Retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien: Rohani menace d’enrichir plus d’uranium…

Nucléaire iranien  : les Européens veulent préserver et amplifier l'accord
Un camouflet pour Macron, ici à Washington, pour faire pression sur Trump, le 27 mai 2018 

Le président Trump a pris la décision de retirer les Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien et de réinstaurer des sanctions, preuve que « les Etats-Unis (…) ne respectent jamais leurs engagements« , signé par Obama à Vienne en juillet 2015, a jugé le président iranien, Hassan Rohani.

En conséquence, Hassan Rohani a dit mardi soir vouloir discuter avec les Européens, les Russes et les Chinois afin de voir si son pays a intérêt à rester dans l’accord sur le nucléaire iranien après l’annonce du retrait des Etats-Unis de ce pacte. <br>Le groupe des « 5+1 » (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) s’étaient mis d’accord avec l’Iran le jeudi 2 avril 2015 sur un accord-cadre « historique » portant sur le nucléaire iranien. Cet accord politique visait à réduire la production iranienne d’uranium enrichi. <br>VOIR et ENTENDRE l’état des négociations et de la situation, au début 2015. (cliquer sur le lien)

Mettant la pression sur les pays  qui ont dit vouloir sauver cet accord en dépit du retrait américain, H. Rohani a menacé de cessation de l’application par l’Iran des restrictions qu’il a consenties à ses activités d’enrichissement d’uranium, si ces négociations ne devaient pas donner les résultats escomptés.<br>A partir de cet instant, l’accord nucléaire est entre l’Iran et cinq pays », a déclaré Rohani à la télévision publique iranienne, peu après l’annonce du président américain Donald Trump du retrait de son pays de l’accord signé à Vienne en juillet 2015 entre l’Iran et les pays du groupe 5+1 .

« Nous devons attendre de voir ce que les cinq grands pays vont faire. J’ai ordonné au ministère des Affaires étrangères de mener pendant les quelques semaines à venir avec les pays européens et les deux autres grands pays, la Chine et la Russie, des négociations« , a-t-il dit.<br>Si celles-ci permettent que « les intérêts du peuple iranien soient assurés […] l’accord nucléaire restera et nous pourrons agir pour l’intérêt de la paix et de la sécurité de la région et du monde« , a ajouté Rohani, qui a accusé D. Trump de livrer une « guerre psychologique » contre l’Iran.

« J’ai ordonné à l’Organisation iranienne de l’énergie atomique de prendre les mesures nécessaires […] pour qu’en cas de nécessité nous reprenions l’enrichissement industriel sans limite« , a encore assuré Rohani, semblant lier une telle décision à l’éventualité d’un échec des négociations pour sauver l’accord de Vienne.

Par cet accord, l’Iran s’était engagé pour 15 ans à ne pas enrichir l’uranium à plus de 3,67% et à ne pas détenir plus de 300 kg d’uranium.

L’enrichissement industriel est destiné à faire du combustible pour les centrales nucléaires civiles. Mais hautement enrichi, et en quantité suffisante, l’uranium peut permettre la fabrication d’une bombe atomique. <br>VOIR et ENTENDRE  cette analyse du 9 mai (cliquer sur le lien)

Par l’accord de Vienne, l’Iran s’était solennellement engagé à ne jamais chercher à acquérir la bombe atomique.

Emanation de l’ONU, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a jusqu’ici certifié que l’Iran remplissait ses engagements pris à Vienne. Or, Israël a assuré détenir les preuves du contraire.

Avec l’échec de ses négociations en tête-à-tête avec Trump à Washington il y a quinze jours, Macron prend acte de la faiblesse de son influence dans le monde :<center><blockquote class= »twitter-tweet » data-lang= »fr »><p lang= »fr » dir= »ltr »>La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni regrettent la décision américaine de sortir de l’accord nucléaire iranien. Le régime international de lutte contre la prolifération nucléaire est en jeu.<a href= »https://t.co/fHuuUMUsCj »>https://t.co/fHuuUMUsCj</a></p>&mdash; Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) <a href= »https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/993921478998544384?ref_src=twsrc%5Etfw »>8 mai 2018</a></blockquote>
https://platform.twitter.com/widgets.js</center>

Publicités

Le tweet antisioniste du trotskiste Cambadélis, président du Parti socialiste français

Jean-Christophe Cambadélis banalise un « mauvais tweet » 

Le premier secrétaire refuse de faire ses excuses

blog -Cambadelis douteuxEn comparant Israël et Daesh, Cambadelis insulte le premier et absout le second.
Cambadélis juge son tweet simplement  » mauvais » et il accuse même les indignés de « mauvaise polémique » ! 

Bravement Cambadélis retire son tweet en réalisant qu’il s’est trahi. Mais pas assez vite pour empêcher des internautes vigilants d’en faire une capture d’écran: quelles pestes, ces réseaux sociaux: plus moyen de s’entendre entre soi, politiques et journalistes « indépendants ! 

Alors que la gauche détourne le regard, l’opposition appelle à la démission du premier secrétaire du PS.
Eric Ciotti, le premier, a dénoncé sur Twitter un « scandaleux et odieux dérapage de Cambadélis qui assimile Israël et Daech […] plus digne d’exercer ses responsabilités« .

Le responsable socialiste se défend, lundi 9 février, d’avoir voulu mettre sur le même plan l’état d’Israël et le groupe terroriste Daech dans un tweet publié dimanche faisant la publicité de son passage sur Radio J, radio d’une partie de la communauté juive.
A l’antenne, le premier secrétaire du Parti Socialiste refusait « qu’on identifie une communauté à un Etat« , comme « on identifie la communauté juive à Israël et les musulmans à Daech. C’est le même raisonnement« . Le trotskiste « Costa » peut-il nous dire si on pouvait, en revanche, identifier le Hamas à Daesh ?

Une pensée profonde qui éclate dans sa synthèse sur Twitter :
blog -Cambadélis assimile Israel a Daesh-tweet 1 du 8fev2015

L’irresponsable socialiste rejette toute polémique

Cambadélis n’a toujours pas compris en quoi son propos est infamant. Il s’enfonce en pensant se justifier.

L’AFP vole au secours de l’antisioniste -pro-palestinien-  Cambadélis…
blog -Cambadélis soutenu par AFP qd il assimile Israel a Daesh-tweet 1 du 8fev2015

« Déplorer » ne signifie pas demander les excuses des personnes offensées.

Cambadélis a même l’audace d’alimenter contre les indignés la polémique qu’il rejette le concernant:

Trotskiste un jour, trotskiste toujours: chassez le naturel, il revient au galop.

Et longue vie au « front républicain »…, car, lorsque Cambadélis s’adresse ainsi à la communauté musulmane de France pour tenter d’effacer l' »effet Charlie », Costa ne participe évidemment pas à l’importation en France du conflit israëlo-palestinien…