Mulhouse : des retards à l’école pour cause de… prière matinale

Le maire de Mulhouse et NKM « assurent » que des enfants arrivent en retard à l’école en raison de la prière: Europe 1 conteste 

Les déclarations des élus de l’opposition sont suspectées

La vigilance est interdite à l’opposition
Nathalie Kosciusko-Morizet s’est faite tacler lundi par un journaliste.
Il l’accuse de créer la polémique quand la presse faillit à son devoir d’information. La responsable UMP a en effet révélé qu’à Mulhouse des dizaines d’enfants » arrivent « tous les jours en retard parce qu’ils sont à la prière, ils sont emmenés à la prière par leurs parents ».
Mieux, leurs parents, quand ils sont convoqués, « expliquent qu’il y a des autorités religieuses supérieures », prévalant notamment sur « celles de la République », avait ajouté la numéro 2 de l’UMP, estimant qu’il faut se poser la question du placement de ces enfants.

Les déclarations des élus de l’opposition sont soumises à contrôle

Sur le fond, les propos sont confirmés un peu plus tard par le maire UMP de la ville, Jean Rottner. « Loin de toute polémique, ni de la part de NKM ni de moi-même, notre responsabilité, c’est de trouver des solutions, pas de fermer les yeux », a-t-il assuré.

Les déclarations des élus de l’opposition sont raillées

Sur Twitter, la secrétaire d’Etat aux… personnes âgées, Laurence Rossignol, qui n’est pas occupée à plein temps par les seniors, s’est dite « très choquée par le fatras (sic) de NKM », notamment sur la question des prières. « Tous ces sujets exigent d’abord du sérieux », a estimé l’arrogante ministre, pour toute réponse sur le fond.

Europe 1 s’érige en arbitre et annonce que Jean-Philippe Balasse, un chroniqueur, s’est donc penché « sérieusement » (sic), quant à lui, sur la question :

Et le jugement est tombé: pour lui, pas de doute possible, la sentence du directeur-adjoint de la rédaction d’Europe 1, 44 ans, est sans appel: « Nathalie Kosciusko-Morizet a déformé les propos du maire de Mulhouse. » Jean Rottner a en effet assuré que ces « retards » concernent seulement « quelques enfants » et non « des dizaines, » comme l’a affirmé la numéro 2 de l’UMP. Et pour Europe 1 comme pour la police des manifestations, « quelques » enfants, ça ne peut donner des « dizaines » d’enfants, car l’une exagère nécessairement et l’autre n’a pas de raisons de minimiser le phénomène.
Autre « incohérence », selon le juge, en admettant que la première évaluation en soit une : si « quelques enfants » arrivent bien après la cloche, ce n’est pas parce qu’ils sont allés eux-mêmes à la prière, mais parce que leurs parents y sont allés. Une « nuance d’importance », commente le chroniqueur, sans préciser où est ladite nuance, d’autant qu’en tout état de cause seul importe les conséquences, au regard de la perturbation des classes, du respect des enseignants et du non respect des lois et règlements.

Considère-t-on à Europe 1 que les parents défaillants ou méprisants de l’école sont justifiés à inculquer la primauté de la religion sur les principes du vivre ensemble en république laïque ? Ce mauvais procès à NKM est révélateur de la complaisance de la presse à l’égard de certains contre d’autres et de la participation des journalistes à la dégradation de la vie inter-communautaire.

Jean Rottner, « un ami » ne veut pas pour autant « fermer les yeux sur certains problèmes ». Des parents souhaitent sortir des enfants de l’école en nombre croissant, explique-t-il ainsi, « et ce, quelque [« quelle que », sans être directeur-adjoint, nous semble de meilleur aloi] soit la confession religieuse, parce que l’école de la République « ne répond plus à leurs aspirations ».

Est-ce à dire que ceux qui se plaignent de ghettoïsation » sont précisément ceux qui les créent ? Est-ce également à dire que de posséder un lieu de prière ne garantit pas le respect des horaires laïcs ?
Et que sont supposés faire les citoyens quand le gouvernement de la République « ne répond plus à leurs aspirations »? Ou quel choix a un ministre quand il n’y est pas heureux ?

Enfin, reste l’énorme problème d’une grave occultation sectaire
Comment Europe 1 et son chroniqueur-directeur-adjoint-juge-et-arbitre, réussissent-ils le tour de force de ne pas nommer la religion concernée ? Quand on se livre à une contre-enquête et qu’on gribouille tant de mots pour chipoter sur « quelques » ou des « dizaines » d’enfants, on doit pouvoir investiguer sur la nature de la confession religieuse des enfants perturbateurs. Mais ni les Juifs ni les Catholiques ne sont à la fois intégristes et irrespectueux des règles de la République.
L’audience d’Europe 1 périclite: il doit y avoir une raison… dont Xavier Niel ou Patrick Drahi va savoir tirer parti !

Libertés publiques: restrictions sur le wifi en France, comme en Corée du Nord

Le wifi sera bientôt interdit dans les crèches, limité dans les écoles

Une période de psychose antiterroriste favorise-t-elle fatalement le totalitarisme ?

Le Parlement a définitivement voté jeudi une loi « encadrant » l’exposition aux ondes électromagnétiques.
Interdiction du wifi aux scolaires de moins de 11 ans. Bien que le doute subsiste sur la dangerosité des ondes électromagnétiques émises par tous nos appareils électroniques sans fil et sur l’origine réelle des maux que les électrosensibles leur attribuent, les députés ont néanmoins définitivement adopté jeudi plusieurs dispositions d’une loi encadrant l’exposition aux ondes électromagnétiques. Face à un risque encore mal défini, l’Agence de sécurité sanitaire (Anses) avait été chargée de faire le tour de toutes les études scientifiques sur le sujet pour en faire une synthèse. Son rapport a été rendu public mardi et deux jours plus tard, les députés godillots ont cédé au principe de précaution.
Le wifi interdit en crèche. La loi soutenue par le gouvernement et portée par l’écologiste Laurence Abeille interdit le wifi dans les crèches. L’installation de boîtiers wifi dans les écoles maternelles est également bannie.
Et en primaire ? Dans les classes des écoles primaires, les boîtiers wifi installés après la publication de la loi sont désactivés lorsqu’ils ne sont pas utilisés pour des activités numériques pédagogiques. Enfin, toute nouvelle installation d’un réseau radioélectrique dans une école primaire fera l’objet d’une information préalable du conseil d’école.

Entre craintes sanitaires et besoin de technologies. Au-delà des seules crèches et écoles, le texte comporte plusieurs autres dispositions plus larges comme l’obligation, sous peine d’une amende maximale de 75.000 euros, de messages de recommandation sur l’utilisation du téléphone portable et sur les risques liés à leur utilisation.
La loi demande aussi à l’Agence nationale des fréquences (ANFR) de mettre, d’ici un an, à la disposition des communes de France une carte à l’échelle communale des antennes-relais existantes.

Limites et incohérences du zèle socialo-écolo


Le doute perdure. Alors que les technologies sans fil se déploient dans notre vie quotidienne, leurs conséquences sur le plan sanitaire restent incertaines, mais les écologistes archaïques sous le joug de théorie de la décroissance se croyant plus censés et responsables que la moyenne imposent leurs peurs irraisonnées. Ces antennes, relais wifi, télécommandes, etc. sont suspectes du seul fait qu’elles émettent des ondes invisibles donc effrayantes auxquelles depuis des années est attribuée une dangerosité de l’ordre du fantasme.

En 2009, l’Anses avait déjà rendu un rapport ambigu et mitigé : les radiofréquences n’étaient pas nocives à ses yeux, mais elle recommandait néanmoins de contrôler dès que possible l’exposition à ces ondes. Quatre ans plus tard, l’agence a donc été chargée de faire un nouveau point résumant toutes les études publiées sur la question. Et nos députés, comme les « experts », ont masqué leur paresse et leur incompétence en s’alignant, comme souvent, sur les législations étrangères qui leur conviennent.
Si la question de la dangerosité des ondes se posait déjà dans les années 2000, mais n’était pas démontrée, elle n’est pas davantage prouvée aujourd’hui, alors qu’elles se sont encore répandues. L’usage des smartphones et des tablettes s’est généralisé, sans oublier le déploiement en cours d’un réseau 4G pour l’internet sans fil. Une telle technologie va permettre d’avoir sur un smartphone ou une tablette mobile un débit internet équivalent à celui d’une ligne fixe.

Au final, ce sera jusqu’à 11 ans…

Savoir raison garder n’est pas écolo
L’ingestion accidentelle d’une cuillère à café d’huile essentielle de térébenthine peut entraîner la mort chez un jeune enfant. Il n’empêche qu’en février 2008, la politicienne de l’écologie radicale, Cécile Duflot, ex-secrétaire nationale des Verts (EELV) et ex-ministre, ministre de Hollande, aurait affublé son 4e enfant, une fille, du joli prénom « Térébenthine », un antiseptique pulmonaire et… urinaire. Le comique déjanté Michael Youn est l’heureux papa d’une petite… »Seven », comme le chiffre 7 en anglais, mais aussi comme le titre du film glauquissime avec Brad Pitt qui poursuit un psychopathe. L’inverse était concevable.

Logiquement, les enfants doivent quitter le domicile familial
Car la tolérance des « experts » envers la télévision, les fours à micro-ondes ou les alarmes anti-intrusion serait donc coupable. Devons-nous éloigner nos enfants du chauffage par induction ?

Faut-il priver les enfants de tout spectacle ?
Il est avéré que leur système auditif des enfants est fragile, mais les écologistes négligent les rapports d « experts » qui lancent des alertes contre le volume sonore de la publicité télévisée, des concerts et des films en salle. Qu’ils nous disent où isoler les enfants ? En Birmanie? En Corée du Nord ?