Dette: l’ambiguïté de la France entre Grèce et Europe

L’hypocrisie, moteur deux-temps de la diplomatie selon Hollande

Le dialogue s’engage mal entre le nouveau gouvernement d’Alexis Tsipras, élu de l’extrême gauche anti-libérale et anti-européenne, et les grands argentiers européens qui ont proposé à la Grèce une aide pour son redressement.Croyant trouver une oreille attentive à ses arguments, le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, devait passer par la France lundi 2 février, alors que, le 31 janvier, Angela Merkel et son ministre des Finances Wolfgang Schaüble ont redonné un message de grande fermeté pour le remboursement de la dette grecque, laquelle représente 177% de son PIB.

En recevant, vendredi, le président de l’Eurogroupe, Yanis Varoufakis, a prévenu d’emblée son invité: le ministre grec des Finances refuse de dialoguer avec la troïka, BCE (Banque centrale européenne), l’U.E. (Union européenne et FMI (Fonds monétaire international) qui représente les trois principaux créanciers de la Grèce. «La Grèce veut bien dialoguer, mais pas avec le comité branlant de la troïka», a lancé Varoufakis (ci-dessous à droite, désinvolte, main dans la poche). «Ignorer les accords n’est pas le bon chemin à prendre», a rétorqué le ministre néerlandais des Finances, Jeroen Dijsselbloem (ci-contre à gauche).
Le Néerlandais a fait un rapport immédiat de son entretien avec son homologue grec à l’entourage de François Hollande et d’Angela Merkel, qui vont devoir trouver une ligne commune pour faire entendre raison au gouvernement grec, très braqué sur le fond et la forme, avant même que la discussion sur la dette n’ait réellement commencé.
Hier samedi, dans les colonnes du Hamburger Abendblat, la chancelière allemande a exclu un «nouvel effacement» de la dette de la Grèce. (…) Il y a déjà eu un renoncement volontaire des créanciers privés, les banques ont déjà renoncé à des milliards de créances sur la Grèce», rappelle-t-elle.

Yanis Varoufakis se rend donc à Paris dès aujourd’hui, alors qu’il était initialement prévu qu’il vienne ce lundi. Lors d’un entretien avec son homologue Michel Sapin vers 17 heures, il ouvrira la voie au premier ministre, Alexis Tspiras, qui se déplace mercredi. Le programme exact de sa visite dans la capitale française n’est pas encore connu, mais devrait porter sur les moyens d’aplanir les tensions créées par le nouveau pouvoir grec qui, pour donner des gages à son électorat, a d’entrée braqué l’U.E.
Mais la France n’est pas l’interlocuteur privilégié de la Grèce que décrit notre presse. Outre mon beau Sapin et également dimanche, Y. Varoufakis doit rencontrer le ministre français de l’Economie, Emmanuel Macron, avant de se rendre à Londres où il s’entretiendra lundi avec son homologue britannique George Osborne et des représentants des milieux d’affaires de la City.
C’est certes auprès du gouvernement socialiste français que le gouvernement grec croit deviner l’oreille la moins insensible à ses récriminations. «Une restructuration de la dette grecque est absolument nécessaire», a déclaré Matthieu Pigasse, dirigeant de la banque Lazard, laquelle a conseillé le gouvernement grec. «Je pense qu’il faut réduire de moitié la dette détenue par les institutions publiques en Grèce», a déclaré le banquier, classé à gauche, sur BFM. Soit une ardoise de 100 milliards d’euros à partager entre les contribuables de la zone euro.
Pigasse a été conseiller technique au cabinet du ministre Dominique Strauss-Kahn en 1998, puis directeur adjoint du cabinet du ministre Laurent Fabius, chargé des questions industrielles et financières, en 1998. Et comme le monde est petit et l’internationale socialiste efficace, ce « banquier de gauche » qui conseilla Ségolène Royal en 2007 avec le succès que l’on sait puisque Sarkozy la battit alors à plate couture, a pris le contrôle du quotidien « indépendant » Le Monde avec d’autres socialistes multi-milliardaires, Pierre Bergé (YSL et banquier de la candidate S. Royal à la présidence) et Xavier Niel (Free).

Le bras de fer entre les Européens et Syriza est suivi avec inquiétude par les marchés. Les plus pessimistes voient le scénario de «Grexit» – « exit la Grèce »: sortie précipitée de la Grèce de l’euro – revenir en force. Les investisseurs privés se débarrassent en hâte du peu de titres grecs – dettes ou actions – qu’il leur reste. Le taux d’emprunt de la Grèce à 10 ans a grimpé à 10,79 %. Plus inquiétant encore, le coût d’emprunt à 5 ans a bondi à plus de 15 % ce vendredi. Cela signifie qu’aux yeux des investisseurs, le risque de défaut de paiement grec augmente.

La Grèce, dont les banques se vident à vive allure, est artificiellement maintenue sous perfusion financière par la BCE qui lui a accordé une ligne de crédit d’urgence pour les alimenter. Cela permet aux Grecs d’aller retirer leurs économies en billets aux guichets ou aux distributeurs. Mais cette bouée de sauvetage ne tient qu’à la bonne volonté de la BCE, l’un des piliers de la troïka, qu’attaque le gouvernement Syriza en pensant adopter la meilleure défense, mais dont il ne pourra se passer très longtemps. Sauf à précipiter une crise bancaire, et une sortie de l’euro.
Michou Sapin se présentera-t-il col ouvert, en débraillé à la grecque, pour faire plus populaire -et démago- que jamais ?

Les nouveaux dirigeants grecs semblent bien décidés à s’affranchir de la tutelle de la troïka

Ils l’ont dit et répété haut et fort et le nouveau premier ministre Alexis Tsipras a de nouveau promis la fin de l’austérité et réclamé une restructuration de la dette grecque. La gauche française se prend à rêver.

Bien que des Clémentine Autain (FdeG) soient capables d’affirmer, « les yeux dans les yeux » comme J.Cahuzac, que le gouvernement grec reçoit de l’Europe des fonds dont le peuple ne voit pas la couleur et que, pire, il doit mettre lui-même la main à la poche, c’est oublier que les Grecs ont participé à l’effondrement de l’économie de leur pays en fraudant le fisc pendant plusieurs générations, profitant du clientélisme et de la corruption grandissants du pouvoir, qu’il soit de droite ou de gauche. Aujourd’hui, de nombreux Grecs refusent d’accueillir en sauveurs ces experts représentant la troïka, et les considèrent comme l’incarnation d’une politique d’austérité dont ils ne veulent plus, estimant que cette austérité n’a fait qu’aggraver leurs conditions de vie. Le déni de leur responsabilité partagée a amené Tsipras au pouvoir, augmentant les risques de coulage de leur péninsule.

Négocier sans cette troïka, comment est-ce perçu ?
La question a été posée ce samedi à une sélection d’Athéniens. « S’il n’y a pas de plan B, dit Fotis Paraskavopoulos, alors, on peut nourrir quelques inquiétudes. Mais le fait de ne plus vouloir traiter avec la troïka, cela ne me pose aucun problème. Ce que j’espère quand même, c’est que le gouvernement a une solution de rechange ».

Fotis Paraskavopoulos
Fotis Paraskavopoulos

Il ajoute: « Je ne sais pas s’il faut être inquiet, ajoute pour sa part Sophia Simonek. Ce que je sais, c’est que les gens n’en peuvent plus. Et c’est pour cela qu’ils ont voté pour Syriza. J’espère que les choses vont s’arranger et que les dirigeants savent ce qu’ils font ». Ce témoin pris dans la foule anonyme est… professeur d’université: le hasard fait bien les choses… Olivier Péguy, journaliste à EuroNews, pouvait-il l’ignorer?

La Grèce pourra-t-elle passer outre les engagements de la Grèce envers ses créanciers ?
Non, a estimé ce vendredi le président de l’Eurogroupe. Pour le faire fléchir, le gouvernement grec a donc entamé ce samedi une tournée européenne pour faire valoir ses vues. Le ministre des Finances Yanis Varoufakis vient donc dès ce samedi chercher à Paris le soutien d’un gouvernement de gauche, avant une visite du Premier ministre, mercredi. Alexis Tsipras fera aussi escale à Rome, où le président du Conseil des ministres depuis le 22 février 2014, est Matteo Renzi, ex-secrétaire du Parti démocratique (PD), à la tête d’une coalition PD (centre gauche)-NCD (Nouveau Centre-droit)-SC (centriste et libéral) et PI (démocrate-chrétien). Surnommé « Le démolisseur », il a pour objectif de rechercher des soutiens susceptibles, selon lui, de faire infléchir la position allemande en matière d’orthodoxie budgétaire.

Le socialiste Hollande adopte pourtant la même intransigeance que Merkel

Tsipras ne peut ignorer que François hollande et la chancelière allemande Angela Merkel sont en convergence sur le dossier grec. C’est une déclaration de l’entourage du président français qui l’affirme. La chancelière et le président, principaux détenteurs de la dette grecque, ont dîné ensemble vendredi soir dans un restaurant strasbourgeois, une rencontre informelle destinée à harmoniser leurs points de vue sur les « questions d’actualité » et l’avenir de l’Europe, à l’issue de laquelle ils n’ont fait aucune déclaration. L’attitude commune à adopter face au nouveau gouvernement grec a donc été au coeur de leur discussion, suite à leur information par le président du Parlement européen, Martin Schulz, de la teneur de ses entretiens avec Alexis Tsipras à Athènes. Les deux dirigeants « ont convergé sur le fait qu’il est à la fois important de respecter les choix du peuple grec et de respecter les engagements » (de la Grèce envers ses créanciers), a assuré un proche du chef de l’Etat. « Il faut être dans une position de dialogue et d’échange pour bien comprendre les intentions du gouvernement grec », a-t-il insisté.
Quant à Martin Schulz, il a révélé au journal allemand Die Welt ses efforts pour lui faire policer ses propos: « Je lui ai recommandé [Tsipras] avec insistance de désarmer sur le plan verbal. Cela ne lui apporte rien », lui conseillant aussi de « cesser ses attaques contre Angela Merkel ».
Mais dans la partie de bras de fer engagé, le gouvernement grec sentira derrière lui la foule des manifestants du parti d’extrême gauche que, dans un souci de rassemblement, la presse française de gauche qualifie de « radicale », « Podemos« , l’équivalent espagnol de Syriza, qui étaient au moins 100.000 samedi dans les rues de Madrid pour dire leur volonté de changer les règles du jeu européen.

Alexis Tsipras se fera recevoir mercredi prochain par le rétropédaleur de l’Elysée. Le premier comptait sur le soutien de la « gauche molle » dans son intention affichée de renégocier la dette grecque mais le second misait sur une opération prestige en attirant à Paris le Grec qui défie l’Union européenne. Lundi 26 janvier, alors qu’on l’interrogeait sur la restructuration de la dette grecque, l’ambigu Hollande évoquait à la fois la « solidarité » et la « responsabilité ». Le président français a ensuite éclairci sa pensée lors d’une conférence de presse commune avec son homologue colombien Juan Manuel Santos, estimant que « des engagements ont été pris » par la Grèce à l’égard de ses créanciers et jugeant qu’ils devaient « être tenus ».Mais il embrouilla aussitôt les choses, affirmant que « la Grèce est dans la zone euro, la Grèce veut rester dans la zone euro et la Grèce restera dans la zone euro »… Tsipras a donc quelque raison de venir tirer au clair la question du positionnement de Hollande.

Et, à bien d’autres égards, Hollande n’est pas clair dans sa tête

Gouvernement de coalition en Grèce
A. Tsipras (Syriza, gauche socialiste) a recherché l’alliance avec Panos Kammenos (à gauche)
(AN.EL), droite souverainiste…

Tandis que l’extrême gauche française de Jean-Luc Mélenchon (PdeG) et de Pierre Laurent (PCF) exulte à l’annonce du chiffe de 100.000 manifestants « radicaux » samedi dans les rues de Madrid pour dire leur volonté de changer les règles du jeu européen, tous, PS inclus, occultent l’entente de gouvernement que Syriza et Tsipras ont passé avec la droite souverainiste grecque de Panos Kammenos. Si les divergences sont nombreuses entre ces derniers et Syriza, ils sont au moins d’accord sur une politique anti-européenne qu’ils souhaitent mettre en place contre l’austérité. Ils ont obtenu 17 sièges de députés quand la gauche extrême en a gagné 149. »Je veux annoncer qu’à partir de ce moment, la Grèce dispose d’un gouvernement, » a expliqué Panos Kammenos, après une rencontre avec Alexis Tsipras à Athènes. « Les ‘Grecs indépendants’ voteront la confiance au Premier ministre Alexis Tsipras. Il y a un accord de principe. »

Le PS grec est laminé, mais Hollande se montre ravi. 

Le parti d’extrême gauche, Syriza, mené par Alexis Tsipras, a raté de peu la majorité absolue des sièges aux législatives en Grèce du 25 janvier. Avec près de 36,5% des voix, il devance de près de neuf points le parti conservateur de la Nouvelle démocratie et du Premier ministre sortant, Antonis Samaras, mais le désaveu le plus cinglant est surtout adressé au Pasok, « parti de gauche« , comme le décrit le jeune journaliste, stagiaire jusque 2011 (20minutes et Slate), Vincent Matalon (Francetvinfo), avec une extrême discrétion.

Le PS grec en déroute

Imaginez une Assemblée nationale française avec seulement 28 députés PS sur 577 ! C’est à peu près ce qui est arrivé dimanche au Pasok, parti social-démocrate historique, membre du Parti socialiste européen et de l’Internationale socialiste. Avec 4,68% des suffrages exprimés, derrière le parti d’extrême droite Aube dorée. Le Parti socialiste grec est le grand perdant de ce scrutin: il n’obtient que 13 sièges à la Vouli.
Avec leur impudence coutumière, les analystes socialistes se livrent à des commentaires osés. Ainsi, selon le prometteur journaliste sus-nommé, le « PS » grec serait victime… Comme s’il avait été au pouvoir? « Pasok paie les pots cassés de la rigueur. » Ce qui est vrai, c’est que les socialistes, alors menés par Georges Papandréou, étaient en effet aux affaires lorsque la crise de la dette a éclaté en 2010 et président de l’Internationale socialiste (IS) depuis 2006. Son père, Andréas Papandréou est fondateur du Pasok et a été deux fois premier ministre, pendant dix ans. Il a aussi été mêlé en 1965 à l’affaire Aspida, une conspiration menée par de jeunes officiers de gauche qui provoqua la chute du gouvernement de Geórgios Papandréou, père d’Andréas et grand-père de Georges… Une commission d’enquête parlementaire se pencha sur les accusations de corruption et d’écoutes téléphoniques illégales portées en 1990 contre Andréas Papandréou, qui fut acquitté en 1992. C’est Georges Papandréou, né aux USA en 1952 et arrivé au pouvoir en 2009, qui, le premier, a dû mettre en œuvre les mesures d’austérité réclamées par la troïka en 2010 et qui ont largement pesé sur le niveau de vie moyen des Grecs. Il a ensuite gouverné au côté de la droite en poursuivant cette politique nécessitée par le clientélisme et la corruption endémiques du pouvoir dont profita un temps le peuple. Il a divisé son score par dix en six ans : il avait obtenu 44% des voix aux législatives de 2009.

Hollande félicite Tsipras, Mélenchon applaudit, tous veulent tirer partie de cette dynamique

Plusieurs responsables de gauche et d’extrême gauche, socialistes, écologistes et du Front de gauche (PdG et PCF), se sont réjouis de l’entente de la carpe et du lapin grecs, qui envoie, selon eux, un signal au reste de l’Europe.

François Hollande a ainsi fait part « de sa volonté de poursuivre l’étroite coopération entre nos deux pays, au service de la croissance et de la stabilité de la zone euro, dans l’esprit de progrès, de solidarité et de responsabilité qui est au cœur des valeurs européennes que nous partageons ». Beaucoup de mots pour peu de sincérité, mais la volonté politicienne de tirer argument de cette entente contre nature dans l’optique d’un rassemblement opportuniste de la gauche qui profiterait au PS dès les élections départementales de mars prochain.

Dépitée, Duflot se tourne vers Mélenchon

Europe écologie-les Verts suivra-t-il comme un seul homme?

L’extrême gauche est en cours de restructuration

Duflot, verte morose

Duflot se révèle plus rouge que verte…

La victoire de Syriza en Grèce donne des ailes à la gauche extrême en France. Au point d’aller vers une alliance entre le Parti de gauche et les écologistes radicaux ?
Au lendemain de la victoire d’Alexis Tsipras et de Syriza, son parti d’extrême gauche, aux élections législatives grecques, le PS affecte la satisfaction, bien que le Pasok (son homologue socialiste grec) l’ait laminé – il ne recueille que… 5% – la gauche anti-républicaine affiche sa jubilation en France. « Une très bonne nouvelle », a salué le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, lundi au micro d’Europe 1.

Mais Syriza pourrait-il faire des émules dans l’Hexagone ? Et s’allier Debout la France (DLF), comme le parti « Grecs indépendants« , souverainiste et anti-immigration, allié de circonstance de Syriza ? Et dans ce cas, qui sera le Tsipras français ? Dupont-Aignan ?…
Jean-Luc Mélenchon, qui rêve d’une grande coalition de gauche alternative au PS, s’y voit déjà. Quant à l’écologiste Cécile Duflot, elle se dit prête à le rejoindre, en vue de l’élection présidentielle de 2017.
Mais est-elle capable d’entraîner derrière elle la majorité des membres d’EELV ?

La gauche se tsiprasera-t-elle ?

« Envisager une candidature commune » en 2017.
Les appels du pied sont venus de Mélenchon. « Je veux que nous gouvernions ce pays pour refonder l’Europe. J’ai toujours voulu gouverner. Ça, je l’ai en commun avec Cécile Duflot : nous ne sommes pas de cette vieille gauche purement protestataire« , a confié l’eurodéputé au Journal du dimanche. « En 2017, on peut envisager une candidature commune de ce nouvel espace ».

Qu’en pense Cécile Duflot, qui avait participé lundi dernier à Paris à un meeting de soutien à Syriza, au côté de Mélenchon, du Parti communiste et de certains élus de la gauche du PS ? En novembre, l’ancienne ministre s’était trouvé « les épaules » pour être candidate à l’élection présidentielle. Son bilan au logement dans le gouvernement Ayrault ne plaide pourtant pas en sa faveur… Abattue, la députée EELV serait prête à se ranger derrière Jean-Luc Mélenchon.
« L’effet Duflot ». En coulisses, Cécile Duflot ironise : « Est-ce que vous avez vu l’effet Duflot ? Jean-Luc a arrêté d’insulter Hollande ». L’alliance reste dans les cartons. En ressortira-t-elle lors des premiers résultats des élections départementales de mars ?

Justice « indépendante », mais non-lieu pour le « mur des cons »

La justice fait du tort à la justice, monsieur Philippe Bilger ?

Le SM n’est pas plus synonyme de la justice que les musulmans de l’islamisme…

Le Syndicat de la Magistrature sert-il la justice ? s’interroge Philippe Bilger, magistrat honoraire et président de l’Institut de la parole, auteur de  » Contre la justice laxiste » (Éditions de l’Archipel, 2014). Alors que le Parquet de Paris a requis le 7 janvier un non-lieu de celui-ci dans l’affaire du «mur des cons», Philippe Bilger revient sur les effets délétères de ces insultes sur la magistrature française.

Au mois d’avril 2013, le site Atlantico a diffusé une vidéo d’un panneau installé dans les locaux du Syndicat de la magistrature [hébergé par le  ministère de la Justice].Ce panneau qualifié de «Mur des cons», mais qui à mon sens portait plutôt l’opprobre sur «les cons» responsables de ce Mur, portait à la connaissance des syndiqués et de tous ceux qui, étrangers au SM, venaient dans ce lieu, des propos injurieux visant principalement des personnalités de droite, par exemple Nicolas Sarkozy, Christian Jacob, Nadine Morano et Brice Hortefeux, mêlées à d’autres cibles comme Philippe Courroye, Alain Minc, Jacques Attali ou Alain Bauer…

J’avais l’honneur d’y être épinglé et cette distinction m’aurait ravi si je n’avais pas estimé mon compagnonnage avec certains, discutable.

Ce qui était présenté comme une pochade, une plaisanterie de magistrats retombés en enfance, prenait, au contraire, un autre sens quand on constatait aussi sur ce Mur la présence de personnes moquées pour leur action en faveur des victimes de crimes ou, pire, parce qu’elles avaient été elles-mêmes touchées par la disparition odieuse d’un enfant. On n’était plus dans le domaine de la dérision ou de l’esprit français, même peu élégant, mais dans celui de l’indécence, voire de l’indignité.

Taubira et ses magistrats indépendants
Taubira et ses magistrats indépendants

La comparaison qui pourrait être tentée -comme, sur LCI, la Secrétaire générale du Parti de Gauche l’a esquissée- entre le Mur des Cons et l’adhésion à «je suis Charlie», entre la vulgarité partiale de l’un et la dérision orientée de l’autre ne me semble pas fondée. Les dessinateurs massacrés, qu’on apprécie ou non leurs caricatures, étaient accordés, dans leur expression, à leur travail: le SM, au contraire, par ce panneau, projetait sur la fonction de magistrat, qui aurait dû demeurer à l’abri de cette aberration, une lumière accablante. Des magistrats, oubliant qu’ils l’étaient, démolissaient, peu ou prou, l’image d’un service public déplorant pourtant de n’être qu’une autorité mais ne cessant de justifier qu’il ne soit pas un pouvoir.

Ce Mur des cons a évidemment suscité un immense tollé et ses effets délétères, malheureusement, ont atteint toute la magistrature qui est, aux yeux du citoyen, gangrenée par cette entreprise qui pourtant n’a germé que dans la tête de quelques énergumènes d’extrême-gauche, aussi bêtes, irresponsables qu’indifférents à leur légitimité de magistrats.

Combien de fois, en 2013 et 2014, j’ai été conduit, alors que je défendais la validité, dans des affaires sensibles, de tel ou tel comportement procédural, à devoir répliquer à une accusation générale de politisation de la magistrature parce que ce Mur, par sa présence scandaleuse, avait instillé dans la conscience publique que tous les magistrats se valaient sur le plan de la partialité et de l’ineptie et qu’aucun n’était à sauver. Cette descente aux enfers n’est pas terminée et il n’y a que le SM, qui n’a rien appris et tout oublié, pour ne pas percevoir à quel point son initiative a entraîné, avec elle, le naufrage d’une justice pénale désireuse, dans sa majorité, d’être respectée et équilibrée [autant que le justiciable, si ce n’est davantage]. Et ce désastre est injuste qui ruine des pratiques globalement satisfaisantes menées par des personnalités estimables et compétentes à cause d’un délire à la fois syndical et idéologique.

La présidente du SM, François Martres, a été mise en examen du chef d’injures publiques et
des réquisitions de non-lieu ont été prises le 7 janvier.

François Martres a toujours soutenu que ce Mur avait été terminé au mois de mai 2012, ce qui, en raison de la courte prescription de 3 mois en matière de presse, était de nature à éteindre en effet l’action publique. On n’est pas obligé de croire sur parole la présidente du SM mais en revanche je ne doute pas du fait que le parquet de Paris, spécialisé dans cette matière délicate, a porté sur ce dossier un regard pertinent.

D’autant plus qu’il a écarté au contraire l’argumentation sur l’absence de publicité puisque des tiers sans lien avec l’objet syndical ont pénétré dans ces locaux.

Le magistrat instructeur pourra ne pas suivre les réquisitions du procureur mais même s’il les approuvait, nul doute que l’appel ou plus tard le pourvoi en cassation retarderont encore l’issue de cette lamentable affaire.

Douze parties civiles sont enregistrées dans ce dossier et Me Gilles-William Goldnadel, avocat de l’une d’elles, pointe la responsabilité de la garde des Sceaux qui aurait tout fait pour que le SM soit préservé. Je ne sais. Ce que je constate est que Christiane Taubira qui par ailleurs n’est pas «fan» de l’indignité nationale -elle ne l’est que d’elle-même- n’a rien accompli de décisif quand ce Mur des cons a été révélé. Elle s’est contentée de saisir le Conseil supérieur de la magistrature, ce qui était une méthode redoutablement efficace pour faire s’enliser ce qui aurait mérité, dans l’urgence, un avertissement salutaire.

L’ironie de l’état de droit, et sa grandeur, tient à ce qu’il bénéficie surtout à ceux qui l’ont dévoyé. Alors que le Mur des cons va poursuivre son chemin honteux dans les têtes, il est probable qu’au bout du compte, le SM en sorte indemne.

Un syndicat d’agités politiques pour une justice « sereine » !
Et « indépendante » de l’idéologie marxiste ?

Celui-ci pourra-t-il toujours éluder ces interrogations fondamentales? Qui dirige le SM et quel niveau ont ses responsables? Une politisation affichée, extrême est-elle compatible avec ce qu’impose l’œuvre de justice, l’idéologie avec l’équité et l’impartialité? Le SM sert-il la Justice ou s’en sert-il?

Faute de répondre clairement à ces questions bien plus que judiciaires, démocratiques au sens plein du terme, le SM sera parvenu avec ce Mur des cons à ce double résultat: la «connerie» n’est pas là où il l’a placée et l’institution judiciaire est encore plus discréditée.

Je tire de tout cela, qui est amer, que dès maintenant, et sans craindre le grief de populisme, le citoyen doit s’occuper de ce qui le regarde: de la justice et de ce que les juges en font.

Membre du Parti socialiste,  Sihem Souid, est responsable communication du club de réflexion interne au PS,  La Gauche Forte (2013), animé par les députés Yann Galut et Alexis Bachelay.

<br>

Anonymous et hackers islamistes s’opposent au nom de Charlie Hebdo

La guerre de religions s’étend au numérique

Le groupe de pirates masqués a lancé la chasse aux défenseurs du djihad en ligne, tandis que des hackers « musulmans » s’en prennent à des milliers de sites français. Les agresseurs posent en victimes et les tueurs tentent de justifier leurs crimes. La confusion est grande, mais le commerce continue. Les anti-libéraux de Charlie hebdo font leur marketing sur l’émotion populaire suscitée par les assassinats de 17 personnes en 3 jours d’horreur par des islamistes en France. Les corps des victimes sont à peine refroidis et ensevelis qu’ils annoncent des records de tirages, 5 millions d’exemplaires sur les 3 semaines qui s’ouvrent aux affaires, en plus des quatre millions de participants à la « marche républicaine » du 11 janvier sur l’ensemble du territoire. Mais c’est selon L’Obs, alors que le ministère de l’Intérieur renonce à tout chiffrage, l’évaluation étant pour elle impossible.

Et déjà l’unité nationale implose.

Une déclaration de guerre en bonne et due forme. « La liberté d’expression a été meurtrie. Charlie-Hebdo, une figure historique  controversée du journalisme satirique, a été pris pour cible par des lâches. Attaquer la liberté d’expression, c’est attaquer Anonymous », assurent les kacktivistes floutés. Nous ne le permettons pas. Toutes entreprises et organisations en lien avec ces attaques terroristes doivent s’attendre à une réaction massive d’Anonymous. Nous vous traquons.« 

Les taupes du groupe de hackers Anonymous se montrent menaçantes. Dans une vidéo, les souriants terroristes du Net annoncent leur volonté de riposter à l’attaque contre le journal « Charlie-Hebdo » qui a fait, non pas 17 morts, comme l’écrit L’Obs, décidément exalté, mais le tout sous la bannière « Opération ‘Charlie-Hebdo' » (ou #OpCharlieHebdo).

Une délation qui rappelle les heures les plus sombres de notre Histoire… Le groupe de snipers, qui dénonce par ailleurs les écoutes téléphoniques et le fichage policier, a ainsi publié une liste noire de 120 comptes Twitter désignés comme « islamistes », puis une liste de 89 comptes Twitter dits « terroristes ». Le réseau social s’est plié aux volontés des activistes, bien qu’ils n’ait aucune légitimité ni représentativité, et ont suspendu la plupart de ces comptes, tandis qu’un document collaboratif vise à tous les recenser (plus de 900 comptes déjà trouvés !). La Stasi est-elle en train de resurgir pour répandre la terreur sur l’hexagone ?

« Tous les moyens pour l’effacer de la Toile »

Parallèlement, les hackers font le sale boulot du ministère de l’Intérieur qui semble couvrir de tels agissements. En toute impunité et au nom de la liberté d’expression, cette milice d’extrême gauche travaille à pirater des sites web identifiés également comme islamistes. Une trentaine de sites ont été bloqués et mis hors ligne. Le site Ansar-alhaqq (qui diffuse de la propagande djihadiste en français) a été attaqué pour remplacer la page d’accueil (on parle de « défacement »), tandis que la page du site Kavkaz Center (site d’information tchétchène se revendiquant « islamiste ») redirige désormais vers le moteur de recherches DuckDuckGo. Sont actuellement visés différents sites se présentant comme « la voix du djihad » (« shahamat »).

Cette brigade d’auto-défense de l’Internet a ainsi publié une liste de 120 comptes Twitter désignés comme « islamistes », puis une liste de 89 comptes Twitter dits « terroristes ». La plupart de ces comptes ont été suspendus illico presto par le réseau social, décidément bien soumis, tandis qu’un document collaboratif vise à tous les recenser (plus de 900 comptes déjà trouvés !). Le pouvoir semble déléguer à ces collabos du 21e siècle, comme à son réseau d’associations et collectifs.

Lorsqu’on tombe sur un site [islamiste], nous tentons d’extraire de sa base de données des adresses et informations de contact, que nous redirigeons ensuite vers les forces de l’ordre« , avoue un Anonymous au journal socialiste Libération (qui héberge les rescapés de l’attentat contre les dessinateurs de Charlie hebdo). Ensuite, « nous utilisons tous les moyens à notre disposition pour l’effacer de la Toile. »

Une cyber-mobilisation que n’apprécieraient pas les forces de l’ordre, embarrassées par la révélation de cette cette sous-traitance. « Ne perturbez pas le travail des policiers enquêteurs en diffusant de fausses informations ou rumeurs« , a faiblement protesté la Police Nationale sur… Twitter !
Olivier Laurelli, expert en sécurité informatique et blogueur répondant au pseudonyme de Bluetouff, souligne qu' »à partir du moment où on attaque les réseaux où [les djihadistes] communiquent entre eux, on interfère dans le travail des enquêteurs. »
« Dans ces comptes, il y a de tout, aussi bien des fondamentalistes que des amateurs« , confirme un enquêteur aux « Echos ». « Il faut aller vérifier. Certains auraient mérité une visite de la gendarmerie ou de la police. »

Anonymous vs. hackers islamistes

blog -Anonymous en guerre contre cyberjihadLoin d’écouter les policiers, les pirates poursuivent leurs attaques numériques, sans être importunés par le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. L’excuse: ils ne sont pas seuls et on assiste à une bataille généralisée de hackers, sans pour autant que les « black blocs » (Black Blocks) soient entrés en hibernation.

Des pirates assumant pour la plupart « islamisme » ont massivement attaqué des sites français en tout genre, en réaction aux opérations des Anonymous. Sous la bannière « Opération France » (ou #OpFrance), les hackers islamistes ont piraté des milliers de sites web en quelques jours. Le site spécialisé Zataz évoque plus de 19.000 sites web attaqués par plus de 27 groupes de hackers localisés dans le monde entier (Tunisien, Maroc, Algérie, Mauritanie, Indonésie, Malaisie, Mexique…). Plusieurs se revendiquent notamment des groupes comme le Middle East Cyber Army (MECA), le Cyber Califat, la cyber-force islamique unie ou les Anons Ghost.

Sur les sites piratés, la page d’accueil est modifiée. Bien souvent, elle affiche un fond noir et des slogans tels « Il n’y a de Dieu qu’Allah », « Death to France » (« Mort à la France ») ou « Death to Charlie » (« Mort à Charlie »).
Les sites de plusieurs mairies, conseils généraux, établissements scolaires, universités, églises ou entreprises ont ainsi été piratés. Le site du Conseil général du Lot a ainsi été piraté pendant trois heures par un groupe tunisien dénommé « Fallaga Team » qui renvoyait les utilisateurs vers une adresse diffusant un discours intégriste. Le site du Mémorial de Caen a vu sa page d’accueil afficher un message en arabe et un autre en français affirmant: « J’atteste qu’il n’y a de Dieu qu’Allah. J’atteste que Muhammed est le messager de Allah« . Le prosélytisme musulman est visiblement un fantasme…

Un site piraté par le groupe de hackers Fallaga Team
L’office de Tourisme de Biarritz, le CHU de Strasbourg, le Palais des Papes d’Avignon, l’académie de Créteil, la cathédrale de Nantes, la ville de Tulle, la fondation Jacques Chiracont également été frappés par ces piratages. C’est très nébuleux, on est face à des groupes d’activistes qui se forment et se défont très rapidement.

L’économie du pays est ainsi perturbée. Des filiales de grands groupes français (Carrefour, BNP Paribas, Terraillon…) ont en effet subi des attaques et leur activité ont eu à souffrir de ces « actions concrètes difficiles à comptabiliser mais plusieurs centaines de sites de PME, d’institutions locales ou d’universités auraient été touchés », résume Gérôme Billois, expert du Cercle européen de la sécurité informatique et consultant pour le cabinet Solucom.

« Je suis musulman, je ne suis pas Charlie », clame un site français piraté par AnonGhost

« De mémoire, je n’ai jamais vu une campagne de ‘défacement’ aussi importante dans un temps aussi restreint, poursuit Gérôme Billois. « Les sites touchés sont souvent des structures qui n’ont pas forcément les équipes techniques adéquates pour maintenir le niveau de sécurité nécessaire ou réagir rapidement en cas d’attaque. »

Le site du Centre de la mémoire d’Oradour-sur-Glane, consacré à la Seconde Guerre mondiale, s’est ainsi retrouvé affublé d’un texte rouge sur fond noir accusant la France de « racisme » et d’être le « terroriste du Monde », l’invitant à aller « se faire foutre » et signé « Je suis Muslim [musulman] et je [ne] suis pas Charlie« . Charlie hebdo n’en a toutefois pas perdu son sens de l’humour…

On peut parler de cyberjihad. Le ‘défacement’ n’est que la partie émergée de l’iceberg et la moins [physiquement] dangereuse aussi, car elle n’a pas d’autres conséquences que l’affichage d’une idéologie », minimise Thierry Karsenti, directeur technique Europe de l’entreprise de sécurité informatique Checkpoint.
Il indique finement – relayé par la presse irresponsable – que prendre le contrôle de la page d’accueil d’un site mal protégé ou pas correctement mis à jour « n’est pas très difficile à réaliser techniquement et l’attaque peut même être lancée de manière quasi-automatique« .

Entre autres titres de gloire affiché par ces distingués experts et décrypteurs, un groupe de hackers se réclamant de l’Etat islamique a tout de même réussi à pirater les comptes Twitter et YouTube du commandement militaire américaine au Moyen-Orient (le CentCom). « Nous sommes dans vos PC, dans chaque base militaire américaine« , ont défié les pirates sur le compte Twitter du CentCom. Au nom de Dieu, le très bienveillant, le très miséricordieux, le Cyber Califat continue son cyberjihad », se sont-ils également félicité.

Le CentCom piraté par le Cyber Califat

Les hackers semblent très bien infiltrés. Ils ont également publié une liste de généraux de l’armée américaine avec leurs adresses, ainsi que des informations sur des plans militaires concernant la Chine et la Corée du Nord. Parallèlement, le compte YouTube du CentCom a publié des vidéos à la gloire du djihad et de l’Etat islamique, avant d’être suspendu.

« L’islam n’est pas synonyme de terrorisme » !

blog -cyber-jihad-contre-attaqueMalgré leurs nombreuses attaques subversives, les pirates du Middle East Cyber Army (MECA) se prétendent se distinguer des terroristes islamistes, une technique d’agit-prop bien connue des autorités religieuses hexagonales. Avec eux, « un musulman n’est pas un terroriste », clame également notre presse, derrière Manuel Valls qui caresse dans le sens du poil ses flancs gauche et droit alternativement. « C’est exactement l’inverse de l’islam. Notre religion est paisible, toute personne qui a lu le Coran comprend cela« , raconte un le porte-parole de MECA, à qui veut l’entendre, comme Zataz qui relaie. Pour lui, les cyber-attaques contre les sites français visent à « prouver au monde que l’islam n’est pas synonyme de terrorisme ». Tâche ambitieuse !

« Malheureusement, les hackers qui s’en prennent actuellement au web Français ne se soucient visiblement pas de leurs cibles. Ils cherchent à poster leurs messages et leur logo sur n’importe quel site, que ce soit celui d’une école, ou le site d’un petit artisan« , précise un membre des Anonymous au site Mac4ever. « Souvent, ces cibles sont choisies simplement parce qu’une faille a été facilement trouvée et son exploitation demande peu de temps, d’efforts et de ressources, ce qui explique que beaucoup de sites aient été défacés en peu de temps. » Dans un « communiqué », les Anonymous promettent ainsi des ripostes contre ces hackers islamistes. Sont-ils missionnés ?

Reste que le MECA annonce une cyber-attaque massiVE pour le jeudi 15 janvier : 3Nous avons déjà piraté des milliers de sites, mais ce qui va venir le 15 janvier sera beaucoup, beaucoup plus important. »
La cyber-bataille ne fait que commencer.

Hommage corporatiste de L’Obs: d’abord et avant tout aux caricaturistes de Charlie hebdo…

Frédéric, Cabu, Charb, Bernard et les autres… Les 17 victimes des attentats ?

Sur la photo, les anarcho-révolutionnaires ou libertaires, seuls les 6 collaborateurs du journal, à l’origine des tueries…

Les autres ont droit à la deuxième marche au hit parade socialiste de la barbarie.
Les attentats perpétrés par les deux frères djihadistes de France contre « Charlie Hebdo » et par cet autre islamiste complice, Amedy Coulibaly, à Montrouge et Porte de Vincennes, ont fait au total 17 victimes.
Les Français, quant à eux, n’oublieront aucun d’eux.

Certains sont morts, parce que Juifs.

Européennes: des lycéens s’opposent au vote populaire

Les totalitaires désavoués par les urnes descendent dans la rue

La gauche pousse dans la rue « plusieurs centaines » de lycéens et étudiants angevins dans la rue

La chienlit totalitaire est à la fête,
en noir…

La Fédération Syndicale Etudiante (ci-dessus) a cessé d’exister le 27 janvier 2013, en fusionnant avec la fédération trotskiste SUD Étudiant pour former une nouvelle fédération nommée  Solidaires Étudiant-e-s – Syndicats de Luttes.

25% d’électeurs ont envoyé des eurodéputés FN à Strasbourg et ce rejet des citoyens FN par la gauche incarnée par Hollande et Valls, Duflot et Joly, Laurent et Mélenchon, Arthaud et Besancenot provoque un sursaut de totalitarisme dans la majorité.

Au verdict des urnes, dimanche 25 mai 2014, ils opposent la loi de la rue. En disant manifester leur incompréhension, ils expriment en fait leur déni de la démocratie.

Les anti-démocrates étaient encore 350 à défiler ce mardi dans tout le centre-ville d’Angers. Le cortège s’est dirigé sur la préfecture et s’est éparpillé peu après 14 heures.

VOIR et ENTENDRE Gaston, étudiant en anglais à l’Université d’Angers, faire la leçon aux jeunes et moins jeunes, le 27 mai 2014:

Douze ans après le 21 avril 2002, où des centaines de milliers d’extrémistes avaient déjà protesté en descendant dans la rue pour protester contre les électeurs qui avaient envoyé Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle, les anti-démocrates ont encore manifesté contre  les listes du Front national arrivées en tête aux élections européennes dans toutes les circonscriptions, sauf trois.

L’Union nationale des étudiants de France (UNEF) et l’Union nationale lycéenne (UNL), deux organisations classées à gauche, ont toutefois lancé, dès mardi, un appel à manifester pour le jeudi 29 mai à 14 heures dans toutes les principales villes de France et place de la Bastille à Paris. « Le Front national à 25 %, ce n’est pas notre France ! « , lancent-elles, à la façon des nantis de la gauche people incarnée par Bruel, Biolay et Noah.

Se faisant passer pour représentative, l’extrême gauche fait parler la jeunesse de France. 

Que dit l’intox de gauche relayée par la désinformation de la presse militante ? « Le vote de dimanche dernier n’est pas à l’image de la jeunesse. Dans leurs engagements, leurs mobilisations et leurs combats, les jeunes portent des valeurs d’égalité, de solidarité et d’ouverture sur le monde qui sont à l’opposé de celle de l’extrême droite et du Front national. […] Les résultats du Front national imposent une réaction des jeunes, pour dénoncer l’extrême droite et ses dangers, mais aussi et surtout pour faire entendre notre voix : nous refusons que l’extrême droite soit le porte-parole de notre contestation ! »

 

 Un communiqué signé par l’UNEF, l’UNL, mais aussi la FIDL (Fédération indépendante et démocratique lycéenne), Osez le féminisme, la Maison des potes, Ensemble, les Jeunes socialistes, les Jeunes communistes et les Jeunes du Parti de gauche, les Jeunes de la gauche unitaire, les Jeunes écologistes et enfin les Jeunes radicaux de gauche, Sans oublier l’ex-FSE et SUD Étudiant considérée comme appartenant en Europe au groupe des syndicats étudiants les plus extrêmes à gauche, soulignent comme un effet de leur activisme que « les jeunes ont gonflé les rangs de l’abstention: plus de 50 % aux élections municipales et 73 % aux élections européennes ». Ces associations dénigrent les institutions européennes, tout en disant par ailleurs qu’elles ont protégé l’Europe de la guerre.

A la vérité, la majorité des jeunes qui ont participé à la vie démocratique ont exprimé un vote de rejet du pouvoir actuel 

Selon plusieurs instituts de sondage, parmi ceux des jeunes qui ont voté aux européennes 30% des moins de 35 ans ont fait le choix du FN.

L’extrême gauche totalitaire se dit plus « démocrate » que les républicains

Plusieurs organisations syndicales ont participé à ce mouvement « spontané », organisant une journée de grève et de manifestation le 26 juin.

Il se trouve justement que, parallèlement à ces appels syndicaux, Lucas Rochette-Berlon, un lycéen de 17 ans (ci-contre) en terminale S au lycée L’Olivier – Robert-Coffy (classé 16e du département), à Marseille – un lycée privé, pour l’anecdote ! – a créé dès dimanche soir sur Facebook une page appelant à une prochaine « marche citoyenne contre le FN ».

Interrogé, le lycéen dit s’être récemment encarté à l’UNL, mais qualifie son « initiative » personnelle d’ « apolitique ». « Montrons au FN, aux partis politiques, aux journalistes, au monde [sic, mais les jeunes parlent plus authentiquement de « planète »…], que nous dénonçons le racisme, la xénophobie, la haine, le repli sur soi de ce parti, et que les Français ne partagent pas ces valeurs », peut-on lire sur cette page. Ancienne présidente de l’Union nationale lycéenne de 2004 à 2005, Constance Blanchard, a lutté contre la loi Fillon de 2005 et a ainsi intégré le Conseil National du Parti socialiste.

A la vérité, les manifestants « contre le F-Haine » étaient peu nombreux, mais bien relayés par la presse

A Toulouse, entre 1.000 et 2.000 jeunes ont manifesté contre le FN.
Des anti-républicains qui se croient
une conscience politique de démocrates

Le 25 mai 2014 n’est décidément pas le 21 avril 2002. Des cortèges d’importance moyenne ont défilé ici et là contre le Front national, à Paris, Toulouse et Lyon.

Cette fois, alors que le parti de Marine Le Pen a obtenu 25% des voix dimanche aux élections européennes, les « marches citoyennes contre le F-Haine » ont rameuté beaucoup moins de monde, bien qu’organisées jeudi dans toute la France.

Quelques centaines de jeunes à Paris. Alors que les défilés étaient organisés le matin en province, à Paris, les manifestants ont quitté la place de la Bastille vers 14h30 en direction de la place de la République. Plusieurs centaines de jeunes sont descendus dans la rue à l’appel du syndicat étudiant UNEF, des organisations lycéennes UNL et Fidlmais aussi des mouvements de jeunesse socialiste, communiste et écologiste et des associations comme Osez le féminisme ! Les organisateurs ont revendiqué 8.000 manifestants, la police n’en a en revanche dénombrés que 4.200. Loin des 500.000 manifestants du 1er mai 2002.

Un échec pour ces associations subventionnées – en pure perte – par l’impôt. 

Et ces danseuses qui se disent « citoyennes » ne justifient donc pas les subventions que les contribuables, pour le coup « citoyens », leur versent -à leur corps défendant- en période de vaches maigres.

Des syndicats radicaux appellent à une  » riposte contre l’extrême droite »

Après les organisations lycéennes et étudiantes de gauche et d’extrême gauche, ce sera au tour de syndicats, tels la CGT, la Fédération syndicale unitaire des enseignants (FSU), proche du PCF, et des trotskistes de Solidaires d’entretenir la haine politique – dans un communiqué commun signé avec l’UNEF, l’UNL et la FIDL – en « organisant les ripostes » contre l’extrême droite.

La Confédération générale du travail (CGT) appelle à une journée de grève et de manifestation de stigmatisation des électeurs en juin et avant la conférence sociale des 7 et 8 juillet, a indiqué, mercredi , son secrétaire général, Thierry Lepaon. Et, s’attribuant la propriété des « valeurs d’égalité, de liberté et de solidarité », une douzaine d’organisations, dont l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) et l’Union nationale lycéenne (UNL), ont déjà appelé à manifester d’ici la fin du mois de mai à Paris contre l’extrême droite.

Les réseaux de gauche peuvent-ils décider qui est autorisé au Mémorial de Caen ?

La gauche « vertueuse » est-elle républicaine?

Les manifestants marxistes sont-ils de meilleurs Français?

Les admirateurs de Staline, responsable de la mort de plus de vingt millions de russes, de Léonid Brejnev, envahisseur de Tchécoslovaquie en août 1968 ( Printemps de Prague) et du Khmer rouge, Pol-Pot, tyran sanguinaire des années 70, sont-ils bien placés pour dicter leur loi en France? Combien de divisions aux dernières municipales?

Moins de 200 militants totalitaires, dont des élus du Parti socialiste (PS), du Parti communiste français (PCF) et des syndicalistes, ont manifesté mercredi 7 mai à la mi-journée devant le Mémorial de Caen, contre la présence de la présidente du Front national (FN), Marine Le Pen, en fin d’après-midi. 

Mémorial de Caen pour la Paix

Depuis mars 2014, le FV, c’est 12 villes gagnées, 1546 conseillers municipaux et 459 élus dans les intercommunalités. Les socialistes et communistes peuvent-ils être arrogants depuis leur déroute du 30 mars , avec la perte de villes importantes, comme Angers, ou emblématiques comme Limoges. Ce sont quarante-six villes de plus de 30.000 habitants qui ont basculé de gauche à l’UMP ou au FN. Selon l’institut de sondages BVA, plus de 100 villes de gauche ont été récupérées par la droite ce dimanche.

Les manifestants sont-ils représentatifs de la France?

Fragment du Mur de Berlin (Guerre froide)

Les défenseurs des victimes de la Shoah sont des supporters de la Palestine. « C’est une provocation. On atteint la mémoire de ceux qui sont morts pour la liberté. Cette visite va à l’encontre de ce qu’a dit Jean-Marie Le Pen sur les fameux “détails de l’Histoire”, comme il a dit en parlant des chambres à gaz.  Tous ces extrêmes, qu’ils soient de droite ou de gauche, véhiculent des idées totalitaristes que je n’admets pas », a déclaré Bernard Duval (1925), résistant déporté et ancien du kommando Falkensee à Sachsenhausen, après avoir été arrêté par la Gestapo en mars 1944, alors qu’il avait 18 ans. Lien officiel de la préfecture du Calvados depuis 2013.

Au cours de l’émission du « Grand Jury » RTL-Le Monde du 13 septembre 1987, Jean-Marie Le Pen avait déclaré qu’à ses yeux les chambres à gaz, dans lesquelles des millions de juifs ont péri, étaient « un point de détail de l’histoire de la deuxième guerre mondiale ».

Condamné en justice pour ces propos, il les a réitérés en 1997 en Allemagne, puis à nouveau en avril 2008 dans le magazine Bretons — diffusé en Bretagne et en région parisienne — et en mars 2009 au Parlement européen. Image« Elle [Marine Le Pen] a réussi son coup. On est tous piégés », a estimé un salarié du Mémorial, sous couvert d’anonymat. « On a envie de lui expliquer que la Shoah n’est pas un “détail de l’Histoire” « , a-t-il ajouté.

Faut-il rappeler que le Mémorial de Caen est un musée consacré, ni à la Shoah, ni  aux Grandes Purges staliniennes, ni aux victimes du massacre de Saïgon (1945), ni au massacre de chrétiens libanais par des Palestiniens à Damour en 1976 (etc), mais à l’histoire du XXᵉ siècle?

La gauche combat le FN avec des méthodes totalitaires d’exclusion 

blog -Memorial uniforme soviétique_WWII
Uniforme soviétique (WWII)

Pour sa visite, Mme Le Pen a été accompagnée d’un historien du Mémorial. Exceptionnellement et en raison de cette manifestation discriminatoire, le musée a été partiellement fermé au public à partir de 15 heures.

Le directeur du Mémorial, a en revanche refusé d’accompagner la présidente du FN. Bien que ce ne soit pas le sujet, Stéphane Grimaldi, nommé à l’instigation du député-maire PS de Caen, Philippe Duron, a dit regretter qu’« elle n’a[it] pas démenti 

les propos  de son père sur la Shoah », tout en estimant que le Mémorial serait « par essence un lieu profondément européen, un lieu de défense des droits de l’homme« , alors qu’il a été créé pour promouvoir la paix.

Une autre manifestation, de militants d’extrême gauche,  a rassemblé environ 60 militants, tenus à l’écart par un cordon de forces de l’ordre, devant le Mémorial mercredi vers 16 h 30, au moment où M. Le Pen est arrivée par une porte à l’arrière du bâtiment.

Un musée de la paix où tout le monde a droit de cité

Lors d’une conférence de presse à l’issue de sa visite,  Mme Le Pen a expliqué que c’ést la première fois qu’elle se rend au Mémorial. « C’est vrai que je n’avais jamais eu l’occasion de venir (…) C’était une carence qui est aujourd’hui réparée », a-t-elle admis, avant de saluer la place faite dans le musée aux victimes civiles de la guerre.

Interrogée sur les propos tenus par son père sur la Shoah, Mme Le Pen a répondu qu’elle s’est déjà « exprimée cent fois sur ce sujet, (…) c’est suffisant « .

Au cours de l’émission du « Grand Jury » RTL-Le Monde du 13 septembre 1987, Jean-Marie Le Pen avait déclaré qu’à ses yeux les chambres à gaz, dans lesquelles des millions de juifs ont péri, étaient « un point de détail de l’histoire de la deuxième guerre mondiale ».

Dans le même temps, Cambadélis se dérobe à Marine Le Pen et la contraint à débattre avec Martin Schultz…