salue le travail des ONG (…) qui sauvent des vies », mais que « leur travail doit se faire dans le respect du droit international ». Il estime que les ONG associations peuvent parfois être les « complices involontaires » des passeurs. Bien qu’illégitimes, les organisations humanitaires ont vivement réagi et quatre d’entre elles ont demandé à être reçues à l’Elysée, se disant « consternées devant cette confusion de valeurs ».