Près de Bordeaux, des petits « caïds » semaient la terreur dans leur collège

Les collégiens de Mérignac ont vécu un mois de violences, en plein centre-ville de Mérignac en Gironde. 

seules-les-salles-situees-dans-les-etages-superieurs-du-batiment-b-de-l-etablissement-sont-fermeesEn milieu de semaine, un élève a été interpellé par les policiers de l’unité de recherche judiciaire du commissariat local à l’issue d’une enquête. Au même moment, quatre autres de ses camarades, dont deux sont d’anciens élèves de quatrième dans ce collège …Jules-Ferry, qui ne jouit pas d’une excellente réputation, ont également été interpellés dans deux autres collèges de cette banlieue de Bordeaux.

L’état de détérioration de l’un des trois bâtiments pédagogiques du collège mérignaçais et la désaffection de 11 salles vétustes ont conduit à sa fermeture partielle et à la mise en place de sept salles modulaires, fin 2017.

Situé dans le centre-ville de Mérignac (Gironde), cet établissement qui accueille environ cinq cents élèves n’affiche en cette fin de semaine aucun dispositif particulier. Aucune force de police n’a été maintenue pour surveiller les allées et venues à l’extérieur de cet établissement qui n’est pas classé en zone prioritaire d’éducation. La vie a presque repris son cours habituel. Sauf dans les esprits. 

Plusieurs collégiens blessés, dont certains grièvement

Constituée de sept ou huit adolescents du secteur, la bande a fait régner la terreur pendant près d’un mois. Plusieurs élèves du collège Jules-Ferry, âgés de treize et quatorze ans, ont ainsi été blessés, certains grièvement. Ces agressions parfois commises avec un objet contondant  – susceptible de provoquer des lésions ou des contusions pouvant entraîner la mort – avaient entraîné le dépôt de plusieurs plaintes et la colère des familles.

Les violences se sont toujours déroulées à l’extérieur de l’établissement, près des arrêts du tramway et au stade Robert Brettes, du nom d’un résistant et ancien député-maire PS, éloignés de quelques centaines de mètres. C’est donc la responsabilité du Conseil départemental qui est engagée, ainsi que celle des familles.
Tout aurait d’ailleurs commencé dans cette enceinte sportive, pendant les vacances de printemps, début avril. Parmi les hypothèses privilégiées, celle d’une querelle de territoires avec des petits caïds locaux pour une simple utilisation d’un terrain de football.

Cinq agresseurs bientôt convoqués chez le juge pour enfants

Les agresseurs, également tous mineurs, sont venus régulièrement menacer leurs victimes à la sortie des cours. Un véritable « climat de terreur psychologique et physique « , selon un policier. Les autorités et la direction scolaire ont « rapidement » (sic : l’avis des blessés diverge…) pris « toutes les dispositions » pour mettre fin à cette volonté de puissance.

Les cinq agresseurs, qui ont été formellement reconnus par leurs victimes, répondront de leurs actes devant la justice. Ils seront prochainement convoqués par un juge pour enfants. Ils pourraient être mis en examen pour violences volontaires.

France : 4 adolescents auraient torturé un sexagénaire à mort

Trois d’entre eux ont reconnu s’être « acharnés » sur la victime.

Résultat de recherche d'images pour "agression personne agee"Soupçonnés d’avoir torturé et tué un sexagénaire, quatre adolescents ont été mis en examen lundi 7 mai, a indiqué le parquet. Le corps avait été retrouvé, porteur de traces de violences graves, dans un quartier populaire de La Rochelle. Car un quartier populaire, ça change tout ! Le corps du retraité de 63 ans a été découvert derrière un buisson près d’un immeuble du quartier de Port-Neuf, vendredi matin. Port Neuf est un quartier calme à revenus modestes et où la moyenne d’âge est de 49 ans. 

Le soir même, un mineur de 16 ans se présentait à la police pour donner des informations sur les circonstances de la mort de l’homme. Il était placé en garde à vue, ainsi qu’une jeune fille de 16 ans, présente à son domicile. L’enquête et les auditions réalisées ont abouti à l’interpellation le lendemain de trois autres adolescents âgés de 15 à 16 ans, a indiqué le parquet de La Rochelle dans un communiqué.

La motif est l’argent

La Rochelle : quatre ados écroués pour avoir torturé à mort un sexagénaire

Les adolescents ont reconnu s’être livré, sur le sexagénaire, qu’ils connaissaient, « à des actes de violences avec, pour au moins trois d’entre eux, une forme d’acharnement », révèle le Parquet.  Ils ont aussi reconnu avoir fait usage de la carte bancaire de la victime et avoir abandonné le corps de la victime derrière un buisson. Le Parquet n’a pas donné de précision sur les circonstances précises ou le scénario de l’agression. Une autopsie devait être réalisée lundi.

Les quatre garçons ont été mis en examen pour « vol avec violence ayant entraîné la mort, actes de torture et de barbarie, escroquerie à la carte bancaire, tentative d’escroquerie à la carte bancaire et non assistance à personne en danger », indique le Parquet. Ils ont été placés en détention provisoire et encourent la réclusion criminelle à perpétuité.<br>La jeune fille, qui selon les auditions avait assisté à la séance de torture, a été mise en examen pour non-assistance à personne en danger et tentative d’escroquerie. Elle a été placée sous contrôle judiciaire, avec obligation de respecter un placement dans un centre éducatif fermé. Elle encourt cinq ans d’emprisonnement. Aucun des mineurs en cause n’avait « d’antécédent judiciaire grave« , précise le parquet.

En janvier 2017, une femme âgée de 88 ans a été violée et torturée par deux « jeunes hommes » à son domicile, dans l’Aisne : le crime dépassait alors déjà le harcèlement et les abus sexuels qui agitent les féministes et humanistes associés dans la presse en mal de sensationnalisme. Que sont devenus les deux mis en examen ?<br>En 2014, à La Chapelle-Chaussée, un couple de personnes âgées avait été torturés et  l’avocat général avait demandé de condamner les deux agresseurs, âgés de 23 et 31 ans, à 22 ans de réclusion criminelle. Un an plus tard, l’un des condamnés réclama sa remise en liberté.