Un policier aux Assises, suite à une intervention sur un rodéo qui tourne mal avec la famille d’assaillants

La mère d’un contrevenant poursuit un policier de Villemomble qui l’a éborgnée dans la rixe familiale.

blog -rodéo sauvage à Argenteuil-oct2016, jpg.jpg
Rodéo sauvage à Argenteuil, octobre 2016

Sur cette image extraite d’une vidéo amateur (ci-dessous), filmée au cours de l’intervention de policiers appelés pour mettre un terme à un rodéo, Fatouma (en boubou gris au centre à gauche) prend son visage dans la main, après sa blessure par un tir d’origine non certifiée.

Cette femme de 59 ans a été mutilée le 25 juin 2013 par ce qui pourrait être un flash-ball, selon les uns, mais une grenade de désencerclement, selon les autres.

« Ma vie est gâchée; ça fait cinq ans que je ne peux plus travailler, j’avais retrouvé des ménages mais quand le patron a su que j’avais perdu un œil, il a refusé de m’employer », raconte Fatouma, 58 ans, qui n’envisage pas qu’un tel antécédent de bagarre avec des policiers n’est pas le meilleur CV possible.

lettuce.gifCette Ma Dalton dit maintenant appréhender le procès qui s’ouvre ce mardi devant la cour d’Assises de Seine-Saint-Denis. Car le policier, Antoine C., 40 ans accusé du tir mutilant n’est pas le seul à la barre. Deux fils de la victime seront aussi jugés, ainsi que deux autres policiers, pour des violences croisées.

« Cette affaire n’aurait pas pu sortir il y a vingt ans », raconte Steeve Ruben, avocat de Fatouma et de ses deux fils, convaincu que ces images video aurait mis à mal la version policière, qui décrivait une situation d’une extrême tension face à une famille déchaînée de perturbateurs de quartier.

Ce soir-là, la police tentait de mettre fin à un rodéo de motos.

blog -rodeo de Villemomble-policiers pris a parti par familleDeux conducteurs, sans casque, ni plaque d’immatriculation avaient réussi à filer. Une arrestation avait avorté et les policiers mis en difficulté avaient dû déclencher une balise de sécurité, réservée aux situations les plus délicates.

Makan, fils de Fatouma, alors âgé de 20 ans, qui était présent lors de l’échauffourée fut considéré comme l’un des assaillants, avant qu’un autre policier, à moto, arrive en hurlant « c’est pas lui ! », suffisamment fort pour être audible sur l’enregistrement d’un voisin. Mohamed, 21 ans, qui s’était porté en soutien de son frère, devait être incommodé par du gaz lacrymogène.

blog -Fatouma mere de 8 enfants-rodeo de Villemomble avec avocat-juin2018.jpg
Bobigny, ce mardi 26 juin. Fatouma K., 59 ans, mère de 8 enfants, avec son avocat Me Philippe Henry Honegger, co-directeur du Festival des Nouveaux Cinémas 

Sachant ses fils arrêtés, Fatouma est descendue comme d’autres riverains, alertés par les cris et les déflagrations, dans une ambiance des plus confuses. Un jeune élu UMP avait été aspergé de gaz lacrymogène, une mère de 47 ans, à la recherche de son fils, s’était effondrée, probablement touchée par un tir de flash-ball à la poitrine, mais sans conséquences vitales. Fatouma, elle, a perdu son œil gauche. A en croire la presse à l’écoute des fauteurs de troubles, aucun des individus mentionnés ne semble donc responsable des troubles aux riverains.

Vingt-huit voitures de police avaient pourtant été appelées à converger sur les lieux en renfort. Les deux frères avaient été placés en garde à vue.

Trois responsables de l’ordre public mis en accusation

blog -rappeur Sofiane Zermani, dit « Fianso » avec  avocat Me Steeve Ruben au tribunal de Bobigny après avoir bloqué d autorité la circulation de l’autoroute A3 en fevrier2018,pour un clip.jpg
Me Steeve Ruben avec le rappeur Sofiane Zermani, dit « Fianso » au tribunal de Bobigny : son client avait bloqué la circulation de l’autoroute A3 sans autorisation, en avril 2018, pour le tournage de quelques scènes d’un clip…

L’enquête a conclu que Makan n’avait rien à voir avec le rodéo initial, mais trois fonctionnaires se voient mis en accusation pour avoir tenté de rétablir le calme dans le quartier, malgré l’agressivité de la famille en furie. Antoine C. pour le tir mutilant et deux fonctionnaires de 26 et 33 ans à l’époque pour des violences sans ITT.

L’avocat des parties civiles, spécialisé dans les plaintes contre policiers, Steeve Ruben, a refusé que les faits soient correctionnalisés, préférant « un vrai débat en profondeur », aux Assises, pour l’exemple. Il a été entendu, au moins sur ce point puisque le procès est prévu sur neuf jours, jusqu’au 6 juillet.

« Cette durée est invraisemblable, réagit Me Daniel Merchat, avocat du policier accusé du tir mutilant. Je n’ai jamais vu une affaire aussi confuse que celle-ci. » « Que les jurés ne s’inquiètent pas, tout s’éclairera au cours des débats », tient à préciser Philippe Coirre, président de la cour d’Assises à Bobigny. 

Résultat de recherche d'images pour "juge Coirre"En août 2005, le parquet général avait formé un pourvoi en cassation contre la décision, confirmée en appel, d’un juge antiterroriste qui avait refusé de mettre en examen cinq islamistes radicaux présumés. C’était Philippe Coirre. Et lors de l’audience devant la cour d’appel de Paris le 3 juin, le parquet général s’était prononcé contre le juge d’instruction, estimant que les charges pesant contre les suspects étaient de nature à justifier une mise en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». On avait découvert ce juge venu de Pontoise à l’âge de 33 ans pour grossir l »équipage de matelots du l' »Amiral », le juge Bruguière. Philippe Coirre était un proche de Jean-François Ricard, lorsqu’il fut nommé à Paris, puis avec le dossier du mystérieux groupe « AZF » qui menaçait de faire exploser des bombes sur le réseau ferroviaire français en 2003-2004.

Le Parquet de Bobigny avait demandé que les affaires soient séparées, avec d’un côté les violences jugées par le tribunal correctionnel, et de l’autre, le tir mutilant aux Assises, mais la chambre de l’instruction a considéré plus « judicieux » de juger tout le monde en même temps. Y compris les deux fils de Fatouma, jugés pour violences et rébellion.

Autre incongruité de ce procès, plusieurs personnes sont à la fois jugées et victimes. « Ça risque d’être difficile à comprendre pour les jurés tirés au sort », estime Frédéric Gabet, avocat d’un policier, toujours présumé innocent, comme les deux utres.

Toulouse: un squatteur résistant, en soins intensifs depuis l’évacuation de la fac Jean-Jaurès

Le Parquet de Toulouse a ouvert une enquête sur les circonstances de sa blessure

La faculté Jean-Jaurès, le 30 avril, avant son évacuation.
Accès interdit à la faculté Jean-Jaurès, le 30 avril, avant son évacuation. Photo Pascal Pavani. AFP  

L’activiste a été blessé par l’explosion accidentelle d’une grenade défensive que portait dans son vêtement un policier, mercredi, lors de son interpellation. Le Parquet de  Toulouse a ouvert une enquête.

L’admission en soins intensifs de cet « étudiant » a fait monter la pression sur le front toulousain des conflits sociaux. Il était cinq heures trente du matin ce mercredi, lorsqu’un groupe d’une cinquantaine d’étudiants d’extrême gauche, tout juste évacués par les CRS de l’université Jean-Jaurès dans le quartier du Mirail, a voulu repartir à l’affrontement, débarquant à la gare Matabiau, avec pour objectif, selon les témoignages recueillis par Libération, d’y tenir leur …AG dans le local syndical des cheminots de la SNCF – notamment de SUD-rail, syndicat révolutionnaire trotskiste, – qui soutiennent depuis début mars leurs revendications.

Un groupe d’extrémistes serait allé à l’affrontement

A la sortie du métro, le groupe se serait alors heurté à plusieurs équipages des brigades anticriminalité (BAC) déployés pour les empêcher de pénétrer dans l’enceinte de la gare. Les forces de l’ordre interpellèrent l’un des activistes, Guilhem, suspecté de la détérioration d’une caméra de surveillance dans la faculté, au départ de l’action.

Les insultes de l’individu conduisirent à son maintien au sol, où l’extrémiste aurait alors été grièvement blessé par l’explosion de la grenade à main de « désencerclement » détenue par l’un des policiers en civil chargés de son interpellation. Selon le témoignage d’une camarade de 22 ans, étudiante supposée, recueilli par Libération jeudi, le jeune anti-républicain, « d’allure frêle était maintenu au sol quand l’un des policiers aurait sorti la grenade de sa poche dans le but de faire reculer le groupe de manifestants». Une vidéo de la scène aurait été tournée par les manifestants.

L’enquête ordonnée par le Parquet de Toulouse doit déterminer les causes de ce grave incident 

Elle est confiée à la fois à l’IGPN et à la sûreté départementale de la Haute-Garonne. « La personne interpellée souffre notamment de lésions pulmonaires entraînant une incapacité totale de travail (ITT) de 15 jours. Les deux policiers blessés dont l’ITT est en cours de détermination souffrent pour leur part de blessures plus légères, notamment au niveau des membres inférieurs », précise le communiqué transmis dans la nuit de mercredi à jeudi par le procureur de la République de Toulouse.

Jeudi matin, soutenus par des étudiants du Mirail, une quarantaine de demandeurs d’asile instrumentalisés – ils étaient hébergés à l’université Jean-Jaurès durant le blocage  – installaient leurs tentes sous les fenêtres de la préfecture sur le parvis de la cathédrale Saint-Etienne.

La veille,au même endroit, un rassemblement avait rassemblé près de deux cents militantsenragés, étudiants et cheminots venus dénoncer « la politique de la matraque du gouvernement Macron ».

%d blogueurs aiment cette page :