Des musulmans menacés par des militants de l’ultra droite : la violence appelle-t-elle la violence ?

Quand des musulmans se disent menacés, l’Intérieur lance un coup de filet contre le groupuscule soupçonné 

afo_0_0.jpegQue nous dit-on de ce coup de filet ?

Les interpellations ont été menées par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) le 23 juin 2018, lors d’un vaste coup de filet antiterroriste.  Dix personnes soupçonnées de projeter des actions violentes contres des musulmans ont été interpellées samedi dans plusieurs endroits en France.

Elles gravitaient dans l' »ultra droite radicale », « ultra » signifiant déjà « radical »…  Dimanche soir, ces individus étaient encore en garde à vue. Lorsqu’ils appartiennent à l’ultra gauche, ces « individus » sont des « personnes »… Comme le prévoient les textes en matière de lutte antiterroriste, leurs gardes à vue peuvent durer jusqu’à 96 heures. 

Qui sont les personnes interpellées ?

Selon les informations du  service public de France 2, les suspects se regroupaient autour d’un groupuscule baptisé AFO, pour « Action des forces opérationnelles« . Parmi eux se trouvent des trentenaires, des quinquagénaires et des sexagénaires : une indication qui ne fait guère sens ! Aucun des interpellés n’est actuellement encarté au Rassemblement national (ex-FN), déplorent les sources proches de l’enquête à France 2.

Un retraité de la police figure parmi les dix personnes arrêtées. Sans doute l’arbre qui cache une forêt… D’après des sources proches de l’enquête citées par l’AFP,  il s’agit du chef de file de ce réseau. Il « avait la volonté d’en faire un groupe plus dur« , croit pouvoir affirmer une des sources anonymées ou fantasmées. Il est âgé de 65 ans et vit en Charente-Maritime, avance Le Parisien.

Où ces interpellations ont-elles eu lieu ?

Les suspects ont été arrêtés en Ile-de-France, en Charente-Maritime, dans la Vienne et en Corse, par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). L’opération antiterroriste s’est également déroulée dans le Cher, d’après Le Parisien. Une géolocalisation qui suggère une menace diffuse dans quatre des coins de l’hexagone…

Que leur reproche-t-on ?

Ces « individus » envisageaient un passage à l’acte qualifié de « violent », malgré des « contours mal définis à ce stade« , selon des sources proches – mais non précisées – de l’enquête, mais celles-ci affirment toutefois qu’ils projetaient de s’attaquer à des musulmans. Ils étaient surveillés depuis plusieurs semaines après avoir commencé à effectuer des repérages autour de mosquées et établi une liste d’imams à cibler, suppute l’AFP. Des explosifs et des grenades artisanales auraient été retrouvés dans un appartement de la région parisienne, avancent des sources toujours aussi « proches », mais inconnues, de l’enquête, selon France 2.

Dans un communiqué, comme il en produit chaque mois pour donner l’illusion de son efficacité à détecter des « projets avortés », le ministre de l’Intérieur a précisé qu’une information judiciaire était ouverte depuis le 14 juin. « Après un important travail de renseignement conduit par la DGSI, la section antiterroriste du parquet de Paris décidait le 13 avril dernier d’ouvrir une enquête préliminaire pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un ou plusieurs crimes contre les personnes », assure Gérard Collomb.

Selon TF1-LCI, qui a révélé le coup de filet, les suspects ciblaient notamment des imams radicaux, des détenus islamistes sortant de prison, mais aussi des femmes voilées, choisies au hasard dans la rue : la réponse du berger à la bergère radicalisée.

L’Agence française de presse ne nous dit pas tout…

blog -guerre civile a craindre-embrasement Tour Eiffel-VA.jpgDes mercenaires au premier plan de l’image ci-dessus, des avions et des bombes au second, des chars d’assaut sur l’esplanade du Trocadéro, la Tour Eiffel noyée dans une fumée noire : le site internet qui héberge AFO est sans équivoque, tout comme son titre – «Guerre de France. Préparation des citoyens-soldats français au combat sur le territoire national», mais rien qui précise jusqu’ici la cible désignée par la presse aux ordres du pouvoir.

Des onglets y désignent «les adversaires», détaillent une «formation militaire» (mais les Femen’ font de même) et les méthodes de «renseignement» à adopter, proposent divers liens bibliographiques et vidéos. <br>L’un de ces onglets est consacré à AFO, qui propose notamment des «fiches réflexe» sur les comportements à tenir «face à la police et la justice», ce que pratiquent pareillement la mouvance ultra des gauches, mais aussi le «matériel de crise» nécessaire et les attitudes en cas d’«hostilités graves» (émeutes, affrontements). Toujours rien, donc, qui cible spécifiquement les « musulmans » qui recèlent des éléments terroristes en leur sein. 

Parmi les adversaires, ils comptent aussi  » les milices gauchistes, anarchistes, zadistes, antifas etc…, aux ordres de la « nébuleuse d’extrême gauche », mais « les instructions viennent peut être de très haut dans les rouages de l’Etat »: « un exemple frappant avec les émeutes de Nantes (février 2017). Si cela démarre au moment opportun et s’arrête de la même manière, c’est bien que des ordres sont donnés ».

Ils nomment enfin « les bataillons boboïdes des « humanistes », « droitsdelhommistes », bizounours, idiots utiles etc… Certes, à la moindre gesticulation, ce sera l’envolée de moineaux, mais les avoir dans les pieds, et surtout dans le dos, en cas d’encerclement de ZUS [zones urbaines sensibles, dévoreuses d’aides sociales]. Leur principal inconvénient est que leur masse permet des infiltrations, diversions et manipulations par ou au profit des combattants adverses, en particulier dans la manipulation de la population.« 

Avatars des événements d’Algérie ?

blog -Camus JY-Observatoire radicalites.jpgSur le portail, «on retrouve toute une littérature sur l’imminence de la guerre civile ethnique» et d’un conflit de civilisation[s] qui a fleuri depuis le 11-Septembre, interprète le politologue Jean-Yves Camus, directeur de l’Observatoire des radicalités, dédié à l’extrême droite, ce qui est réducteur… Celui-ci a le sentiment que «les attentats [jihadistes en France : « djihadistes », si on est Français] ont confirmé chez ces personnes [sur la base de quels éléments justifiant cette assertion?] l’idée qu’ils avaient raison avant l’heure [citation étayant cette affirmation?], que le scénario de l’apocalypse se vérifiait, que l’action violente est la seule solution» [même Wikipedia réclamerait des preuves de ces assertions ; en effet, Camus étudie de manière biaisée l’instrumentalisation du conflit israélo-palestinien en France, du seul point de vue arabe, alors que la France, comme le reste du monde, est pourtant sous le choc des actes de haines et d’ actions terroristes sanglantes].

«L’arrivée des migrants a rajouté une raison pour eux de passer à l’action, lâche-t-il, car ils sont persuadés [subjectivité de l’un comme des autres] que cette vague d’immigration est une cinquième colonne de l’islam,» raille encore J.-Y. Camus, un démocrate grand teint qui prôna néanmoins l’interdiction de la Ligue de défense juive – classée depuis 2001 organisation terroriste par le gouvernement – , alors que la France, comme le reste du monde, est pourtant profondément marquée par les …attentats islamistes du 11 septembre aux Etats-Unis. Son épouse journaliste -antisioniste vertueuse- a travaillé pour la radio BFM où elle réalisa et présenta la revue de presse des magazines et collabora à Témoignage Chrétien, très résolument situé à gauche

Les ennemis désignés par AFO sont d’abord les «tenants du système islamique» [désignés sous le sigle TSI], à savoir «principalement des musulmans d’origine ou convertis», auxquels se greffent d’autres soutiens «par affinité et « esprit de quartier »», par «haine partagée de la police (et donc de l’armée) et des blancs», mais aussi par «intérêts financiers dans les trafics». Camus participe désormais au site d’information Rue89 (appartenant au Groupe L’Obs) et a repris une chronique dans …Charlie Hebdo.

Les premières demandes de dissolution, initiées par le … MRAP en 2002, furent relayée dans une pétition de 2009 par les révolutionnaires trotskistes et anti-capitalistes du NPA, les altermondialistes des Verts et l’extrême gauche du  Parti de gauche : à la satisfaction de Camus ?

En toile de fond, «il y a une sorte de remake de la guerre d’Algérie, , raconte Jean-Yves Camus, toujours à charge, de la lutte entre la France et des gens qui sont vus comme les continuateurs de l’ennemi du temps de cette guerre», des victimes des « éternels néo-colonialistes », selon ce directeur de l’Observatoire des radicalités politiques, émanation de la Fondation Jean-Jaurès, un think tank proche du Parti socialiste et dirigé par le franc-maçon Henri Nallet, octogénaire et ancien ministre de l’Agriculture du président Mitterrand. «La guerre récente qui se rapproche le plus du problème militaire posé est sans nul doute la Guerre d’Algérie», peut-on ainsi lire sur le site : «L’ennemi a sensiblement les mêmes origine, mentalité, éducation familiale, religion que les terroristes du FLN».

Cette frange d’extrême droite s’oppose au communautarisme et aux  » zones de ‘non-France’ « 

Mars 2017

«Il y aussi le sentiment que l’Etat ne fait pas son travail», relaie Jean-Yves Camus : «Ces gens, pour ceux qui viennent des forces de sécurité, considèrent qu’ils sont – même à la retraite – chargés de la mission de « nettoyage » que l’Etat ne fait pas», écrit Camus. Face à ceux qui veulent «imposer l’islam et la charia sur les « zones de non-France »» (ZNF), le groupuscule veut développer une «garde territoriale» aux connaissances militaires précises, explique encore cet observateur « impartial » mais membre du conseil scientifique de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (DILCRA), présidé par Dominique Schnapper, 83 ans, une fille de… et elle-même sociologue et politologue.

 

Dans cette «guerre asymétrique» et non-déclarée, le site souligne également l’importance du renseignement à mener «pour déterminer les contours des ZNF, localiser les lieux de commandement, de stockage des armes, les planques, l’identité et les lieux de vie des radicalisés et chefs militaires…». Lien source

Le site propose divers textes à toutes et tous comme un mode d’emploi «de survie urbaine en zone occupée», un texte sur «contre-insurrection et action psychologique», des notes pour déjouer les techniques de surveillance policière (géolocalisation et traçabilité par les portables ou le GPS: c’est dire le niveau !)… Le parfait manuel idéologique et stratégique pour une guerre de civilisation. Car «si le camp loyaliste perd cette guerre, est-il écrit, c’en est fini de ce pays merveilleux qu’est la France et de notre civilisation».

Nice: un autre Coulibaly agresse des militaires devant un centre communautaire juif

Les Musulmans sont-ils les « premières victimes du fanatisme »? (Hollande)

Le président a désigné ce fanatisme par un pléonasme: « l’islamisme radical » dans le monde, mais à commencer dans le pays.

Hollande en représentation à l'Institut du monde arabe avec Jack Lang et Fleur Pellerin
Hollande en représentation à l’Institut du monde arabe avec Jack Lang et Fleur Pellerin

C’est le jeudi 15 janvier, une semaine après les attentats de Paris par des djihadistes de France que François Hollande a marqué des degrés dans l’islamisme. Il inaugurait le forum « Renouveaux du monde arabe » à l’Institut du Monde Arabe présidé par Jack Lang et il a implicitement cautionné l’ « islamisme modéré »!

Nice: Que s’est-il passé devant un centre juif ce mardi?

Vigipirate – Trois militaires en faction devant un centre communautaire juif à Nice ont été agressés au couteau dans le centre-ville mardi, en plein après-midi par un homme interpellé dans la foulée. Parce que la liberté d’expression est réservée aux dessinateurs de Charlie hebdo et autres anarcho-révolutionnaires estampillés respectables, il est déconseillé d’évoquer l’antisémitisme de l’action… La section antiterroriste du Parquet de Paris a été saisie de l’enquête.

«Un peu après 14h00, alors que trois militaires étaient en faction devant un « site » israélite (…). On constate aussitôt une consigne à la presse de minimiser la gravité des faits, car le site en question est israélite. Et un individu, qui passait sur le trottoir a alors « agressé violemment » (sic) -car une agression est rarement tendre- avec un grand couteau l’un des soldats, visant son visage ou son cou», a-t-on indiqué de source policière anonyme.

Les militaires assuraient la sécurité dans le cadre du plan Vigipirate devant un immeuble abritant le Consistoire israélite de Nice, Radio Shalom et une association israélite.

Selon un communiqué du maire UMP de la ville, Christian Estrosi, l’agresseur a été interpellé grâce aussi à l’intervention d’un commerçant, d’un agent de la régie des transports locaux et des membres de la police nationale et municipale.

Comment vont les militaires?

Les militaires ont été pris en charge par les services de secours -une chance- sur le lieu de l’agression, avenue Jean Médecin, à proximité de la place Masséna: un profusion de détails qui interpelleraient si elles étaient signifiantes… Leur pronostic vital n’est pas engagé. On sait maintenant qu’un seul militaire a été frappé et qu’il a pu partiellement esquiver le coup de couteau porté au visage: que deux pronostics vitaux ne soient pas engagés est donc heureux… Ce soldat a été blessé à une joue, une «blessure apparemment profonde mais sans gravité», et un autre militaire a été atteint au bras en maîtrisant l’individu, connu des services de police pour des faits assez anciens, a-t-on ajouté de même source. Le troisième soldat n’a quant à lui pas été blessé.

Qui est l’agresseur?

Selon plusieurs sources proches de l’enquête (on s’y attendait un peu, mais « plusieurs », cette fois!) l’homme interpellé s’appellerait Moussa Coulibaly, bien connu au Val Fourré (Mantes-la-Jolie, Yvelines)
mais n’aurait «a priori» aucun lien avec Amédy Coulibaly,
L’agresseur a «été refoulé la semaine dernière par les autorités turques» et a été «entendu à son retour par la DGSI», a-t-on appris « de source proche de l’enquête ». «Cet homme avait attiré l’attention de la police aux Frontières (PAF) à Ajaccio, le 28 janvier, car il avait pris un aller simple pour la Turquie. Il a donc été signalé sans délai ( ! ) par la DGSI [Direction générale de la Sécurité intérieure] aux autorités turques qui l’ont refoulé», a expliqué cette source.
«A son retour (qui a financé le billet de retour?), il a été entendu par la DGSI, mais son entretien administratif n’a pas permis de recueillir d’informations suffisantes pour judiciariser son dossier», a-t-elle ajouté, la fameuse source tenue secrète.

La police le connaît-elle?

 Vigipirate
Relevé d’indices à l’endroit où un islamiste a attaqué des militaires, le 3 février 2015 à Nice

Cet agresseur, qui est «âgé d’une trentaine d’années et originaire de la région parisienne, est très défavorablement connu des services de police», ont déclaré dans un communiqué commun les ministres de l’Intérieur et de la Défense. Or, il peut être connu comme le loup blanc sans que la PAF d’Ajaccio l’intercepte, alors qu’il est porteur d’un billet pour la Turquie: les Cazeneuve et Le Drian forment vraiment une belle paire de Dupont-Dupond. « Selon une source proche du dossier » – ça finit par faire sérieux ?- il est en effet connu pour des faits de violences sur personne dépositaire de l’autorité publique et vols aggravés.

Et l’autre personne interpellée ?

Un deuxième homme a été interpellé mardi, mais pour le moment, peu d’informations ont filtré. «Des vérifications sont en cours», a indiqué « une source proche de l’enquête ». L’agresseur des militaires aurait été vu avec ce deuxième individu avant les faits, mais pas au moment de l' »acte », qu’on nous permettra de qualifier d’ « agression ».

Les principales réactions

Jean-Yves Le Drian (Défense) et Bernard Cazeneuve (Intérieur) «condamnent avec la plus grande fermeté cette attaque commise contre les forces armées». On ose l’espérer, mais ça va tellement de soi qu’on préférerait qu’ils se taisent. Mais ils ajoutent qu’ils «adressent leurs voeux de rétablissement aux soldats lâchement blessés et réitèrent leur détermination à assurer la protection de notre territoire et de nos compatriotes». Les Dircabs ont toujours, à la virgule près, les mêmes formules et c’est indécent.

«Agression de militaires à Nice : c’est un symbole de la République qui est attaqué, toute ma solidarité à nos soldats», a aussi réagi sur Twitter le député UMP et président du Conseil général des Alpes-Maritimes Eric Ciotti.Des termes classiques mais qui sentent moins l’indifférence.

Une vaniteuse volonté du ministricule de chercher à se grandir
Nanard Cazeneuve avait tenté de se valoriser en mars 2014. L’antiterrorisme se déclara alors convaincu d’avoir déjoué un projet « imminent » d’attentat sur la Côte d’Azur fomenté par un homme de retour du djihad en Syrie, avait annoncé « une source proche du dossier ». Qui de plus proche que le ministère de l’Intérieur?
Cette certitude affichée était née de la découverte le 17 février dans un immeuble de Mandelieu-La-Napoule, près de Cannes, de quelque 900 grammes d’explosif. Cet immeuble avait été le point de chute d’un homme -on ne peut plus flou- de 23 ans, interpellé quelques jours plus tôt – on ne sait où – et lié à la cellule dite de Cannes-Torcy, a précisé la source, elle-même non précisée. Il a depuis été mis en examen et écroué.

Parti en Syrie en septembre 2012, Ibrahim B. – un prénom pas très catholique, mais une initiale de nom qui n’est pas plus crédible – avait été signalé sur son territoire par la Grèce, le 3 janvier (de la même année, suppose-t-on). Puis, il avait été localisé à Nice et interpellé le 11 février, avant la perquisition, a précisé la source – toujours aussi indéfinie – proche de l’enquête, ce qui ne garantit encore pas la véracité des faits. Il s’agissait de la 21e mise en examen dans la tentaculaire affaire dite de Cannes-Torcy. Un chiffre précis qui est peut-être exact, mais qui crédibiliserait la soudaine détermination des services de Cazeneuve, si on ne savait qu’ils sont au bas mot 1.300 Ibrahim sur le territoire, ce qui relativise le zèle des fonctionnaires de l’Intérieur.

Le Parquet de Paris tempère
Il affirme qu’on ne dispose d’aucune preuve qui permette d’établir avec certitude un projet défini d’attentat. Si la date de découverte des explosifs à Mandelieu correspond en effet à la période du Carnaval de Nice, faire le lien entre les deux « relève de la projection« . Nous voilà bien avancés…

Mais, le maire de Nice Christian Estrosi évoque « une fausse rumeur ». « Ni le préfet, ni le ministère de l’Intérieur ne nous ont alertés et demandé de renforcer le dispositif de surveillance autour de Carnaval. » On comprend que les sources présentées comme « proches du dossier » tiennent tant à leur anonymat
Quant aux djihadistes de France qui font de si nombreux et longs voyages, avaient-ils un emploi rémunérateur ? Qu’ils aient été franco-algériens ou franco-maliens, vivaient-ils de leur travail ou d’allocations sociales ?

Béziers : préparation d’un attentat déjouée

Interpellation de cinq Tchétchènes soupçonnés de préparer un attentat

Les cinq suspects russes ont été interpellés lundi soir à Béziers dans le Sud-Est de la France, a fait savoir le procureur de la ville, Yvon Calvet, ce mardi 20 janvier. Ils ont été placés en garde à vue et des perquisitions ont eu lieu. Il n’était pas possible dans l’immédiat de préciser le lieu présumé de l’attentat.

A noter que les Tchétchènes sont des Russes musulmans du Caucase du Nord et que les autorités russes affirment disposer de preuves de liens des groupes djihadistes tchétchènes avec des réseaux terroristes étrangers, notamment al-Qaida.

« Des produits ont été retrouvés lors de ces perquisitions », a expliqué le représentant du ministère de la Justice, sans préciser leur nature. L’une des personnes interpellées habite Béziers et une autre « probablement » à Montpellier.

Les enquêteurs s’efforcent en outre de trouver les adresses des trois autres suspects placés en garde à vue. L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Montpellier.

Il apparaît que les informations dans la presse vont plus vite que les enquêtes

Les annonces de menaces déjouées se bousculent
Ainsi, un drone aurait survolé l’Elysée dans la nuit de jeudi à vendredi: lien PaSiDupes
Et des soldats auraient été menacés devant une école juive :lien PaSiDupes

Un drone aurait survolé l’Elysée dans la nuit de jeudi à vendredi

Hollande veut-il faire durer l’ « unité nationale » à son profit ?

Hollande est bien protégé: il ne risque pas une prise en otage…

Un drone a survolé l’Elysée « pendant quelques secondes » dans la nuit de jeudi à vendredi, affirme-t-on sérieusement ce mardi dans l’entourage du président, confirmant un fuitage d’i-télé (groupe Canal+), la chaîne amie d’information en continu.

« Immédiatement repéré » par les services de police et de gendarmerie qui assurent la garde du palais présidentiel, le drone s’est « immédiatement éloigné de l’Elysée », a-t-on indiqué de même source, précisant qu’une « enquête judiciaire est en cours ».

Cet affichage de la vigilance sans failles des forces antiterroristes commence toutefois à être suspect, après l’annonce d’une menace sur des militaires en faction devant une école juive, le weekend dernier.

Le Parquet de Paris est sur les dents: il a en effet ouvert une enquête pour « conduite d’un aéronef non conforme avec les règles de sécurité« , a indiqué une source judiciaire anonyme.
Les investigations ont été confiées à la section de recherche de la gendarmerie des transports aériens. Et là, on a tout dit !.

Cet incident est survenu alors que de nombreux survols de centrales nucléaires par des drones ont été signalés ces derniers mois et une semaine après les attentats qui ont ensanglanté Paris.
But de l’opération: démonter que la « gauche molle » peut se redresser et que nos centrales nucléaires sont donc -elles aussi- sous une protection aussi époustouflante ?

 

Alain Marsaud (UMP) plaide pour une « laïcité coercitive » dans les lieux publics

Demande d’un ancien chef du Service central de lutte antiterroriste au Parquet de Paris

Une modification de la législation antiterroriste n’est pas nécessaire. Si le pouvoir met pleinement en oeuvre l’arsenal législatif existant, le député UMP Alain Marsaud conseille en outre, non seulement une « laïcité coercitive » dans les lieux publics, mais aussi « la révolution dans l’enseignement ».
A court terme, l’ex-magistrat a jugé qu’il n’était pas nécessaire de modifier la législation antiterroriste car « à chaque fois que ça va mal, on (la) change (…) Il y a tout dans la loi antiterroriste. On peut tout faire, si on a la volonté politique ».

« Il y a une révolution à faire dans la laïcité.

Il faut mettre en œuvre véritablement la loi de 1905, y compris la laïcité coercitive », a estimé l’ancien magistrat lors du Talk Orange-Le Figaro, car « il faut faire en sorte que la religiosité s’exprime dans les lieux de culte, à la maison, mais pas dans les lieux publics ».

Ce député UMP des Français de l’étranger a aussi appelé à faire « la révolution dans l’enseignement.

« Quel échec, cet enseignement! » Mais « il ne faut pas enseigner la religion » comme l’ont proposé d’autres membres de l’UMP, ce n’est « pas sérieux, (…) il faut enseigner la laïcité« , a-t-il souligné.

Pareillement, contrer la menace terroriste ne signifie pas, selon expert du sujet, bloquer les sites internet extrémistes. « On ne peut rien faire, tout le monde ira sur ces sites. Il m’arrive moi-même d’aller y jeter un œil, » a-t-il indiqué. « Pensez-vous que c’est ce qui aurait empêché M. Coulibaly et consorts de venir faire leurs tristes assassinats ? », a encore demandé A. Marsaud.
D’autant que si la police disposait des moyens nécessaires adpatés à son époque et à la menace djihadistes, les services de l’anti-terrorisme pourraient suivre ce qui se passe sur l’Internet et parer les coups.

Les Français sont partagés sur les caricatures infâmes de Mahomet

Les Français n’apprécient pas autant qu’on le dit les caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo

Charb n'est pas raciste et il n'a pas été poursuivi: à la différence des autres,  il fonctionne dans le second degré;;;
Charb n’est pas raciste et il n’a pas été poursuivi: à la différence des autres, il fonctionne dans le second degré…

Alors que neuf personnes sont toujours en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur les attentats sanglants commis par des djihadistes de France la semaine dernière et que <font style = »purple »les tueurs, Chérif Kouachi a été enterré à Gennevilliers et Amedy Saïd, l’aîné, à Reims,neuf gardes à vue ont été prolongées ce dimanche dans le cadre de l’enquête sur les 17 victimes du terrorisme.12 personnes avaient été arrêtées dans la nuit de jeudi à vendredi. Ces 8 hommes et 4 femmes ont été interrogés sur le possible soutien logistique (armes, véhicules…) qu’ils sont susceptibles d’avoir apporté à Amédy Coulibaly, le preneur d’otages de la supérette casher de la porte de Vincennes, à Paris. <br>Ce dimanche, à Sainte-Marie (Martinique), est également marqué par l’hommage rendu à Clarissa Jean-Philippe, la policière municipale abattue à Montrouge (Hauts-de-Seine) par les fanatiques religieux. Une marche silencieuse et une veillée étaient prévues.

Il demeure que caricaturer le prophète Mahomet suscite un débat en France.Un sondage paru ce dimanche révèle que les Français n’apprécient guère les provocations des anarcho-libertaires du journal, dans le même temps où la nouvelle Une de Charlie Hebdo caricaturant Mahomet provoque au Niger de violentes manifestations qui ont fait 10 morts vendredi et samedi.

Le « rassemblement républicain » n’a pas fait long feu

Le patron du PS fait l’apologie de Hollande et charge Le Pen. Sur i-télé et Europe 1, Jean-Christophe Cambadélis a le sentiment que « le président de la République a « incarné la France dans l’épreuve ». Bien que Julien Dray et d’autres socialistes aient par avance exclu Marine Le Pen de la « marche républicaine du 11 janvier, Cambadélis estime  depuis que la présidente du Front national « n’était pas dans l’union nationale; elle était dans la séparation nationale.  « Il estime même qu’ elle ne se nourrit que de la division nationale. » Et il ajoute pourtant qu’il « souhaite aussi maintenir l’esprit du 11 janvier ». « Il me semble essentiel de maintenir le plus longtemps possible l’esprit du 11 janvier », déclare Jean-Christophe Cambadélis, sur i-télé et Europe 1. Le premier secrétaire du PS stigmatise enfin certains Français sans les nommer: « Je suis inquiet de ceux qui veulent la grande séparation des musulmans avec la République. Je suis inquiet de ceux qui professent qu’il faut se mobiliser contre les musulmans ».<br>Cambadélis rejette d’un revers de main l’idée de la déchéance de nationalité. Il  prétend en effet que « nous ne pouvons pas constituer des apatrides », ignorant ainsi  que nombre de menaces sur la sécurité des Français émanent de bi-nationaux. Le socialiste s’est en revanche découvert une appétence inattendue pour le fichage, malgré les critiques de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés ): Il faut ;mieux ficher, mieux coordonner, mieux surveiller« , estime soudainement cet (ex-)trotskiste. Dans l’opposition, le PS ne dénonçait-il pas le Stic (Système de traitement des infractions constatées,  fichier de police informatisé du ministère de l’Intérieur), Edvige (dans l’optique de l’antiterrorisme et du contre-espionnage, 2008), Fnaeg ( gestion des empreintes génétiques), etc….? « On doitpouvoir mieux faire sans porter atteinte aux libertés individuelles« , s’aventure-t-il. « Ce gouvernement protège les Français face à des attaques terroristes», tient-il à se justifier.

https://dailymotion.com/video/x2ezc7j

Cambadélis montre les muscles : Il faut être intransigeants sur nos valeurs et nos principes », mais ménage la chèvre et le chou en précisant qu' »on peut moquer, mais on ne peut pas insulter ». Arthur, l’animateur de TF1, ne dit pas autrement… <br>Or, le même jours que les « il faut » et « on doit » du PS, des arrestations anti-terroristes ont lieu <u>en Grèce</u> et la cellule djihadiste est démantelée <u>en Belgique</u>, alors qu’elle était sur le point de commettre des attentats, mais « ON » dément tout lien avec des arrestations samedi dans le centre d’Athènes (Grèce)… <br><u>Au Pakistan</u>, « Reprenez vos mosquées », un mouvement contre les mosquées radicales,  tente de convaincre le pouvoir de sévir contre les institutions religieuses liées à la mouvance talibane. La récente attaque talibane contre une école de Peshawar, fatale à 150 personnes, a réactivé la vigilance de citoyens qui cherchent à « reprendre » le contrôle du pays et de ses mosquées. Là où les islamistes paradent parfois en scandant « Mort à l’Amérique », ils tiennent, à la tombée de la nuit, des veillées à la bougie dans les grandes villes du pays, et s’activent sur les media sociaux. Certains tentent de minimiser l’importance de ces républicains en les limitant  aux jeunes éduqués ds grandes universités étrangères.

blog -Mahomet maltraite par Coco-LHumanite et LObsAlors, le rédacteur en chef de Charlie Hebdo, Gérard Biard, qui sent monter la colère, tente samedi de justifier les caricatures controversées du prophète Mahomet sur la chaîne américaine NBC . « Chaque fois que nous faisons un dessin de Mahomet, chaque fois que nous faisons un dessin de prophètes, chaque fois que nous faisons un dessin de Dieu, nous défendons la liberté de religion« , assure-t-il. « Nous disons que Dieu ne doit pas être une figure politique ou publique. Il doit être une figure privée. Nous défendons la liberté de religion », maintient-il. Et c’est pourquoi, en réaction à cette contre-vérité d’un athée hostiles à toutes les Eglises, nous montrons un dessin de Coco pour L’Humanité qui a rendu un vibrant hommage à Tignous, dessinateur emblématique de Charlie Hebdo, s’en prenant au passage aux « culs bénis ». Pour leur bien, selon Biard ?

Déchéance de nationalité, interdiction de retour et de sortie du territoire.<br>Le PS est déconnecté du terrain<br>Outre Cambadélis, comme nous l’avons constaté plus haut, Michel Rocard, ancien Premier ministre (PS) de François Mitterrand, met en garde contre une remise en cause de la politique d’immigration en France. « On ne peut pas mettre des barbelés et des miradors à toutes nos frontières. C’est une vision du monde qu’il faut éviter à tout prix », déclare-t-il au JDD. « La vérité, c’est qu’il y a une corrélation forte entre l’importance et la durée du chômage et la délinquance », ajoute-t-il, accroché au sacro-saint dogme du social responsable de tous nos maux. Sur la lutte antiterroriste, il estime que « nous avons à notre disposition l’arsenal législatif qui convient ». Selon l’octogénaire, « c’est une idée concentrationnaire de vouloir se prémunir à tout prix (…) Soyons conscients que le Patriot Act a fait aux Etats-Unis des dégâts considérables ».

Or, dans un sondage paru ce dimanche dans le JDD, plusieurs mesures pour lutter contre le terrorisme rassemblent une majorité assez large. 81% des sondés sont ainsi favorables à « la déchéance de nationalité française pour les binationaux condamnés pour des actes de terrorisme sur le sol français », n’en déplaise à Cambadélis. <br>68% approuvent « l’interdiction du retour en France de citoyens français que l’on soupçonne d’être allés se battre dans des pays ou régions contrôlés par des groupes terroristes ».<br>Egalement 68% sont favorables à « l’interdiction de sortie du territoire aux citoyens français soupçonnés de vouloir se rendre dans des pays ou régions contrôlés par des groupes terroristes ». (sondage réalisé par téléphone les 16 et 17 janvier auprès d’un échantillon de 1003 personnes, représentatif de la population française adulte (méthode des quotas).

Faut-il faire la promotion d’un journal, tandis qu’un autre exclut Philippe Tesson et une chaîne de télévision, Zemmour ?

blog -Charlie hebdo-Mgr Vingt-Trois a 3 papas-Luz« Personne n’est tenu de lire Charlie Hebdo. Personne n’est tenu de trouver Charlie Hebdo drôle. On n’est pas tenu au rire.  En revanche, on est tenu au respect de l’ordre républicain et du droit. La loi républicaine prime en toute occasion sur la loi religieuse. Les gens font ce qu’ils veulent chez eux, mais en France on a le droit de caricaturer. Le délit de blasphème n’existe pas », raisonne Nathalie Kosciusko-Morizet, vice-présidente déléguée de l’UMP, dans le JDD. Ce souci politicien de ne pas se faire assimiler au FN fait tenir ce type de discours consensuel qui engage la responsabilité de tous, sans apporter de réponse claire.

Un gage à la violence

blog -Charlie hebdo-amour plus fort que haine-pour rire-SniffOn peut insulter ceux qui respectent les lois de la République; ceux qui recourent à l’auto-défense sont confortés. A une question rappelant que « certains musulmans se sentent blessés ou agressés par la publication de caricatures du prophète Mahomet », 42% des Français  estiment qu’il « faut tenir compte de ces réactions et éviter de publier ce type de caricatures », mais une nette majorité de 57% (sous l’influence du matraquage des media de gauche) est d’un avis contraire, selon le sondage Ifop publié dans le JDD. <br>50% des personnes interrogées se déclarent par ailleurs favorables à « une limitation de la liberté d’expression sur internet et les réseaux sociaux » contre 49% qui n’y sont pas favorables. <br>Le sondage IFOP ne pose aucune question sur la liberté d’expression des imams qui prêchent en langue arabe dans les mosquées.

blog -Charlie hebdo pourrit les rapports-BaudryGuy Béart : « Ils ne connaissent rien de Mahomet »
« Je faisais mes chansons en toute innocence. Parfois elles étaient interdites. Aujourd’hui, il y a une liberté remarquable, sauf pour nos malheureux amis de Charlie Hebdo (…) victimes d’une fusillade déconnante par des musulmans qui ne connaissent rien de Mahomet. Il faut continuer le rire malgré tout. »