Islamiste de l’Opéra: la découverte d’une filière tchétchène affaiblit encore la thèse de la radicalisation en prison

Deux femmes arrêtées en région parisienne, le complice présumé devrait être écroué

blog -Abdoul-hakim Anaiev-terroriste mis en examen-17mai2018Après l’attentat au couteau par un islamiste qui a fait un mort et cinq blessés – et non quatre comme indiqué jusqu’ici – samedi soir dans le deuxième arrondissement à Paris, le procureur de la République de Paris a donné une conférence de presse, ce jeudi soir. 

François Molins a reconstitué le parcours du terroriste dans les rues de Paris samedi soir. « A 20h48, il croise un jeune homme, se rapproche de lui par derrière le frappe très violemment. » La victime, le jeune homme qui est décédé, avait une plaie « compatible avec une tentative d’égorgement« , a indiqué le procureur. Selon les témoignages d’au moins deux victimes, l’assaillant a crié « Allah Akhbar« . <br>Le terroriste a ensuite poursuivi son parcours, couteau en main, recherchant et poignardant d’autres victimes. François Molins a indiqué que les deux personnes grièvement blessées sont un homme, né en 1983 et de nationalité chinoise, résidant au Luxembourg, et une femme, née en 1963, de nationalité française. <br>Appelé par des témoins, les policiers arrivés sur place ont fait face au terroriste, a raconté François Molins. « L’individu s’est approché d’eux et a dit « Je vais vous buter, je vais vous planter ! » . Un policier a tiré au taser à deux reprises sans réussir à stopper le terroriste. L’un de ses camarades a demandé à l’assaillant de déposer son couteau, en vain. « Il a tiré à deux reprises avec son arme de service sur l’agresseur, qui continuait à menacer ‘Je vais te planter, tire, tire, tire!’, » a rapporté François Molins. L’islamiste a réussi à frapper le policier avec son couteau, à hauteur de son  gilet par balles.

Une filière tchétchène mise au jour

François Molins a annoncé que deux femmes proches du terroriste ont été arrêtées en région parisienne ce jeudi. Concernant l’enquête sur la tuerie, François Molins a annoncé qu’outre l’assassin islamiste et deux frères entendus par la police, dont l’un a été mis en examen, les deux femmes interpellées ce jeudi à 14 heures en région parisienne sont proches du terroriste et de son complice présumé, sans autre précision.

L’une des deux femmes est Inès H, une Francilienne radicalisée de 19 ans, qui s’était mariée religieusement avec Abdoul Hakim A., le complice présumé du terroriste arrêté à Strasbourg, avant de tenter de partir en Syrie.

Abdoul Hakim A., le complice strasbourgeois déféré au Parquet. Lami du terroriste interpellé dimanche à Strasbourg a été présenté ce jeudi soir à un juge d’instruction en vue d’une éventuelle mise en examen, a indiqué François Molins. Son placement en détention a été requis.  Ses mise en examen et mise sous écrou seront annoncées le 17 à 23 heures, au motif « d’association de malfaiteurs terroristes« 

Bi-national né en Russie, âgé de 20 ans, il est lui aussi de nationalité française. Il faisait l’objet d’une fiche S depuis le 22 juin 2016. Depuis octobre, il figurait également sur le fichier de signalement pour la prévention de la radicalisation (FSPRT). Il n’avait pas d’antécédents judiciaires. Il avait des « liens amicaux profonds » avec l’étudiant terroriste, selon ses proches. Un peu plus d’une heure avant l’attentat, Abdoul Hakim A. a adressé à sa sœur, via une application de messagerie, un chant djihadiste « souvent repris par l’Etat islamique » ou plutôt DAECH, a révélé le procureur. Mais Abdoul Hakim A. (Anaiev) conteste toute participation et toute implication et lien avec le Khamzart A. (Asimovet assure ne pas  l’avoir vu depuis plusieurs mois.

Lors de son audition, son père a déclaré être « inquiet de l’évolution de son fils » vers la radicalisation dont il est témoin, après avoir découvert dans son ordinateur une vidéo avec le drapeau noir de l’Etat islamique. Sa famille est arrivée en France en 2005, a indiqué François Molins. Après avoir vécu en Vendée, elle s’est installée à Strasbourg.

Attentat islamiste de l’Opéra par un Français : le mal est parmi nous. Ne pas le nommer, c’est renoncer à le combattre

blog -islamisme-en-france-carte de la radicalisation 2016
Octobre 2016

Tandis que le pouvoir et la presse se refusent à nommer l’ennemi islamiste, Khamazat Azimov, « réfugié politique » en France, prêtait allégeance à Daech

Le groupe Etat islamique (EI), qui a revendiqué l’attaque au couteau samedi soir à Paris, a diffusé dimanche 13 mai une vidéo sur laquelle apparaît le lycéen de 20 ans présenté comme l’auteur de l’attentat.

La vidéo a été diffusée par Amaq, l’agence de propagande de l’EI, qui a mis en ligne sur Telegram une vidéo où l’on « voit » (!) un individu portant une capuche et dont le bas du visage est caché par un tissu noir.

« La victoire contre les mécréants »

S’exprimant en français et parfois en arabe, Khamzat Azimov prête allégeance au numéro un de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi et le « réfugié politique » déclare que « la victoire est proche » contre « tous ces mécréants se sont coalisés » contre l’EI, qui a revendiqué dans la nuit de samedi à dimanche l’attentat qui a fait un mort et quatre blessés dans la capitale française, selon son agence de propagande, alors que Macron prenait du repos, muré dans le fort de Brégançon, Var.

<br> »L’auteur de cette attaque au couteau à Paris est un soldat de l’Etat islamique [que l’on disait exterminé] et l’opération a été menée en représailles aux Etats de la coalition » internationale antidjihadiste en Irak et en Syrie, a déclaré une « source sécuritaire » à Amaq.

islamisme en France, fiches S, Fichés S carte, musulmans dangereuxL’ « assaillant » – ne surtout pas écrire ‘islamiste‘, ni même ‘terroriste‘ – a été tué par l’un des policiers de base arrivés sur les lieux. Le jeune homme de 20 ans né en Tchétchénie, naturalisé en 2010, et ‘fiché S’ pour radicalisation islamiste depuis 2016.

La radicalisation récente est une excuse facile pour exonérer le pouvoir de sa responsabilité, comme la qualification de ‘déséquilibré’ apposée aux « assaillants »… Quand les « acteurs » politiques cesseront-ils d’établir des classements sans fin en catégories, pour passer à l’action ?

C’est avec un site que le gouvernement dit « Stop-djihadisme »… Il nous en dit tout !

La fiche S (pour ‘Sûreté de l’Etat’) fait partie des 21 catégories du Fichier des Personnes Recherchées (FPR). Cet outil recueille certaines informations sur des personnes susceptibles de troubler l’ordre public : état civil, signalement, parfois une photographie, motifs de recherche, conduite à tenir vis-à-vis de la personne. La fiche S sert également à retracer les déplacements de l’individu fiché. Son objectif général : faciliter les recherches effectuées par les services de police et de gendarmerie (à la demande des autorités judiciaires, militaires ou administratives), sur le territoire français ou au niveau européen (dans le cadre du Système d’Information Schengen). La fiche S a une durée de vie d’un an. Elle peut être renouvelée si la poursuite de la surveillance paraît nécessaire. « La fiche S est subdivisée en divers niveaux matérialisés par des numéros, qui vont de ‘S1’ à ‘S16’. Ces niveaux correspondent aux actions à entreprendre pour le membre des forces de l’ordre qui contrôle cette personne. Mohammed Merah était classé S5. En 2015, 850 combattants djihadistes revenant d’Irak ou de Syrie, dont 140 ayant résidé ou résidant encore en France sont fichés S14. Sur les 20.000 personnes fichées, il en existe 4000 comme étant sur le « haut du spectre » : c’est nouveau , ça vient de sortir… Ils sont inscrits dans le fichier de signalement pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT),  un fichage au large spectre, de la dérive sectaire au djihadisme en puissance. Depuis le , les collectivités locales peuvent même demander aux services habilités d’interroger le fichier national automatisé des auteurs d’infractions terroristes (Fijait) au moment d’un recrutement, afin de prévenir l’embauche d’une personne fichée S. Marine Péquignot, la compagne de Redouane Lakdim, elle est quant à elle connue {une chance !] au fichier TAJ (Traitement d’Antécédents Judiciaires, un temps nommé ARIANEApplication de Rapprochement, d’Identification et d’ANalyse pour les Enquêteurs). Vous suivez toujours ? Tant pis car, attention, précise le gouvernement : « La fiche S n’est pas une preuve de culpabilité. » S’il est en marche, le gouvernement n’a pas pour au.tant avancé.

Avec tous ces moyens (dispersés) à disposition, le cri général est qu’on ne peut rien faire ! Le temps de la dénonciation du « fichage » (comme la vidéosurveillance ) est passé: on les multiplie (comme les ronds-points) pour notre sécurité: les Français courent  désormais moins de risques à 80 km/h sur la route qu’à 3 km/h sur les trottoirs du quartier de l’Opéra…  

Faudrait-il placer ces fichés ‘S’ en rétention administrative, comme envisagé par Manuel Valls (ex-PS) et Laurent Wauquiez (LR) ? Frédéric Péchenard, vice-président LR de la région Ile-de-France et ex-patron de la police nationale, estime que la mesure n’a pas « beaucoup de sens », tant techniquement que juridiquement. Les experts préconisent d’attendre devant les ordis. Et sortir le moins possible. Nous devenons un pays de Français confinés : voyez Macron, à Brégançon pendant le massacre !…

Les informations ne manquent pourtant pas, mais à quoi servent-elles ? Voici une autre  carte de France du djihadisme un peu plus détaillée, réalisée par Olivier Hanne, islamologue (lien).