Les media se sont fabriqué un nouveau héros, le tueur évadé Redoine Faïd

Un héros chasse l’autre : Macron va-t-il le récupérer, à défaut de sa police ?

blog -Belmondo-helicoptere.jpeg
Jean-Paul Belmondo fait le show

Redoine Faïd, 46 ans, d’origine algérienne, est toujours en cavale après son évasion rocambolesque, en hélicoptère, d’une prison de haute sécurité… <br>Les media désigne ce tueur du doux nom de « braqueur », certes « multi-récidiviste« , ce qui n’enlève rien aux couronnes de lauriers qu’ils tressent à Redoine Faïd, qui plus est, toujours en fuite ce lundi matin « après son évasion spectaculaire«  la veille, par hélicoptère, du centre pénitentiaire de Réau, en Seine-et-Marne, selon une source proche de l’enquête. <br>C’est dans cette prison, réputée sûre, qu’en 2013, Yvan Colonna avait été transféré à la prison d’Arles pour suspicion de tentative d’évasion avec des explosifs.

Son frère, Brahim Faïd, qui se trouvait avec le tueur au parloir de la prison de Réau au moment de l’évasion ce dimanche, grâce à trois complices armés de fusils d’assaut et équipés d’une disqueuse, a été placé en garde à vue. <br>Son frère Fayçal a été condamné, le , à 20 ans de réclusion criminelle par la justice algérienne, pour avoir abattu la fonctionnaire de police Aurélie Fouquet lors de la fusillade de Villiers-sur-Marne de 2010.

Quelque 2.900 policiers et gendarmes sont à ses trousses depuis dimanche sur le territoire national

blog -Macron le terrible  helitreuillé.jpg
Et Macron fait son cinéma, dans le rôle de Redoine Faïd…

La ministre de la Justice admet qu’il y a «peut-être» eu une défaillance… <br>« J’ai demandé à ce qu’une mission d’inspection générale de la justice se rende sur place dès aujourd’hui et puisse voir comment les mesures de sécurité auraient été le cas échéant défaillantes pour que nous puissions y remédier », a déclaré la garde des Sceaux.<br>C’est la même qui, dès août 2017, visitant le centre pénitentiaire de La Farlède, près de Toulon, préconisa le téléphone portable en prison, pour raison humanitaire.

Le portable cellulaire n’aura jamais autant mérité son nom… L’idée de débrider les portables des détenus a été émise le 17 août par Adeline Hazan, contrôleur général des lieux de privation de liberté. « Cette idée n’a rien d’absurde, répondait Nicole Belloubet à la presse interloquée. Il faut donner aux détenus des moyens de communication. Par des portables contrôlés ou des lignes fixes. » Sauf que,  le lendemain, son ministère a nié les propos de la magistrate, avant de se rétracter à nouveau dans un cafouillage tout macronien. Une rupture de réseau ?

L’avantage des ministres issus de la société civile, c’est leur fraîcheur… On a ici à faire à du lourd : la garde des Sceaux Belloubet est magistrate et ex-membre du Conseil Constitutionnel. Rassurés ?

Partout sur le territoire national, les forces de police et de gendarmerie tentent depuis 24 heures de rattraper celui qui s’était déjà évadé il y a cinq ans de sa prison de Lille-Sequedin. <br>Dimanche en fin de matinée, un hélicoptère avec un « commando armé » de trois complices, dont le pilote avait été pris en otage, s’est posé dans la cour d’honneur de la prison pour faire évader Redoine Faïd, lors d’une opération qui a duré dix minutes. 

blog -evasion Redoine Faid-exploit de heros-grands titres juillet2018.jpgLe Parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance (!) des chefs d’évasion en bande organisée et d’association de malfaiteurs confiée à la DCPJ.

L’autre héros – déjà oublié – des media et de Macron était Mamoudou Gassama qui fit la fille de l’air en escaladant une façade d’immeuble pour sauver un enfant tombé d’un balcon.

Un « fiché S » s’évade de la maison d’arrêt de Brest

L’évadé est  un fiché S » en raison d’une « tendance à la radicalisation »

brest-detenu evadé-mai2018Le détenu de 21 ans a réussi à s’échapper à son arrivée à l’hôpital de Brest, Finistère. Il s’est enfui à bord d’un véhicule qui l’attendait à proximité.

Les faits se sont déroulés « entre 09h00 et 10h00 » devant le CHU et « ça s’est passé extrêmement vite, dès l’arrivée sur place« , a précisé l’administration pénitentiaire.

Selon le Syndicat national pénitentiaire Force ouvrière, l’individu s’est mis à courir dès sa sortie du véhicule pénitentiaire. Un agent est parvenu « à le plaquer une première fois au sol, mais le détenu s’est relevé et a rejoint un véhicule de type Peugeot 306au moins deux complices l’attendaient« .

Des téléphones portables ont été retrouvés dans sa cellule, a souligné une source proche de l’enquête, selon laquelle il était signalé en raison de sa conversion à l’islam, la pratique rigoriste de sa foi et un changement physique. Cependant, il ne tenait pas de discours rigoriste, ni avant,  ni pendant sa détention. La taqîya….

Cet homme « fait l’objet d’une fiche S parce qu’il a une « tendance » à la radicalisation 

« Il est suivi pour ça », a indiqué le procureur de la République de Brest, Jean-Philippe Récappé. Il n’a cependant jamais été condamné pour des faits de terrorisme ou d’apologie du terrorisme, a-t-il ajouté.

Originaire de Landerneau, près de Brest, le voyou avait 23 mentions à son casier judiciaire pour des faits de vol, dégradation et outrage notamment, selon J.-Ph. Récappé.

Le « Breton » était en détention provisoire depuis le 13 novembre pour « vol par escalade dans un entrepôt« , selon le Parquet de Brest. Sa détention devait se prolonger jusqu’en juillet.

Incarcéré à plusieurs reprises à Brest, notamment alors qu’il était encore mineur, ce délinquant a été également emprisonné à Nantes, selon Thierry Labrot, du syndicat modéré UFAP-Unsa de Brest, selon lequel il s’est radicalisé « à travers ses fréquentations qu’il avait en détention« , une thèse portée par les socialistes. Il s’était laissé pousser la barbe, portait la djellaba et faisait cinq prières par jour, a précisé le syndicaliste, suggérant que les islamistes sont maîtres de la prison et disant regretter le manque de formation du personnel pénitenciaire face à de tels individus. « L’établissement (de Brest) n’est pas fait pour recevoir ce profil de détenus« , a-t-il assuré.

Il est « dangereux », a jugé pour sa part le secrétaire général du Grand ouest de la CGT pénitentiaire, Samuel Gauthier, déplorant le fait que les agents chargés de son transfert n’étaient pas armés. « Les détenus savent que, dès lors qu’ils partent en extraction médicale, le niveau de sécurité n’est pas le même », a-t-il assuré, expliquant que, depuis le transfert de mission de la charge des extractions de détenus des forces de l’ordre vers l’administration pénitentiaire, « les agents n’étaient plus armés » lors de tels transferts. « Est-ce que tous les moyens ont été mis en oeuvre pour empêcher cette évasion par rapport à tout ce qui se passe dans notre pays, notamment depuis les attentats du Bataclan? Je ne pense pas », a-t-il commenté.

Toujours recherché mercredi soir, ce dangereux individu est lâché dans la nature, alors qu’il a fait la belle dans la matinée. La population n’est pas appelée à participer à leur propre protection : aucun signalement n’a été émis; l’identité de l’islamiste est voilée.