Un policier aux Assises, suite à une intervention sur un rodéo qui tourne mal avec la famille d’assaillants

La mère d’un contrevenant poursuit un policier de Villemomble qui l’a éborgnée dans la rixe familiale.

blog -rodéo sauvage à Argenteuil-oct2016, jpg.jpg
Rodéo sauvage à Argenteuil, octobre 2016

Sur cette image extraite d’une vidéo amateur (ci-dessous), filmée au cours de l’intervention de policiers appelés pour mettre un terme à un rodéo, Fatouma (en boubou gris au centre à gauche) prend son visage dans la main, après sa blessure par un tir d’origine non certifiée.

Cette femme de 59 ans a été mutilée le 25 juin 2013 par ce qui pourrait être un flash-ball, selon les uns, mais une grenade de désencerclement, selon les autres.

« Ma vie est gâchée; ça fait cinq ans que je ne peux plus travailler, j’avais retrouvé des ménages mais quand le patron a su que j’avais perdu un œil, il a refusé de m’employer », raconte Fatouma, 58 ans, qui n’envisage pas qu’un tel antécédent de bagarre avec des policiers n’est pas le meilleur CV possible.

lettuce.gifCette Ma Dalton dit maintenant appréhender le procès qui s’ouvre ce mardi devant la cour d’Assises de Seine-Saint-Denis. Car le policier, Antoine C., 40 ans accusé du tir mutilant n’est pas le seul à la barre. Deux fils de la victime seront aussi jugés, ainsi que deux autres policiers, pour des violences croisées.

« Cette affaire n’aurait pas pu sortir il y a vingt ans », raconte Steeve Ruben, avocat de Fatouma et de ses deux fils, convaincu que ces images video aurait mis à mal la version policière, qui décrivait une situation d’une extrême tension face à une famille déchaînée de perturbateurs de quartier.

Ce soir-là, la police tentait de mettre fin à un rodéo de motos.

blog -rodeo de Villemomble-policiers pris a parti par familleDeux conducteurs, sans casque, ni plaque d’immatriculation avaient réussi à filer. Une arrestation avait avorté et les policiers mis en difficulté avaient dû déclencher une balise de sécurité, réservée aux situations les plus délicates.

Makan, fils de Fatouma, alors âgé de 20 ans, qui était présent lors de l’échauffourée fut considéré comme l’un des assaillants, avant qu’un autre policier, à moto, arrive en hurlant « c’est pas lui ! », suffisamment fort pour être audible sur l’enregistrement d’un voisin. Mohamed, 21 ans, qui s’était porté en soutien de son frère, devait être incommodé par du gaz lacrymogène.

blog -Fatouma mere de 8 enfants-rodeo de Villemomble avec avocat-juin2018.jpg
Bobigny, ce mardi 26 juin. Fatouma K., 59 ans, mère de 8 enfants, avec son avocat Me Philippe Henry Honegger, co-directeur du Festival des Nouveaux Cinémas 

Sachant ses fils arrêtés, Fatouma est descendue comme d’autres riverains, alertés par les cris et les déflagrations, dans une ambiance des plus confuses. Un jeune élu UMP avait été aspergé de gaz lacrymogène, une mère de 47 ans, à la recherche de son fils, s’était effondrée, probablement touchée par un tir de flash-ball à la poitrine, mais sans conséquences vitales. Fatouma, elle, a perdu son œil gauche. A en croire la presse à l’écoute des fauteurs de troubles, aucun des individus mentionnés ne semble donc responsable des troubles aux riverains.

Vingt-huit voitures de police avaient pourtant été appelées à converger sur les lieux en renfort. Les deux frères avaient été placés en garde à vue.

Trois responsables de l’ordre public mis en accusation

blog -rappeur Sofiane Zermani, dit « Fianso » avec  avocat Me Steeve Ruben au tribunal de Bobigny après avoir bloqué d autorité la circulation de l’autoroute A3 en fevrier2018,pour un clip.jpg
Me Steeve Ruben avec le rappeur Sofiane Zermani, dit « Fianso » au tribunal de Bobigny : son client avait bloqué la circulation de l’autoroute A3 sans autorisation, en avril 2018, pour le tournage de quelques scènes d’un clip…

L’enquête a conclu que Makan n’avait rien à voir avec le rodéo initial, mais trois fonctionnaires se voient mis en accusation pour avoir tenté de rétablir le calme dans le quartier, malgré l’agressivité de la famille en furie. Antoine C. pour le tir mutilant et deux fonctionnaires de 26 et 33 ans à l’époque pour des violences sans ITT.

L’avocat des parties civiles, spécialisé dans les plaintes contre policiers, Steeve Ruben, a refusé que les faits soient correctionnalisés, préférant « un vrai débat en profondeur », aux Assises, pour l’exemple. Il a été entendu, au moins sur ce point puisque le procès est prévu sur neuf jours, jusqu’au 6 juillet.

« Cette durée est invraisemblable, réagit Me Daniel Merchat, avocat du policier accusé du tir mutilant. Je n’ai jamais vu une affaire aussi confuse que celle-ci. » « Que les jurés ne s’inquiètent pas, tout s’éclairera au cours des débats », tient à préciser Philippe Coirre, président de la cour d’Assises à Bobigny. 

Résultat de recherche d'images pour "juge Coirre"En août 2005, le parquet général avait formé un pourvoi en cassation contre la décision, confirmée en appel, d’un juge antiterroriste qui avait refusé de mettre en examen cinq islamistes radicaux présumés. C’était Philippe Coirre. Et lors de l’audience devant la cour d’appel de Paris le 3 juin, le parquet général s’était prononcé contre le juge d’instruction, estimant que les charges pesant contre les suspects étaient de nature à justifier une mise en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». On avait découvert ce juge venu de Pontoise à l’âge de 33 ans pour grossir l »équipage de matelots du l' »Amiral », le juge Bruguière. Philippe Coirre était un proche de Jean-François Ricard, lorsqu’il fut nommé à Paris, puis avec le dossier du mystérieux groupe « AZF » qui menaçait de faire exploser des bombes sur le réseau ferroviaire français en 2003-2004.

Le Parquet de Bobigny avait demandé que les affaires soient séparées, avec d’un côté les violences jugées par le tribunal correctionnel, et de l’autre, le tir mutilant aux Assises, mais la chambre de l’instruction a considéré plus « judicieux » de juger tout le monde en même temps. Y compris les deux fils de Fatouma, jugés pour violences et rébellion.

Autre incongruité de ce procès, plusieurs personnes sont à la fois jugées et victimes. « Ça risque d’être difficile à comprendre pour les jurés tirés au sort », estime Frédéric Gabet, avocat d’un policier, toujours présumé innocent, comme les deux utres.

Castaner, les faux pas de jeunesse d’un ministre En marche !

Un « mauvais garçon » au gouvernement ?

Poker et mauvaises fréquentationsChristophe Castaner, le chef du parti présidentiel, LREM,  a commis quelques erreurs de jeunesse.

« Oraison, c’était mon grand frère, mon protecteur. Il m’appelait l’étudiant », confirme le chef d’En marche, le parti présidentiel.

Christian Oraison, dit « le Grand Blond », est un caïd des Alpes-de-Haute-­Provence, où Castaner est devenu un maire de village, Forcalquier.

Or, « le grand blond » a été abattu de plusieurs balles de 9 millimètres, une nuit d’août 2008, alors qu’il ­s’apprêtait à rentrer chez lui. Le « Grand Blond » avait été formé par ­Gaëtan Zampa, l’un des parrains du Marseille des années 1970. Et, fait beaucoup moins connu, c’était un proche de Christophe ­Castaner, l’actuel ministre des Relations avec le Parlement.

« J’ai été sur le fil du rasoir », raconte aujourd’hui Christophe Castaner


Malgré ses revenus confortables, son père, un marin qui l’a conçu lors d’une escale au port de Toulon, se lève aux aurores pour faire la collecte des encombrants et collectionne les lave-vaisselle défectueux.


A Manosque, on joue au poker dans un appartement au-dessus d’un petit bar, L’Oasis. Un repère de bandits. Dans cette atmosphère enfumée où l’on s’imbibe de whisky, les parties s’éternisent jusqu’au petit matin. « Le poker était un truc réservé à un milieu interlope« , se souvient Castaner, qui, à l’époque, avait quitté le foyer familial. De ces années, il conserve quelques discrètes cicatrices, et le reconnaît : « J’ai été sur le fil du rasoir. »

 

Puis « l’étudiant » « poursuit » des études.

Christophe Castaner avoue une scolarité  «médiocre, en rébellion». Il sera d’ailleurs surnommé «Simplet» dans les cercles socialistes.

Il fait pourtant un peu de droit à Aix-en-Provence, fréquente les clubs Forum, le courant des jeunes rocardiens. Michel Sapin se chargeait du suivi des jeunes. « Je ne l’avais pas remarqué », se souvient-il. « On partageait les mêmes idées, mais ce n’était pas son trip de passer trois heures sur un texte », note Christophe ­Clergeau, ­l’intellectuel de la bande, aujourd’hui élu de la Région Pays de la Loire.

Mais à Forum, on sait aussi se détendre. Un soir, Alain Bauer, l’un des chefs de file et mentor de Manuel Valls, s’amuse à trouver des surnoms « uderziens » [à la manière d’Uderzo] à ses camarades. « Nous sommes un petit village gaulois assiégé par des camps romains de mitterrandistes », s’amuse Bauer, un franc-maçon. Rocard deviendra « Hamster-Erudix », son nom de scout agrémenté d’un « x ». ­Castaner devient « Casta-Comix ». « Dans le rôle du jeune prétendant, le bel amoureux de Falbala« , décrypte Bauer. Coureur avant d’être marcheur ? « Séducteur », nuance l’intéressé, resté le bouffon de la bande.

Traître socialiste passé à la bande adverse, Casta, c’est le ‘Bébel’ du gouvernement, avec la gouaille et les cascades pour distribuer les coups de rabot et les coups de force de Macron.

France : 4 adolescents auraient torturé un sexagénaire à mort

Trois d’entre eux ont reconnu s’être « acharnés » sur la victime.

Résultat de recherche d'images pour "agression personne agee"Soupçonnés d’avoir torturé et tué un sexagénaire, quatre adolescents ont été mis en examen lundi 7 mai, a indiqué le parquet. Le corps avait été retrouvé, porteur de traces de violences graves, dans un quartier populaire de La Rochelle. Car un quartier populaire, ça change tout ! Le corps du retraité de 63 ans a été découvert derrière un buisson près d’un immeuble du quartier de Port-Neuf, vendredi matin. Port Neuf est un quartier calme à revenus modestes et où la moyenne d’âge est de 49 ans. 

Le soir même, un mineur de 16 ans se présentait à la police pour donner des informations sur les circonstances de la mort de l’homme. Il était placé en garde à vue, ainsi qu’une jeune fille de 16 ans, présente à son domicile. L’enquête et les auditions réalisées ont abouti à l’interpellation le lendemain de trois autres adolescents âgés de 15 à 16 ans, a indiqué le parquet de La Rochelle dans un communiqué.

La motif est l’argent

La Rochelle : quatre ados écroués pour avoir torturé à mort un sexagénaire

Les adolescents ont reconnu s’être livré, sur le sexagénaire, qu’ils connaissaient, « à des actes de violences avec, pour au moins trois d’entre eux, une forme d’acharnement », révèle le Parquet.  Ils ont aussi reconnu avoir fait usage de la carte bancaire de la victime et avoir abandonné le corps de la victime derrière un buisson. Le Parquet n’a pas donné de précision sur les circonstances précises ou le scénario de l’agression. Une autopsie devait être réalisée lundi.

Les quatre garçons ont été mis en examen pour « vol avec violence ayant entraîné la mort, actes de torture et de barbarie, escroquerie à la carte bancaire, tentative d’escroquerie à la carte bancaire et non assistance à personne en danger », indique le Parquet. Ils ont été placés en détention provisoire et encourent la réclusion criminelle à perpétuité.<br>La jeune fille, qui selon les auditions avait assisté à la séance de torture, a été mise en examen pour non-assistance à personne en danger et tentative d’escroquerie. Elle a été placée sous contrôle judiciaire, avec obligation de respecter un placement dans un centre éducatif fermé. Elle encourt cinq ans d’emprisonnement. Aucun des mineurs en cause n’avait « d’antécédent judiciaire grave« , précise le parquet.

En janvier 2017, une femme âgée de 88 ans a été violée et torturée par deux « jeunes hommes » à son domicile, dans l’Aisne : le crime dépassait alors déjà le harcèlement et les abus sexuels qui agitent les féministes et humanistes associés dans la presse en mal de sensationnalisme. Que sont devenus les deux mis en examen ?<br>En 2014, à La Chapelle-Chaussée, un couple de personnes âgées avait été torturés et  l’avocat général avait demandé de condamner les deux agresseurs, âgés de 23 et 31 ans, à 22 ans de réclusion criminelle. Un an plus tard, l’un des condamnés réclama sa remise en liberté.