Logement : l’Assemblée vote l’obligation de regroupement des HLM

L’Assemblée vote le maintien des ensembles HLM

Le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard a défendu un texte « équilibré » et affirmé qu’il ne s’agit pas d’un « exercice de fusions autoritaires », assurant aussi que « la politique de chacun des organismes conserve son lien avec la proximité ».
L’Assemblée nationale a entamé ce samedi 2 juin les débats sur les évolutions du secteur du logement social prévues par le projet de loi Elan, en approuvant l’obligation de regroupement des organismes HLM, source d’inquiétude dans l’opposition, notamment pour les intérêts des locataires.
Le projet de loi Evolution du logement et aménagement numérique, dit loi Elan, entend favoriser le regroupement des 861 bailleurs sociaux du pays, qui gèrent 4,8 millions de logements (environ 5.600 par organisme en moyenne). Il prévoit entre autres une nouvelle obligation à compter de 2021 : rejoindre un groupe d’organismes gérant au moins 15.000 logements.

Ce regroupement, débattu pendant toute la matinée et jusqu’en début d’après-midi, vise à « rendre le secteur HLM plus fort », selon la rapporteure Christelle Dubos (LREM), les groupes permettant notamment de « mutualiser davantage de trésorerie disponible ».

Le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard a défendu un texte « équilibré » et affirmé qu’il ne s’agit pas d’un « exercice de fusions autoritaires », assurant aussi que « la politique de chacun des organismes conserve son lien avec la proximité ».

Trois ans pour se regrouper

Des élus LR, PCF et LFI ont cherché en vain à supprimer cet article, observant notamment, à l’instar de Stéphane Peu (PCF), qu’« il n’y a pas de règle absolue qui veut que la taille de l’organisme dise quelque chose de son efficacité ».

Evoquant une pente « dangereuse » avec de « grands holdings » et des élus locaux « mis à distance », le député communiste de Seine-Saint-Denis a en outre estimé que les regroupements devaient se faire sur une base volontaire car « il n’y a pas de mariage forcé (…) qui fonctionne », le ministre répondant qu’« il y a trois ans pour permettre de s’aimer, une durée de fiançailles relativement longue ».

Des « monstres » (LFI), des « mastondontes » (PS)

Thibault Bazin (LR) a dit douter que ce regroupement soit « suffisant pour passer le choc » de la chute des ressources des bailleurs sociaux, liée à la baisse des APL à l’automne dernier, son collègue Martial Saddier (LR) préconisant de « maintenir une concurrence saine ».
Dénonçant aussi une politique qui « ne va vraiment pas dans le bon sens« , Eric Coquerel (La France insoumise) a dit douter du gain d’efficacité en créant des « monstres« , notant que « la question de la proximité est importante pour les locataires« . Serge Letchimy (apparenté PS) a évoqué pour sa part « des mastodontes qui vont ignorer la proximité« .

Les locataires informés par courrier

« Ce n’est pas parce que le chef est à Paris, à Nantes ou à Lyon que le locataire HLM de Châteauroux n’aura pas son ampoule changée (…) si le management fait son boulot », a rétorqué François Jolivet (LREM), taxant l’opposition de « conservatisme ».
Des amendements LFI et PCF prévoient qu’en cas de regroupement, les organismes seront tenus d’informer les locataires par courrier. Un amendement du gouvernement entend aussi « éviter que la difficulté financière d’un des membres » d’un groupe s’étende aux autres

.

Convoqué par un juge, Mélenchon se réfugie derrière son immunité parlementaire…

Avant, le matamore était opposé au maintien de ce privilège…

blog -Melenchon-innocent-8-fevrier-2013.jpgJean-Luc Mélenchon a invoqué son immunité parlementaire pour refuser de répondre aux convocations de la justice, rapportent des policiers. Or, pendant la campagne, il avait pourtant fait signer une charte qui préconisait la suppression de l’immunité parlementaire. « Nous, quand on est convoqué, on n’a pas d’immunité ouvrière, on y va. » C’était la formule du candidat du NPA, Philippe Poutou, à l’adresse de Marine Le Pen, lors d’un débat télévisé durant la campagne présidentielle. Elle pourrait désormais s’appliquer à Jean-Luc Mélenchon.

En effet, le député de la France insoumise (LFI) refuse de se rendre aux convocations de la justice dans une affaire de diffamation l’opposant à un journaliste du Monde au Brésil Paulo Paranaguá, qu’il a qualifié de « terroriste repenti » sur son blog en 2012.

Jean-Luc Mélenchon a ainsi réussi à éviter trois convocations.

Dans les deux premiers cas, son avocate Raquel Garrido, épouse Alexis Corbière, a évoqué un problème d’agenda.La troisième fois, son conseil a évoqué son immunité parlementaire. « Me Raquel Garrido nous informe que son client ne répondra pas à la présente convocation, au regard de son statut de député, invoquant l’immunité parlementaire« , ont rapporté les policiers de la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). Par conséquent, l’avocat du journaliste du Monde Paulo Paranaguá, a demandé mardi 22 mai à la juge d’instruction Carine Rosso une levée de l’immunité parlementaire du député.

Le meneur de l’extrême gauche avait fait signer une charte qui préconise la suppression de l’immunité parlementaire

La posture de Jean-Luc Mélenchon semble assez paradoxale puisque durant la campagne présidentielle, il avait demandé à tous les candidats aux législatives de la France insoumise de signer la charte éthique de l’association Anticor qui préconisait la suppression de l’immunité parlementaire. « Supprimer l’inviolabilité dont bénéficient le Président de la République et les parlementaires (qui les empêche de faire l’objet de mesures privatives ou restrictives de liberté pendant la durée de leur mandat, même pour des actes étrangers à l’exercice de leurs fonctions)« , est-il écrit dans cette charte.

Visé par une procédure en diffamation de la Société générale, Jean-Luc Mélenchon avait renoncé en juin 2017 à invoquer son immunité parlementaire alors qu’il venait d’être élu député. « Le procès aura lieu. Ce que veut la banque, c’est faire peur. Mais moi je ne me tairai pas, ni cette fois-ci, ni aucune autre« , expliquait-il alors.

Mélenchon ne s’est pas davantage rendu aux convocations de la justice dans le contentieux l’opposant à Bernard Cazeneuve. L’ancien Premier ministre avait décidé de l’attaquer à la suite des agressions verbales du populiste Mélenchon qui l’avait décrit comme « le gars qui s’est occupé de l’assassinat de Rémi Fraisse« .

Malek Boutih accuse Jean-Luc Mélenchon de « biberonner » la jeunesse « à la haine »

L‘ancien député socialiste a lié le discours des militants de La France insoumise de Mélenchon à la radicalisation de certains jeunes en soutiens à l’EI  

blog -Boutih M-2018« Ça peut être un sas. Quand monsieur Mélenchon biberonne à la haine une jeunesse (…), oui, ça amène à ça… Quand toute la tonalité est violente, tout vous amène à la violence« , a-t-il lancé sur France 2,  samedi 19 mai, dans l’émission de divertissement politique « On n’est pas couché ».

« Les jeunes d’aujourd’hui qui partent vers le radicalisme ont croisé des militants politiques. Mais ces mecs-là, au lieu de leur parler positivement, les ont caressés dans le sens du poil : ‘T’as raison d’avoir la haine, ouais c’est un pays pourri, ouais vous êtes maltraités…’«  a témoigné Malek Boutih.

L’extrême gauche réagit par le mépris et l’insulte 

blog -Melenchon sombre

« Je ne perdrai pas une seconde à répondre à Malek Boutih. D’abord Malek Boutih n’est pas dans mes moyens. Qui veut l’achète, pas moi », a riposté Jean-Luc Mélenchon au « Grand Jury » de RTL, dimanche 20 mai.

Le député Alexis Corbière, ex-squatteur d’un logement social de la Ville de Paris, a également réagi sur Twitter : « Pauvre Malek Boutih ! Après ses délires anti-FI, comparée à un possible ‘sas vers Daech’, et sa haine anti-Mélenchon, il a dit néanmoins une chose juste : ‘Plus on est minoritaire, plus on se radicalise’. C’est exactement son cas. »

De son côté, Manuel Valls a affiché son soutien à Malek Boutih. « Toujours formidable Malek Boutih… à [« On n’est pas couché »] vrai, juste et si français« , a écrit l’ancien premier ministre socialiste sur Twitter, Catalan français de fraîche date par naturalisation.