Humanitaire : Fillon lance un appel aux dons en faveur des Chrétiens d’Orient

Retiré de la vie politique depuis les résultats de la présidentielle,

François Fillon revient avec un nouveau combat, humanitaire cette fois.

Les martyrs chrétiens n’intéressent pas plus les media que Macron

blog -chretiens d Orient persecutes.jpg
Reconnaissance en marche du génocide des Chrétiens d’Orient

Plus d’un an après l’arrivée de Macron à l’Elysée, l’ancien chef de file des Républicains a décidé de s’engager en faveur des Chrétiens d’Orient. Alors que le successeur de Hollande s’affiche sur toutes les scènes politiques internationales, sans effets concrets, Fillon prend l’initiative d’attirer l’attention sur le sort tragique de populations maltraitées par leurs dirigeants et assassinées par des fanatiques musulmans. 

Ce combat pour l’aide et l’accompagnement des réfugiés, qui n’ont d’autre solution que de fuir, manque de moyens. « La Fondation appuiera et promouvra les initiatives d’aide et d’accompagnement, avec une attention particulière pour les solutions intégrant une dimension d’aide au retour des réfugiés dans leur pays d’origine« , précise-t-il dans sa lettre.

François Fillon mène en fait ce combat depuis 2014 et il s’est rendu à plusieurs reprises dans des camps de réfugiés en Irak.
Mais pour mener à bien ses ambitions, il a besoin d’argent, raison pour laquelle il lance un appel aux dons à la fin de sa lettre. « J’ai besoin de votre soutien (…) Devenez amis de la Fondation pour les Minorités d’Orient en effectuant un don à l’association ‘Agir pour les chrétiens d’Orient’, à l’aide du RIB joint. »


La Fondation, elle, devrait voir le jour au début de l’année 2019. Ce sont ses amis Antoine Gosset-Grainville et Arnaud de Montlaur qui l’épauleront dans toutes les parties juridiques et financières.


Depuis Saint-Louis, la France a un devoir historique et culturel de protection des Chrétiens d’Orient.
L’Assemblée nationale doit reconnaître que les massacres perpétrés par Daech contre les populations chrétiennes, yézidies (Kurdes originaires d’Iran) et d’autres minorités religieuses en Syrie et en Irak s’apparentent à un génocide, tel que défini dans la Convention de 1948 sur le génocide :  tueries de masse et autres actes visant à détruire un groupe humain particulier en fonction de critères ethniques, religieux ou raciaux.

Les martyrs chrétiens n’intéressent pas plus les media que Macron 

blog -chretiens pakistanais vs Taliban.jpg
Chrétiens pakistanais persécutés par les Talibans

Les Chrétiens d’Orient n’aspirent qu’à vivre en paix dans leur pays, alors que bon nombre des demandeurs d’asile musulmans sont des activistes politiques indésirables dans leur propre pays et des dangers pour les démocraties, en plus d’être des charges pour les économies qu’ils ciblent en Union européenne, l »hypocrite Macron ne fait rien pour les premiers et se donne de bonnes raisons de refuser les migrants musulmans. Les Chrétiens n’ont pas plus de chance avec cet ancien élève de l’enseignement catholique qui aura mis un an pour rendre la visite de courtoisie des nouveau présidents au pape François.

Fillon aura-t-il la même écoute que les associations de passeurs de clandestins africains ?

L’ancien premier ministre a adressé un courrier à ses amis et soutiens. Il y explique que ce combat est « une belle cause » qui lui tient « fortement à cœur ». Pour agir, François Fillon désire créer une fondation, qui aura pour but de soutenir les actions et initiatives permettant de rétablir le lien entre les populations, les associations et les ONG non partisanes.

Il souhaite que « ces situations souvent dramatiques ne tombent pas dans l’oubli ». Et de préciser. « Si nous ne nous battons pas pour préserver la diversité culturelle et religieuse au Proche-Orient, nous laisserons prospérer les ferments de la violence, de la division et de la guerre. »

Le génocide arménien perpétré en 1915, notamment en Turquie 

Une barque chargée de plusieurs passagers.En 2015, le Parlement bruxellois a renoncé à l’organisation d’une minute de silence en  hommage aux victimes du génocide qui frappa le peuple arménien il y a cent ans. Le groupe PS au Parlement de Bruxelles dément avoir exercé une quelconque pression, mais évoqua le prétexte du naufrage qui coûta la vie à plusieurs centaines de migrants en Méditerrannée. 

Des wagons en bois, transportant des personnes y compris sur le toit.Ce génocide des populations chrétiennes d’Orient a des points communs avec le génocide arménien perpétré en 1915, notamment en Turquie et reconnu comme tel. Pourquoi alors deux poids, deux mesures ?
En 2015, le Parlement bruxellois en séance plénière a renoncé à l’organisation d’une minute de silence en  hommage aux victimes du génocide qui frappa le peuple arménien il y a cent ans. Le groupe PS au Parlement de Bruxelles dément avoir exercé une quelconque pression… Il évoqua le naufrage qui coûta la vie à plusieurs centaines de migrants en Méditerrannée. 

blog -chretiens d Orient persécutés-manif.JPG

L’Assemblée nationale doit reconnaître que les massacres perpétrés par Daech contre les populations chrétiennes, yézidies et d’autres minorités religieuses en Syrie et en Irak s’apparentent à un génocide, Résultat de recherche d'images pour tel que défini dans la Convention de 1948 sur le génocide : tueries de masse et autres actes visant à détruire un groupe humain particulier en fonction de critères ethniques, religieux ou raciaux. 

En 2015, le PS fit renoncer le Parlement bruxellois à une minute de silence en  hommage aux victimes du génocide qui frappa de mort 1,5 millions d’Arméniens, il y a cent ans. Le groupe PS au Parlement de Bruxelles dément avoir exercé une quelconque pression… Il évoqua le naufrage qui coûta la vie à plusieurs centaines de migrants en Méditerrannée. 

Image associée

Les martyrs coptes de Libye constituent un groupe de 21 Chrétiens égyptiens, appartenant à la communauté copte, qui furent exécutés le  sur une plage de Syrie par des miliciens de l’Etat islamique en Libye. La vidéo du massacre sera diffusée par les chaînes de propagande du groupe terroriste.

Les  « Chrétiens d’Orient » désignent les communautés opprimées qui survivent actuellement au Proche-Orient et au Moyen-Orient. Résultat de recherche d'images pour

Ils représentent des minorités plus ou moins importantes en Irak (encore au nombre de 636.000 environ en 2005), en Syrie, en Israël et au Liban (dont la communauté maronite), Image associéeen Egypte (dont les communautés coptes; à gauche, révolte citoyenne de Chrétiens; à droite, attentat dans une église d’Egypte), en Iran (qui était habité par des Chrétiens « bien avant l’arrivée de l’islam ». En 1993, le  parlement iranien adopta une loi rendant obligatoire la mention de la religion sur les cartes d’identité, ce qui permet au gouvernement de contrôler plus facilement les minorités, avec pour conséquences l’éviction des Chrétiens des services publics, des écoles, de l’armée et d’autres institutions de l’Etat, mais l’oppression islamique des Chiites au pouvoir conduit à un mouvement de conversion massive et à un rythme sans précédent, des musulmans iraniens au christianisme) ou en Turquie, en Inde, au Pakistan et en Indonésie, mais aussi à travers leurs diasporas européenne, américaine ou encore australienne.

Résultat de recherche d'images pour Le pape François a effectué 23 voyages hors d’Italie, dont l’Arménie en 2016 et l’Egypte en 2017, après Israël, la Palestine et la Jordanie, en mai 2014 ou la Turquie, en novembre de la même année.

Macron fait la leçon à Merkel pour réformer l’Europe

Après Trump, Macron va-t-il insupporter Merkel un peu plus ?

Concertation au sommet entre sexagénaires 

« N’attendons pas. Agissons maintenant! »: Emmanuel Macron a tenté jeudi d’en imposer à la chancelière Angela Merkel pour qu’elle accepte des réformes ambitieuses en Europe et mette en veilleuse le « fétichisme » de son pays sur les excédents budgétaires.

Le président et la chancelière sont engagés depuis des semaines dans des tractations compliquées pour tenter de se mettre d’accord sur une série de projets de refondation de l’Europe post-Brexit, en vue d’un sommet des dirigeants européens fin juin.

Les discussions achoppent notamment sur les propositions françaises visant à doter la zone euro d’une budget d’investissement pour doper la croissance.

Et, profitant de la remise d’une récompense pour son engagement pro-européen, le Prix Charlemagne, décerné depuis 1950 par la ville d’Aix-la-Chapelle, sur les terres mêmes d’Angela Merkel en Allemagne, Emmanuel Macron n’a pas hésité à manifester son impatience grandissante.

« Ne soyons pas faibles et choisissons »

Les exhortations du nouveau venu sur la scène politique européenne ont le don d’agacer. Mais, dans un discours émaillé de formules volontaristes, il a encore essayé de se mettre en avant,  à Aix-la-Chapelle, seulement  un an après sa prise de fonction.

« Je crois à un budget européen beaucoup plus ambitieux (…) Je crois à une zone euro plus intégrée, avec un budget propre« , a insisté le chef de l’Etat français, malgré les fortes réserves du gouvernement allemand. Berlin craint par ce biais de devoir payer pour les pays du Sud de l’Europe à ses yeux trop dépensiers.

Les propos durs du chef de l’Etat français trahissent son inquiétude de la spirale de l’échec.

Elu sur un credo résolument pro-européen, mais une Europe différente, il a fait de ce dossier une grande priorité, s’en est pris à la timidité de l’Allemagne pour les dépenses et l’investissement.

« En Allemagne, il ne peut y avoir un fétichisme perpétuel pour les excédents budgétaires et commerciaux, car ils sont faits aux dépens des autres« , a-t-il lancé lors de la cérémonie à laquelle assistait Angela Merkel.

Le nouveau gouvernement allemand vient de confirmer le cap budgétaire très orthodoxe du pays: il n’y aura pas de déficit budgétaire pour les années à venir.

L’avenir de la zone euro est controversé avec la France, a reconnu la chancelière.

5ce99ebb54e4acd3095d5b83df2995d5c57e14f2« Oui, nous avons des discussions difficiles », a-t-elle glissé dans son éloge pour le prix (en chocolat) accordé à Emmanuel Macron, seul nouveau venu dans le paysage européen. « Nous avons des cultures politiques et des manières d’approcher les sujets européens différentes », a-t-elle diplomatiquement commenté, tout en se disant évidemment favorable à rendre la zone euro « plus résistante face aux crises« .

Les deux dirigeants se sont en revanche retrouvés sur les autres réformes en Europe, dans les domaines de la défense ou de la politique étrangère notamment, face aux chamboulements impliqués par l’isolationnisme croissant des Etats-Unis. « Le temps où l’on pouvait compter tout simplement sur les Etats-Unis pour nous protéger est révolu », a observé A. Merkel, et en conséquence « l’Europe doit prendre son destin elle-même en main« .

Emmanuel Macron lui a fait écho en plaidant pour « faire de l’Europe une puissance géopolitique » et « diplomatique », et en critiquant implicitement la volonté des Etats-Unis de vouloir dicter leur conduite aux Européens, comme sur le nucléaire iranien.<br> »Si nous acceptons que d’autres grandes puissances, y compris alliées, y compris amies dans les heures les plus dures de notre histoire, se mettent en situation de décider pour nous notre diplomatie, notre sécurité, parfois en nous faisant courir les pire risques, alors nous ne sommes plus souverains« , a-t-il affirmé.

Suite à l’annonce du retrait de son pays de l’accord sur le nucléaire iranien, le président américain Donald Trump a menacé de sanctions les entreprises européennes qui continueraient de faire des affaires avec Téhéran.

Les pays européens, au contraire, entendent maintenir l’accord, qui prévoit la levée de sanctions en échange d’un contrôle du programme nucléaire iranien, et ils demandent aux Etats-Unis de ne pas les en empêcher.

aix-la-chapelle-antinuke-180510
Le journal Libération ne les a pas vus ?

A Aix-la-Chapelle, plusieurs dizaines de militants écologistes l’ont accueilli. Ils ont déployé une banderole appelant à « construire une Europe sans nucléaire« .

Retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien: Rohani menace d’enrichir plus d’uranium…

Nucléaire iranien  : les Européens veulent préserver et amplifier l'accord
Un camouflet pour Macron, ici à Washington, pour faire pression sur Trump, le 27 mai 2018 

Le président Trump a pris la décision de retirer les Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien et de réinstaurer des sanctions, preuve que « les Etats-Unis (…) ne respectent jamais leurs engagements« , signé par Obama à Vienne en juillet 2015, a jugé le président iranien, Hassan Rohani.

En conséquence, Hassan Rohani a dit mardi soir vouloir discuter avec les Européens, les Russes et les Chinois afin de voir si son pays a intérêt à rester dans l’accord sur le nucléaire iranien après l’annonce du retrait des Etats-Unis de ce pacte. <br>Le groupe des « 5+1 » (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) s’étaient mis d’accord avec l’Iran le jeudi 2 avril 2015 sur un accord-cadre « historique » portant sur le nucléaire iranien. Cet accord politique visait à réduire la production iranienne d’uranium enrichi. <br>VOIR et ENTENDRE l’état des négociations et de la situation, au début 2015. (cliquer sur le lien)

Mettant la pression sur les pays  qui ont dit vouloir sauver cet accord en dépit du retrait américain, H. Rohani a menacé de cessation de l’application par l’Iran des restrictions qu’il a consenties à ses activités d’enrichissement d’uranium, si ces négociations ne devaient pas donner les résultats escomptés.<br>A partir de cet instant, l’accord nucléaire est entre l’Iran et cinq pays », a déclaré Rohani à la télévision publique iranienne, peu après l’annonce du président américain Donald Trump du retrait de son pays de l’accord signé à Vienne en juillet 2015 entre l’Iran et les pays du groupe 5+1 .

« Nous devons attendre de voir ce que les cinq grands pays vont faire. J’ai ordonné au ministère des Affaires étrangères de mener pendant les quelques semaines à venir avec les pays européens et les deux autres grands pays, la Chine et la Russie, des négociations« , a-t-il dit.<br>Si celles-ci permettent que « les intérêts du peuple iranien soient assurés […] l’accord nucléaire restera et nous pourrons agir pour l’intérêt de la paix et de la sécurité de la région et du monde« , a ajouté Rohani, qui a accusé D. Trump de livrer une « guerre psychologique » contre l’Iran.

« J’ai ordonné à l’Organisation iranienne de l’énergie atomique de prendre les mesures nécessaires […] pour qu’en cas de nécessité nous reprenions l’enrichissement industriel sans limite« , a encore assuré Rohani, semblant lier une telle décision à l’éventualité d’un échec des négociations pour sauver l’accord de Vienne.

Par cet accord, l’Iran s’était engagé pour 15 ans à ne pas enrichir l’uranium à plus de 3,67% et à ne pas détenir plus de 300 kg d’uranium.

L’enrichissement industriel est destiné à faire du combustible pour les centrales nucléaires civiles. Mais hautement enrichi, et en quantité suffisante, l’uranium peut permettre la fabrication d’une bombe atomique. <br>VOIR et ENTENDRE  cette analyse du 9 mai (cliquer sur le lien)

Par l’accord de Vienne, l’Iran s’était solennellement engagé à ne jamais chercher à acquérir la bombe atomique.

Emanation de l’ONU, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a jusqu’ici certifié que l’Iran remplissait ses engagements pris à Vienne. Or, Israël a assuré détenir les preuves du contraire.

Avec l’échec de ses négociations en tête-à-tête avec Trump à Washington il y a quinze jours, Macron prend acte de la faiblesse de son influence dans le monde :<center><blockquote class= »twitter-tweet » data-lang= »fr »><p lang= »fr » dir= »ltr »>La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni regrettent la décision américaine de sortir de l’accord nucléaire iranien. Le régime international de lutte contre la prolifération nucléaire est en jeu.<a href= »https://t.co/fHuuUMUsCj »>https://t.co/fHuuUMUsCj</a></p>&mdash; Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) <a href= »https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/993921478998544384?ref_src=twsrc%5Etfw »>8 mai 2018</a></blockquote>
https://platform.twitter.com/widgets.js</center>