Mélina Boughedir condamnée : la gauche conteste la justice irakienne et sa décision

L’épouse de djihadiste français condamnée à vingt ans de prison pour appartenance à l’EI

La justice a rendu son verdict à l’issue d’une audience de plus d’une heure. La Française Mélina Boughedir, 27 ans – entrée illégalement en Irak pour combattre le régime légitime du côté des rebelles islamistes – a été condamnée dimanche à Bagdad à une peine de vingt ans de prison «pour son appartenance à l’Etat islamique».

Partie en 2015 avec son mari, Maximilien Thibaut, et leurs premiers enfants, Mélina Boughedir a été arrêtée le 8 juillet 2017 à Mossoul, après avoir échappé aux forces militaires légitimistes, en se terrant plusieurs semaines avec ses jeunes enfants dans la cave d’une maison éventrée.

Depuis, la Française nie avoir participé aux activités de l’Etat islamique, notamment au sein des brigades de la police des femmes, la Hisba. En février, l’Irak l’avait condamnée à sept mois de prison pour entrée «illégale» sur son territoire, mais la Cour de cassation a réexaminé le dossier et estimé qu’elle devait être rejugée selon la loi antiterroriste.

De ce fait, l’audience du dimanche 3 juin revêtait un tout autre enjeu. Après s’être entretenus avec leur cliente, les trois avocats français ont participé aux débats sous la forme de questions. Une faveur qu’ils jugent toutefois insuffisante pour garantir, selon eux, les droits de la défense : «Nous n’avons pas eu accès au dossier du président du tribunal; nos observations étaient traduites directement par ses soins [ils ont accepté d’assurer une défense dans un pays étranger dont ils ne parlent pas la langue], et il n’a jamais été expliqué à Mélina le fonctionnement de la justice locale», regrette Vincent Brengarth, l’un des conseils de la Française, comme si ce n’était pas aussi le rôle de la défense.

Le trio d’avocats dénonce les deux condamnations de Mélina Boughedir – celle de février et celle de ce dimanche, ont été prononcées par le même magistrat, celui qui, pourtant, connaît le mieux le dossier…

Un recours va être prochainement déposé devant la Cour suprême irakienne, ouvrant la voie à un possible procès en appel. Une affaire qui se conclura par un compromis diplomatique et sur une base « humanitaire » : l’humanisme reste une valeur sûre en période de terroriste intérieur, en dépit des attentats et des morts innocents.

En attendant que l’eau ait coulé sous les ponts, le secrétaire d’Etat en charge des Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, a déclaré : «La justice irakienne est légitime à juger, elle a pris sa décision.»
Vendredi, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, avait déjà respecté la justice d’un pays souverain : «Quand on va à Mossoul en 2016, c’est pour combattre. Mme Boughedir sera donc jugée sur les lieux de ses exactions. C’est la logique normale. Elle a combattu contre les unités irakiennes, elle est jugée en Irak

Quand la France déclarait démocratique la justice irakienne

Les trois avocats de la Française, présents à Bagdad, dénoncent l’organisation d’un procès inéquitable. Sur le perron de la cour pénale irakienne, ses avocats français, Mes Bourdon, Brengarth et Pradel, ont dénoncé l’inéquité du procès, tout en se disant «soulagés» que leur cliente ait évité la peine capitale.

La triade et la presse militante s’en prennent à l’Europe.

Dès 2003, l’Union européenne s’est fortement impliquée pour soutenir les efforts de reconstruction de l’Irak en engageant plus d’un milliard d’euros dans les secteurs de l’éducation, de la santé, des services publics et du soutien aux processus électoraux.

L’Union européenne dispose depuis 2005 d’une délégation à Bagdad. La mission de PSDC EUJUST Lex-Irak, dont le mandat s’est achevé le 31 décembre 2013, avait pour but de renforcer l’Etat de droit et de promouvoir le respect des droits de l’Homme en Irak en menant des actions de formation auprès de fonctionnaires irakiens des forces de police, de la justice ou de l’administration pénitentiaire.

L’UE et l’Irak ont signé le 11 mai 2012 un accord de partenariat et de coopération (APC), ratifié par la France le 8 octobre 2014. Cet accord institue un dialogue politique structuré et régulier, prévoit une coopération pour promouvoir et protéger effectivement les droits de l’Homme en Irak et ouvrir la voie vers un approfondissement des relations dans des domaines spécifiques.

Arrière-petit-fils de l’industriel Edouard Michelin, fondateur du groupe Michelin, les pneumatiques, maître William Bourdon à étudié au lycée Janson-de-Sailly (Paris XVIe), avant de se spécialiser dans le droit pénal des affaires et celui de la …communication.

Secrétaire général de la Fédération internationale des droits de l’homme à la fin des années 90, octobre 2001, il fonda l’association Sherpa, dont l’objet est de « défendre les victimes de crimes commis par des opérateurs économiques ». Sherpa est installée dans les locaux de France Libertés ; William Bourdon est membre du Conseil d’administration de France Libertés et fut avocat de Danielle Mitterrand, épouse du président Mitterrand et groupie du dictateur Fidel Castro.

Il est proche d’associations d’aide aux étrangers en situation irrégulière, notamment la Cimade et spécialisé dans la défense des droits de l’homme (SOS Racisme, opposants chinois, génocide rwandais, Augusto Pinochet et aussi de contestataires, de partisans de la « lutte sociale», ou de militants de l’ultra gauche.

Laissez un commentaire (il sera "modéré)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.